AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782918541875
L'Homme sans nom (03/04/2020)
2.95/5   37 notes
Résumé :
Morz est la terre la plus au Nord du monde. Des siècles plus tôt, la neige a cessé de tomber et la glace a fondu, devenue une boue informe et immonde. Il y a une ombre dans l'Est de Morz ; celle de Noir, un esprit maléfique prêt à tout pour provo-quer la ruine du royaume. Sur ses talons court le Second, un guerrier prodigieux, plus cruel et féroce que tous les séides gravitant autour d'eux. Il y a un enfant sur le trône de Morz : on attend de lui la ferveur de ses a... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
2,95

sur 37 notes
5
4 avis
4
9 avis
3
7 avis
2
3 avis
1
3 avis

Aryia
  01 août 2020
Je dois reconnaitre que, même si j'aime beaucoup tenir ce blog, je suis parfois saisie par le découragement en voyant le nombre de visiteurs s'effondrent un peu plus chaque mois : j'ai alors le sentiment d'écrire dans le vide, de m'acharner pour rien … A quoi bon passer de longues heures à rédiger des chroniques qui ne seront lues que par une petite poignée de personnes ? Plus d'une fois, je me suis dit que, peut-être, le blog avait fait son temps, et que nul ne s'intéressait plus à ces longs articles mêlant avis personnel et analyse que j'affectionne tant … Soyons honnête : la tentation de tout arrêter m'a déjà effleuré l'esprit ces derniers mois, tandis que les statistiques mensuelles sont en chute libre. Mais il a suffi d'un simple mail pour me redonner du courage et de la motivation : celui du chargé de communication des éditions de l'Homme sans nom, qui me proposait de recevoir l'une ou l'autre de leurs nouveautés … C'était pour moi la preuve que tout n'était pas encore perdu, qu'il y avait peut-être encore un peu d'espoir pour ce petit blog déserté. Et je dois reconnaitre que la simple perspective de recevoir un ouvrage d'une maison d'édition qui m'a toujours « intimidée » par la qualité de ses ouvrages me remplissait de joie : je sentais que j'allais passer un excellent moment de lecture … et j'avais raison !
Depuis bien des siècles désormais, depuis la Grande Fonte, le royaume de Morz n'est plus que boue et gadoue, masse informe où les arbres malingres se dressent et où les animaux à bout de souffle se trainent. Les habitants de cette terre désolée ne connaissent la neige qu'à travers les contes et mythes terrifiants que déploient les prêtres pour mieux louer la bienveillance et la puissance du dieu-soleil Eldan. Balbutiant et trébuchant sur un trône bien trop grand pour lui, le petit enfant-roi Jaroslav se sait l'ultime Elu de la Lumière, destiné à mettre définitivement fin au règne implacable des Ténèbres qui s'accrochent encore ci et là. Mais une ombre plane sans faiblir au-dessus du pays : celle de Noir, sombre esprit maléfique, et celle plus grande encore de son Second, guerrier impitoyable qui sème mort et désolation sur son passage. Soutenus par les troupes N'dus, ces monstres honnis de tous, et par les sortilèges des sorcières vengeresses du nord, Noir et le Second nourrissent l'espoir incertain de faire enfin revivre l'Hiver …
Laissez-moi clamer et acclamer l'audace créatrice de l'autrice, qui nous offre ici un roman original et atypique, aussi surprenant que son titre, qui transcende, sublime et magnifie les codes et clichés du genre pour mieux fasciner son lecteur. Contrairement à ce qu'on pourrait croire et craindre au premier abord, il ne s'agit pas ici d'une énième histoire relatant la sempiternelle lutte entre le Bien et le Mal : ici, l'Ombre et la Lumière ne font finalement qu'un, et on ne peut en réalité soutenir aucun des deux « camps ». On se contente d'observer cette lutte intestine de deux êtres qui ne sont que deux facettes d'une même folie : d'un côté le fanatisme teinté de folie d'un jeune prince qui se veut l'Elu de la Lumière, de l'autre le dévouement aveugle d'un Second prêt à tout pour réaliser le rêve de Noir, cet esprit obsédé par le désir de faire renaitre l'Hiver … Deux rêves, deux illusions, qui broient les coeurs et les âmes, et poussent sans cesse Jaroslav et Agnieszka en avant, tels deux pantins persuadés d'agir librement. Ils se battent pour des causes qui les dépassent, qui les écrasent, auxquels ils ont adhérés sans vraiment savoir dans quoi ils s'engageaient : ils avaient besoin d'un but pour donner sens à leur existence, et se sont laissés convaincre que leur voie était la bonne …
Etrangeté et beauté, rêve et poésie, voici les maitres-mots de ce roman pas tout à fait comme les autres qui a su me captiver, me fasciner, sans que je ne sache véritablement expliquer comment et pourquoi. Je crois que j'ai tout particulièrement apprécié l'ambiance qui se dégage de ce récit : on a le sentiment d'entrer au coeur d'un rêve, qui n'est pas tout à fait le nôtre, pas tout à fait celui d'un autre. Un rêve de blancheur et de fraicheur, un rêve dans lequel on peut facilement se perdre. Comme souvent dans les rêves, tout semble émoussé, le temps semble s'être arrêté … Il y a une certaine lenteur, une langueur même, on se laisse comme bercer par ce récit envoutant et troublant dont on ressort tout embrumé, mais étrangement apaisé. Mais c'est aussi une histoire aussi sombre que violente, où la haine et la folie se mélangent, où l'humanité et la bestialité se confondent, telles ces sorcières liées à leur animal totem dont les esprits finissent par se fondre totalement l'un dans l'autre. La mort est omniprésente, elle rôde au détour d'une ombre, elle se cache au coeur-même de la lumière, elle gicle dans le sang qui se répand. Noir, Blanc, Rouge, les trois couleurs de cette histoire, aussi simple que complexe, aussi brute que puissante …
Comment ne pas être impressionnée par la sublime plume de Noémie Wiorek, qui démontre avec ce premier roman qu'elle a parfaitement sa place parmi les grands noms de la fantasy française ? Il y a une force et une beauté inouïes qui se tapissent au coeur de ces mots, de ces phrases : je suis vraiment tombée sous le charme de cette plume, riche et poétique, qui nous relate avec subtilité et finesse cette histoire qui se démarque indiscutablement de toutes les autres. L'autrice nous invite à partir à la rencontre de personnages tout en nuances qui ne sont ni bons ni mauvais, forts et fragiles à la fois, à la fois attachants et si distants, prêts à se déliter d'une seconde à l'autre et pourtant inoubliables. On ne sait sur quel pied danser avec eux, tantôt on les plaint, tantôt on les exècre. Rien n'est jamais tranché dans ce royaume où les légendes prennent vie, où la lumière et l'ombre se confondent dans le blanc de la neige qui apparait tantôt comme la renaissance d'un monde et comme la mort en marche. Et puis, l'autrice nous surprend, du début à la fin, elle nous offre des rebondissements inattendus, des révélations étonnantes : pas une seule fois elle ne tombe dans la banalité ou la simplicité …
En bref, vous l'aurez bien compris, c'est un véritable coup de coeur pour ce roman qui ne ressemble à aucun autre malgré les apparences, car les apparences sont souvent trompeuses. Bien sûr, au premier abord, on pourrait grincer des dents face à ce récit qui semble rempli de clichés et de stéréotypes, mais il suffit de quelques pages pour comprendre qu'il ne s'agit clairement pas d'une banale lutte entre un Seigneur des Ténèbres et un Elu de la Lumière. Et alors, on ne peut que se laisser captiver par cette histoire envoutante, entêtante, entrainante, par cette ambiance poétique, onirique, mélancolique … par la puissance de ces mots et de ce récit. C'est un roman de fantasy qui fait étonnamment écho aux grandes questions de notre société contemporaine : le réchauffement climatique qui détruit progressivement l'hiver qui repose la terre, la disparition de nombreuses espèces animales qui réduit progressivement à néant la diversité de notre planète, mais aussi la puissance des femmes et de leurs rêves, opprimés mais jamais éteints. Des thématiques qui surgissent en filigrane derrière cette histoire déjà si captivante et passionnante. C'est vraiment un excellent premier roman, et je souhaite le meilleure à cette autrice qui a un grand avenir devant elle !
Lien : http://lesmotsetaientlivres...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Livresque78
  09 juillet 2020
J'ai gagné ce livre grâce à l'Opération Masse critique. Quelle joie de le recevoir après des mois de confinement. Ce livre est avant tout extérieurement magnifique, c'est un vrai bijou.
Concernant son contenu, les intentions sont belles mais j'avoue avoir été totalement perdue. Impossible de cerner les personnages, leurs interactions...
Grosse déception me concernant mais il faut aussi dire que je ne suis pas une habituée de la Fantasy, donc peut être est-ce dû à cela, car lorsque les avis des autres lecteurs ne sont pas si perdus que le mien.
Commenter  J’apprécie          180
Tachan
  21 juillet 2020
Tout d'abord, je tiens à remercier les éditions de L'Homme sans nom pour leur confiance dans l'envoi de ce roman de la jeune autrice Noémie Wiorek qui m'a permis de faire une découverte singulière. 
Née peu ou prou au moment de la chute de l'URSS, Noémie Wiorek a été nourrie à la sève des années 90, au coeur du phénomène Harry Potter. Elle commence ainsi à sérieusement écrire à l'orée de l'adolescence. Elle exerce depuis quelques années le métier de professeur-documentaliste, autre moyen pour elle de donner le goût de la lecture aux jeunes générations. Elle propose ici dans ce tome unique une histoire dépaysante dans un univers froid et rude où le lecteur sera lui aussi mis à rude épreuve.
L'univers que nous propose Noémie Wiorek m'a de suite fait forte impression. A l'image de sa couverture brumeuse et de son titre long et mystérieux, j'ai trouvé l'ambiance longtemps floue et mystérieuse pour ne pas dire opaque. Il m'a fallu un certain temps, assez long je dois dire, pour comprendre où voulait nous mener l'autrice, mais une fois la chose comprise ce fut un vrai plaisir de la lire et de repenser même à ce que j'avais lu auparavant.
L'histoire s'ouvre sur l'opposition entre deux mondes : celui de la cour d'un jeune Prince faiblard et geignard qui a repris la couronne de son frère mort sans vraiment la vouloir et qui est manipulé par une forme de clergé ; et face à lui un groupe de rebelles, mené par Noir et sa seconde Agnieszka, tous deux très mystérieux qui se sont alliés avec des êtres loin d'être humains et qui semblent vouloir la perte du royaume de Morz. Les deux entités sont d'abord présentées de manière fort caricaturale et manichéenne : il y a le gentil prince contre les méchants rebelles. Sauf que petit à petit, au fur et à mesure que l'autrice étoffe son histoire, on découvre une réalité beaucoup plus complexe et riche.
Noémie Wiorek ne se contente pas d'une banale opposition entre le bien et le mal, elle questionne au contraire sur les origines de chacun, imaginant une mythologie riche et subtile, pleine d'une macabre poésie qui prend vraiment aux tripes. Son univers, c'est une sorte de monde post-apocalyptique avec des résonances de Préhistoire et de peuples indigènes qui vivent dans des grottes, ont peur de sorcières vengeresses, et un haut Moyen Âge sombre où un monarque peut être aveuglé par sa foi. Cela donne une ambiance assez pesante qui n'a pas été sans me rappeler celle de la Terre Fracturée de N.K. Jemisin, où de la même façon il y avait une poids assez important de la Terre et de ce qu'elle renferme.
Ici la mythologie repose à la fois sur cette disparition, il y a longtemps, de la neige qui a causé bien des traumatismes, ainsi que sur les sorcières et les créatures totems qui les accompagnent dans leur quête de retour de l'Hiver, ainsi que sur des peuples non humains comme les N'dus qui sont avec les Rebelles. C'est longtemps assez flous et on ne comprend pas bien ce que chacun trame et pourquoi, mais quand le voile se lève dans le seconde partie du roman, tout s'explique et on voit enfin le grand tableau fascinant mais terrifiant que cela forme. Car chez l'autrice rien n'est gratuit. L'espoir est là mais ce n'est pas un espoir lumineux, c'est un espoir qui reste sombre et terriblement réaliste avec son lot de déceptions et de noirceur. J'ai beaucoup ces nuances, j'ai trouvé que ça changeait énormément des discours souvent ultra positifs et naïfs du coup qu'on pouvait trouver à la fin de pas mal de récit de Fantasy. Ici, l'univers est sombre et le reste jusqu'au bout à sa façon, pas besoin de l'édulcorer.
D'ailleurs, cette volonté de ne rien édulcorer, on la retrouve également dans le panel des personnages croisés. Ce sont tous des âmes cassées pour qui la réparation n'est pas vraiment possible et chez qui il y aura toujours une fissure. Comme souvent ces derniers temps, j'ai beaucoup aimé les personnages féminins, la mère du Prince et Agnieszka la seconde de Noir, en tête. Ce sont deux femmes très fortes qui ne se laisse pas enfermer par le carcan de leur sexe. Elles vont au bout de leurs idées et envies envers et contre tout. En prime, Agnieszka a une relation très particulière avec son environnement et avec son "chef", Noir. C'est elle, le héros que l'on va suivre au final et sa construction m'a à nouveau beaucoup rappelé celle de l'héroïne de la Terre Fracturée. J'ai trouvé les personnages masculins moins réussis, soit trop effacés comme Noir, soit trop empreints de folie comme le Prince Jaroslav et son ami Tomislav. (Au passage, tous ses noms en "slav" à un moment m'ont un peu perdue >
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
LesFantasydAmanda
  13 août 2020
--- La promesse d'une lecture différente ---
Voilà ce que laissait entendre le synopsis et ce qui m'a attirée dans ce one-shot. La raison même pour laquelle je l'ai acquis en avant-première à La Foire du Livre de Bruxelles. Et, dès le prologue, j'ai plongé dans un monde froid et sanglant qui fondrait bientôt sous les rayons ardents du soleil…
Je ne sais comment l'expliquer, mais ce livre fut une expérience unique, car l'auteure a construit un univers qui sort des sentiers battus. La manière dont elle le raconte participe également à son originalité, mais j'y reviendrai. Alors, certes, on y retrouve des hommes qui se font la guerre, mais pas seulement. D'autres créatures s'invitent dans l'histoire, comme Noir, un esprit prétendument maléfique, les N'dus (je ne saurai vous expliquer qui ils sont) et les sorcières aux intentions cachées.
Mais alors, qu'est-ce qui pèche ? En vérité, j'ai eu l'impression que le puzzle n'était pas complet. Bien sûr, nul auteur ne peut creuser à l'infini son univers, mais je suis restée sur ma faim. Certaines zones d'ombre m'ont frustrée, d'autres m'ont parfois perdue. J'aurais tellement aimé en savoir plus sur la magie des lions ailés, sur les actes commis par Daria. Noémie Wiorek a cependant choisi de ne pas donner toutes les réponses, et je dois reconnaître que ces manquements confèrent à l'histoire un côté mystérieux, presque mystique.
--- Un style d'écriture qui ne fera pas l'unanimité ---
La plume de Noémie Wiorek se veut travaillée, voire poétique par moments. le résultat est certes remarquable, mais il ne simplifie pas l'entrée du lecteur dans l'univers. En effet, celui-ci est déjà complexe par bien des aspects, et la lourdeur du texte ne fait qu'aggraver les choses.
En outre, j'ai eu la sensation que l'auteure se perdait dans de belles phrases, parfois trop longues, souvent creuses. Quand elles n'étaient pas tout simplement redondantes. Je me suis donc surprise à refermer le livre lorsque ma concentration m'échappait, consciente qu'il ne servait à rien d'insister.
Ah, et j'ai relevé une utilisation excessive des points-virgules. Vous voilà prévenus !
--- Un mot sur les personnages ---
Le synopsis fait mention de plusieurs personnages, et tous sont essentiels pour l'histoire. Noir est certainement le plus énigmatique, mais je ne peux trop en dire sans vous spoiler. Sachez simplement qu'il contribue à l'originalité du récit et que sa relation avec le Second m'a beaucoup intriguée. Au début, elle m'a paru pleine de contradictions, puisqu'ils s'attirent et se repoussent sans cesse. Néanmoins, tout s'explique par la suite, et les révélations à ce sujet m'ont littéralement scotchée.
D'autres personnages vivent dans l'obscurité, mais j'avoue avoir eu du mal à les distinguer. L'auteure reste vague et use de sous-entendus pour les décrire, évoquer leur passé et tracer leur avenir. Bref, quelques précisions supplémentaires n'auraient pas été superflues.
Enfin, n'oublions pas le prince Jaroslav et son champion, Timoslav. Deux fanatiques qui se croient investis d'une mission et, au vu des circonstances, c'est compréhensible. Ils ont ainsi joué le rôle d'antagonistes avec brio, et c'est pour cette raison que j'aurais aimé en apprendre plus à leur propos.
--- Lumière contre obscurité ---
On pourrait croire au premier abord que cette histoire raconte l'immuable combat entre le Bien et le Mal. Mais ne pense-t-on jamais que nos actes et nos croyances sont légitimes, tant que l'on ne connaît pas ceux du camp adverse ? C'est justement ce que Noémie Wiorek démontre avec brio dans Les chat des neiges ne sont plus blancs en hiver. Il ne s'agit donc en rien d'un récit manichéen, au contraire.
Néanmoins, comme vous pouvez l'imaginer, la lutte est éternelle. Tandis que la lumière domine, l'obscurité tente de reprendre la main. Mais ce ne sont jamais que de petites victoires, pour autant de recul. J'ai donc relevé des longueurs, surtout dans la première partie, qui m'ont découragée, car elles ralentissent considérablement l'intrigue. Heureusement, j'ai davantage apprécié la seconde moitié, plus dynamique, plus riche en rebondissements et en révélations.
--- Une pseudo intrigue de cour ? ---
C'est sûrement l'une de mes plus grandes déceptions. En effet, l'auteure amorce complots et manipulations à la cour du prince Jaroslav, tandis qu'il succède à son frère dans la précipitation. J'ai donc fondé de nombreux espoirs sur cet aspect de l'histoire. Cependant, il s'est finalement révélé assez secondaire, d'autant plus que Noémie Wiorek accorde davantage d'importance aux partisans de l'obscurité.
Pourtant, tous les ingrédients étaient réunis : dissensions, meurtres et trahisons, que l'on entrevoit dans quelques passages, mais rien de plus. Vraiment, quel dommage !
--- Un dénouement que je ne comprends qu'à moitié ---
Encore une fois, c'est regrettable. Pourtant, Noémie Wiorek est parvenue à m'emporter avec elle lors du combat final, bien qu'il n'ait pas pris la forme que j'avais imaginée. Mais qu'importe, c'était grandiose !
Toutefois, le double épilogue m'a laissé un goût amer, déjà parce qu'il est beaucoup trop long, ensuite parce qu'il est… farfelu ? J'ignore si c'est le bon terme, mais je n'en trouve pas d'autre.
Lien : https://lesfantasydamanda.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Zoeprendlaplume
  14 décembre 2021
l y a longtemps, il y avait de la neige dans le royaume de Morz. Maintenant, c'est de la boue. Dans laquelle les loups se sont noyés.
Le royaume subsiste, avec à sa tête Jaroslav, qui tente de le garder dans la lumière, avec l'aide des Dieux.
Mais nombreux sont ceux qui veulent le retour de la neige. Noir, et son Second terrifiant, en premier lieu. Qui déciment tout sur leur passage.
Et au-dessus planent les sorcières…

Ce que j'ai adoré dans ce roman en premier lieu c'est la manière qu'a l'autrice de tout déconstruire : intrigue, personnages, action. Minimalisme est le maître mot ici. Les personnages ne sont en rien des héros et certains n'ont même pas droit à un vrai nom, le cadre ne fait pas rêver, les péripéties sont rares. Et il y a plein de questions qui restent sans réponse, qui pourraient pourtant nous aider à comprendre bien ce qui se passe ici, où et quand. Mais Noémie Wiorek est avare en détails. Elle laisse des blancs, beaucoup. Exprès.
J'aime voir les schémas habituels mis à mal. Tous les codes habituels du romanesque sont détruits.
Pourtant, dans les vides et les blancs, se cache une densité incroyable. Ce roman, j'ai mis une semaine pour le lire. Peu de dialogues, beaucoup de non-dits. Il faut creuser, soi-même.
Et l'autrice parvient à nous surprendre. Plus d'une fois, j'ai cru aller dans une direction, et puis en fait, non, ce n'était pas ça. le second est le personnage qui m'a le plus subjuguée. Je l'ai trouvé magnétique, surprenant, consistant, complexe, Beau.
L'écriture de l'autrice est immersive, solennelle, d'une grande force, qui nous emmène loin dans des Temps immémoriaux. Il y a un aspect un peu "récit des temps anciens" dans ce roman. L'ambiance est pleinement immersive, et j'ai adoré sentir la neige, autant, alors qu'on l'attend, qu'on l'espère, et qu'elle n'est pas là.
Il y a quelque chose de très brut dans ce roman. La violence se livre de manière brute, les personnages aussi, nus, sans artifices. J'ai aimé cet aspect-là, chez certains ça peut rebuter, moi ça m'attire comme un aimant.
J'ai passé un très très bon moment avec ce roman, dont j'ai en plus adoré le final, mélancolique, plein d'amertume mais laissant ouvert la porte vers autre chose, un autre âge, une autre histoire de cette épopée.
J'ajoute que le livre objet accompagne à la perfection la lecture, bordé de noir et de griffes en guise d'entêtes de chapitres.
C'était ma première lecture du cold winter challenge, et ça collait parfaitement au menu "Hiver sombre".
Lien : https://zoeprendlaplume.fr/n..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
DreamBookeuseDreamBookeuse   11 août 2020
Lourdes, trop lourdes, les masses blanches s’écrasèrent dans un fracas de chair et d’os qui fit trembler jusqu’aux épines des sapins, tristes témoins muets de leur déchéance. Leur rugissement de douleur fit un instant flancher le vent, devenu muet. Un silence consterné, dégoûté, s’éleva alors, de la part des harfangs, des renards. Des choses venaient de pénétrer sur leur territoire.
Ce n’étaient pas des flocons.
Ce n’étaient pas des oiseaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AryiaAryia   24 juin 2020
La dernière frontière du monde n’est qu’une immense plaque de glace grise, silencieuse, où poussent des plantes dures comme la pierre. Le vent siffle près de la neige, l’épousant au cœur de falaises abruptes, lèche le lichen et les mousses sur les roches, torture les arbres rachitiques, arrache leur chaleur aux autres créatures si péniblement dressées dans l’immensité immaculée. Liberté et cruauté, les devises du nord, frappées dans le cœur de tous les êtres y survivant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
YuyineYuyine   26 avril 2020
Dans ce royaume où la férocité est reine, les ours foulent la neige sans crainte, monarque des terres mortes. Leurs gueules dégoulinent du sang des proies fraîchement éventrées, et ils promènent, goguenards, leurs yeux le long d’une ligne d’horizon qu’un soleil pâle parvient à peine à faire rougeoyer. L’astre n’arrache aucune larme à la neige éternelle.
Commenter  J’apprécie          20

Video de Noémie Wiorek (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Noémie Wiorek
A l'occasion des Imaginales 2021, Noémie Wiorek nous parle de son roman, Les chats des neiges ne sont plus blancs en hiver (HSN).
autres livres classés : dark fantasyVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus

Autres livres de Noémie Wiorek (1) Voir plus




Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
2118 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre