AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Claude Demanuelli (Éditeur scientifique)Nigel Nicolson (Éditeur scientifique)
ISBN : 2757816829
Éditeur : Points (28/01/2010)

Note moyenne : 4.31/5 (sur 8 notes)
Résumé :

Dans ses lettres, Virginia Woolf parle de tout, dans une langue aérienne et libérée: de son oeuvre, de ses lectures, de ses amours, au féminin comme au masculin... Adressée à son mari, aux amis, à la famille, cette correspondance enlevée et savoureuse révèle les moments de folie, la passion pour l'Angleterre, les engagements littéraires de cette femme qui, plus que tout, admirait Proust.

>Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
vahine34
  12 janvier 2014
très bon livre qui m'a fait découvrir une femme complexe et intelligente,tres en avance sur son temps,sans doute un peu manipulée par son mari,ce livre m'a donne l'envie de la redécouvrir.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
LostandfoundLostandfound   24 juillet 2013
[...] que toutes les activités intellectuelles soient encouragées afin qu'il existe toujours un noyau de femmes capables de penser, d'inventer, d'imaginer, de créer aussi librement que les hommes, sans peur du ridicule ni de la condescendance. La mise en place de telles conditions- à mes yeux capitale - est entravée par les déclarations d'un "Faucon Aimable" ou d'un Mr Bennett - il se trouve qu'à l'heure actuelle, un homme a toujours plus de facilités qu'une femme pour faire connaître et respecter ses opinions. En tout état de cause, je ne doute pas que, si de telles idées continuent de prévaloir dans l'avenir, nous soyons condamnés à demeurer dans un état de barbarie à demi civilisée. C'est du moins ainsi que je définirais la domination d'un côté, la servilité de l'autre, qui sévissent depuis des temps immémoriaux. La dégradation de l'esclave n'a d'égal que celle de son maître.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MarianneDesroziersMarianneDesroziers   29 avril 2010
Voici une carte qui nous annonce que vous êtes au Maroc, avec des chameaux qui avancent péniblement dans les dunes ; pendant ce temps, ma lettre commence à s'évaporer. Elle finira par se perdre sur la table de votre chambre, au milieu d'un monceau de feuilles de papier ministre, et jamais vous ne la trouverez. Peut-être épouserez vous, comme vous le dites, une dame voilée, et vivrez-vous au milieu des palmiers comme un sultan jusqu'à la fin de vos jours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
LostandfoundLostandfound   03 août 2013
J'arrive à un âge où on reste assis des heures, les yeux fixés sur le feu, à se dire "J'ai tellement de choses à faire ; je n'arrête pas ; je serais bien en peine de trouver un mot à jeter à un chien ", et c'est ainsi que je ne fais rien.
Commenter  J’apprécie          40
LostandfoundLostandfound   03 août 2013
Je crois que l'on devrait aller vivre seul au fond de la mer avec ses mots.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Virginia Woolf (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Virginia Woolf
Bonjour et bienvenue dans le monde de notre Vie Intérieure. Nous parlons aujourd?hui de l?expérience de voir son image dans un miroir?
« Clarissa (se dirigeant vers la table de toilette) plongea au c?ur même de l?instant, le cloua sur place, l?instant de ce matin de juin sur lequel s?exerçait la pression de tous les autres matins, voyant comme pour la première fois le miroir, la table de toilette, et tous les flacons, se rassemblant toute entière en un point (en se regardant dans le miroir), regardant le visage rose, délicat? de Clarissa Dalloway ; d?elle-même. Elle l?avait vu des milliers de fois, son visage, et toujours avec cette même imperceptible contradiction? Oui, c?était bien elle? » Virginia Woolf, Mrs Dalloway.
Le miroir n?a pas toujours existé sous sa forme actuelle : il fut longtemps un objet rudimentaire, en métal poli, n?incitant guère à la contemplation de soi. Il ne s?est popularisé dans les foyers qu?à la fin du XVIIIe siècle. Depuis, les miroirs et leurs avatars (photos et réseaux sociaux) sont omniprésents dans nos vies, et nous permettent de nous assurer de notre bonne apparence.
Mais se regarder dans un miroir peut être aussi l?objet d?expériences existentielles plus intéressantes que la simple vérification de son image. L?occasion d?une rencontre avec soi, d?une exploration des liens éventuels entre essence et apparence, avec ce goût particulier que procurent les expériences de sortie de son corps. Car se regarder dans un miroir, c?est se voir comme les autres nous voient, c?est observer un corps vivant, mobile, réactif, changeant? Et dont la contemplation prolongée va activer notre vie intérieure, bien davantage que ne le font les considérations esthétiques, qui sont l?usage habituel des miroirs?
Face à son miroir, sans autre but que mener une expérience de psychologie, on peut donc s?arrêter, et prendre son temps. Il va d?abord falloir laisser s?épuiser les automatismes mentaux, qui se déclenchent tout seuls face à notre image : on vérifie son apparence, on se dit qu?on a pris un coup de vieux, ou au contraire qu?on est resté jeune d?allure, on fait ses petites grimaces sociales (sourire, incliner la tête, froncer les sourcils, mimer différentes émotions?). Une fois passées ces babouineries, comme dit Albert Cohen dans Belle du Seigneur, on passe aux choses sérieuses?
On se regarde longtemps, en se répétant « c?est moi, c?est moi? » Au bout d?un moment, on ressent une impression aussi étrange que lorsqu?on se répète un même mot en boucle : « chocolat, chocolat, chocolat? » Après quelques minutes, survient un phénomène de dissociation entre le mot et l?objet qu?il désigne. Et des interrogations : pourquoi ce mot, et pas un autre, pour désigner cette chose ? de même, face au miroir, surviennent peu à peu des interrogations et sentiments troublés, devant notre reflet : pourquoi suis-je doté de ce corps, de ce visage, et pas d?autres ? Pourquoi ces traits sont-ils associés à mon identité ? Pourquoi cette « partie antérieure de ma tête », comme la définit le dictionnaire, a-t-elle tant d?importance à mes yeux, et à ceux des humains qui me croisent ? Que peut-on penser de moi d?après mes traits ? Mon visage reflète-t-il ce que je suis ?
Et puis, finalement, est-ce que tout ceci est si important ?
Vous vous souvenez du mythe de Narcisse : ce jeune homme était si captivé par sa beauté qu?il finit par mourir d?inanition, en contemplant son reflet à la surface d?une eau limpide. Comment faire pour que notre statut d?animal social, soucieux d?être aimé et accepté par les autres, ne nous conduise pas à être un animal narcissique, pensant que c?est notre image qui compte le plus pour être aimé ? Regardez un peu mieux le miroir : autour de votre visage, il y a le commencement du reste du monde. Il est temps d?y revenir et de le parcourir?
À demain, et ne perdez jamais le lien? avec vous-même.
Plus d'info sur La Vie Intérieure https://www.editions-iconoclaste.fr/livres/la-vie-interieure/
+ Lire la suite
Dans la catégorie : CorrespondanceVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature anglaise et anglo-saxonne>Correspondance (9)
autres livres classés : correspondanceVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Virginia Woolf

Virginia Woolf a grandi dans une famille que nous qualifierions de :

classique
monoparentale
recomposée

10 questions
136 lecteurs ont répondu
Thème : Virginia WoolfCréer un quiz sur ce livre