AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2258112648
Éditeur : Les Presses De La Cite (19/06/2014)

Note moyenne : 3.31/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Quoique née en Angleterre, Andrea a toujours vécu en Californie. Alors qu’elle vient de rompre avec son petit ami, elle apprend que son grand-père maternel, Robert, est mourant. Elle décide de se rendre au chevet de cet homme dont elle ignore tout. Dès son arrivée, elle éprouve des sensations bizarres, pense voir des gens quand il n’y a en réalité personne. Sa grand-mère met cela sur le compte de la fatigue due au décalage horaire, mais Andrea n’en croit rien. Bient... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Annette55
  04 juillet 2016
Cette histoire débute comme un roman de vacances, léger et facile, en ce mois de juillet, sous forme de secrets de famille et recherches de racines familiales.Née en Angleterre, Andréa, une jeune femme vit en Californie depuis toujours. Elle traverse l'Atlantique afin de se rendre au chevet de son grand- Pére mourant, un vieil homme dont elle ignore tout.
Jusque là rien que de très banal, mais l'irruption du fantastique dans l'appartement de la grand- mére d'Andréa , d'hallucinations, de visions, de plongées dans le passé tout au long de scènes entières est répétitive, mal amenée, peu crédible, , comme si l'auteur, -que je ne connais pas -nous prenait pour des idiots ........
Pire, Andréa commente elle même "les frayeurs ", lorsqu'elle " traverse "le passé entre rêve et réalité .........
Un ouvrage étrange même pas divertissant comme je m'y attendais pour un roman de vacances emprunté par hasard à la médiathèque.
Je ne l'ai pas terminé, je vais fâcher les admirateurs de cet écrivain, tant pis pour moi, je préfére être honnête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
ingridfasquelle
  17 juillet 2014
Barbara Wood est née en Grande-Bretagne et a grandi en Californie. Depuis Et l'aube vient après la nuit (Belfond, 1982 ; Presses de la Cité, 1998) jusqu'à La Guérisseuse et le roi (Presses de la Cité, 2013), elle est considérée comme l'un des meilleurs auteurs de sagas romanesques.
Inavouable héritage est une formidable saga familiale dont seule Barbara Wood a le secret. de rebondissements en révélations, ce roman presque fantastique raconte l'histoire d'amour déroutante et déchirante de deux amants piégés dans le sablier du temps, un captivant suspense où le sentiment amoureux a la part belle et où l'étrangeté est habilement distillée entre rêve et réalité.
Comme à son habitude, Barbara Wood transporte le lecteur dans une aventure extraordinaire. Dans cette fabuleuse composition à plusieurs voix mettant en scène Andrea et ses «proches», elle explore avec subtilité l'univers complexe des relations familiales, des secrets de famille et écrit la plus belle histoire d'amour qui soit.
Elle, qui nous avait déjà habitués à des atmosphères à suspense dignes des meilleurs romans d'aventures ou de thrillers fantastiques, déroule ici un mystérieux et fascinant rêve éveillé. Balloté entre réalité et fantasme, le lecteur aura beau se frotter les yeux, il ne sortira pas de sitôt de ce long et ténébreux cauchemar.
Dès les premières pages, on sent que Barbara Wood a réuni tous les ingrédients d'un excellent roman de divertissement. Son intrigue, romantique à souhait, ne saurait être plus grandiose et plus dramatique ! Dans cet incroyable récit qui parcourt l'époque victorienne et distille une irrésistible magie, le lecteur est le premier envoûté !
Plongé dans l'intimité de personnages attachants, le lecteur, aux premières loges, découvre alors l'indicible secret qui entache la réputation de la famille Townsend. L'histoire, qui commence comme un conte de fée, prend alors des allures de tragédie grecque. C'est divertissant, dépaysant, grisant même, tout à fait dans la lignée des romans auxquels Barbara Wood nous a habitués.
Une chose est certaine: ne commencez pas Inavouable héritage sans disposer de quelques heures devant vous. Une fois entamée, sa lecture ne vous lâchera plus et sa musique entêtante vous poursuivra longtemps la dernière page tournée...
Lien : http://histoiredusoir.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
mlseditions
  27 novembre 2014
Barabara Wood étant décrite comme l'un des meilleurs auteurs romanesques, j'attendais beaucoup de ce livre. Si l'histoire de renouer avec son passé et ses racines m'a semblé être un sujet intéressant, j'ai été déçue au fil des pages par l'absence de rythme, de suspens. J'ai eu peine à finir ce roman qui, à mon goût, manque de magie et de rebondissements.
Commenter  J’apprécie          50
fantagaro
  24 novembre 2014
Certes, j'ai lu l'ensemble des oeuvres de barbara wood, mais ce roman m'a déçu.l'histoire se situe dans un certains huit clos et cela amene peu de rebondissements. Ensuite, l'intrigue est interessante mais cela amene barbara wood dans un style fantastique... qui ne lui correspond pas. Malgré cela, le livre reste une bonne lecture.
Commenter  J’apprécie          30
PLUMAGILE
  12 septembre 2014
Pour une fois, je suis un peu déçue par un roman de Barbara Wood. Habituée à des intrigues complexes, bien ficelées, avec du rythme, j'ai trouvé que celle-ci était somme toute assez banale.

D'accord, Andrea vient pour faire connaissance avec la partie anglaise de sa famille, et va découvrir qu'elle peut s'y attacher, elle qui jusque-là éprouve peu d'affection pour autrui. D'accord, elle va traverser des fenêtres temporelles pour comprendre le passé de cette famille, mais tout cela est amené de manière bien trop répétitive et je n'ai pas ressenti la frayeur qu'elle dit éprouver quand elle "traverse". Et puis, elle commente ce qui lui arrive comme si le lecteur était niais et ne pouvait pas comprendre par lui-même.
J'ai presque failli m'ennuyer....
Lien : http://la-clef-des-mots-e.mo..
Commenter  J’apprécie          42
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   19 juillet 2014
vieillir n’est pas si terrible, pas quand tu as foi en Dieu et en la résurrection. Tu vois, ma chérie, je crois que toutes ces années passées sur cette terre sont une sorte de prélude à ce qui vient vraiment après. Et même si une jeunette comme toi pense que c’est une élucubration de vieille femme, j’espère bien retrouver ton grand-père après ma mort. C’est un fait. Nous serons à nouveau réunis. Et ce n’est pas une chose aussi simple que la mort qui peut empêcher ça !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   19 juillet 2014
En lui vivait toujours le désir d’explorer le monde des tubes à essai et des microscopes, de découvrir à travers la science la voie vers de grandes avancées médicales. Je lisais en lui la frustration d’être incapable de sauver les malades de tumeurs au cerveau ou d’insuffisances cardiaques. Praticien sagace, Victor Townsend était néanmoins impuissant face au nombre incalculable de maladies incurables qui continuaient à décimer des populations innocentes. Voilà où l’on avait besoin de lui, en médecine. Il voulait être de ceux qui allument des lumières dans les recoins sombres de ce domaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   19 juillet 2014
Regarder ce visage de quatre-vingt-trois ans, c’était un peu comme contempler l’avenir et voir ma mère telle qu’elle serait dans vingt-six ans.
Elle avait le nez aquilin des Dobson – qualifié d’aristocratique par d’aucuns – et des yeux incroyables, à l’iris gris bordé de noir. Ses fins sourcils étaient délicatement arqués. Ses pommettes hautes soulignaient des joues creuses et un menton gentiment pointu. Malgré le relâchement de sa peau et ses milliers de rides, la structure de son visage avait un je-ne-sais-quoi qui, selon l’éclairage, la rendait toujours jolie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   19 juillet 2014
Horloges et calendriers ont été inventés par l’homme. Mais le temps leur est bien antérieur. Etait-il yclique ou linéaire ? Etait-ce un fleuve sur lequel toutes les époques flottaient de manière concomitante ? Si tel était le cas, alors il devait certainement y avoir une fenêtre qui permettait de jeter un coup d’œil sur les courants parallèles.
Or, si ce que je vivais depuis deux jours était réel, cela signifiait que le passé pouvait vraiment exister au présent, donc que j’avais trouvé cette fenêtre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   19 juillet 2014
Dans mes moments d’éveil, je m’émerveillais de ces vibrations, comme si une multitude de personnalités prenaient vie. Une centaine d’âmes s’éveillaient et s’étiraient en moi, chacune avec une faim différente, mais toutes ayant une envie folle d’être assouvies. C’était comme si chaque nerf de mon corps était chargé d’électricité, comme si, lumières éteintes, j’allais briller dans le noir. Il n’y avait pas une parcelle de moi qui ne fût pas vivante et stimulée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : romanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1046 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre