AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782363082701
101 pages
Arléa (02/09/2021)
3.77/5   101 notes
Résumé :
Jeanne et Gaëlle se rencontrent par hasard, un soir d’orage et de tempête, dans un gîte d’étape sur les sentiers de Compostelle. Spontanément, elles prennent la route ensemble. Très vite, elles quitteront ce chemin de randonnée bien tracé pour un autre chemin, au cœur de l’Aubrac, de ses pâturages et de ses champs de narcisses.
Ce chemin dans un milieu à la fois dur et enchanteur les ramènera chacune à son histoire, son passé, sa raison de vivre. Elles ne so... >Voir plus
Que lire après Les narcisses blancsVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
3,77

sur 101 notes
Gaëlle vit dans un squatte minable avec son petit ami lorsqu'un jour elle tombe sur une revue qui parle du chemin de Compostelle. L'article est comme une bouée de sauvetage à laquelle elle va s'accrocher. Elle rassemble ses affaires et part sur le sentier qui la mènera vers un ailleurs qu'elle espère meilleur. Un soir d'orage, elle rencontre dans un gîte étape Jeanne qui pour d'autres raisons effectue le même pèlerinage. Passé le temps de la confrontation et de l'observation de la jeunesse rebelle et sauvage de Gaëlle et la vieillesse malade de Jeanne, une entente muette s'installe entre les deux femmes. Leurs blessures physiques ou morales s'estompent, calmées par la nature vierge de l'Aubrac et les champs de narcisses qui fleurissent…
Sylvie Wojcik nous offre un texte court dont la fraîcheur enchante, l'humanité irradie. C'est une histoire dont la morale rappelle que lorsque tout parait fini, il reste la providence qui veille et offre souvent des surprises inattendues qui permettent de garder espoir, de continuer. C'est l'histoire d'un objectif que l'on s'invente, des moyens que l'on met en oeuvre pour l'atteindre car il est cette seule possibilité pour continuer de vivre en oubliant les souffrances existentielles, d'une rencontre que la providence met sur notre chemin, et l'histoire que l'on s'était imaginée prend les formes irréelles d'un conte, se remplit de magie.
Editions Arlea, 102 pages.
Commenter  J’apprécie          580
Limpide et pur comme la fleur de narcisse ce roman est une merveille. Histoire d'amitié spontanée et forte non pas une amitié de longue date mais une rencontre de hasard. Histoire de deux femmes avec la nature en toile de fonds un pèlerinage à deux une complicité pure et pleine de tendresse retenue. Bref à lire absolument
Commenter  J’apprécie          430
(Lu dans le cadre du prix Horizon, prix du 2ème roman de ville de Marche-en-Famenne, Belgique)

Au visuel, ce livre attire immédiatement. Il est publié dans la collection "1er mille" de la maison d'édition Arléa, maison d'édition créée en 1986. La couverture avec les narcisses est délicate, comme l'intimité de l'histoire.

En 102 pages, Sylvie Wojcik nous emmène sur les chemins aux côtés de la flamboyante Gaëlle, qui a la jeunesse pour elle, et de Jeanne, dont la vie semble plutôt avoir déjà été bien remplie.

Les deux femmes se croisent sur le chemin de Compostelle avant de bifurquer l'une et l'autre, à des moments différents, pour parcourir l'Aubrac.

Qu'importe le chemin, seules les rencontres comptent, l'intensité des échanges. En peu de mots, elles s'apprivoisent mutuellement. Et ce n'est pas peu dire. Gaëlle et Jeanne sont de milieux totalement différents. Jeanne est plus sociable, plus liante. Gaëlle plus sauvage, tout juste sortie de son squat à la faveur d'un article sur les chemins de Compostelle, trouvé sur une revue et qu'elle a gardé sur elle.

Les personnages sont attachants à l'extrême.

Mais 102 pages, cela passe vite. J'aurais aimé que cela dure encore un peu. Ce serait pour moi le seul "défaut". Mais en est-ce un ? L'essentiel est là, posé sur le papier.

Je pense que je vais tenir à l'oeil les publications de cette écrivaine et de cet éditeur.

Commenter  J’apprécie          350
"Les narcisses blancs" est un petit roman de 102 pages. L'auteure (que je ne connaissais pas) nous emmène sur le chemin de Compostelle où Gaêlle jeune femme paumée, quitte son squat pour le parcourir.

Elle fera la connaissance de Jeanne, qui est malade, dans un gîte d'étape. Toutes les deux elle vont s'apprivoiser et Gaêlle va s'occuper d'elle, comme une évidence.

Un petit roman plein de poésie et de sensibilité. J'ai aimé la plume de SYLVIE WOJCIK pleine de délicatesse.
Commenter  J’apprécie          330
Deux êtres abîmées qui se rencontrent sur les chemins, deux êtres qui se soutiennent, se comprennent à demi-mots.
Jeanne est une vieille femme malade, Gaëlle une jeune squatteuse qui décide de suivre les chemins de Compostelle; toutes les deux font connaissance dans un refuge et sans rien décider consciemment, continuent leur route ensemble, quittent les chemins de Compostelle et s'embarquent au coeur de l'Aubrac. A rebours des pélerins "Décathlon" qu'elles fuient comme la peste, toutes les deux dorment là où on les héberge, dans un buron, chez un ancien médecin volontaire, ou au bord des rivières.
D'une écriture minimaliste, à peine romancée, Sylvie Wojcik esquisse des coeurs brisés, des fragilités et des solitudes qui s'unissent. Au cinéma, ça pourrait être un film d'Agnès Varda.
C'est un petit livre qui parle de nature et d'humanité comme il en faut encore et toujours.
Commenter  J’apprécie          290

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
Depuis qu'elle avait trouvé ce magazine un soir d'errance dans le dernier tram, Gaëlle élaborait son plan. Elle quitterait Ludo, leur squat de la ruelle aux pinsons et leurs rêves qui s'épuisaient sur un bout de trottoir, pour suivre le tracé rouge de la carte, de point en point.

(Incipit - Page 7)
Commenter  J’apprécie          100
Elle venait d'Irlande du Nord, de l'Ulster comme ils disent.
Elle avait grandi près de la Chaussée des Géants, et ça m'a toujours fait rire parce qu'elle était toute petite. Elle disait qu'ici c'était son Irlande en miniature, à cause des murets de pierre et de la couleur des pâturages. Elle est venue dessiner dans la région avec un groupe d'artistes, et elle est repartie parce qu'elle ne tenait pas en place. Moi j'avais vingt de plus qu'elle. Pendant six mois, je suis redevenu un gamin de quinze ans qui mentait à tout le monde pour aller voir sa belle en cachette. Et je l'ai laissée filer. Je trouvais que je voyageais déjà pas mal avec ce qu'elle me racontait mais je n'ai pas eu le courage de la suivre. J'ai eu peur de partir. J'ai cru que je pourrais la garder ici, chez moi, dans ce buron où vous dormez. Je l'avais rénové pour elle. Mais à la longue, c'est devenu une cage et l'oiseau s'est échappé.
Commenter  J’apprécie          20
Profite de chaque moment sans chercher à l'interpréter. Il en sera d'autant plus beau. Ce que tu as ressenti ce soir, garde-le comme une perle précieuse pour confectionner, avec toutes les autres que tu collectionneras, le collier de ta vie.
Commenter  J’apprécie          70
profite de chaque moment sans chercher à l’interpréter. Il en sera d’autant plus beau. Ce que tu as ressenti ce soir, garde le comme une perle précieuse pour confectionner, avec toutes les autres que tu collectionneras, le collier de ta vie.
Commenter  J’apprécie          70
Pour Jeanne, marcher c'est vivre, avancer grâce à la force des instants passés et des êtres aimés, sans jamais s'arrêter et, parfois se laisser surprendre par une bête égarée.
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Sylvie Wojcik (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sylvie Wojcik
Il sera question de hasard, d'audace et de renoncement, de choix, de promesses tenues ou non, de silence et de secrets. Les paysages d'Ecosse, omniprésents, grandioses et purs, qui gardent la trace de ceux qui passent et veillent sur eux, dévoileront la fuite, le déchirement entre passion et raison, fidélité et abandon. Une peinture de l'Ecosse magnifique !
À retrouver sur la librairie en ligne de la Griffe Noire : - Les dernières volontés de Heather McFerguson, de Sylvie Wojcik chez Arléa. https://lagriffenoire.com/les-dernieres-volontes-de-heather-mac-ferguson.html
- Abonnez-vous à notre actualité littéraire pour recevoir chaque semaine les conseils lecture des libraires de la Griffe Noire ! https://lagriffenoire.com
Belles lectures !
+ Lire la suite
autres livres classés : Aubrac (France)Voir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (236) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3696 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..