AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2330073496
Éditeur : Actes Sud (11/01/2017)

Note moyenne : 3.96/5 (sur 159 notes)
Résumé :
Jusque là tout était clair dans sa tête. À la maison, il était Mo, parfois aussi Tit'tête ou bouffon à lunettes. À l'école, c'était Maurice Dambek. Chez lui, à l'étroit dans le petit appartement, ça parlait fort par-dessus la télé et ça disait des gros mots (pour être tranquille, Mo fait ses devoirs dans la baignoire !). En classe, on se tenait correctement et on parlait comme dans les livres. Ses deux vies étaient bien distinctes, il suffisait de ne pas se tromper ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (137) Voir plus Ajouter une critique
Ziliz
  10 février 2018
Maurice Dambek est en CM2, il est sympa, cool, bien intégré, très bon élève.
Mo vit dans un petit appartement avec ses parents, ses deux frères, sa soeur, leurs deux chiens. La famille est bruyante, un brin vulgaire sans doute, mais chaleureuse et aimante.
Grâce à son adaptabilité et à son intelligence intuitive, Maurice/Mo passe sans problème d'un univers à l'autre. Il y a des expressions qu'on emploie à l'école mais pas chez soi, et vice-versa...
Bref, tout va bien jusqu'au jour où son copain Hippolyte, de passage chez lui avec sa mère, lui fait comprendre que « sa famille, elle craint, elle est nulle. »
Voilà notre petit Mo tout perturbé, tiraillé entre ces deux mondes, trouvant soudain ses proches minables.
Histoire sympathique sur les apparences, le changement de regard sur les proches à la veille de l'adolescence, l'affrontement entre différentes cultures, les bienfaits de la mixité sociale. Le roman plaide aussi en faveur de la transparence sur le parcours familial : l'histoire des ancêtres, les anecdotes parentales, ça crée des liens. Petit clin d'oeil également au courage nécessaire aux migrants pour tout lâcher et repartir de zéro ailleurs, dans un univers inconnu.
Un bon livre, qui fait réfléchir, dont la fin est un peu convenue et gentillette mais les bonnes crêpes devraient aider à faire passer tout ça...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          459
AudreyT
  21 août 2017
****
Maurice Dambek a 10 ans. Il est bon élève, vit dans une famille aimante mais un peu loufoque, entouré de ses parents, de ses trois frères et soeur et de leur deux chiens. Ça fait du monde dans un petit appartement !!! Mais Maurice ne s'en est jamais rendu compte. Il vit sa vie d'élève de CM2 sereinement, en distinguant bien ce qu'il est chez lui et son rôle à l'école. Jusqu'au jour où son meilleur ami vient chez lui pour un exposé. Là, tout bascule...
Quelle belle découverte que la plume de Jo Witek !!! L'histoire est très bien écrite, les personnages sont attachants et tout sonne juste : les deux mondes dans lesquels ont souvent l'impression de vivre les enfants, la famille qu'on voudrait idéale mais qui ne l'est pas, les personnes qu'on place sur un pied d'estal mais qui n'ont rien d'enviable... L'auteur a su trouvé les mots pour raconter la gêne et l'amour qu'on porte souvent à nos familles, rassurer sur leur "normalité" et prouver qu'on a tous des héros cachés à nos côtés...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          422
book-en-stock
  06 mars 2018
Où l'on s'interroge sur la nécessité de connaître ses origines pour mieux se construire.
Maurice Dambec est partagé entre son monde familiale (surpeuplé, bruyant, sans cesse en mouvement) et le monde de l'école (où il faut utiliser un vocabulaire châtié et rester calme) jusqu'au jour où la crise éclate après la visite d'un copain. Ces deux mondes s'opposent totalement et Maurice ne s'y retrouve plus. Comment va-t-il pouvoir surmonter la honte qu'il ressent de sa famille ?
Un roman jeunesse rondement mené autour d'un sujet délicat vu par le regard d'un enfant avec tendresse et naïveté. le récit est touchant, parsemé de notes d'humour qui allège le propos. Les personnages sont très bien campés et caractérisés.
Il est évident que c'est le manque de dialogue en famille qui est à l'origine du malaise (mal-être) de Maurice. Si les parents avaient plus souvent pris le temps de bavarder avec leurs enfants plutôt que de monter le volume du téléviseur, cela aurait évité bien des tracas. Connaître ses origines, savoir d'où l'on vient, avoir des repères familiaux, est très important pour la construction des enfants. Ce roman illustre fort bien cela : on voit comment chacun s'y retrouve une fois que les parents s'ouvrent enfin et dévoilent l'histoire de la famille.
Il y a des moments hilarants qui réjouiront le lecteur car cette famille a tout de même des caractéristiques spécifiques.
Un roman qui restera en mémoire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Saiwhisper
  04 décembre 2017
Un récit à la fois drôle, naïf, déjanté, touchant et simple ; c'est ce qui vous attend derrière « Y a pas de héros dans ma famille » ! J'ai plutôt apprécié cette lecture même si, je dois l'avouer, je m'attendais à mieux. J'ai refermé cet ouvrage en me disant que c'était mignon et attendrissant néanmoins, je n'ai pas été aussi conquise que la blogosphère ou que certains collègues qui m'ont longuement vanté les mérites de cette histoire… Cette dernière met en scène un écolier qui, un jour, va constater qu'il n'a pas une famille comme tout le monde. En effet, avant de rencontrer et de faire un exposé avec Hippolyte, il était persuadé que chaque enfant a deux vies. Lorsque l'on est à l'école, tout est ordonné et bien structuré. Là bas, il se fait appeler « Maurice » et se doit d'être respectueux. Mais une fois qu'il est chez lui, il devient « Mo », « Tit'tête » ou « bouffon à lunettes ». L'ambiance change radicalement : tout est bruyant, il y a toujours du monde à la maison, ses frères et soeurs ressemblent un peu à de la racaille et le quartier ne semble pas très sûr. Aux côtés d'Hippolyte, Mo va apprendre que les gens ont un mode de vie différent voire plus stable que lui. Certains ont même des ancêtres ayant obtenu des Prix Nobel ou des talents remarquables ! Envieux, notre jeune héros va tenter de chercher qui est un héros dans sa famille. Il sonde alors ses proches, fait des recherches dans l'album photo familial, etc. Qui sera l'heureux élu ? Y en a-t-il seulement un ? Mo peut-il réellement être fier de sa famille complètement loufoque ?
Le principe est plutôt sympathique et original. Il permet de voir les choses autrement. Je pense que le sujet peut parler aux jeunes lecteurs qui vont certainement s'amuser à chercher dans leurs propres familles qui a fait quelque chose de remarquable ou d'héroïque. Cela peut amener à un débat en groupe ou en classe. Cependant, j'ai trouvé la conclusion ainsi que le message peu surprenants. le scénario est assez cousu de fil blanc toutefois, on reste dans un roman jeunesse/ado… Je suppose donc que les plus jeunes seront plutôt étonnés et conquis par la fin !… Pour ma part, j'aurais surtout mis davantage en avant le seul personnage qui m'a plu : la mère. Celle-ci donne tout pour sa famille qui, malheureusement, n'est pas toujours reconnaissante. J'ai trouvé son tempérament doux, amusant et réaliste. À l'inverse, Mo, Titi (un frère avide de vitesse et pratiquant de business illicites), Bibiche (une soeur lunatique à la voix de casserole), Gilou (monsieur deux de tension), le père, les deux chiens Grabuge et Assassin, Hippolyte et les autres ne m'ont pas spécialement marquée. Certes, ils m'ont paru sympathiques, mais je n'ai pas eu d'attache pour autant. C'est sans doute dû au fait que j'ai trouvé tout ce p'tit monde trop caricatural…
Malgré mes critiques, je suis certaine que cet ouvrage saura trouver son lectorat aussi bien du côté des adultes que des jeunes lecteurs. C'est une lecture tendre, prônant la tolérance, avec de l'humour, un peu guimauve et pleine de bons sentiments !

Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
Nadouch
  24 septembre 2017
Sympathique petit roman sur la famille et la différence, sur la société, l'amitié et la mémoire. Mo (Maurice), pourrait tout à fait être le fils Groseille dans "La vie est un long fleuve tranquille" : père qui travaille "au noir", frère ex-taulard, soeur vulgaire et grande gueule, maman obèse qui épluche les patates... Sauf que Mo, à l'école, se transforme en Maurice, premier de la classe... Quand il se rend compte que toutes les familles ne sont pas comme la sienne, il va reprocher à ses parents de ne pas avoir de héros dans sa famille...
Bien entendu, un livre à message, on s'en doute : nous sommes tous des héros, à notre manière. Certes bien pensant, ce petit roman a le mérite d'être extrêmement bien écrit, pas bête pour deux sous, vif et rafraîchissant.
Une petite lecture tonique pour gagner en tolérance et en amour filial !
Commenter  J’apprécie          171

critiques presse (2)
Actualitte   05 octobre 2017
Un roman formateur qui aide Maurice à grandir après avoir découvert ses origines. Il faut le dire, on les adore et ce roman donne la pêche !
Lire la critique sur le site : Actualitte
Ricochet   27 mars 2017
Ce roman est totalement envoûtant. D’abord, l’écriture est d’une extrême justesse. Jo Witek a su trouver les mots pour retranscrire avec un grand réalisme le contexte familial de Maurice.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
winuitswinuits   10 décembre 2018
Avant, Maurice Dambek et Mo s'entendaient super bien. Avant, j'étais heureux, ma vie gambadait légèrement entre le monde de l'école et celui de la maison. A l'école : on se tient bien, on parle comme dans les livres, on entend une mouche voler et il ne faut jamais oublier les '' Merci " et les " S'il vous plait ". A la maison : ça parle fort, ça hurle du dedans et du dehors, ça dit des gros mots. Mais voilà, Hippolyte Castant s'est pointé et tout s'est effondré. Tout à coup, mes deux vies ne se sont plus mélangées. Mo et Maurice Dambek ne pouvaient plus se saquer. Et vu que les deux c'est moi, c'était horrible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Happy_livresHappy_livres   04 décembre 2018
Je viens avec toi papa ! J’ai déclaré d’un ton sérieux moi je vais t’aider à aller biffer, je te remercie Mo et je suis fier de toi. T’es le plus courageux.
Commenter  J’apprécie          10
ZilizZiliz   09 février 2018
Bref, avant qu'Hippolyte Castant vienne chez moi pour l'exposé, j'aimais ma mère. J'étais fier de ma mère. De mon père aussi et de toute ma famille, et je me sentais bien dans notre petit appartement.
Mais voilà, Hippolyte s'est pointé et tout s'est effondré. Ça a pété d'un coup. PAF ! Comme une bombe dans la tronche sur l'écran de la télé. Un cataclysme. Ma maison s'est écroulée et moi avec. Parce qu'après le choc de la réalité, derrière la fumée de mes idées, j'ai vu ma famille s'éloigner. Comme si, d'un coup, je n'étais plus que d'un seul côté. Sur le trottoir d'en face à les regarder, maman, papa, Titi, Bibiche et Gilou, comme des étrangers. A cause d'Hippolyte et de l'exposé, je suis passé complètement dans le monde de l'école, de l'ordre, des livres, des devoirs et des héros de la grande histoire. Et tout à coup, mes deux vies ne se sont plus mélangées. Mo et Maurice Dambek ne pouvaient plus se saquer. Et vu que les deux c'est moi, c'était horrible.
(p. 9)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
lumieresde6Clumieresde6C   08 février 2018
Ce livre parle d’un garçon qui vit entre deux mondes : l’école et la maison. À l’école, il s’appelle Maurice Dambek et à la maison, il s’appelle Mo. Il a deux frères et une sœur qui s’appellent Titi le plus grand, Gilou et sa sœur Bibiche.
Chez Mo, on dit des gros mots et ça hurle dedans et dehors. À l’école, on doit dire merci, s’il vous plaît, au revoir et bon appétit.

Le livre m’a plu car il est plein de gros mots. Il raconte qu’on peut toujours avoir un héros dans sa famille. L’histoire raconte que Mo n’a pas de héros mais plus tard, il va découvrir une personne de sa famille qui était un poilu (un héros de la première guerre mondiale).

Je recommande ce livre aux personnes qui aiment lire car il est assez gros et pour ceux qui aiment le supsense. Je trouve Mo sympathique.

Théo.f
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
AudreyTAudreyT   21 août 2017
Je sais que les vrais héros sont ceux que les gens aiment, mais aussi ceux qui savent aimer. Ceux qui rendent les gens plus forts, au lieu de se croire les plus forts.
Commenter  J’apprécie          240
Videos de Jo Witek (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jo Witek
Femini Books #25 | Elles ont réalisé leur rêve - Jo Witek, Philippe Godard. Salutations les amis ! Aujourd'hui, on parle de féminisme avec le projet Femini books lancé par Ninon des Carnets d'Opalyne.
autres livres classés : familleVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Y’a pas de héros dans ma famille.

Où Mo fait-il ses devoirs ?

Dans sa chambre.
Dans son salon.
Dans sa baignoire.
Dans son jardin.

4 questions
29 lecteurs ont répondu
Thème : Y'a pas de héros dans ma famille ! de Jo WitekCréer un quiz sur ce livre
.. ..