AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266148516
Éditeur : Pocket (17/08/2006)

Note moyenne : 3.36/5 (sur 11 notes)
Résumé :

Toute une galerie de truculents personnages peuple cet inattendu recueil de nouvelles: on y retrouve, entre autres, Josiane, éternelle célibataire qui, à quarante-sept ans, commence à se lasser de Raoul, son compagnon idéal, un chien ; le Couple Parfait, avec leurs dix ans de mariage, leurs trois charmants enfants et le vernis qui craque lors d'un dîner mondain ; monsieur Bernard, petite fourmi dédiant sa vie à la p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
zazy
  07 septembre 2011
Josiane, femme libre, libérée avec un travail « hyper » motivant….. Vu de l'extérieur, mais de l'intérieur, c'est tout autre chose.
Un leitmotiv la suit, cette phrase de sa mère « « Fais attention à ce que tu souhaites parce que si tu te montres persévérante, la vie de l'apportera ». C'est mon icône à moi cette phrase. Je me la récite matin et soir, comme un mantra, comme la table de multiplication des è, comme le premier « je t'aime » qu'on a entendu, le premier « t'es belle » ».
Josiane n'en peut plus de collectionner les conquêtes sans en garder une !!!! Sans réussir à trouver l'homme idéal, ce qui fait qu'elle a un chien « A défaut d'avoir l'homme idéal, j'ai donc le chien idéal ».
Josiane n'en peut plus d'écouter les conseils de ses « amis » Elles ne se rendent pas compte celles qui disent ça, à quel point ça flétrit de se sentir aussi mal aimable. Pour que des seins pointent, il fau qu'ils puissent viser quelqu'un, pour qu'une croupe soit ferme, il faut qu'une main ait envie de la caresser. Quelles idiotes ».
Et là, en larmes, elle s'adresse à Sainte Rita, bien connue et le matin elle se sent très bien. Pas de doute Rita est passée par là !!!! Et tout finit bien comme un conte de fées ? Non ce n'en est pas un, ou alors trempé dans un bain d'acide et de cynisme. Mais que voulez-vous, elle le veut son petit bonheur !!!!
Suivent 5 autres nouvelles très courtes dont l'enclave. L'histoire de ce petit bout de femme, cette vieille femme qui a toujours été vieille, dont « le plaisir est coincé entre la crucifixion et l'espoir de rachat ». Ils n'ont jamais fait de bruits son mari, et elle, tous les 2 venus de Pologne, lui faire le mineur au fond des puits, elle faire le ménage et élever les enfants dans leur coron. Puis, elle se retrouve seule regardant le temps passer, toujours sans faire de bruit « C'est important le temps qui passe. Ca montre qu'on est résistant, on tient malgré tout. C'est un signe de courage, de qualité ». J'y ai entendu les chansons de Jacques Brel, senti beaucoup de tendresse.
C'est un tout petit bouquin, dont toutes les histoires sont de qualité égale, aussi travaillées et fouillées pour rester concises. Je me suis sentie frustrée quelque fois pour une histoire trop courte. Il y a beaucoup de férocité et de désespoir dans ces 6 nouvelles que Sainte Rita aurait bien fait de visiter !!!
En conclusion, un joli petit livre qui se lit très très vite, qui n'a d'autre prétention que nous charmer et c'est réussi.

Lien : http://zazymut.over-blog.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
BMR
  06 août 2007
Encore un tout petit bouquin d'une centaine de pages (décidément 2007 sera l'année des opuscules ) avec 6 petites nouvelles qui se dévorent d'une traite sous la bienveillance de Sainte Rita patronne des causes désespérées.
Chose plutôt rare dans les recueils de nouvelles, celles-ci sont toutes à peu près d'égal niveau, sans laissées pour compte.
Ce n'est pas de la grande littérature mais une petite chose sans prétention et sympa comme tout : Claire Wolniewicz a une plume plutôt féroce et bien aiguisée pour décrire les vies un peu vides, les vies de ceux qui ont oublié un peu trop vite que la leur est un peu trop courte ...
Mais bien sûr l'humour fait passer la pilule et le coté un peu sombre de ces "causes désespérées" sur lesquelles veillent la patronne Sainte Rita.
Avec parfois des démonstrations imparables.
Commenter  J’apprécie          10
Fortyniner
  17 mai 2012
Un ton caustique, du rythme, un oeil acéré... le style de l'auteur se prête très bien au genre de la nouvelle. On retrouve complètement Claire Castillon et sa férocité dans " insectes". Bien sur, toutes ne sont pas valent pas. J'ai une affection particulière pour les deux premières, sainte Rita et monsieur Bernard.
Commenter  J’apprécie          10
LooUnepauseLivre
  25 janvier 2014
Ce sera un de mes recueils de nouvelles préférées. Ces histoires quelques peu contrariées racontée avec un certain humour. J'ai aimé leur teneur, l'écriture. Je les ai trouvées bien construites et aucune ne m'a laissé sur ma faim ni ne m'a parut trop courte. Pour tous ces personnages leur vie va prendre un autre chemin ou alors être éclairée d'un autre angle pour nous révéler une autre facette comme quelque chose d'inévitable.
Lien : http://unepauselivre.over-bl..
Commenter  J’apprécie          31
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
zazyzazy   07 septembre 2011
Elles ne se rendent pas compte celles qui disent ça, à quel point ça flétrit de se sentir aussi mal aimable. Pour que des seins pointent, il faut qu’ils puissent viser quelqu’un, pour qu’une croupe soit ferme, il faut qu’une main ait envie de la caresser. Quelles idiotes ».
Commenter  J’apprécie          30
FortyninerFortyniner   17 mai 2012
J'en rêve moi de cet homme là. Je l'ai bétonné mon idéal. Grand, beau riche, intelligent, doux, attentionné et éperdument amoureux. Et tout de suite. Tant qu'à me désespérer pour un idéal impossible , autant qu'il soit le plus complet possible. Que j'en ai pour mon désespoir!
Faut que je mange des légumes. Je vais me faire des haricots.
Commenter  J’apprécie          20
BMRBMR   06 août 2007
[...] Je rallume une cigarette. Je suis vautrée sur mon lit devant la télé que je ne regarde même plus. Ça me fait un bruit de fond, de la présence. Les vieux font ça, les pauvres aussi. Les vieux, je comprends, mais les pauvres, je ne saisis pas.
Commenter  J’apprécie          20
BMRBMR   06 août 2007
[...] Une saleté cette modernité. On fait croire aux gens des tas de choses, qu'il faut aller de l'avant, que dehors c'est mieux, que la science fait disparaître les maladies, que le chomage diminue, que les étrangers sont gentils, mais c'est des mensonges tout ça.
Elle le vérifie tous les jours, et elle est bien informée. D'ailleurs, il est 20 heures. Ils vont le dire, les journalistes au journal télévisé, qu'il ne se passe que des monstruosités dans le monde, que c'est de pire en pire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Video de Claire Wolniewicz (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claire Wolniewicz
Dédicaces avec Claire Wolniewicz
autres livres classés : caustiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3453 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre