AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Les Seigneurs des Runes tome 3 sur 8

Isabelle Troin (Traducteur)
EAN : 9782266197441
544 pages
Pocket (12/11/2009)
3.57/5   60 notes
Résumé :
Le magicien Binnesman rencontre la jeune Averan et lui révèle qu'elle est une Gardienne de la Terre en puissance. La fillette s'est approprié les souvenirs des maraudeurs. Ainsi, elle apprend à Gaborn que le Seul et Unique Maître se cache dans le Monde du Dessous, au cœur de la Salle des Ossements. Un seul maraudeur, appelé le Guide, est en mesure de leur indiquer le chemin.

Sans hésiter, Gaborn se lance à la poursuite du monstre. Les maraudeurs batte... >Voir plus
Que lire après Les seigneurs des runes, Tome 3 : Les entrailles du malVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Avec « Les entrailles du mal » D. Farland nous offre un roman dans la droite lignée des deux précédents, voir même meilleur encore, ce qui n'est pas peu dire. On y retrouve nos protagonistes juste après la tragique bataille de Carris et l'attaque des Maraudeurs contre Gaborn, le roi de la terre, et le perfide Raj Athen. le lourd tribu payé par les Hommes lors des combats s'avère hélas rapidement insuffisant pour écarter totalement la menace représentée par ces redoutables ennemis. Une solution plus radiale s'impose... mais laquelle ? La situation est d'autant plus catastrophique que Gaborn n'a pas seulement à redouter les attaques des Maraudeurs, mais aussi ceux de sa propre race, voire même de son propre camp. Guère de temps mort en ce qui concerne l'intrigue, donc, celle-ci s'étoffant et se complexifiant de tomes en tomes pour la plus grande joie du lecteur qui aura ici bien du mal à ne pas se laisser captiver par l'histoire.

L'univers élaboré par D. Farland est également toujours aussi réjouissant, d'autant plus que l'auteur nous en donne ici un aperçu bien plus vaste que précédemment. Difficile en effet de ne pas se sentir transporté à la description de la Cour des Marées, des déserts d'Indopal ou encore de la majestueuse cité de Maygassa. Ce troisième tome nous donne également l'occasion de revenir plus en détail sur un élément clé et particulièrement intéressant du monde de D. Farland, celui des affinités liées par certains des personnages avec les Éléments, qu'il s'agisse de la petite Averan destinée à exercer la fonction de gardienne de la terre, de Raj Athen et de ses bataillons de Tisseurs de flammes ou même de Myrrima, dont on découvre l'inclination pour l'eau. Les personnages pour leur part sont toujours aussi attachants et gagnent même en profondeur, à commencer par Gaborn, beaucoup plus sombre et réaliste qu'auparavant.

Ce troisième tome des « Seigneurs des runes » ne fait que confirmer l'idée que nous avons ici à faire à un très grand cycle de fantasy, ce que les tomes suivants ne viendront pas démentir. Voilà bien un cycle que je ne regrette pas d'avoir entamé.
Commenter  J’apprécie          201
Après avoir délaissé ce cycle pour d'autres lectures, je craignais d'être perdu lorsque j'en reprendrais le cours. A ma grande satisfaction, il n'en ait rien et c'est avec facilité et plaisir que je renoue avec les personnages, le contexte, le lore, l'histoire. Tout se poursuit comme s'il ne s'était pas passé deux mois depuis que j'avais le tome 2.
Et c'est en ce qui me concerne plutôt bon signe puisque cela signifie que ce récit s'est assurément ancré en moi. Je retrouve avec plaisir la fluidité d'écriture de l'auteur, son style si particulier qui s'articule comme une chronique. On a vraiment l'impression d'être au coin du feu, en face d'un conteur venu vous raconter une histoire merveilleuse.
D'autant plus que pour ce tome, l'auteur s'attache tellement a développer l'univers. Les descriptions sont nombreuses et regorgent de détails, qu'elles concernent les devoirs, la géographie, le contexte historique, les personnages, leurs comportement et même leurs traditions vestimentaires. Il y en a pour tous les goûts et toutes les couleurs ce qui permet une immersion totale.
C'est également la personnalité des personnages principaux qui est fouillée ainsi que leur psychologie. La plupart évolue au fil de l'histoire et en fonction d'elle. Certains mûrissent quand d'autres subissent des évènements traumatisants.
L'histoire, elle, n'avance pas trop mais sûrement, jusqu'à un final que l'on sent monter tel l'orage au loin qui s'approche. Un final épique, qui change la donne, redistribue les cartes, et dont la violence contraste avec toute la beauté que l'auteur s'est évertué a nous d'écrire et z nous révéler tout le temps du bouquin, comme pour mieux montrer l'horreur de la guerre, pointer la dangerosité de l'ennemi qui ne manque pas de descriptions mais dont, étrangement, nous ne savons pas grand chose. Ce qui augmente encore son aura maléfique.
Qui dit descriptions dit lenteur, et c'est là le point faible du roman. Une étape dans le cycle, indispensable, passionnante si on y consacre le temps nécessaire à son immersion, mais long et peut être barbant, pour celles et ceux qui préfèrent l'action aux mots.
Commenter  J’apprécie          80
Si la bataille de Carris est terminée, la guerre n'est toujours pas gagnée et le danger rôde toujours autour de Gaborn et de ses graines d'humanité. le Roi de la Terre a pourtant porté un sacré coup aux maraudeurs, mais ceux-ci ont plus d'un tour dans leur sac.
La catastrophe dont la Terre l'a mis au courant est plus proche que jamais et Gaborn a perdu ses pouvoirs, sans compter que le nombre d‘ennemi du nouveau roi ne cesse d‘augmenter, le seigneur Anders atteint de folie, en tête. Alors qu'il pensait avoir le soutien de tout l'Heredon, le jeune Orden se rend compte que beaucoup complotent contre lui, sous couverts de Puissances hostiles. Mais Carris a prouvé une chose aux Seigneurs des Runes: même le plus idiot des manants peut se révéler être un héros. La perspective des humains concernant leur système de magie est en train de changer. Mais quelqu'un en saura-t'il quelque chose? Si l'humanité disparait, qui la remplacera?

Voilà encore un tome bourré de réflexion et d'action que nous propose David Farland. Néanmoins, contrairement à ses deux prédécesseurs, Les entrailles du mal déçoit quelque peu et laisse un goût amer. En clair, ce tome 3 contient beaucoup de blabla et se répète.
On le sait désormais, Averan n'est pas une gamine ordinaire mais un Gardien de la Terre tout comme Binnesman. Alors que ce dernier est dévoué à l'humanité, il semble qu'Averan éprouve de la pitié incompréhensible envers les maraudeurs. le grand magicien le rappelle: chaque espèce est importante. Les pouvoirs de la petite magicienne sont incroyables au point que même son mentor en est soufflé.

Rencontré dans la Confrérie des Loups, on se demandera pourquoi le destin de Roland, le père de Borenson fut si tragique et inutile. A quoi a-t'il servi? A rien. Dommage pour un protagoniste au potentiel fort dont la rencontre avec son fils promettait d'être riche en émotions. D'autant que le fils non plus ne sert pas à grand-chose. Anti-héros par excellence, on le retrouve sous-homme dans cet opus. Un sous-homme qui n'est même pas capable de se rendre compte de la non-mort de sa femme, un moment riche en incompréhension.
De la part d'un époux qui se rend enfin compte de ses sentiments envers sa femme, on s'attend à des adieux déchirants lors de la « mort » de celle-ci, dû à un acte plus que vaillant. Mais au lieu de ça, on assiste au soulagement d'un transporteur se débarrassant de sa marchandise. Un peu du style: « Oh mince alors, elle est froide, j'en conclut donc qu'elle est morte. Bon bah adieu chérie, bon voyage dans le fleuve. ». Mais à quoi pensait David?

Finalement, le véritable homme du couple n'est pas celui que l'on croit. Myrrima la prouvé plus d'une fois, c'est elle qui dirige. Neutraliseuse d'Eclat Ténébreux, purificatrice d'esprit Toth, voilà qu'elle se révèle une magenée elle aussi. Sauf que ce n'est pas la Terre qu'elle peut servir, mais l'eau. Y a pas à dire, elle a la classe Myrrima! Dommage tout de même qu'elle renonce à servir l'Eau pour rester auprès de son bon à rien de mari, un homme que j'appréciais pourtant au début mais qui tombe très très bas dans mon estime. Les femmes vont-elles finir par se révéler être les vrais héroïnes des Seigneurs des Runes? Erin, Iomé et Myrrima sont en passe de devenir de véritables icônes. Un peu de Girl power ça fait du bien!

Autre grosse déception, l'attente prolongé de l'invasion du monde souterrain par Gaborn. On le sait, celui-ci doit se rendre dans la Salle des Ossements pour affronter le Seul et Unique Maitre. Annoncé en fin de tome deux, on s'attend logiquement à ce que l'aventure débute dans le tome 3. Mais non. Au lieu de ça, s'enchainent les combats, certes palpitants, contre les maraudeurs fuyards, mais bien en dessous de ce à quoi on s'attend. Heureusement que la course pour la popularité que se livrent Orden et Rahj Ahten tient en haleine. Et la transformation en Tisseur de Flammes de ce dernier, alors que Gaborn le croit mort est un des événements les plus intéressants de ce tome.

Bien heureux de la part de Pocket de nous rééditer les six premiers tomes en trois gros pavés. Mais si c'est pour nous sortir la suite en fin d'année 2010, quel est l'intérêt si ce n'est frustrer le lecteur?
Comment est-il possible d'attendre si longtemps pour pouvoir enfin découvrir le monde terrifiant du plus grand ennemi de la Terre?
Lien : https://parole2libraire.word..
Commenter  J’apprécie          21
Voici donc le troisième tome de cette série. L'histoire ainsi que les nouveaux personnages rencontrés dans le tome précédent se précisent. le récit se complexifie de plus en plus, en se ramifiant pour suivre plusieurs groupes de personnages, chacun apportant un élément au puzzle.

Ce tome me donne l'impression de faire une pause dans la course contre la fin du monde. Et cette pause est bienvenue pour le lecteur qui complète ainsi sa compréhension des éléments du récit. Notre roi de la terre, bien qu'abandonné par la terre, continue la destruction de l'armée des maraudeurs. Averan se découvre Gardienne de la terre. Erin nous fait pénétrer dans le monde des limbes et nous découvrons enfin le vrai visage de l'ennemi que poursuit notre roi de la Terre : un locus, parasite des êtres malveillants.

L'histoire passionne toujours autant et j'attends avec impatience de commencer le suivant !
Commenter  J’apprécie          30
C'est bien écrit, les personnages sont attachants, mais passé l'originalité de la magie ... on s'endort un peu. Il y a de l'action et on ne s'en rend pas compte.... peut être un manque de profondeur dans la description général et des personnages clefs ??
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Sur les pentes occidentales de l'Anja Breal, dans la vallée du Lotus, s'étend Maygassa, la plus ancienne cité du monde. Elle se dresse dans toute sa splendeur depuis deux fois dix millénaires, et si l'on devait creuser sous ses rues, on y découvrirait les ruines d'autres bâtiments et les ossements des Ancêtres. Autrefois, les rajahs d'Indhopal y avaient construit le palais des Éléphants, une forteresse perchée sur un énorme rocher à près de mille pieds au dessus du fleuve à la base de laquelle était gravée une longue suite de pictogrammes. Raj Athen leva les yeux vers le palais et déchiffra le verset du haut : « Incline-toi devant le trône de l'éléphant, hautain voyageur. Et, perché sur ton fier chameau, sache que tu n'es rien. »
Commenter  J’apprécie          130
Aimez avec intensité et mourez honorablement. Comparé à ces deux choses, le reste de votre vie a peu de signification.
Commenter  J’apprécie          160
"Lorsqu'une tempête chante dans les arbres, on croit entendre des voix d'hommes portées par le vent. Mais ces voix sont celles des morts. Le sage refuse de les écouter"
Proverbe du Rofehavan
Commenter  J’apprécie          40
Autrefois, il n'existait qu'un monde et qu'une étoile sous laquelle poussait le seul et unique Arbre. La Seule et Unique Rune les reliait. Puis un ennemi voulut en prendre le contrôle. Il détruisit la rune, dont les fragments s'éparpillèrent comme des éclats de verre à travers le cosmos. A présent, il existe des milliards de mondes dotés de leur propre soleil. Chacun est un fragment du Seul et Unique Monde, plus ou moins authentique à sa façon.
Commenter  J’apprécie          10
Les naïfs tiennent souvent les propos des cyniques pour des révélations. Les cyniques pensent que tous les hommes sont corrompus, et que l'existence est vaine. Mais les sages savent qu'il existe des coeurs purs, et que la vie apporte des joies aussi bien que des peines.
Commenter  J’apprécie          20

Video de Dave Wolverton (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dave Wolverton
Fantasy au Petit-Déjeuner épisode 9 consacré au cycle "Les Seigneurs des runes" de David Farland / Dave Wolverton.
autres livres classés : fantasyVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (206) Voir plus



Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
2560 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre

{* *}