AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782363082701
Arléa (02/09/2021)
3.61/5   57 notes
Résumé :
Jeanne et Gaëlle se rencontrent par hasard, un soir d’orage et de tempête, dans un gîte d’étape sur les sentiers de Compostelle. Spontanément, elles prennent la route ensemble. Très vite, elles quitteront ce chemin de randonnée bien tracé pour un autre chemin, au cœur de l’Aubrac, de ses pâturages et de ses champs de narcisses.
Ce chemin dans un milieu à la fois dur et enchanteur les ramènera chacune à son histoire, son passé, sa raison de vivre. Elles ne so... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
3,61

sur 57 notes
5
5 avis
4
7 avis
3
4 avis
2
1 avis
1
2 avis

Gaëlle vit dans un squatte minable avec son petit ami lorsqu'un jour elle tombe sur une revue qui parle du chemin de Compostelle. L'article est comme une bouée de sauvetage à laquelle elle va s'accrocher. Elle rassemble ses affaires et part sur le sentier qui la mènera vers un ailleurs qu'elle espère meilleur. Un soir d'orage, elle rencontre dans un gîte étape Jeanne qui pour d'autres raisons effectue le même pèlerinage. Passé le temps de la confrontation et de l'observation de la jeunesse rebelle et sauvage de Gaëlle et la vieillesse malade de Jeanne, une entente muette s'installe entre les deux femmes. Leurs blessures physiques ou morales s'estompent, calmées par la nature vierge de l'Aubrac et les champs de narcisses qui fleurissent…

Sylvie Wojcik nous offre un texte court dont la fraîcheur enchante, l'humanité irradie. C'est une histoire dont la morale rappelle que lorsque tout parait fini, il reste la providence qui veille et offre souvent des surprises inattendues qui permettent de garder espoir, de continuer. C'est l'histoire d'un objectif que l'on s'invente, des moyens que l'on met en oeuvre pour l'atteindre car il est cette seule possibilité pour continuer de vivre en oubliant les souffrances existentielles, d'une rencontre que la providence met sur notre chemin, et l'histoire que l'on s'était imaginée prend les formes irréelles d'un conte, se remplit de magie.

Editions Arlea, 102 pages.

Commenter  J’apprécie          550

(Lu dans le cadre du prix Horizon, prix du 2ème roman de ville de Marche-en-Famenne, Belgique)

Au visuel, ce livre attire immédiatement. Il est publié dans la collection "1er mille" de la maison d'édition Arléa, maison d'édition créée en 1986. La couverture avec les narcisses est délicate, comme l'intimité de l'histoire.

En 102 pages, Sylvie Wojcik nous emmène sur les chemins aux côtés de la flamboyante Gaëlle, qui a la jeunesse pour elle, et de Jeanne, dont la vie semble plutôt avoir déjà été bien remplie.

Les deux femmes se croisent sur le chemin de Compostelle avant de bifurquer l'une et l'autre, à des moments différents, pour parcourir l'Aubrac.

Qu'importe le chemin, seules les rencontres comptent, l'intensité des échanges. En peu de mots, elles s'apprivoisent mutuellement. Et ce n'est pas peu dire. Gaëlle et Jeanne sont de milieux totalement différents. Jeanne est plus sociable, plus liante. Gaëlle plus sauvage, tout juste sortie de son squat à la faveur d'un article sur les chemins de Compostelle, trouvé sur une revue et qu'elle a gardé sur elle.

Les personnages sont attachants à l'extrême.

Mais 102 pages, cela passe vite. J'aurais aimé que cela dure encore un peu. Ce serait pour moi le seul "défaut". Mais en est-ce un ? L'essentiel est là, posé sur le papier.

Je pense que je vais tenir à l'oeil les publications de cette écrivaine et de cet éditeur.

Commenter  J’apprécie          320

Deux êtres abîmées qui se rencontrent sur les chemins, deux êtres qui se soutiennent, se comprennent à demi-mots.

Jeanne est une vieille femme malade, Gaëlle une jeune squatteuse qui décide de suivre les chemins de Compostelle; toutes les deux font connaissance dans un refuge et sans rien décider consciemment, continuent leur route ensemble, quittent les chemins de Compostelle et s'embarquent au coeur de l'Aubrac. A rebours des pélerins "Décathlon" qu'elles fuient comme la peste, toutes les deux dorment là où on les héberge, dans un buron, chez un ancien médecin volontaire, ou au bord des rivières.

D'une écriture minimaliste, à peine romancée, Sylvie Wojcik esquisse des coeurs brisés, des fragilités et des solitudes qui s'unissent. Au cinéma, ça pourrait être un film d'Agnès Varda.

C'est un petit livre qui parle de nature et d'humanité comme il en faut encore et toujours.

Commenter  J’apprécie          280

Marcher. Suivre le chemin. On le sait à travers de nombreux récits, le cheminement du marcheur est autant moteur que cérébral, le rythme aide à réfléchir, à se recentrer sur ses problèmes et aussi à s'ouvrir à d'autres possibles. On retrouve tout ceci dans le court roman de Sylvie Wojcik qui suit au plus près le chemin de Gaëlle qui un beau matin s'envole en douce du squat qu'elle occupait avec son compagnon, sans savoir pourquoi, juste l'instinct. Ce même instinct qui la pousse sur le chemin de Saint-Jacques pour marcher jusqu'à ce qu'elle sente qu'un ailleurs peut l'accueillir. Pour quelques jours, cet ailleurs va être Jeanne, bien plus âgée qu'elle, proche du bout du chemin en quelque sorte. Leurs pas vont s'emboîter, leurs coeurs se réchauffer au contact de l'autre, prêts à s'ouvrir à d'autres rencontres. C'est un récit tout simple, dépouillé, qui s'attache aux points de rencontre avec l'autre pour mieux se découvrir soi-même et pourquoi pas se pardonner. Les paysages de l'Aubrac dans toute leur splendeur brute et réparatrice ; la rudesse du décor et la véracité de ceux qui le peuplent. Une ode à la magie des rencontres, une incitation à s'ouvrir pour recevoir.

Commenter  J’apprécie          182

Ce récit nous plonge sur les sentiers de l'Aubrac, en route vers Compostelle. C'est l'histoire de deux solitudes qui vont s'apprivoiser le temps de quelques jours. Deux âmes meurtries et farouches qui vont s'unir pour lutter ensemble sur les chemins caillouteux.

L'écriture sobre de Sylvie Wojcik nous emmène sur les sentiers escarpés, à travers orage, tempête ou ciel bleu, le long des pâturages où poussent des narcisses blancs. Ce chemin, décrit de manière délicate et inspirée, ramène chacune à sa propre histoire et son passé. Tout les sépare, l'âge, la force, l'éducation ou le milieu social mais un même besoin de paix les habite. Peu à peu, elles apprendront à se connaître et s'apprécier à travers leurs silences et la sincérité d'un regard.

Court et émouvant, ce roman tisse lentement son intrigue toute simple et met en lumière les rencontres, la vie, le dépassement de soi et l'émerveillement devant les beautés de la nature qui pousse à l'intériorité.

Commenter  J’apprécie          121

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation

Depuis qu'elle avait trouvé ce magazine un soir d'errance dans le dernier tram, Gaëlle élaborait son plan. Elle quitterait Ludo, leur squat de la ruelle aux pinsons et leurs rêves qui s'épuisaient sur un bout de trottoir, pour suivre le tracé rouge de la carte, de point en point.

(Incipit - Page 7)

Commenter  J’apprécie          90

Pour Jeanne, marcher c'est vivre, avancer grâce à la force des instants passés et des êtres aimés, sans jamais s'arrêter et, parfois se laisser surprendre par une bête égarée.

Commenter  J’apprécie          60

Profite de chaque moment sans chercher à l'interpréter. Il en sera d'autant plus beau. Ce que tu as ressenti ce soir, garde-le comme une perle précieuse pour confectionner, avec toutes les autres que tu collectionneras, le collier de ta vie.

Commenter  J’apprécie          40

profite de chaque moment sans chercher à l’interpréter. Il en sera d’autant plus beau. Ce que tu as ressenti ce soir, garde le comme une perle précieuse pour confectionner, avec toutes les autres que tu collectionneras, le collier de ta vie.

Commenter  J’apprécie          40

Après un passage à vide, elle retrouve la légèreté du déplacement, l'envie de partir, la cadence familière de ses pas, le besoin de la sinuosité enivrante d'un nouveau chemin. Elle est à nouveau sur pied Pour combien de temps ? Peu importe. il y a longtemps qu'elle ne vit plus qu'au présent. Elle avance sur un chemin qu'elle trace au jour le jour et elle a appris à trouver ça passionnant.

Commenter  J’apprécie          20

Videos de Sylvie Wojcik (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sylvie Wojcik
Les narcisses blancs de Sylvie Wojcik aux éditions Arléa https://www.lagriffenoire.com/1110101-poche-les-narcisses-blancs.html • • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #conseillecture #editionsarlea
autres livres classés : Aubrac (France)Voir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus

Autres livres de Sylvie Wojcik (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3126 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre