AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Les Seigneurs des Runes tome 2 sur 8

Isabelle Troin (Traducteur)
EAN : 9782266188746
704 pages
Pocket (11/06/2009)
3.64/5   69 notes
Résumé :
Raj Ahten, le Seigneur-Loup, convoite toujours les royaumes du Rofehavan. Mais Gaborn, devenu le Roi de la Terre, est confronté à une menace bien plus redoutable. Les maraudeurs, des monstres qui n'étaient plus sortis de leurs tanières depuis des siècles, se massent aux frontières des territoires humains. S'ils attaquent, ils frapperont sans distinction les soldats et les populations des deux camps. Malgré les mises en garde de ses conseillers, Gaborn ne voit qu'une... >Voir plus
Que lire après Les seigneurs des runes, Tome 2 : La confrérie des loupsVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Les seigneurs des runes tome 2 : La confrérie des loups... bin oui j'ai enchaîné direct.

Pitch :
Bon Gaborn Roi de la terre mais pas que, Roi de Mystarria aussi et d'Heredon par alliance, ça commence à faire... Et bien Gaborn il a pas trop le temps de se reposer voyez-vous.
Parce que Raj Ahten au lieu de rentrer direct chez lui en Indhopal, bin il fait un détour par Mystarria histoire de faire chier ! Il lâche pas le morceau, il l'a mauvaise ! En plus sur son chemin là où il passe bin ça laisse de sacrées traces... Et il a toujours autant de charisme même si maintenant il est bossu, l'arrive pas à remettre cette foutue épaule en place et ça fait drôlement mal.. C'est p'têt pour ça, quand on a mal faut passer ses nerfs sur un truc...
Gaborn lui est branché direct avec la terre, qui passe sa vie à lui envoyer des broadcast, le hic c'est que y a comme des interférences, des déperditions voir c'est codé et il comprend pas tout... Les réceptions sont contradictoires, il a un peu peur de se planter sévère... y doute... mais ça c'est un peu une constante, le doutage c'est lui !... il veut bien faire, mais comment faire ?
Borenson est envoyé au loin pour réparer sa faute, il cherche la rédemption... ça va être compliqué gars... il a pas mal de sang sur les mains faut dire ce qu'y est. La rédemption ou la mort, lui y s'en fout, les deux lui vont... l'est plus à ça près.


Alors de nouveau une narration à plusieurs point de vue...
Beaucoup de nouveaux personnages. Certains qu'on attendait pas, d'autres qu'on attendait mode charbons ardents.. et yes !
Et autant certains sont très prenant, ultra chouette à suivre, autant d'autres c'est limite si j'en avais rien à taper...
Et si j'en avais rien à taper c'est que damned je les trouvais à côté de la plaque, pour une raison où une autre... genre: « Meurs tu mérite ! ça me fera des vacances » spéciale dédicace à la reine Iomé.. ( je peux pas l'encadrer celle-là.).

J'ai aussi de plus en plus de mal avec la notion de distance, ok y ont des chevaux top classe moumoute, en plus même pas, l'auteur passe sa vie à nous expliquer que y en a plus et que c'est la merdasse à ce niveau-là, mais tout est la porte à côté, genre tu traverse trois pays en trois jour (voir moins), leurs bleds en fait c'est Liechtenstein. Et impression de facilité, cool comme ça je décris que dalle, je me fais pas chier.. Alors certes ça fait une narration rapide (encore que) mais niveau immersion de monde on pourra dire ce qu'on veut c'est pas bienvenue en terre inconnue...
— Vraiment ?
— Bon je suis un peu vache... y a bien quelque moment où l'auteur se fend d'un peu de description, le côté voyage en Indhopal, mais à part ça... et ça m'a manqué un chouille...
— Tu sais bien que leur chevaux c'est comme des TGV, va regarder le paysage quand y passe à grande vitesse.. tu peux pas c'est flou..
— Ouais bin là c'est pareil.. c'est flou...

Les seuls moments où Farland s'y met c'est quand on est, ou va être dans l'epiqueness, là il envoi la sauce. Les batailles mazette elles sont cool ! Les bestioles elles sont cool ( mention spéciale aux Graaks, maraudeurs et autres élémentaux). Les sorts magiques paf dans ta face aussi... Bref niveau baston de fantasy épique ça le fait toujours bien ! Et même plus que ça.
Ok l'épiqueness y maîtrise bien, et c'est toujours aussi cool, mais entre deux moments épiques le soufflé à tendance à se casser un peu la gueule... retombe, et c'est pas les réactions des personnages qui aide.

Et un des problèmes pour moi est là... les réactions, voir les pensées de certains personnages...
Jamais vu des attardés pareils... Des fois j'avais des : «  Mais vous êtes cons/connes ou quoi ? »... et oui.

Alors oui en général la connerie même à l'épique... genre on te dis de fuir, te barrer mode si vous restez vous allez tous crever, et non toi tu tape le bout de gras avec un teinturier qui te saoule avec ses histoires de bains, et que non quand même... Perso je me casse, ou je le noie dans ses bains, démerde-toi camarade, t'es trop con. Extinction de la race, sélection naturelle toussah...
C'est d'ailleurs un des messages (bateaux) du Roi de la terre, le côté ♫ c'est l'histoire de la vie le cycle éternel ♫ … et je lève les yeux au ciel, nan mais franchement !

Tout comme son dilemme moral sur la magie des seigneurs des runes, c'était bien la peine de couiner sur des pages et pages mode ouin ouin c'est mal et patati et patata pour finir par s'en balancer cinquante dans la tronche... hop tranquille à l'aise Blaise... et je plisse le regard en me raclant la gorge.

Et franchement je ne sais pas trop quoi penser..
Parce que franchement ça se lit bien, les moments épiques sont jubilatoires paf dans ta tronche.. mais y a certains trucs que je trouve vraiment rebutants.

Et en premier lieux, non pas la choupiness de Gaborn, le côté allions-nous tous parce que la mort totale est à nos portes, non ça je trouve que c'est plutôt censé.
Mais c'est toutes les pseudos histoires de trahisons que Farland met en place, alors qu'il n'approfondit pas les pistes qu'il avait lancé dans le tome un, ou c'est de l'ordre de trois lignes, le côté anecdotique. Une des sous histoire que je trouvais pourtant plus qu'intéressante.. le côté Diem... et bin non !
À la place il nous balance encore d'autres conflits/trahisons en devenir... boaf...
C'est un peu surface surface...

Ensuite les couches que Farland rajoute à son méchant... pfff j'ai levé les yeux au ciel, je le sentais grave venir, paff il saute dedans à pieds joints... tiens si on rajoutais une couche de pédophile pseudo culturelle... ralalalala... facilité quand tu nous tient.. Comme si y avait besoin en plus... Ce genre de truc me gonfle...

Par contre je dois dire que vous si vous aimez les personnages féminins... Bin y en a pléthore… et pas que de la cruche. Non y a de tout, de la petite fille, à la guerrière en devenir, ou la guerrière tout court (badass... je l'aime bien ^^)... Et ça fait du bien.
Oui ce n'est pas qu'une histoire d'homme, les femmes ont leur place, la prenne, voir se la font. Et c'est très bien.

Et même si on attendait le vent, là d'où il vient me laisse dubitative. Par contre comment il est mis en scène c'est pas mal, une bonne idée. Nan y a pas a chier à ce niveau-là il est bon !
Ça ferait en plus des bonnes scènes de cinéma...
J'ai lu que d'ailleurs que Les seigneurs des runes avaient été pressenti pour faire des films, mais depuis le temps et plusieurs tentatives, y a rien eu (c'était même écrit dans mon tome 1 qui date de 2009, on est en 2020 je crois que c'est plus que cramé.) Et c'est bien dommage, parce qu'avec un bon budget, ça pourrait très bien rendre...

Oui Farland a une vision de l'épique cinématographique à ce niveau-là pas de problème, là où à mon sens il pèche plus c'est sur le fond... et sur un peu tout les fonds d'ailleurs.
— Ah bon ? Tu veux dire qu'on touche le fond ?
— Non pas encore... on touche pas le fond, j'ai lu des trucs bien pire... au contraire on reste quand même vachement à la surface des choses et c'est un peu dommage.

Alors autant certain perso m'ont gonflé grave sévère, autant d'autres marchent tout à fait bien à mon sens...
Et étrangement que des nouveaux, et parfois même pas des premier rôles... Voir même les anciens premiers rôles n'ont pas (à mon sens) un développement cohérent, les actions passées ont tendance à glisser vachement vite, mention spéciale à la folie de Borenson... Borenson tout court d'ailleurs.
Mais quand même ce qui est sympa c'est que l'auteur ne les épargne pas... et ça c'est cool ! On se dit osera, osera pas, et on est curieux de voir (enfin moi)...
— Tu es une psychopathe !
— Rooh... quoi ? Ça fait partie du cycle éternel... tu veux que je te la chante ?
— Tsss...

Par contre, vu qu'il les épargne pas, si dans le prochain la reine Iomé pouvait cadancher, ça nous ferait des vacances...
— Dois-je sous entendre que tu liras le prochain ?
— Oh oui... j'ai bien envie quand même de voir où va aller tout ce bordel... de retrouver certains persos... de vivre d'autres batailles... Mais va falloir que je me le trouve d'abord... le trois je l'ai pas.
Commenter  J’apprécie          82
Si le premier tome de la série « Les seigneurs des runes » avait déjà de quoi séduire de part son originalité, « La confrérie des loups », le second volume, se révèle bien meilleur encore et ce notamment grâce à la qualité supérieur de son intrigue. Celle-ci s'était certes montrée un peu longue à démarrer, mais elle est cette fois bien lancée et c'est avec beaucoup d'intérêt que l'on découvre les différents fils de l'histoire qui se fait ici beaucoup plus dense et complexe que ce à quoi on pouvait s'attendre. Ainsi, lorsque un mal ancien se réveille, Gaborn n'a guère le temps de savourer sa victoire durement acquise à la fin du tome précédent. Désormais Roi de la Terre, celui-ci n'a pas d'autres solutions que de faire alliance avec son pire ennemi, le puissant mais fourbe roi d'Indopal, Raj Athen, afin de contrer ce nouveau danger bien plus redoutable.

On s'éloigne cette fois davantage des abords du château Sylvaresta et du bois de Dunn que l'on avait pu découvrir dans le premier volume. C'est l'occasion pour nous d'en apprendre davantage sur l'univers créé par l'auteur ainsi que sur le système extrêmement novateur de transmission d'habilitées qui permet à D. Farland de repousser presque toutes les limites et d'expérimenter de nouvelles choses. le siège de la ville Carris est ainsi particulièrement impressionnant, d'autant plus que l'auteur possède un talent incontestable en ce qui concerne la narration des scènes de batailles. Les protagonistes pour leur part se révèlent de plus en plus attachants, à commencer par les femmes qui semblent davantage se réveiller ici, qu'il s'agisse de la princesse Iomé, de Mirima ou même de la petite Averan. Un second tome dans la droite lignée du précédent. de la bonne fantasy.
Commenter  J’apprécie          180
Je commencerais cette critique par une remarque qui vaut pour les deux premiers tomes.Ce n'est pas la première fois que je constate cette erreur de français. Jusque là je ne le mentionnais pas mais c'en est trop. Mesdames et messieurs les traducteurs, "s'attendre que..." n'est pas français... On dit "s'attendre à ce que...". Je m'attends à ce que quelque chose arrive et pas je m'attends que quelque chose arrive...
Tout comme d'ailleurs" malgré que" ou" je te partage"... que l'on voit et entend partout. Les traductions littérales de l'anglais vers le français deviennent monnaie courante et cela m'exaspère. Voilà c'est dit...
Je regrette un peu la sur utilisation du nombre de dons que possèdent tel ou tel personnage. On en vient presque à les définir uniquement par cela ou bien même a réduire leur personnalité à cela.
Dans certain contexte, c'est presque présenté comme une monnaie. D'ailleurs Gaborn ne tente t'il pas d'acheter une alliance avec son pire ennemi en lui offrant des forceps et donc des dons...
L'auteur ne choisit pas la facilité puisqu'il produit ici un scénario qui nous emmène dans des directions auxquelles on ne s'attendait pas. Il aurait pu choisir de conclure son récit par l'affrontement attendu des deux protagonistes principaux mais il n'en est rien.
L'émergence progressive de personnages secondaires essentiellement féminins montre à quel point la guerre n'est pas qu'une affaire d'hommes. Elle permet également de mettre en valeur ces personnages et surtout de montrer que la guerre ne se joue pas que sur le seul champ de bataille et qu'elle peut même prendre des formes inattendues.
Ce tome de près de 700 pages m'est apparu extrêmement long, parfois pénible, souvent lassant. Je me suis surpris à me lamenter du nombre de pages encore à lire alors qu'il ne se passait pas vraiment grand chose jusqu'aux 100 dernières pages, pour lesquels l'action reprend le dessus. J'ai alors l'impression que l'auteur est beaucoup plus à l'aise avec les scènes de bataille qu'avec le reste. Je retrouve de l'entrain, de l'engouement, mon attention est de nouveau sollicitée et mon intérêt renaît.
Commenter  J’apprécie          90
C'est avec passion que j'ai dévoré ce deuxième tome d'une des séries fantasy les plus spectaculaires que j'ai lu. J'ai beau chercher, impossible de décider si ce tome est meilleur ou moins bon que le premier. J'ai fini par concéder qu'il était tout aussi bon.
Si le premier tome avait comme grand méchant, Rahj Ahten, celui-ci met en avant les maraudeurs. Ces créatures sont des obstacles de premier ordre. Là où les Invincibles du Seigneur Loup m'avaient déçus, les maraudeurs relèvent le défi haut la main! Voilà des adversaires dont on ne sait vraiment pas comment se débarrasser.

Nous avons découvert au fil de la douleur de la terre des destins divers mais unis, et cela continue avec La confrérie des loups. Averan est l'un des personnages les plus intéressants de ce tome. Petite fille sans histoire, elle se révèle au fil de l'histoire une des pierres angulaires de l'intrigue. Tout comme Myrrima et Iomé. Simples personnages secondaires au début, elles prennent de l'assurance et se rebellent. Pas question de rester en arrière. de tous les personnages, ce sont-elles qui changent le plus, étant prêtes à tout pour venir en aide à ceux qu'elles aiment. Et c'est pourquoi j'ai tant d'affection pour elles.

La bataille de Longmot m'avait scotchée au plafond et j'attendais de voir si la même chose arriverait ensuite. C'est chose faite avec celle de Carris qui la surpasse de loin.
Impossible d'imaginer la fin d'une bataille pareille. Assaillie par Rahj Ahten puis par les maraudeurs, on se demande comment les humains vont pouvoir s'en tirer. Nous sommes tenus en haleine du début jusqu'à la fin. C'est une des plus épiques batailles que j'ai pu lire. Je n'ai pu m'empêcher de l'imaginer sur grand écran. Car ne l'oublions pas, Les Seigneurs des Runes devrait être adapté au Cinéma si les choses se débloquent. Et je suis plus qu'impatiente de voir le résultat! Espérons que le succès soit au rendez-vous.

Le danger plane toujours sur le royaume des hommes et l'avenir s'assombrit de plus en plus. Comment cela finira-t-il? Y aura-t-il une rédemption pour Rahj Ahten? le troisième tome répondra à une partie de ces questions. Pour la suite il faudra attendre le tome 4 qui devrait arriver courant 2010. En tout cas, Les Seigneurs des Runes fait partie des livres qui me font aimer la fantasy et qui me font en vouloir encore plus. Cette série figure désormais parmi mes préférées.
Lien : https://parole2libraire.word..
Commenter  J’apprécie          10
Un deuxième tome aussi intéressant que le premier.
Un des points vraiment plaisant dans cette série, et qui est plus net à partir de ce tome, c'est des personnages féminins forts.
Sinon que dire? Beaucoup d'interrogations, pour commencer, et puis une situation difficile à cerner dans son entier... Comment tant de conflits pourront se régler en seulement deux tomes encore, on est en droit se le demander. (L'auteur en garde-t-il pour le cycle suivant?)
Sinon un style qui reste relativement fluide, encore qu'il y ai de la redite, ce qui est dommage quand on lit la série d'un bloc (ça fait "lourd").
Bref un tome plutôt agréable à lire dans l'ensemble.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
-"Jusqu'au retour du Roi de la Terre, je ne servirai aucun souverain. Devant vous je prête allégeance à l'humanité. Je lui dédie mon cœur, ma volonté, mon esprit et mon âme. Je vous jure fidélité à tous ! Que l'un d'entre vous soit en danger et il me trouvera à ses côtés, prête à me battre avec toutes mes armes. Je vous jure fidélité à tous, pour l'humanité et pour la Terre !"
Par ce serment, elle venait de s'autoproclamer Chevalier Équitable. Ces hommes étaient tous des Seigneurs des Runes dont les ancêtres servaient depuis longtemps Fleeds, Orwynne ou Heredon. Elle ne s'attendait pas à ce qu'ils l'imitent, mais éprouva une joie sans bornes quand ils brandirent leurs armes vers le ciel en hurlant : "Pour l'humanité et pour la Terre !"
Ce fut ainsi, en ce sombre jour, que naquit la Confrérie des Loups.
Commenter  J’apprécie          110
Selon les légendes, chaque rune magique était un morceau de la rune maîtresse qui contrôlait l'univers.C'était la première fois que Gaborn en contemplait une aussi grande partie. La terre régnait sur la croissance, la vie, la guérison et la protection. Mais cette rune annonçait la fin de ses pouvoirs

Où il y a croissance, que vienne la stagnation
Où il y a vie, que vienne la désolation
Où il y a guérison, que vienne la corruption
Où les hommes se dissimulent, qu'ils soient révélés

Gaborn connaissait le nom de cette rune : Le Sceau de la Désolation
Commenter  J’apprécie          10
Un seigneur n'est jamais un homme seul, mais la somme de tous ceux qui l'entourent.
Commenter  J’apprécie          60
Malgré le risque de trahison, je choisis d'aimer.
Commenter  J’apprécie          00

Video de Dave Wolverton (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dave Wolverton
Fantasy au Petit-Déjeuner épisode 9 consacré au cycle "Les Seigneurs des runes" de David Farland / Dave Wolverton.
autres livres classés : fantasyVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (202) Voir plus



Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
2560 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre

{* *}