AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Marie-Françoise Cachin (Traducteur)
EAN : 9782228899499
286 pages
Payot et Rivages (18/02/2005)
4.18/5   11 notes
Résumé :

Mary Wollstonecraft (1759-1797) est incontestablement la première féministe britannique digne de ce nom. Avec près d’un siècle d’avance, elle sut proclamer haut et fort, et prouver par son expérience personnelle, que les femmes doivent prendre en charge leur destin pour sortir de leur état de sujétion. Ce livre fut publié en 1792, en pleine Révolution française. Voici ce qu’en a dit Flora Tris... >Voir plus
Que lire après Défense des droits de la femmeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Une lecture pas vraiment facile, ce premier écrit « féministe » de l'histoire. Mary Wollstonecraft (1759-1797) a écrit ce long essai en 1792 dans un style et une terminologie qui ne nous sont pas toujours facilement accessibles, et qui est logique, du fait des plus de 2 siècles qui la séparent de nous. L'argumentation est parfois très forte, elle s'écarte souvent du parcours proposé et implique pas mal de répétitions.
Mais bien sûr, la combativité fougueuse de Wollstonecraft est reconnaissable. Il y a une indignation particulière face au sort inférieur des femmes de son époque, à l'attitude désobligeante des hommes à l'égard des femmes et à l'attitude erronée des femmes elles-mêmes qui cultivent leur propre faiblesse. L'écriture témoigne d'un esprit indépendant, critique et doté d'une plume aiguisée.
Son plaidoyer est avant tout en faveur d'une éducation au moins égale pour les femmes, afin qu'elles puissent juger et agir par elles-mêmes en faisant usage de la raison. La raison et l'éducation sont des thèmes typiques du siècle des Lumières, dont Wollstonecraft est un épigone. L'occasion de cet écrit était l'évolution de la Révolution française, qui n'en était alors qu'à sa première phase et qui suscitait d'énormes attentes dans le monde entier ; Wollstonecraft était partisan des changements radicaux en France, mais elle était particulièrement déçue par un projet de réforme de l'éducation dans lequel il n'était pas jugé nécessaire d'inclure les femmes ; et c'était la raison directe de son essai.
On l'a écrit à plusieurs reprises : Wollstonecraft ne plaide pas pour l'égalité absolue des hommes et des femmes. Elle souligne à plusieurs reprises les différences entre les sexes et, dans certains passages, elle suggère même que la domination masculine peut être voulue par Dieu et donc inévitable. Cela enlève-t-il à son féminisme ? Je ne le pense pas, car le fil conducteur de cet essai est clairement le plaidoyer en faveur de l'équivalence (en vertu), même s'il contient également des arguments en faveur de l'indépendance politique, sociale et économique.
Deux choses qui m'ont vraiment frappé en dehors du thème féministe. Les attaques constantes (et justifiées) contre Jean-Jacques Rousseau qui estimait que les femmes ne devaient pas du tout recevoir une éducation adéquate (je ne comprends toujours pas l'engouement des pédagogues pour Rousseau). Et surtout les attaques très féroces contre la monarchie et le despotisme. Cette Vindication et les autres écrits de Wollstonecraft sont donc également connus comme des expressions frappantes du républicanisme.
Commenter  J’apprécie          20
Pendant que je lis un livre, je prends toujours quelques notes : des mots magnifiques, des pensées intéressantes… Je souligne, pas sur les pages du livre, je déteste ça ! Mais sur mon bloc-notes à spirale rouge à côté de moi, les citations à retenir pour ma critique. Cette fois-ci, j'aurais dû presque tout noter car chaque paragraphe est important, chaque chapitre est intéressant.
J'en ai appris davantage sur l'histoire des femmes, comment elles étaient (et sont toujours en quelque sorte), sous-estimées par les hommes. Mary Wollstonecraft a de grandes et modernes réflexions sur l'éducation des enfants, garçons et filles, et sur tant d'autres sujets. Mme Wollstonecraft décortique la misogynie de Rousseau, et il en prend pour son grade !
J'aurais aimé vous citer tout le livre parce que Mary Wollstonecraft était si intelligente, si courageuse et si cultivée, et qu'elle était à une époque où une femme devait être inculte et effrayée et stupide.
Mary Wollstonecraft nous explique la raison pour laquelle nous, femmes, nous voyons comme d'une certaine façon, et cela est malheureusement encore valable en 2018… si elle savait ! Je ne peux pas écrire une critique plus longue, car tout ce que je pourrais faire serait paraphraser cette femme lumineuse.
Voici juste quelques citations:
« J'ai longtemps considéré l'indépendance comme la grande bénédiction de la vie, la base de toutes les vertus. »
Elle aimerait que les femmes cessent de «manger le pain amer de la dépendance. »
Et elle est « persuadée que le coeur, ainsi que la compréhension, est ouvert par la culture. »

Le futur est féminin, Mary Wollstonecraft le voulait, faisons-le aujourd'hui !©
Gabrielle Dubois
Lien : https://www.gabrielle-dubois..
Commenter  J’apprécie          30
Un classique pour les féministes!
Commenter  J’apprécie          50
discours qui reste malheureusement d'actualité...........
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Rejetant donc ces jolies expressions féminines que les hommes utilisent avec condescendance pour rendre plus doux notre état de dépendance servile, et méprisant cette piètre élégance d'esprit, cette exquise sensibilité et cette souple docilité qu'on suppose être les caractéristiques du plus faible des sexes, je souhaite montrer que l'élégance est inférieure à la vertu, que le premier objet d'une ambition louable est d'acquérir une personnalité en tant qu'être humain, sans distinction de sexe, et que c'est d'après cette simple pierre de touche qu'il faut évaluer les objectifs secondaires.
Commenter  J’apprécie          150
Les droits de la femme doivent être respectés,… je demande haut et fort la justice pour une moitié de la race humaine.
Commenter  J’apprécie          40
J’ai longtemps considéré l’indépendance comme la grande bénédiction de la vie, la base de toutes les vertus.
Commenter  J’apprécie          30
Les femmes doivent cesser de manger le pain amer de la dépendance.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Mary Wollstonecraft (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mary Wollstonecraft
The Life of Mary Wollstonecraft
Dans la catégorie : Role social de la femmeVoir plus
>Groupes sociaux>Femmes>Role social de la femme (109)
autres livres classés : femmesVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (107) Voir plus



Quiz Voir plus

Les emmerdeuses de la littérature

Les femmes écrivains ont souvent rencontré l'hostilité de leurs confrères. Mais il y a une exception parmi eux, un homme qui les a défendues, lequel?

Houellebecq
Flaubert
Edmond de Goncourt
Maupassant
Eric Zemmour

10 questions
573 lecteurs ont répondu
Thèmes : écriture , féminisme , luttes politiquesCréer un quiz sur ce livre

{* *}