AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Jeeves et Bertie tome 2 sur 15

Jean-Pierre Aoustin (Traducteur)
EAN : 9782264016744
285 pages
10-18 (12/09/1999)
3.85/5   95 notes
Résumé :
4e de couverture édition 10/18 Domaine étranger n° 2311 de mai 1998 ISBN 9782264016744 :

Ce fut un jour béni pour Wodehouse que celui où il créa Jeeves et parvint à faire échapper le roman comique (qui en Angleterre a des relents vertueux) à son cours ordinaire pour le lancer dans le torrent de la farce pure. Le grand triomphe de Jeeves, c'est que tout en pigeant Nietzsche "fondamentalement malsain" il se situe au-delà du bien et du mal. (George Orwel... >Voir plus
Que lire après L'inimitable JeevesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,85

sur 95 notes
5
4 avis
4
3 avis
3
2 avis
2
1 avis
1
1 avis
Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec L'inimitable Jeeves?

"Lorsque l'on est, comme moi, fan de classiques anglais, on entend forcément parler de P.G. Wodehouse à un moment ou à un autres. Plusieurs copines blogueuses m'ayant vanté son humour, j'ai décidé qu'il était temps de se lancer."

Dites-nous en un peu plus sur son histoire...


"Le jeune Bertie Wooster, célibataire rentier et oisif, a le don de se fourrer dans les pires situations. Heureusement, son majordome, Jeeves, d'une intelligence fine, répond toujours présent pour le sortir d'affaire."

Mais que s'est-il exactement passé entre vous?


"J'ai mis très exactement un an et demi pour terminer se livre. Cela vous donne déjà une bonne indication du degré de passion qu'il m'a inspiré! Je ne renie certainement pas la présence d'un haut taux d'humour anglais des plus appréciables et d'une plume agréable mais je me suis vite lassée des facéties à répétition des amis complètement idiots du jeune Wooster et l'absence d'histoire véritable m'a grandement manquée. Jeeves relève bien sûr le niveau mais il est malgré tout bien trop absent pour contrebalancer toute l'imbécillité des autres personnages qui m'ont plus agacée qu'amusée."

Et comment cela s'est-il fini?


"En le lisant par petits bouts, je dois quand même avouer que je me suis parfois bien amuser mais j'espère vraiment que le tome suivant se munira d'une véritable histoire avec un début, une fin et de l'intérêt au milieu parce que c'est l'intégrale comportant les quatre premiers livres que j'ai acheté."

Lien : http://booksaremywonderland...
Commenter  J’apprécie          90
Il est écrit qu'un critique a fait ce « commentaire définitif » : « Il n'y a que deux sortes de lecteurs de Wodehouse, ceux qui l'adorent et ceux qui ne l'ont pas lu ». Et bien je dois faire partie de la troisième catégorie : ceux qui l'ont lu ou ont essayé de le lire (par deux fois) et n'accrochent pas plus que ça. J'ai d'ailleurs abandonné L'Inimitable Jeeves. Pourquoi ? L'humour anglais est mon péché mignon, j'adhère à 100%, ce n'est donc pas cela qui m'a dérangée ici. Seulement, j'ai eu l'impression de tourner en rond, de lire toujours la même chose. Les différents chapitres constituent autant d'épisodes mettant en scène Bertie Wooster, jeune homme de la haute société, oisif, parieur invétéré et peu intelligent et son valet, Jeeves, flegmatique, tout en retenue, peu loquace mais aussi peu sympathique. Je lui ai préféré son maître. Enfin, en apparence car justement, on peut se poser la question de savoir qui des deux est véritablement le maître. Bertie ne jure que par Jeeves, il en est totalement dépendant. C'est ce dernier qui le sort de toutes les situations délicates dans lesquelles il se fourre de lui-même ou avec l'aide de son ami, Bingo Little. le seul domaine dans lequel il ose s'affirmer est en matière d'habillement, au grand désarroi de Jeeves et il finit toujours par abdiquer devant les bouderies du majordome… Je n'ai pas lu la préface mais à la lecture, j'ai l'impression que ce livre a d'abord été édité sous forme de feuilletons dans la presse britannique car chaque épisode peut se lire indépendamment des précédents, même s'il y a une certaine continuité. Ce qui m'a fait renoncer c'est qu'ils se ressemblent tous et que j'ai fini par me lasser de cette mécanique monotone qui ne semble aboutir à rien… Deux lectures de cet auteur et deux échecs. Je ne pense pas y revenir…
Lien : http://lecturesdalexielle.ov..
Commenter  J’apprécie          61
Coup de coeur pour humoriste « glacé et sophistiqué » – merci Gottlieb pour la formule ! –
D'abord, le nom de l'auteur qui semble à lui seul une invention tout à fait britannique pour ses sortes de roman du début du XXe siècle, les personnages que l'on peut retrouver dans des « romans pour dames » de Somerset Maugham ou même quelquefois d'Agatha Christie lorsqu'on s'enfonce dans la campagne anglaise… Trêve de suspense, il s'appelle Pelham Grenville Wodehouse, P-G – prononcer à l'anglaise, of course–pour les intimes et les couvertures où l'on manque de place pour le titre.

Retrouvez l'intégralité du billet d'humeur de Dame Geneviève pour Collectif Polar ci dessous :
https://collectifpolar.blog/2023/03/27/jeeves-de-p-g-wodehouse/
Lien : https://collectifpolar.blog/..
Commenter  J’apprécie          100
Ce fut ma première incursion dans l'univers de Jeeves et Bertie, respectivement valet impassible et bourgeois oisif. Les deux forment une drôle de paire, entre le valet instruit, débrouillard et malin d'un côté et le maître qui s'exprime comme un paysan et pas très dégourdi de l'autre côté.

Bertie se retrouve toujours embarqué dans des aventures loufoques que ce soit par son ami d'enfance, Bingo qui tombe amoureux en deux secondes ou ses cousins Claude et Eustache.
Heureusement, il peut compter sur Jeeves, le domestique discret, irréprochable et ayant toujours un train d'avance.

Leurs aventures m'ont divertie même si le côté grotesque était parfois trop poussé à mon goût.
Tous les personnages sont un peu caricaturés comme la redoutable tante Agathe ou l'oncle de Bingo.

La british touch qui ressort de l'écriture de P G Wodehouse m'a embarquée malheureusement les aventures un poil trop loufoque de Bertie et Jeeves m'ont empêchée de vraiment accrocher.
Commenter  J’apprécie          30
Génial!
Je conseille à tout le monde de découvrir ce duo hilarant que forment Bertie et Jeeves. C'est extrêmement bien écrit et toujours très drôle. Les personnalités diamètralement opposées des deux personnages donnent lieu à des dialogues magnifiques où le valet a toujours le dernier mot.
Franchement, c'est une lecture rafraîchissante que je conseille vivement.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
-- Quelle est la probabilité pour qu'un cobra morde Harold, Jeeves ?
-- Faible, j'imagine, Monsieur. Et si cela se produisait, connaissant ce garçon comme je le connais, c'est uniquement pour le serpent que je me ferais du souci.
-- Cependant, restons vigilants, Jeeves.
-- Très certainement, Monsieur.
Commenter  J’apprécie          100
C'était vraiment un ramassis de phénomènes. Le camarade Butt ressemblait à un de ces machins qui poussent sur les arbres morts après la pluie; "mangé aux mites" est l'expression qui me serait venue à l'esprit pour décrire le vieux Rawbotham; quant à Charlotte, c'était comme si elle me transportait dans un monde différent et redoutable. Non qu'elle fût à proprement parler laide. En fait, si elle avait renoncer aux féculents et fait un peu de gymnastique suédoise elle aurait été acceptable. Mais il y avait du superflu en elle. Des courbes trop généreuses. "Bien nourrie": voilà peut-être les vocables les plus adéquats. Et s'il était possible qu'elle ait un cœur d'or, la première chose qui vous frappait en elle était sa dent en or.
Commenter  J’apprécie          10
En général, quand Jeeves m'apporte mon petit déjeuner, il pose le plateau sur ma table de chevet, puis il quitte la pièce de sa manière souple et silencieuse et me laisse boire mon thé; mais parfois il se met à évoluer un peu à la façon d'un cygne respectueux au milieu du tapis, et alors je sais qu'il désire me parler.
Commenter  J’apprécie          30
Je levai les yeux, et m'aperçus que son attention été retenue ailleurs. Il fixait la serveuse de l'air d'un chien qui vient de se souvenir de l'endroit où il a enterré son os.
Commenter  J’apprécie          42
Eh bien, la façon dont l'amour peut affecter l'individu est véritablement effroyable à contempler.
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Pelham Grenville Wodehouse (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pelham Grenville Wodehouse
Bande annonce de la série Blandings, adaptation des romans de PG Wodehouse
autres livres classés : humour britanniqueVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (357) Voir plus



Quiz Voir plus

Jeeves

Quel est la profession de Jeeves ?

Jardinier
Valet
Chauffeur
Médecin

10 questions
14 lecteurs ont répondu
Thème : Jeeves de Pelham Grenville WodehouseCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..