AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782743624040
154 pages
Payot et Rivages (05/09/2012)
3.42/5   20 notes
Résumé :
Elles sont grandes dames ou simples bourgeoises, débutantes ou femmes du monde. Elles vivent à la Renaissance, en pleine Révolution Française, au début ou à la fin du XIXe siècle. Elles fréquentent qui les rois, qui les philosophes. Le plus souvent, elles sont éclipsées par leur père, par leur frère, par leur mari, voire par une autre créature. Mais leur point commun n'est pas leur sexe ; c'est le courage avec lequel elles s'élancent dans le vide - celui de la page ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Shan_Ze
  28 juillet 2017
Elles, ce sont ces femmes qui ont marqué l'histoire : elles sont philosophes, poètes ou écrivains… que ce soit à la Renaissance ou à la fin du XIXème siècle. Virginia Woolf dresse un portrait insolite de ces dames, bourgeoises ou non. Elles peuvent être idéalistes puis revoir leurs philosophies de vie. Très intéressant de découvrir ces femmes avec la lumière particulière de Virginie Woolf. Certaines d'entre elles ont eu un tragique destin : Dorothy Osborne, femme aristocrate de la fin du XVIIe siècle raconte quelques ragots par lettres à un veuf, elle arrête d'écrire après son mariage avec celui-ci et aura neuf enfants… Mary Wollstonecraft écrit pour la défense des droits de la femme mais meurt en couches en 1797 avec de grandes idées. On découvre de même sur Dorothy Wordworth qui vivait de poèmes et d'eau fraiche avec son William Coleridge, sur deux dames Geraldine Jewsbury et Jane Carlyle qui ont une belle amitié épistolière, sur Sara Coleridge et ses poèmes et sur la grande Madame de Sévigné, célèbre marquise épistolière.
C'est assez bref (une vingtaine de pages par dame) mais Virginia Woolf met en avant leur vision du monde et de la société. Des portraits de femmes à piocher au gré des envies. Belle découverte !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
larmordbm
  21 février 2022

Elles est un recueil de six courtes biographies ou critiques littéraires parues dans la presse britannique après avoir été rédigées par Virginia Woolf à la suite de lectures.
Deux d'entre elles ont été publiées à titre posthume. Les biographies concernent des femmes écrivains anglaises, à l'exception de la dernière qui a trait à la marquise De Sévigné.
Ce petit recueil complète et illustre à merveille les analyses développées dans Un lieu à soi (ou Une chambre à soi), en mettant la focale sur des femmes qui, à différentes époques, et à l'ombre souvent d'un mari, d'un frère ou d'un père, ont fait le choix courageux de prendre la plume pour écrire des romans, des essais, ou souvent des lettres.
Ces femmes, de différent milieux sociaux et qui vivaient dans des contextes où rien ne les prédisposait à écrire, ont bravé des interdits, et se sont révélées des précurseurs, des défricheuses qui ont ouvert la voie et donné l'exemple à d'autres femmes. Virginia, qui leur est reconnaissante et a génialement repris le flambeau, les réhabilite et les sort de l'oubli.
On retrouve dans l'ensemble de ces textes le style éblouissant de Virginia Woolf, mêlant avec vivacité les citations, les éléments historiques, les impressions subjectives mais le plus beau de ces écrits, à mes yeux, est celui qui est consacré à la poétesse britannique Dorothy Wordsworth, peut-être parce qu'elle lui inspire la plus grande admiration.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
IreneAdler
  12 septembre 2012
Elles est un petit livre qui pourrait être un appendice à Une chambre à soi. Il dresse le portait littéraire de 7 femmes, qui entre le 16è et le 19è siècle, ont écrit, malgré les obstacles qui ont pu se dresser sur leur route.
Elles ne furent pas toutes romancières, mais les épistolières ont beaucoup à nous dire sur les mentalités de leur époque, les rendant aussi intéressantes que les romancières.
Commenter  J’apprécie          120


critiques presse (1)
Telerama   27 novembre 2012
Le courage, voilà ce qui rassemble les créatrices dont Virginia Woolf brosse ici les portraits.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
JoohJooh   12 juin 2018
Il se peut que nous, les femmes, soyons faites comme nous le sommes afin qu'ils [les hommes] puissent en quelque sorte féconder le monde. Nous continuerons à aimer, ils continueront leurs efforts et leurs peines, et grâce à Dieu nous aurons tous à égalité le droit de mourir - après un certain temps.
Commenter  J’apprécie          260
JoohJooh   05 juin 2018
Et il se peut que notre littérature au début de sa magnificence doive quelque chose au fait que l'écriture était alors un art peu répandu, pratiqué pour la gloire plutôt que pour l'argent par des êtres contraints par leurs dons.
Commenter  J’apprécie          340
JoohJooh   08 juin 2018
Les grands savants ne sont pas les meilleurs écrivains (de lettres, je veux dire ; pour les livres peut-être le sont-ils)... Toutes les lettres devraient, à mon sens, être aussi libres et aisées que les conversations.
Commenter  J’apprécie          300
JoohJooh   11 juin 2018
Que restait-il à une femme quand l'amour l'avait abandonnée, quand son amant l'avait bernée ? Non, il était inutile de lutter ; il valait mieux se laisser engloutir par la première vague, par le nuage juste au-dessus de sa tête.
Commenter  J’apprécie          270
JoohJooh   07 juin 2018
Outre la difficulté matérielle (...), la femme était également entravée par la croyance que l'écriture était pour son sexe un acte inconvenant.
Commenter  J’apprécie          380

Videos de Virginia Woolf (66) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Virginia Woolf
Est-il vrai, comme l'a chanté Léo Ferré, qu'« avec le Temps, va, tout s'en va » ? Que reste-t-il après son passage ? Certes la vie est fragile, constamment menacée d'anéantissement : et à travers la poésie des ruines, c'est déjà un spectacle fascinant. Mais l'histoire comme l'art témoignent d'une possible survie. Ce livre montre comment quelques artistes ont voulu traverser le temps, et retrouver dans la poussière des siècles les traces de battements de coeurs à jamais éteints. À travers l'étude de quelques oeuvres cinématographiques, l'ouvrage aborde la perception variable du temps chez de grands créateurs. En conclusion, le livre évoque la figure de Virginia Woolf, profonde et sensible méditation sur la beauté et la fragilité de la vie humaine, en même temps que sur la capacité éventuelle de l'art à en soustraire quelque part à la mort.
Voir le livre : https://cutt.ly/GC7yIit
-------------------------------------------------------------------------------------------------------
Jean-Michel Ropars, né en 1958, est historien et agrégé. Spécialisé dans l'étude de la mythologie grecque, il s'intéresse aussi au cinéma : collaborateur à Positif ou à Jeune cinéma, il a participé à divers ouvrages collectifs sur Polanski, Pasolini ou le cinéma et l'opéra.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------
Suivez-nous
Instagram : https://www.instagram.com/editions.ha... Twitter : https://twitter.com/HarmattanParis Facebook : https://www.facebook.com/Editions.Har...
+ Lire la suite
autres livres classés : portraits littérairesVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus





Quiz Voir plus

Virginia Woolf

Virginia Woolf a grandi dans une famille que nous qualifierions de :

classique
monoparentale
recomposée

10 questions
182 lecteurs ont répondu
Thème : Virginia WoolfCréer un quiz sur ce livre