AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782213685274
395 pages
Éditeur : Fayard (04/02/2015)

Note moyenne : 4.45/5 (sur 10 notes)
Résumé :
"Lorsque j’étais enfant, j’apprenais la ‟théorie musicale” dans de petits manuels (je ne sais pas s’ils existent encore) partagés en deux : le livret vert des questions et celui rouge des réponses. La première leçon de la première année était la suivante : ‟Qu’est-ce que la musique ?” ; et sur le livret rouge, il était écrit : ‟La musique est l’art des sons”. Quel ne fut pas mon éblouissement, à l’âge de huit ans, en découvrant cette définition. Je... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Patsales
  04 mars 2021
Vous vous souvenez tous du prof de maths commençant son cours d'un "Vous verrez, c'est facile!"? On savait alors qu'on avait du souci à se faire. Ben là, pareil. Francis Wolff annonce tout de go: ""Pourquoi la musique?" est un livre de philosophie qui porte sur la musique. Que ceux qui n'ont aucune compétence en ces deux disciplines se rassurent." Vous l'aurez compris: le lecteur qui n'a aucune compétence ni en musique ni en philosophie (au hasard moi) peut commencer à baliser sévère: il va en chier.
L'auteur ne nous épargne rien. Après avoir repris la bonne vieille définition de la musique comme "l'art des sons", il regarde son lecteur dans le blanc des yeux et embraye. Alors: qu'est-ce qu'un art? Et d'ailleurs: qu'est-ce qu'un son?
Je mentirais donc en affirmant que j'ai tout lu. Certes, j'ai tout déchiffré (chez moi, ça relève de la psychiatrie: pas sûr que j'aie déjà jeté une boîte de céréales sans avoir épelé et la composition du produit et l'adresse du fabricant), mais je n'ai pas tout compris...
Mais ce qu'il m'en reste valait quand même la peine que je gravisse sinon cet Everest du moins ce Mont Cervin. (Vous êtes partis en vacances récemment? Moi non plus. Alors je compense comme je peux). Si l'ouïe peut être considérée comme notre premier système d'alerte (un son est produit non par une chose en elle-même mais par le mouvement auquel elle a été soumise; entendre, c'est par conséquent apprendre qu'il se passe quelque chose), la musique est donc l'art le plus émotionnel, le plus apte à suggérer, voire à susciter, la joie, la peur ou la tristesse. Peut-être le plus intellectuel, aussi: puisque dans le monde ainsi créé, le bruit s'est fait son, c'est-à-dire qu'il exprime des événements indépendants de toute origine (il ne me dit rien du monde sensible); et que l'organisation de ces sons est pure rationalité : chaque note, chaque mesure, est justifiée par la précédente et justifie la suivante.
Et comme la musique est l'art des sons, je recommande particulièrement la version numérique de l'ouvrage qui propose l'écoute d'oeuvres diverses illustrant le propos de l'auteur. Ça ne permet pas toujours de mieux comprendre mais c'est agréable (quoique les regards exaspérés de mon homme tiré de son premier sommeil pussent faire croire le contraire. J'ai essayé de lui expliquer que la musique offrait un substitut au repos: un "mouvement prévisible". Il m'a répondu que je lui avais déjà dit qu'il était prévisible et que ça n'avait pas l'air d'être un compliment.)
Bref. Je dois dire que j'ai surtout préféré la deuxième moitié de l'ouvrage qui analyse la musique au regard des autres arts pour mieux expliquer en quoi elle représente beaucoup plus qu'elle ne reproduit, même si les partisans de l'art atonal et autres thuriféraires de Schönberg ont cherché à fuir la représentation en supprimant la prévisibilité (j'ai adoré la formule suivante: "écouter quand même, si l'on peut, de Brian Ferneyhough, "String trio"; morceau qualifié de "musique faite pour être composée et non pour être écoutée").
Le livre se clôt sur une typologie des arts. S'exprimer nécessite des verbes, des noms et des pronoms personnels. Aussi la musique renvoie-t-elle aux événements, qu'elle représente dans leur causalité; les arts visuels aux choses, qu'ils essentialisent ; et la littérature aux personnes agissantes dont elle construit l'identité.
Voilà donc pourquoi je préfère les livres: parce qu'ils ne se contentent ni de l'immobilité de l'image, ni du dynamisme de la musique, mais qu'ils nous permettent de trouver un lien entre chacun de nos actes singuliers, d'apercevoir la permanence dans le changement ( à moins que ce ne soit le contraire). Donc la littérature est l'art le plus complet, le plus humain et si certains ont des doutes quant à la véritable conclusion de cet ouvrage érudit, je suis d'accord pour qu'on en discute. Mes aimables contradicteurs voudront bien d'abord s'avaler l'opuscule susdit, ça devrait me laisser le temps de peaufiner mes arguments.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          459
Jean-Daniel
  31 décembre 2017
"Pourquoi la musique ?" est un livre de philosophie qui porte sur la musique.
"Que ceux qui n'ont aucune compétence en ces deux disciplines se rassurent : je me suis efforcé de réduire au maximum le jargon que l'une et l'autre paraissent exiger" écrit Francis Wolff.

Ce superbe ouvrage peut souvent paraitre un peu technique mais on peut le parcourir rapidement et trouver un peu plus loin quelques pages avec des passages qui nous parlent davantage.
L'auteur répond à diverses questions que nous nous posons sur la musique : Pourquoi, partout où il y a de l'humanité, y a-t-il de la musique ? Pourquoi la musique nous fait-elle danser ? Pourquoi nous émeut-elle parfois ?
88 extraits de musiques commentées dans le livre sont proposés à l'écoute sur le site internet www.pourquoilamusique.fr
Ce remarquable ouvrage ne peut se lire d'un trait mais nécessite de faire des pauses pour y revenir à petites doses. A déguster.
Commenter  J’apprécie          312
Iska13
  14 avril 2019
Passionnant et abordable, cet essai donne des pistes de réflexion et des clés pour comprendre ce qui, dans la musique, nous transporte à ce point. L'émotion ?
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (2)
NonFiction   14 septembre 2015
Francis Wolff expose dans ce livre aussi ambitieux que rigoureux comment nous parle la musique, du monde ou de nous-mêmes.
Lire la critique sur le site : NonFiction
Liberation   02 mars 2015
Sans doute l’un des ouvrages les plus clairs, pertinents et enthousiasmants qui aient jamais été écrits sur le sujet.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
cyrilleamielcyrilleamiel   31 juillet 2016
Il y a les plaisirs du corps : écouter, vibrer, bouger, danser. Et il y a aussi ceux de l'esprit : écouter, se troubler, tressaillir, s'émouvoir. Que la musique nous meuve, passe encore. Mais qu'elle nous émeuve, voilà qui semble vraiment incompréhensible.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Francis Wolff (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Francis Wolff
Francis Wolff était au Parvis à Pau pour présenter "Plaidoyer pour l'universel) publié aux éditions Fayard.
autres livres classés : musiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Arts et littérature ...

Quelle romancière publie "Les Hauts de Hurle-vent" en 1847 ?

Charlotte Brontë
Anne Brontë
Emily Brontë

16 questions
530 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , art , musique , peinture , cinemaCréer un quiz sur ce livre