AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Michèle Schreyer (Traducteur)
EAN : 9783822809709
96 pages
Éditeur : Taschen (12/03/2001)
3/5   5 notes
Résumé :
L'incontestable apogée de l'âge d'or de la peinture espagnole

Diego Velázquez, encensé pour sa manière de fondre réalisme et atmosphère, ainsi que pour la formidable sensibilité dont il fait preuve dans la représentation des personnages, représente l'incontestable apogée de l'âge d'or de la peinture espagnole.

Né à Séville, mais d'origine portugaise, Vélasquez devient le peintre officiel de la cour de Philippe IV en 1623. Travailleur as... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Musardise_aka_CthulieLaMignonne
  17 juin 2015
Ce n'est pas que la peinture de Velázquez m'attire particulièrement, mais j'avais acheté ce bouquin parce que j'y voyais justement l'occasion de combler quelques importantes lacunes. La perspective d'une visite à la rétrospective du Grand Palais, pour les mêmes raisons, m'ont amenée à enfin entamer cette lecture. Car il faut bien dire que je traînais les pieds. Bien mal m'en prit : si Velázquez m'était autrefois relativement indifférent, aujourd'hui je le trouve indigeste !
La faute à qui ? Sans doute pas au peintre, bien que son travail se soit essentiellement porté sur des portraits de cour et de gens de pouvoir, ce qui m'intéresse franchement peu (en fait, pas du tout serait plus proche de la vérité) : je trouve tous ces portraits, qu'ils soient de Raphaël, Titien, Rubens ou un autre, ennuyeux à mourir. Mais enfin, je ne demande qu'à ce qu'on me démontre que je passe complètement à côté de chefs-d'oeuvre et à, enfin, m'extasier avec le reste du monde sur le talent de Velázquez. Sauf que, pour me convaincre, il faudrait un peu plus qu'une accumulation de dithyrambes : selon Norbert Wolf, Velázquez est le meilleur en tout parce que (je cite) "cela va de soi", qu'il peint mieux que tout le monde, qu'il est sublime, génial, et qu'il est (je cite encore) "une étoile au firmament" de l'art. Je n'ai donc toujours pas compris en quoi Velázquez avait innové, en quoi il était si particulier, bref, en quoi son talent consistait. Pas d'analyse réelle des oeuvres, sinon des affirmations du type : "La lumière sur la cuirasse de Machin est superbe".
Bon, cela dit, on tout de même droit à deux pages sur "Les Menines". Bien. En même temps, c'est la moindre des choses... Sauf que l'analyse de ce tableau exceptionnel et étonnamment complexe (même quelqu'un comme moi est capable de s'en rendre compte, tout en n'en connaissant que des reproductions) se révèle assez basse de plafond. Les quelques questions que pose l'auteur à propos de l'oeuvre, je me les étais déjà posées toute seule (et plus encore). Et je dois dire que de savoir dans quelle pièce du palais se tient le sujet du tableau n'est pas forcément ce qui m'intéresse le plus, ni même à quel moment la croix de je-ne-sais plus-quel-ordre a été rajoutée.
Pour ne rien gâter, c'est carrément mal écrit. Ou mal traduit. Ou bien, plus probablement, les deux. Ça m'a vaguement rappelé un opus de Taschen sur les estampes japonaises dont les phrases étaient toutes plus incompréhensibles les unes que les autres. Ici, on n'en est pas à ce point, mais il m'a parfois fallu relire une phrase plusieurs fois pour en saisir le sens. Soit l'auteur, soit la traductrice ne connaît pas les règles de la ponctuation ; or la position d'une virgule n'est jamais aléatoire et peut provoquer bien des bouleversements...
J'ai tout de même à présent une certaine notion de l'évolution de la carrière de Velázquez. J'ai vu beaucoup de portraits de cour. En revanche, je n'ai eu droit, bizarrement, à quasiment aucun élément biographique sur le peintre, sauf dans les toutes dernières pages.
Bref, avant de lire cet ouvrage, je me fichais plus ou moins de Velázquez. Aujourd'hui que j'ai refermé le livre, j'ai l'idée bien ancrée dans le cerveau (et sans aucun doute complètement fausse) que Velázquez n'était qu'un vil flatteur qui n'était capable de peindre que des portraits de cour, que sa réputation est très surévaluée et que "Les Menines" n'était qu'un accident de parcours. On ne peut pas dire que tout ça m'engage à aller au Grand Palais (sans compter que "Les Menines" n'y sont pas, mais c'est un autre - et sérieux - problème)...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          174
Rodin_Marcel
  15 juillet 2015
Wolf Norbert – "Diego Velázquez 1599-1660 : le visage de l'Espagne" – Taschen, 2011 (ISBN 978-3-8365-3195-5) – format 31x25cm, 95p. – copyright 1991 pour l'original allemand

Il est d'usage aujourd'hui de considérer que Velázquez (1599-1660) fut et demeure le plus grand peintre espagnol, libre à chacun d'adhérer ou non à ce jugement. Il est certain en tout cas qu'il appartient au nombre restreint des très grands maîtres de la peinture européenne du XVIIe siècle.

Rapportée à la place éminente que les spécialistes conviennent de lui attribuer, il est permis de s'étonner de la relative faiblesse de la bibliographie en langue française des ouvrages qui lui sont consacrés. Heureusement, il suffit de fourrager aujourd'hui sur Internet pour trouver des articles complets en langue espagnole ou autre. Rappelons également le monumental catalogue de l'exposition (incomplète, mais tout de même...) tenue à Paris, au Grand Palais, au début de l'année 2015.

La nécessité de ces ouvrages très bien illustrés se justifie cependant par la qualité (inégalée sur le Web) des reproductions iconographiques : en ce domaine, les éditions Taschen font des prouesses en matière de rapport qualité/prix, et cet ouvrage ne décevra pas les amateurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
DubsjpDubsjp   13 août 2020
Vénus à son miroir.
Ce nu féminin, sensuel et gracieux, ne semble être devenu l'un des plus parfaits de l'histoire de l'art européenne qu'en raison de la forme fluide du corps confortablement installé sur un drap gris, de sa facture magistrale et de ses couleurs somptueuses. Et pourtant, d'avis unanime aujourd'hui, la confrontation d'une vue de dos de la déesse de l'amour et de son visage, flou comme dans un songe - il sera plus tard repeint - dans un miroir tenu par Cupidon, est censé analyser la relation entre la réalité, l'image et le tableau. Avec les moyens de son art, Velàzquez réfléchit aux possibilités de la peinture entre l'" être " et le " paraître ", en bref il médite de manière aussi intellectuelle que sensuelle sur le médium du tableau et sur le processus de son élaboration.
(page 68)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

>Arts>La peinture et les peintres>Histoire et géo. de la peinture (680)
autres livres classés : peintureVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Arts et littérature ...

Quelle romancière publie "Les Hauts de Hurle-vent" en 1847 ?

Charlotte Brontë
Anne Brontë
Emily Brontë

16 questions
825 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , art , musique , peinture , cinemaCréer un quiz sur ce livre