AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
4,38

sur 267 notes
5
76 avis
4
35 avis
3
2 avis
2
1 avis
1
0 avis
marina53
  27 octobre 2021
Assise sur le porte-bagage de la vieille mobylette de son oncle, Blabla, Efi, à tout juste 14 ans, savoure cette fin de journée lumineuse, la ville qu'elle quitte et espère retrouver à la rentrée prochaine et la promesse de vacances estivales auprès de sa famille et ses amies. Une famille qu'elle a laissée pour s'installer chez sa tante, Neila, afin de poursuivre sa scolarité. Elle se sent légère et épanouie. Mais aussi fière de ses bons résultats scolaires. En arrivant au village, elle distingue aussitôt sa soeur, Rana, et son frère, Solo, qui jouent avec leurs copains. Mais si Efi demande à son oncle de s'arrêter, il n'en fait rien et lui répète qu'il doit la conduire chez ses parents. Elle retrouve une mère fatiguée, enceinte, un père froid et distant. Tous se moquent de ses ambitions de devenir ingénieur, des livres qu'elle a rapportés. Et pour cause, comme le lui a souligné sa maman, la voici devenue une très belle jeune fille, nubile qui plus est...

Efi a 14 ans et si elle espère faire de grandes choses plus tard, d'autant que son bulletin scolaire est prometteur, ses projets vont très vite être balayés... Habitant un pays pauvre, que Jo Witek n'a pas situé, universalisant ainsi son propos, au sein d'une famille nombreuse, la jeune fille va, au vu du comportement de ses parents et de son grand frère, bientôt comprendre que ceux-ci ont arrangé son mariage avec un homme, semble-t-il, de bonne famille. Et c'est le choc pour l'adolescente, submergée alors de sentiments, la rage, la colère, la déception, l'incompréhension, la trahison, la solitude... mais aussi partagée entre son désir d'émancipation, de liberté et les coutumes de son pays. Avec beaucoup de sensibilité, de justesse et d'intelligence, l'auteure signe un roman fort, percutant et dur qui donne, évidemment à réfléchir, sur le sort de ces jeunes filles (pas moins de 12 millions d'entre elles chaque année, dans le monde), la puissance des traditions mais aussi sur le travail des ONG.
Un roman fort louable pour les adolescents...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          712
jeunejane
  07 avril 2022
Efi a 14 ans. Elle rentre du lycée pour les vacances d' été.
Dans son village, elle sent tout de suite un nouveau regard posé sur elle, de nouveaux interdits.
Ses amies proches sont au courant de ce qui leur arrive et l'acceptent. Elles sont nubiles et en âge d'être mariées.
Pour Efi, c'est un drame, elle voulait continuer ses études et devenir ingénieure pour aider son pays.
Son milieu pauvre et les traditions ne le permettent pas.
Elle n'accepte pas son sort, le côté inférieur de la femme, le vieux mari qu'on lui a choisi.
Je me suis posé la question de savoir dans quelle région du globe on se trouvait mais une fois les films bollywoodiens cités, j'ai bien imaginé qu'on se trouvait en Inde.
Le récit veut éveiller les jeunes à une réalité qu'ils ne connaissent peut-être pas.
Le récit est court mais tellement qu'on risque de ne pas vivre ce bref roman et de ne pas s'attacher au personnage.
Les chapitres sont courts également. Pour les jeunes lecteurs, ça répond à leur demande.
L'illustration de la couverture est belle et agréable à regarder.
Pour un adulte, la fin est peu plausible ou c'est moi qui ai perdu des illusions. En même temps, l'auteure a peut-être voulu donner une note optimiste à ce destin qui pouvait basculer vers la servitude à tout jamais.
Le livre a le mérite d'exister pour sensibiliser les jeunes du monde occidental à cette terrible réalité du mariage forcé, à cette terrible réalité du non respect des libertés de la femme.
J'avais choisi le livre parmi d'autres pour ma petite-fille qui doit faire un exposé sur un livre de son choix. C'était à sa demande car elle connaît mon penchant pour la lecture.Elle a choisi un autre mais lira certainement celui-ci pour ses lectures libres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
djdri25
  07 février 2021
Efi est une jeune fille de 14 ans qui comme toutes les autres adolescentes de son âge vivant dans un pays pauvre, rêve d'un avenir meilleur, elle habite avec sa famille dans un village où le progrès technique est insuffisant, les catastrophes climatiques font rage, ruinant les agriculteurs et le reste de la population.

Élève brillante, personnage dynamique, plein de vie, rebelle, altruiste, lucide ; Efi a de grandes ambitions pour son pays ; elle veut être ingénieure et participer au progrès technique de celui-ci.

Lors des vacances d'été, elle revient du collège de la ville où elle étudie mais ne reçoit pas le même accueil qu'à l'accoutumée, inquiète, la jeune fille se demande ce qui se trame derrière tout cela. La froideur soudaine de son père, de son frère, des gens du village, tous semblent s'être ligués contre la jeune fille qui a peut-être grandi trop vite pendant que les mentalités, elles, sont restées figées dans les traditions ancestrales et la domination masculine, en sacrifiant le bonheur de leurs enfants aux besoins immédiats et au regard pas toujours juste ni bienveillant de la communauté, de la misère et de l'ignorance.

Les projets de sa famille, pour elle, sont à l'opposé de la vie dont elle avait rêvé comme peuvent en rêver toutes les jeunes filles de son âge et de sa condition, Efi en est bouleversée, « Un drame » pour la jeune fille, son univers s'écroule. On comprend alors pourquoi selon le titre du récit, avoir 14 ans pour elle n'est pas une bonne nouvelle, elle se sent trahie.

Auteure jeunesse que j'apprécie, j'ai lu d'autres récits de Jo Witek que qui m'ont beaucoup plu, ils me semblent intéressants pour les adolescents.

Le livre présent est engagé sur la condition féminine dans le monde, les inégalités entre les femmes selon leur endroit de naissance. Il dénonce la violence des hommes envers les femmes et le poids et la puissance des traditions qui les réduisent à l'état d'un corps obéissant, d'objet, au mutisme, les empêchant ainsi de choisir librement leur destinée et de vivre leur vie de femme et de jeune fille condamnées au silence et à la servitude.

Mais le combat bien que difficile n'est pas terminé pour Efi.

Ce livre est bien écrit, avec un personnage bien construit dont on entend toutes les pensées, la colère et les cris de révolte aussi bien intérieurs qu'extérieurs afin de développer la compassion et l'attention du lecteur et l'interpeller aussi. Il peut faire écho et sensibiliser les jeunes à la problématique du mariage forcée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
dannso
  28 mars 2021
Elle a 14 ans et rentre à la maison pour les vacances
Elle a 14 ans et son uniforme de collégienne est trop petit. Elle ne sait pas encore qu'elle n'en aura pas un autre.
Elle a 14 ans et des seins. Elle ne pourra plus se promener seule.
Elle a 14 ans et est nubile. Nubile donc bonne à marier. Qu'elle le veuille ou non, que son futur époux lui plaise ou non, qu'elle ait des espoirs et des projets ou non.
Elle a 14 ans et est « La Belle » Elle aurait préféré être « L'Intelligente » Mais la beauté est une denrée, qui se vend et qui peut rapporter gros à sa famille.
Elle a 14 ans et ce n'est pas une bonne nouvelle.
Ce livre est un cri, le cri de révolte d'une jeune adolescente dont le monde s'écroule : on lui avait donné le droit d'aller au collège, l'espoir d'une vie différente. Mais ses parents ont des dettes et ne peuvent renoncer à la marier, pour l'argent que cela représente, mais aussi pour sauvegarder leur image au village. Elle va résister et sera finalement sauvée, mais à quel prix. Un roman comme un coup de poing qu'il faut lire et partager. Un roman qui malheureusement est encore la réalité pour beaucoup de jeunes filles, et aussi jeunes garçons. L'auteure a l'intelligence d'aborder aussi cette réalité du point de vue du frère d'Efi, qui subit lui aussi la contrainte des coutumes.
Je remercie infiniment les éditions Actes Sud Junior pour le partage de ce roman, à coté duquel je serai sûrement passée #Jai14ansetcenestpasunebonnenouvelle #NetGalleyFrance

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          353
coquinnette1974
  24 septembre 2021
A la bibliothèque, j'ai emprunté : J'ai 14 ans et ce n'est pas une bonne nouvelle de Jo Witek.
En rentrant du collège pour les vacances scolaires, Efi est convaincue qu'elle est une ado comme les autres et qu'à quatorze ans le monde lui appartient. Elle a la chance d'avoir pu faire des études, grâce à sa mère, et elle veut devenir ingénieure. Accomplir de grandes choses...
Elle oublie qu'elle vit dans un pays très pauvre dans lequel les filles nubiles (c'est à dire bonnes à marier) n'ont plus de liberté, plus d'horizons, plus de livres ni de balades avec les copines.
Son avenir est désormais entre les mains d'un père, puis celles du mari qu'on lui a choisi. Efi est devenue une marchandise, un beau cadeau offert à une famille...
Arrachée à l'enfance, ses rêves piétinés, Efi entre dans l'enfer du mariage forcé.
Son destin serait-il au XXIe siècle de vivre à jamais en servante emprisonnée ?
J'ai 14 ans et ce n'est pas une bonne nouvelle est un roman pour ados qui m'a pris aux tripes. Il est poignant, comme l'autrice Jo Witek sait en écrire. Court mais percutant, je peux vous assurer que ce roman ne vous laissera pas indifférent.
Efi est une adolescente de 14 ans comme les autres, du moins en apparence. Là où elle vit, même si la loi interdit les mariages avant 15 ans, c'est la tradition qui prend le dessus. A partir de 14 ans, une fille est bonne à marier, un point c'est tout ! Pas question d'attendre un an de plus.
Avant de rentrer dans son village, la jeune fille n'avait pas intégrer cette donne. Insouciante, heureuse de retrouver les siens, la pauvre va vite déchanter ! Dès son arrivée elle comprend que les choses ont changées, que son destin sera très différent de celui qu'elle imaginait. Adieu études, bonjour mariage. Elle n'appartient plus à sa famille mais à sa future belle-famille.
J'ai trouvé ça horrible, c'est impensable de faire un truc pareil à une jeune fille. Tout en sachant très bien que ça arrive tous les jours dans certains pays.
C'est un roman très réaliste avec une écriture qui fait mouche. L'autrice n'en fait ni trop ni pas assez. La fin est très crédible.
J'ai 14 ans et ce n'est pas une bonne nouvelle est un excellent roman que j'invite tout le monde, ados comme adultes, à lire.
Ma note : 5 étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          322
AudreyT
  20 mars 2021
*****

Alors qu'elle rentre dans son village pour les vacances, Efi quitte le collège le coeur léger. Elle a hâte de retrouver sa famille, ses amies et de lire les romans que lui a laissé sa professeure. Un peu de poésie sous l'arbre centenaire et le bonheur d'Efi est assuré. Mais elle va très vite comprendre que quelque chose a changé. Elle a 14 ans et il est temps pour elle d'accepter le poids des traditions : on la marrie à un homme de 15 ans son aîné et on la prive ainsi de toute liberté. Entre incompréhension, colère et rébellion, Efi va devoir être courageuse...

Jo Witek signe ici un roman jeunesse d'une grande qualité. Tout est juste, limpide, fluide. L'histoire est révoltante, les personnages sonnent vrais et le rythme du récit nous laisse le souffle court.

Jo Witek décide de s'attaquer aux poids des traditions et aux terribles histoires des mariages forcés. On ne sait pas où vit Efi, dans quel pays, quel village, mais c'est bien parce que sa douleur et ses larmes sont universelles. Aujourd'hui encore, de très jeunes filles sont données en offrande à des familles plus riches, mieux reconnues ou bien placées. Aujourd'hui encore, on prive de liberté des adolescentes à qui la vie devrait sourire...

Le combat d'Efi est courageux. Nous devons entendre son cri, écouter son histoire... Car seuls les mots pourront faire taire ces pratiques d'un autre temps...

Merci à NetGalley et aux éditions Acte Sud Junior pour leur confiance...
Lien : https://lire-et-vous.fr/2021..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
ALDAMO21
  26 mai 2021
Que c'est beau ! Que c'est émouvant !
Ce roman est écrit comme un témoignage, tout en sensibilité et dans le langage d'une jeune fille de quatorze ans qui s'interroge et qui se rebelle.


Efi était une jeune fille insouciante, joyeuse de revenir après son année scolaire dans son village pour rejoindre sa famille et ses amies.
Efi était une jeune fille heureuse et fière de pouvoir bientôt montrer son carnet scolaire rempli de bonnes notes et des meilleures appréciations.
Efi, était une jeune fille avec des rêves plein la tête, qui voulait devenir ingénieure, pour pouvoir aider son pays, à améliorer les conditions de vie de sa famille, mais aussi de son peuple,


Mais il a suffi d'un instant, de quelques mots prononcés, pour que la terre entière s'ouvre en deux et que le chaos s'engouffre violemment dans le coeur de cette jeune fille. Et qu'il lui détruise brutalement toute son innocence et tous ses rêves les plus fous.
Efi qui découvre le sens du mot « Nubile ».
Efi qui découvre avec effroi le vrai monde où elle est née, où elle vit.
Efi qui découvre le mensonge, la tromperie et la trahison.
Efi qui découvre l'implacable et terrible destin que lui ont réservé en secret ses parents.

Quelques heures m'ont suffi pour suivre ce récit immense, intense, bouleversant, celui où les rêves et les espoirs de milliers de petites filles et de jeunes filles, aux quatre coins de la planète, sont anéantis, détruits, piétinés par des lois, par des traditions, par une religion.


Jo Witek n'a pas écrit un conte moyenâgeux, car ce drame immense se passe là, maintenant, encore aujourd'hui devant nos yeux.
Le grand drame du mariage forcé, de cette violence qu'on inflige à toutes ces jeunes filles. Des mariages qui me paraissent parfois très glauques, comme ceux à connotation incestueuse, lorsque la gamine se retrouve mariée contre son gré, à un homme qui pourrait être son père.


Comment pouvons-nous casser la chaine ?
Comment pouvons-nous aider toutes ces femmes immergées dans leurs us et coutumes, dans leurs rites ancestraux patriarcaux ?
Comment pouvons-nous modifier cette transmission, soulager ce fardeau de soumission et d'esclavage que ces femmes se transmettent de génération en génération ?


Je revois une scène du film « Woman » de Yann-Arthus Bertrand.
Celle où l'admirable Leyla Hussein, psychothérapeute et activiste sociale somalienne, sillonne l'Afrique pour prévenir des dangers de l'excision. Elle est dans ce même combat !
Leyla, qui elle-même s'est faite excisée très jeune, mène une bataille sans répit, contre cette atroce mutilation que les mères infligent à leurs petites filles, encore et toujours elles.

Je revois toutes ces femmes, toutes ces mères, assises autour de Leyla la combattante. Toutes ces mères, mal à l'aise en écoutant ses discours de prévention, presque venus d'ailleurs. Des femmes qui ne semblent pas comprendre, qui semblent démunies d'un raisonnement rationnel.
Pour elles, comme pour leurs propres mères, comme pour la mère d'Efi, comme pour sa grand-mère, comme pour ses tantes, toutes disent et répètent à l'unisson :
- « C'est comme ça !»
- « Ma fille doit obéir ! »
- « Elle ne doit pas être une honte pour la famille ! »
- « Si ma fille n'est pas excisée, elle ne trouvera jamais un mari ! »


Ces paroles me semblent parfois si immuables.


J'ai cité Leyla Hussein, il n'y a pas qu'elle fort heureusement.
Et j'espère que des milliers d'autres combattantes lumineuses suivront son exemple. Qu'elles parcourront le monde pour convaincre des futures jeunes mères qu'il existe pour elles, une vie meilleure. Une vie autre que celle maintenue sous la glaive de la soumission, de la résignation, du jugement du clan, de la peur et du châtiment de leurs maris


Mais ce changement ne se fera pas seulement avec les femmes et par les femmes.
La tache est pour chacune et chacun de nous.
Et elle devra impérativement passer aussi par une éducation rigoureuse des hommes, de tous ces mâles, de tous ces dominants, tous ceux qui continuent de bâtir une société dont ils se sont mis au centre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          217
Fabh64
  27 mars 2022
Un récit court sur un sujet délicat : le mariage forcé.
12 millions de fillettes contraintes chaque année de se marier !

Que c'est minable de la part de ces parents ! Oui et non. Il faut avoir le courage de se mettre dans leur peau. le récit le dit très bien d'ailleurs, c'est une tradition ancestrale. La maman d'Efi et les mamans des mamans en sont toutes passées par là. C'est une de ces traditions qui soude ces gens, qui leur permettent de survivre.

J'ai lu les avis, ils sont rédigés sous l'emprise de la peine, de la honte, de l'indignation, et en fin de compte, sans grande estime pour ces gens-là. Et je pense que Jo Witek l'a très bien compris. Ils sont tous piégés. Reste LA solution que l'auteure nous donne d'ailleurs :

Ma note : 8/10. Un livre qui devrait faire partie de l'enseignement … mais pas uniquement dans nos contrées dites civilisées où mille autres « contraintes » angoissent nos fillettes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          203
Anneetmots
  04 juillet 2021
C'est la fin de l'année scolaire, Efi rentre chez elle pour les vacances. Pour pouvoir aller au collège pendant l'année, elle vit chez sa tante à la ville. Elle est heureuse, elle a dans ses affaires des livres choisis par sa professeure.
Pourtant, des l'arrivée, elle sent que tout est différent, on la surveille on l'épie. Et enfin sa mère lui révèle ce qui a changé : elle est nubile maintenant.
Pour elle c'est la catastrophe, elle ne veut pas de ce mariage,elle veut faire des études pour pour améliorer la vie des gens de son village et des alentours...
C'est une lecture intéressante, l'écriture est simple et précise. J'imagine que beaucoup d'ados et de pré-ado de notre monde actuel découvriront avec surprise et étonnement ce que vivent les petites filles dans beaucoup de pays de par le monde.
Commenter  J’apprécie          180
mimouski
  05 décembre 2021
La couverture ne m'avait pas du tout fait penser à Actes Sud Junior, c'est en voyant l'épaisseur que j'ai commencé à regarder le nom de la maison d'éditions. Ce choix de lecture s'est porté sur l'encensement des médias, réseaux et prix Babelio, ce qui m'a valu de le mettre dans ma PAL pense-bête depuis sa sortie. Dès que je l'ai vu en rayon de biblio, le livre s'est rapidement retrouvé dans mon sac.

Efi est intelligente, courageuse et têtue, son rêve est de devenir ingénieure et améliorer la situation de sa ville, son pays. Mais le carcan familial des traditions ne va pas lui permettre de réaliser ses rêves, bien au contraire. La liberté à portée de main n'est plus qu'un vieux souvenir d'enfance et il est temps d'accepter la condition d'une femme soumise au patriarcat dans son pays.

C'est dur, court, immersif, la plume de Jo Witek est captivante et le thème est plus qu'actuel. Comme il est si bien écrit, il n'est pas nécessaire de connaître le lieu de ce mariage forcé sur une gamine de 14 ans, cela peut être généralisé partout dans le monde. Très bonne lecture pour faire réagir, discuter, se révolter et s'ouvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160


Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura






Quiz Voir plus

Récit Intégral

Quel est le prénom du personnage principale?

Martin
Léa
Marie
Xavier

15 questions
14 lecteurs ont répondu
Thème : Récit intégral (ou presque) d'une coupe de cheveux ratée de Jo WitekCréer un quiz sur ce livre