AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

William Olivier Desmond (Autre)
EAN : 9782207303610
352 pages
Denoël (31/12/1986)
3.9/5   41 notes
Résumé :
Pour avoir été sensible aux reproches de Dorcas, sa compagne, et s'être interrogé sur la loi et le droit, Severian le Bourreau a dû fuir en secret la cour de l'Archonte et repartir sur les routes de Terminus Est, son épée, et du bijou mystérieux qui ramène les mourants à la vie mais ne lui sera d'aucun secours pour sauver son fils d'adoption ni pour se défendre contre les Géants qui cherchent à réduire l'humanité en esclavage.
C'est dans le troisième volume d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Aragorn62
  18 mai 2018
Après un T2 moins passionnant, ce 3e tome est très intéressant. D'une part il se passe pas mal de choses, l'action y est plus importante et l'histoire avance. L'auteur digresse un peu moins mais son écriture est toujours aussi belle et subtile voire d'avantage. C'est à mes yeux, pour l'instant, le meilleur roman de la série.
8.5/10
Commenter  J’apprécie          60
Charybde2
  21 octobre 2014
Intense et gratifiant sommet de la littérature contemporaine, incidemment « logé » en SF.
Sur mon blog : http://charybde2.wordpress.com/2014/10/21/note-de-lecture-le-cycle-du-nouveau-soleil-aka-lombre-du-bourreau-integrale-gene-wolfe/
Commenter  J’apprécie          50
lehibook
  16 décembre 2019
Severian le bourreau a atteint son but assigné (dans le premier tome) être l'exécuteur officiel de la ville de Thrax avec Dorcas sa pâle compagne .Il porte symboliquement la mort dans une main (son épée Terminus Est ) et la vie dans l'autre ( la Griffe du Conciliateur et son pouvoir de résurrection) Mais le séjour à la cour de l'Archonte ne sera pas de tout repos. On voit se dessiner de nouveaux développements ( les hierodules, les Géants…) . Toujours la même ambiance crépusculaire et mystérieuse
Commenter  J’apprécie          20
ZeroJanvier79
  01 septembre 2018
Quel contraste avec ce troisième volume de la saga de Gene Wolfe : j'ai adoré la première partie et j'ai eu beaucoup de mal avec la suite. J'ai continué, parce qu'il serait dommage de s'arrêter maintenant sans découvrir la suite et fin de la saga dans le prochain volume. Mais j'ai encore du mal à comprendre pourquoi cette saga est si appréciée.
Commenter  J’apprécie          23
Astroploukos
  20 novembre 2016
Un troisième opus toujours aussi passionnant mais de plus en plus déroutant.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   21 octobre 2014
Dorcas fit tout ce qui était en son pouvoir pour me réconforter et m’aider ; je pouvais cependant me rendre compte qu’elle avait conscience du brusque changement intervenu dans nos relations, et qu’elle en était encore plus perturbée que moi. J’ai constaté que de tels changements sont toujours déplaisants, ne serait-ce que parce qu’ils ne font qu’annoncer la venue probable de changements plus grands encore. Tant que nous avions voyagé ensemble (et nous n’avions pas cessé de nous déplacer, plus ou moins vite, depuis l’instant où Dorcas, dans le jardin du Sommeil sans Fin, m’avait aidé à grimper, àmoitié noté, sur le sentier de roseaux flottants), nous étions restés des compagnons ayant un statut identique : c’était sur nos jambes ou sur nos montures que nous franchissions chaque lieue de notre itinéraire. Si j’avais pu assurer, à plusieurs reprises, une certaine protection physique à Dorcas, elle m’avait également fourni un véritable réconfort moral, et même une protection, dans la mesure où il était difficile de garder une attitude de mépris devant tant d’innocente beauté, ou de manifester de l’horreur devant ma profession, lorsque, en me regardant, on la voyait à mes côtés. Quand j’étais dans le doute, elle m’avait conseillé ; en cent lieux déserts, elle m’avait tenu compagnie.
Lorsque nous étions finalement arrivés à Thrax, et que j’eus présenté la lettre de maître Palemon à l’archonte, cette forme de compagnonnage prit nécessairement fin. Je n’avais plus rien à craindre de personne lorsque je fendais la foule dans mon habit de fuligine – en réalité, c’était plutôt la foule qui me craignait, voyant en moi le plus haut représentant de la branche la plus redoutée de la force publique. L’existence que menait maintenant Dorcas n’était plus celle d’une égale, mais selon le terme employé par la Cuméenne, d’une maîtresse, partageant le domicile officiel du licteur. Ses conseils étaient devenus pratiquement inutiles, car les difficultés auxquelles je devais faire face relevaient de problèmes d’administration, ceux précisément que ma formation m’avait appris à traiter, des années durant, et auxquels elle n’entendait rien ; en outre, je dois dire que j’avais rarement le temps et l’énergie de les lui exposer suffisamment en détail pour que nous puissions en discuter.
C’est donc ainsi que, tandis que je passais veille après veille à suivre les débats de la cour de justice de l’archonte, Dorcas prit l’habitude de se promener dans la ville ; et que nous, qui avions été tout le temps ensemble pendant toute la fin du printemps, ne nous voyions qu’à peine cet été, sinon pour partager le repas du soir, avant de nous écrouler, épuisés, dans un lit où, la plupart du temps, nous ne faisions guère autre chose que de dormir dans les bras l’un de l’autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
FigalFigal   25 octobre 2015
« Il y a quelqu’un à l’extérieur, dis-je. Quelqu’un qui se tient sur le seuil. »
Casdoe fit un signe affirmatif de la tête. « J’ai fermé les fenêtres juste à temps. Jamais il n’est venu d’aussi bonne heure. C’est peut-être l’orage qui l’a réveillé.
— Mais… ne pourrait-il pas s’agir de votre mari ? »
Avant qu’elle ait pu me répondre, une voix, plus haut perchée encore que celle du jeune garçon, appela : « Laisse-moi entrer, maman ! »
Même moi, qui ne savais pas quel était l’être en train de parler, j’eus une effrayante impression d’irréalité en entendant ces simples mots. Peut-être s’agissait-il d’une voix d’enfant : mais pas d’un enfant humain.
« Mère, reprit la voix, il commence à pleuvoir.
— Nous ferions mieux de monter, dit Casdoe. Si nous retirons l’échelle, il ne pourra pas nous atteindre, même s’il pénètre à l’intérieur. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
lehibooklehibook   16 décembre 2019
As-tu entendu parler du Nouveau Soleil, petit Sévérian? C'est cet homme dont le prophète a dit qu'il viendrait , ferait reculer les glaces et mettrait le monde en ordre.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3950 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre