AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Adèle et moi (17)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
tynn
  30 janvier 2015
Est-ce un signe d'attachement passéiste de la maturité qui me fait de plus en plus apprécier les quêtes d'identité familiale, ces recherches de racines parentales, de personnes et de lieux?

J'ai donc suivi avec intérêt l'enquête très personnelle de Julie Wolkenstein.
Elle est le "moi" du titre, curieuse du destin de son arrière-grand-mère Adèle, née sous le Second Empire, femme au tournant du siècle, décédée au milieu de 20ème. le "moi" qui s'interroge sur le sentiment d'imposture qu'elle a elle-même toujours ressenti dans son milieu familial.

En s'appuyant sur lettres et journaux intimes, l'auteur réinvente sa famille paternelle. Elle imagine une enfant de 1870, à qui un père médecin, veuf et libertin, donne une éducation peu conventionnelle pour leur milieu, puis une femme corsetée dans son époque mais à la personnalité lucide et affirmée. Elle en esquisse une image partielle mais possible, de grande bourgeoise fortunée, ses lieux de villegiature, sa vie d'épouse et de mère.

Un thème intéressant, très fouillé, très vivant, bien qu'alourdi parfois par une écriture alambiquée à laquelle il m'a fallu m'habituer (que de digressions en parenthèses!).
Mais la puissance narrative est remarquable, et le montage littéraire intelligent, jusque dans le twist final.
J'ai aimé l'humour, l'originalité, la liberté de ton pour s'amuser de trop de bienséance. le livre est un peu long, on imagine la difficulté de l'auteur à quitter son univers personnel. Il se dégage beaucoup de tendresse et de sensibilité dans la description de cet album de famille sur trois générations, avec joies, peines et secrets, sur fond de grande Histoire française.

Par cette reconstitution familiale entre biographie et auto fiction, Julie Wolkenstein jette un pont temporel entre elle même et une élégante de la Belle époque, avec en contrechamp une peinture caustique de la bonne bourgeoisie française, torpillant le conformisme et la "bonne éducation" des filles en dépit de l'évolution tiède des mentalités.

Une identité familiale et sociale qui vaut documentation.
Vraiment bien ce roman!
Et une mention spéciale pour le dormeur du Val d' Arthur Rimbaud, magnifiquement mis en scène dans le coeur d'Adèle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
sandrine57
  19 mai 2013
En vidant l'appartement de son père décédé, la narratrice tombe par hasard sur quelques pages écrites par sa tante Odette qui évoque succinctement la vie de son arrière grand-mère Adèle Armand-Duval. Son père lui avait très peu parlé de cette aïeule, aussi a-t-elle envie d'en savoir plus sur cette femme d'un autre siècle avec laquelle elle se sent des affinités. Commence alors un voyage dans le temps, sur les traces d'Adèle, son enfance, son mariage, ses enfants, ses maisons, ses joies, ses peines, pour découvrir une femme indépendante, une bâtisseuse, une amoureuse, une mère, et avec elle apparaît le secret de famille qui a pesé sur sa vie. Au fil de ses découvertes, la narratrice entrevoit la possibilité que naisse un livre où elle écrirait ce qu'elle sait et laisserait son imagination remplir les vides.


Elle a connu trois guerres, s'est retrouvée orpheline très jeune, a perdu trois de ses quatre enfants, a subi la honte d'une origine suspecte, mais Adèle a tout de même eu une vie heureuse. Elle était riche, elle a fait un mariage d'amour, elle a mené sa barque à sa guise. C'est cette femme moderne et volontaire qui est le centre de ce beau roman de Julie WOLKENSTEIN. Mais c'est aussi une histoire familiale, ce qui se transmet, ce qui perdure et ce qui se perd au fil des générations, avec comme un coeur qui bat au rythme des naissances et des décès, des arrivées et des départs, la maison familiale qui domine St-Pair sur la côte normande. Lieux des paisibles étés en famille, ancrage immuable, cette bâtisse battue par les vents a vu grandir les enfants Armand-Duval. Depuis Adèle, le village de pêcheur a changé bien sûr, mais ses descendants ont reçu en héritage l'amour de ce petit coin de Normandie et ils continuent à y passer leurs étés. Si l'héritage s'est dilué au fil des successions, si la famille ne trouve plus place dans la grande bourgeoisie, St-Pair reste le lien qui unit les enfants d'aujourd'hui à leur aïeule du XIXè siècle.
Un roman long mais passionnant qui mêle faits réels et imagination créatrice pour une histoire sensible qu'on referme avec la tristesse de quitter cette Adèle qu'on a appris à connaitre et à aimer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          262
cecilit
  19 décembre 2015
Ce roman/document familial/enquête (oscillant comme les vagues sur la mer, entre l'imaginé/ le fantasmé et le concret/le factuel ) m'a bouleversée et l'écriture de Julie Wolkenstein a eu sur moi un effet hypnotique et complètement addictif. Elle nous raconte la vie d'Adèle, son arrière-grand-mère née au siècle dernier, amoureuse, puis mère, puis grand-mère. Elle nous raconte des lieux : des maisons (familiales, bourgeoises donc ou transitoires), des chambres (d'enfance, de couple, de repli ) et puis surtout la Mer, personnage central peut-être (la Manche, entre Saint-Pair et Granville). Elle nous raconte le couple, la famille (parmi celle-ci, ceux que l'on préfère, ceux qui sont partis et qui nous manquent, ceux dont on se fout et dont on se moque). Elle nous raconte l'amour, le désamour, la honte, les préjugés, le pardon, la bourgeoise bien-pensante. Elle juxtapose à cette histoire, la sienne propre, avec son amoureux du moment....Tout le monde peut se reconnaître dans ce roman, et puis, si tout n'est pas réel ou ne s'est pas exactement passé comme ça, ce n'est pas grave puisque c'est ce qu'on se raconte qui finit pas être vrai et qui reste ! .. et puis il est important de dire aussi qu'on sourit souvent à la lecture de ce roman.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Olivia-A
  06 août 2014
Intriguée et interpellée par les ressemblances entre sa propre vie et celle de son arrière-grand-mère, Adèle, Julie Wolkenstein part sur les traces de celle-ci, tentant de reconstituer ce qu'à été sa vie. de 1870 à nos jours, elle nous fait la chronique de sa famille, nous dévoile les joies et les peines de son arrière-grand-mère et même ses pensées les plus intimes. Prenant appui sur un journal intime retrouvé par la Tante Odette, elle reconstitue du mieux qu'elle peut ces années qu'elle n'a pas connues.

C'est sensible, émouvant, très vrai et en même temps très prenant. On aurait pu croire que la vie d'une vieille dame d'un autre temps nous ennuierait, mais en fait pas du tout. L'auteur parvient à rendre son récit très vivant, de même que ses personnages, qu'il nous semble connaitre personnellement à la fin. C'est une belle histoire de famille, avec des réflexions très justes sur la vie, sur les convenances et les contraintes sociales, sur les gens aussi, ces personnages tous assez stéréotypés et représentatifs de leur époque qui traversent la vie d'Adèle.



Vraiment, un livre à dévorer, absolument.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
ElizaLectures
  08 novembre 2015
La narratrice a hérité de sa famille une maison sur le bord de mer à Saint-Pair-sur-Mer, station balnéaire normande à quelques lieues de Granville. Cette maison, elle l'adore, elle y emmène son compagnon, ses enfants, ses amis. C'est son principal repère dans une vie parfois agitée et incertaine. Lorsque son père meurt, elle décide de partir en quête de souvenirs, notamment ceux d'une arrière-grand-mère, Adèle, dont elle devine le destin inhabituel. Elle remonte jusqu'à une tante, Odette, qui lui remettra des souvenirs et le Journal d'Adèle, permettant à la narratrice de plonger dans la vie de cette ancêtre.

A la fois roman d'introspection, enquête, saga familiale sur plusieurs générations, ce roman passe du présent au passé comme le flux et le reflux des marées sur la côte de Saint-Pair, au pied de la Croix-Saint-Gaud, la maison d'Adèle. C'est elle qui l'a faite construire, après son mariage avec Charles. Mais l'histoire commence plus tôt, lorsqu'Adèle perd son père, qui l'élevait seul dans le souvenir effacé d'une mère mystérieuse. Elle est envoyée par une nuit d'orage chez ses cousins, à Saint-Pair. Premier contact avec sa côte, sa mer, ses vagues. Pendant quatre-vingt ans, ayant traversé trois guerres, ayant aimé la vie et côtoyé la mort, Adèle vivra entre Paris et Sèvres, aux Binelles, une autre maison de famille, mais son coeur la ramènera sans cesse à Saint-Pair. Et pendant qu'on suit cette femme dont le caractère si vivant force notre admiration, la narratrice apparaît par petites touches.

Un roman parfait pour l'été, servi par une plume subtile et chaleureuse.
Lien : http://lecturesandco.com/ind..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
maylibel
  05 novembre 2013
C'est un curieux objet littéraire qu'Adèle et moi, un roman qui incite à s'interroger sur les limites perméables entre réalité et fiction, à l'image du récit que le personnage de Tante Odette fait de sa vie lors de sa rencontre avec la narratrice. Quelle est la part de vérité dans ce livre, où la personne qui raconte l'histoire semble être l'auteure, Julie Wolkenstein, elle-même ? En effet, Adèle et moi est composé de deux récits. le premier, qui a pour cadre notre époque, est celui de la narratrice qui enquête et écrit un ouvrage sur la vie de son arrière-grand-mère, Adèle Armand-Duval. le second, enchâssé dans le premier, est un texte racontant l'existence d'Adèle, de la guerre de 1870 à 1941. C'est l'évocation d'une femme moderne, courageuse, obstinée, mais qui fut aussi bigote à ses heures.

Le style de l'auteure fait souvent mouche. Elle sait créer des scènes très vivantes. Mais son roman comporte beaucoup trop de longueurs et de répétitions, si bien que terminer sa lecture fut pénible, donnant une sensation de véritable gâchis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Ness
  27 février 2013
A la mort de son père, la narratrice découvre dans les papiers de ce dernier, un petit texte, à peine une biographie, de son arrière-grand-mère Adèle.
Désireuse d'en savoir plus, sur cette femme d'un autre siècle, la narratrice se plonge alors dans l'histoire de sa famille. Une famille jusqu'à lors ignorée.
La jeune femme se découvre alors de nombreuses similitudes avec son aïeule dont notamment une passion pour la maison familiale au bord de la mer.
De cette quête va resurgir des secrets de famille et des déchirures. Si Adèle a eu une longue et heureuse vie, elle aura tout de même enterrée trois de ses quatre enfants, son mari et même une petite fille.
Mais c'est une femme forte et moderne que dévoile ce très beau roman.

Un très beau roman sur la quête d'identité et sur ce qui fonde une famille. En reposant ce livre, on a qu'une envie, visiter les lieux que décrit l'auteur avec tant de passion. Une écriture toute simple mais qui fait mouche comme je les aime et qui nous prend même pas surprise parfois car tout ce que nous conte la narratrice est-il bien vrai au final.

Un grand merci au Dialogues croisés, fournisseur de belles découvertes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Adl
  27 février 2018
Ce roman enferme tout ce qui me plaît. Il m'a bluffé. Ouvert sur les conseils d'une autre lectrice et par curiosité (s'il devient plus courant aujourd'hui mon prénom a longtemps été peu usité), il m'a complètement fasciné. L'écriture est légère et à la fois raffinée , parfaite pour décortiquer la supposée vie d'une femme flamboyante qui a traversé plusieurs bouleversements majeurs tant personnels que mondiaux, une femme qui aura vécu sur 2 siècle.
Bien que ce roman soit le fruit d'une démarche personnelle de l'auteure, celle ci ne se laisse pas gagner par ses incartades, toujours à propos et sans étalage : Adèle reste sur le devant de la scène et devient sous la plume de sa descendance, une véritable héroïne de roman.
J'applaudis des quatre membres, ravie, avec l'idee de peut être un jour me promener jusqu'à la Croix saint Gaud .
Commenter  J’apprécie          30
val-m-les-livres
  06 juillet 2013
Ce qui fait le charme de ce roman, ce sont ses personnages, surtout celui d'Adèle, le décor offert par Saint Pair, un personnage à lui tout seul et la plume de Julie Wolkenstein qui m'a enchantée. Pas d'intrigues avec de grosses ficelles ici, tout est en finesse. D'abord, j'ai adoré être surprise par les quelques illustrations et notamment retrouver celle de Joseph-Désiré Court qui fut choisie pour illustrer l'édition Folio de Mme Bovary. Julie Wolkenstein a l'intellignce de parsemer les références littéraires tout en faisant d'Adèle un personnage qui ne lit pas ou très peu. Je me suis parfois reconnue dans l'auteure, parfois dans son contraire et j'ai aimé que, contrairement à d'autres auteurs, Julie Wolkenstein ne ménage pas toujours certains types de lectrices:

les lecteurs assez passionnés pour ressortir de chez eux un soir de pluie et venir m'écouter me mettent mal à l'aise. J'ai l'impression d'avoir à faire à une sorte de secte dont je ne suis pas, je n'ai jamais eu envie de rencontrer les écrivains dont j'aime les livres.

Et je me suis même reconnue dans Adèle, pourtant loin d'être de ma génération mais qui dévore aussi les romans de la comtesse de Ségur. de nombreux personnages nous touchent dans ce roman, Pauline, l'enfant puis la femme qu'on néglige, mais aussi cette grand-tante que rencontre la narratrice et qui lui dit:

C'est incroyable cette manie qu'ont les gens de vouloir écrire, moi, lire, ça me suffit amplement.

Et plus que tout, les phrases de l'auteure, sa façon de jouer avec et d'analyser les textes: ce qu'elle fait de la chanson Sur le pont du nord, qui devient une terrible menace pour Adèle car il contient son prénom, son écriture d'une scène à la manière de la comtesse de Ségur (et la démonstration que ce style laisse de côté l'essentiel, le non-dit) et l'apothéose avec le dormeur du val entrecoupé des pensées d'Adéle, pour moi le plus beau moment du roman.

N'oublions pas non plus l'humour car il y a en beaucoup, comme le fait de mettre dans la même balance la virginité et n'avoir jamais vu la mer ou comme ces simples phrases:

La conduite à tenir dans une palombière en cas d'infarctus en présence de gens de monde n'est pas codifiée dans les manuel de savoir-vivre (ni dans les manuels qui ont trait à la chasse d'ailleurs).

Ce roman m'a charmée
Lien : http://vallit.canalblog.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Flodopas78
  25 février 2013
L'auteur, après la mort de son père, découvre en rangeant des papiers des documents sur son arrière grand-mère, Adèle. Entre ces deux femmes une passion commune, une maison perchée sur une falaise, face à la mer, ouverte à tous les possibles. Commence alors un voyage dans le temps à la rencontre de cette femme qui a connu trois guerres et enterré trois de ses quatre enfants. Au fil des pages se dégage le portrait imaginé d'une femme volontaire et courageuse, portant sur ses épaules le douloureux fardeau de ses origines.
Commenter  J’apprécie          20


Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
972 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre