AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782080704351
474 pages
Flammarion (04/01/1999)
4.11/5   115 notes
Résumé :
Véhément, ironique, prémonitoire, le premier roman de Virginia Woolf. Le début de sa traversée. L'éclosion de sa voix. L'obsession, déjà, de l'eau, de la mort, du désir inapaisé.
"Etre précipitée dans la mer, baignée, ballottée par les eaux, promenée parmi les racines du monde... ". Est-ce de Rachel, l'héroïne de ce "voyage" qu'il s'agit, ou bien de Virginia?
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
4,11

sur 115 notes
5
4 avis
4
4 avis
3
4 avis
2
2 avis
1
0 avis

marlene50
  13 novembre 2020
Premier roman de Virginia Woolf paru en 1915, elle avait 33 ans.
Saviez-vous qu'elle avait fait une grave dépression, puis une tentative de suicide ?
Pour enfin, mettre des pierres plein ses poches et se suicider, à l'âge de 59 ans, dans la rivière Ouse coulant à proximité.
Triste fin !
Voici, un microcosme social de la Société Anglaise transplantée en Argentine , où seront préservés leurs bonnes moeurs, leurs frustrations, leur thé.
Ils s'embarqueront sur "l'Euphrosyne" où tangage et roulis, leur feront, à certains, vomir tripes et boyaux au-dessus du bastingage.
Une halte dans une villa , où ils s'occuperont de lecture, musique, commérages et médisances en tous genres.
Le vernis des ces gens, huppés, pour certains, se fendillera quelque peu.
La vie va s'écouler tranquillement comme un fleuve, puis un remous subi, pour revenir aussitôt à un flux plus lent.
Tout comme ces nuages au-dessus de leurs têtes, qui courent pousser par le vent, et se calment tout à coup, dès qu'une éclaircie apparaît et tout semble au repos.
De nombreux personnages, en couple où non et surtout cette jeune Rachel qui va, grandir au milieu d'eux, passer à l'âge adulte, aller de désillusion en désillusion, puis tomber amoureuse de Terence, et enfin, croire au bonheur.
"Et au monde des apparences, peut-on refuser la qualité du réel". (p.11)

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          314
jaygatsby
  26 octobre 2021
Tâchez de vous emparer de ces valeurs portatives
 Ici-bas nos joies ou nos douleurs, ne nommant personne, ne serait-ce qu'un instant j'eus peur...
Quelque chose dans son écriture languide et basse .
Au commencement une fièvre, une idée de l'émancipation ; cela se peut bien .
Donner le bonheur ou le malheur  ces modestes distractions une belle réalité.
Arrive un moment où la révolte parvient à sa contradiction la plus extrême satisfaction.
Passons maintenant à la période d'agitation.
Émotions émotions émotions émotions émotions émotions émotions.
Nobles et mystérieux triomphes qu'aucun regard humain n'aurait pu leur donner un double.
Et lorsque ma propre avidité cessa de réclamer le superflu ,
Je frémis et je pleurai .
Quel bonheur dans cette mélancolie incandescente !
Classement : innombrables étoiles dans mon empyrée de lectures.
Je t'aime Virginia!
Commenter  J’apprécie          329
Baldrico
  26 octobre 2019
Le premier roman de Virginia Woolf et tout est déjà là.
Précisons que j'ai lu ce roman dans la traduction de Jacques Aubert pour la Pléiade sous le titre "Traversées", en anglais "The voyage out."
D'apparence, ce roman, comme le disait Lytton Strachey, est très très victorien. Une partie substantielle est constituée par la description et la vie d'une petite communauté d'anglais en Amérique du Sud, touristes et semi-résidents, dans un hôtel non loin de la mer. Virginia esquisse leurs histoires, leurs relations mutuelles, leurs pensées, leurs attitudes face à la vie. Certains sont plus consistants que d'autres.
Mais dans la première partie il est question de la traversée de l'Atlantique, depuis Londres, de quelques passagers, dont le personnage principal est une jeune fille, Rachel, accompagnée de son père, le capitaine du navire, de son oncle, de sa tante Helen, et d'un ami du père. Ils sont rejoints à Lisbonne par Mr et Mrs Dalloway, le personnage même du roman éponyme à venir.
L'histoire se centre sur Rachel, jeune fille élevée par des tantes bigotes mais qui montre des qualités qui ne demandent qu'à s'éveiller.
L'on suit Rachel dans sa découverte du couple Dalloway, de la haute société, sous l'oeil maternant de sa tante Helen, puis, après la traversée, de la petite colonie anglaise. En font partie deux jeunes gens pleins de promesses, liés par l'amitié, et dont Rachel se rapproche.
Telle quelle cette histoire peut paraître conventionnelle. Mais l'art de Virginia Woolf est de nous faire pénétrer la vie intime des personnages, avec beaucoup de justesse, sans poncifs, en tâchant de rendre "la vraie vie". Non seulement les paroles échangées, les attitudes, mais aussi les pensées, le flux de conscience. Résultat, un régal de sensibilité et une proximité avec les personnages.
Si l'on y ajoute l'humour subtil et parodique de Virginia, ainsi que son sens de la description de la nature, tout sauf objective, mais au contraire par les yeux des différents personnages et donc révélateur de leurs pensées, on obtient un premier grand roman. Peut-être pas encore le sommet que constitue Mrs Dalloway, mais un roman dont on sort enrichi, et ils ne sont pas si nombreux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
oiseaulire
  01 octobre 2021
Voici le premier roman de Virginia Woolf, dont le titre en anglais est "The voyage out", peut-être moins gracieux que le titre français, mais aussi expressif.
Woolf écrivit ce texte en 1915 à l'âge de trente trois ans. Et si l'on voulait être un peu pompeuse, on dirait que c'est un voyage christique vers l'au-delà des apparences, c'est-à-dire leur véritable endroit, l'envers étant le monde des apparences, toujours biaisées, fugaces et incertaines.
Une jeune femme de vingt-quatre ans, non encore modelée par les conventions sociales et musicienne solitaire par goût et ascèse (pour déjà, sans le formuler, aller au fond des sensations), découvre son être véritable à travers l'inévitable fréquentation d'autrui dans des lieux fermés sur eux-mêmes : un grand navire voguant vers l'Amérique du Sud, un hôtel dans la ville imaginaire de Santa Marina, enfin une excursion à pied le long du fleuve Amazone dans une forêt de plus en plus resserrée.
Elle découvre aussi "l'autre", un jeune homme qui, depuis sa différence, accomplit le même voyage initiatique (le mot est à la mode mais désigne bien ici l'ambition du roman).
Parviendront-ils à se rencontrer au travers des apparences aux mille reflets trompeurs dans lesquels il est si aisé de s'égarer ?
J'ai beaucoup aimé ce livre, pas si facile et pourtant l'un des plus abordables de l'auteure qui en est au début de sa recherche stylistique. L'on pressent déjà qu'elle sera exigeante, et que le style, pour Virginia, est précisément, comme pour son héroïne, le sentier étroit vers l'au-delà des apparences. Rien d'étonnant à ce que chaque oeuvre ait épuisé ses forces et l'ait plongée un peu plus dans la mélancolie qui finira par l'emporter.
Peut-on dire que Virginia mit fin à ses jours vingt-six ans plus tard parce qu'elle avait parcouru le chemin à travers les apparences et qu'elle était arrivée à destination ?
Je me garderais bien d'une telle conclusion, mais il est possible qu'elle ait estimé avoir assez oeuvré, assez souffert, pour avoir le droit de passer enfin à l'endroit du monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Magdalae
  02 juin 2013
A 24 ans, Rachel Vinrace, une jeune fille passionnée de musique taciturne et solitaire et presque cloîtrée chez ses tantes à Richmond, participe pour la première fois à une croisière en compagnie de son père, de son oncle Ridley Ambrose et de sa tante Helen vers l'Amérique du Sud avec une escale au Portugal où ils rencontrent une certaine Mrs Dalloway et son mari. Cette occasion de découvrir le vaste monde et de sortir de sa bulle intérieure va lui permettre de rencontrer des jeunes gens de son âge, comme Terence Hewet et Saint John Hirst, deux amis libres penseurs, et une foule hétéroclite de personnes dans l'hôtel où ses deux nouvelles connaissances séjournent. Bals, excursions, conversations banales ou secrètes, rien n'est plus éloigné de sa vie d'avant. Cette immersion dans la société édouardienne, où seules les apparences comptent, va lui permettre par contraste de se trouver elle-même, d'explorer sa quête de la vérité avec Terence et Saint-John, et non plus seule, et enfin de quitter la maigre surface des choses pour enfin vivre pleinement, quitte à en payer le prix.
Publié en 1915, son écriture coïncide avec une longue crise de dépression de 1913 à 1915 qui se retrouve peut-être dans le malaise que vit Rachel face à son exploration des émotions, à sa quête de la vérité et du bonheur pour elle-même et pour les autres. Ce roman a quelque chose à voir avec la libération et la guérison autant pour Rachel que pour Virginia Woolf qui sont toutes les deux comme enfermées à l'époque à Richmond, assez éloignées de la capitale pour ne pas pouvoir en vivre la vie mondaine. C'est comme ça en tout cas que j'interprète ce voyage à l'étranger jusqu'à Santa-Marina, une ville fictive en Amérique du Sud, et le titre original du roman presque intraduisible : The Voyage Out, littéralement « le voyage dehors, hors de », voyager pour sortir et s'en sortir.
Mais ce voyage, c'est aussi le besoin de prendre de la distance pour mieux faire la satire de la société édouardienne. Dans l'hôtel de Santa-Marina, la foule de personnages que Rachel rencontre est comme un microcosme de la société anglaise au complet mais mieux représentative parce qu'elle se retrouve dépaysée et donc plus facilement confrontée à ses préjugés sur les autochtones pour mieux les dénoncer. Ils sont comme observés à leur insu, ce qui est véritablement le cas lorsque Rachel et Helen, attirées par les lumières de l'hôtel, jouent les voyeuses en regardant l'assemblée par une des fenêtres lors d'une veillée.
Dans cette satire, la place de la femme dans la société est centrale d'autant plus qu'elle touche au premier chef le personnage principal, Rachel, qui n'a rien du modèle de la femme moderne. Comme dans Nuit et Jour, le féminisme de Virginia Woolf et les diverses revendications féministes comme un accès au droit de vote, à l'éducation ou la dénonciation de la ségrégation des femmes traverse tout le roman soit pour être critiquées, soit pour être défendues. On n'entend pas la voix d'une féministe en tant que telle comme Mary Datchet, la suffragette dans "Nuit et Jour" mais bien des hommes comme la figure du politicien en la personne de Richard Dalloway qui dénonce l'inutilité du droit de vote, chose étrange pour un homme politique.
Toutefois, c'est surtout Terence Hewet, en tant que figure de l'écrivain (et donc plus ou moins double de Virginia Woolf), qui prend la défense des droits des femmes et essaye de gagner Rachel à sa cause.
D'ailleurs, c'est à l'occasion de ce voyage qui prend des airs de voyage initiatique que Rachel va pouvoir sortir de sa condition de femme du XIXème siècle, complètement dévouée à des occupations oisives comme s'adonner fanatiquement à la musique en dédaignant tout autre centre d'intérêt, pour devenir le temps d'un instant une femme moderne, indépendante, vivant pleinement sa vie. C'est d'ailleurs ce que lui propose sa tante Helen en l'invitant à Santa-Marina.
Pour cela, il lui faut une « chambre à soi » où il lui soit permis d'exercer ses pensées, de se cultiver pour mieux affronter le monde au dehors,
« une chambre indépendante du reste de la maison, vaste, intime, un endroit où elle pourrait lire, penser, défier l'univers ; une forteresse et un sanctuaire tout ensemble. A vingt-quatre ans, une chambre représente pour nous tout un monde. »
Ce qui est drôle dans le fait de voir en Rachel une jeune fille du XIXème siècle avant qu'elle ne quitte l'Angleterre, c'est qu'elle avoue lors d'une conversation avec Clarissa Dalloway, qu'on découvre sous un autre angle que dans Mrs Dalloway, c'est qu'elle déteste Jane Austen ! Elle a beaucoup de mal à expliquer clairement pourquoi si ce n'est par une formule énigmatique. Pourtant, comme Jane Austen, Rachel a tout de la jeune fille victorienne qui est enfermée dans un carcan sans pouvoir librement s'épanouir, chose que Jane Austen a su faire à sa manière.
Sa traversée depuis Londres jusqu'à l'Amérique du Sud est aussi une « traversée des apparences » : il révèle à Rachel, d'un naturel crédule, que tout le monde ment, dissimule et plus profondément qu'il est difficile de connaître les autres même en partageant leur intimité, même en multipliant les conversations. Il y a un très beau passage où Rachel et Helen, sa tante, sont raccompagnés à l'aube après un bal jusqu'à chez elles par Terence et Saint John. Ils en profitent pour s'asseoir dans l'herbe, discuter et se raconter aux autres jusqu'à leurs convictions les plus profondes. Après s'être quittés, ils ne se connaissent pas pour autant.
Et plus tard, lors d'un tête-à-tête entre Rachel et Terence qui se rapprochent de plus en plus, l'un et l'autre comprennent chacun de leur coté qu'aucune conversation ne peut être totalement sincère, qu'il y a toujours des pensées, des émotions inavouées qui sont gardées secrètes malgré leur intimité grandissante et que toute relation demeure fragmentaire, toujours limitée, jamais assouvie complètement.
Ce désir de transparence entre eux, de fusion et d'annulation des différences entre cet homme et cette femme, la fin du roman l'offre de la manière la plus inattendue, abrupte et sublime. Cette fin m'a vraiment touchée, presque troublée et je crois que c'est le signe que c'est un grand roman ce qui est extraordinaire pour un premier roman. Même s'il est plus classique dans sa composition que d'autres romans de Virginia Woolf plus connus, il possède une originalité propre et une sensibilité qui ne laisse pas indifférent.


Lien : http://la-bouteille-a-la-mer..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
keishakeisha   19 septembre 2010
Ce que je veux atteindre en écrivant des romans se rapproche beaucoup, il me semble, de ce que vous voulez atteindre quand vous jouez du piano, commença-t-il, lui parlant par dessus son épaule. Nous tâchons de saisir ce qui existe derrière les choses, n'est-ce pas? Voyez ces lumières en bas, reprit-il, jetées là n'importe comment.... Je cherche à les coordonner....Avez-vous déjà vu des feux d'artifice qui forment des figures? ... Je veux faire des figures...

Après tout, se dit Clarissa en suivant Mr. Vinrace vers la salle à manger, tout le monde est intéressant, au fond!

Une fois à table, il lui fallut consolider cette opinion dans son for intérieur, surtout par rapport à Ridley qui arriva en retard, dans une tenue décidément peu soignée, et s'attaqua à son potage d'un air sinistre.

Les deux époux échangèrent entre eux un imperceptible signal attestant qu'ils avaient compris la situation et allaient se soutenir mutuellement avec loyauté. Après une pause à peine indiquée, Mrs Dalloway se tourna vers Willoughby et commença:

- Ce que je trouve si ennuyeux en mer, c'est qu'il n'y ait pas de fleurs! Représentez-vous, en plein océan, des champs de violettes et de roses trémières! Ce serait divin!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Marylou26Marylou26   18 août 2018
- Cela doit être affreux, d'être mort ! s’exclama Evelyn M.
- D'être mort ? fit Hewet. Je ne vois rien d’affreux à cela. C’est très facile à imaginer. Quand vous irez vous coucher ce soir, joignez les mains comme ceci, respirez de plus en plus lentement (il s’étendit sur le dos, les mains serrés sur la poitrine, les yeux fermés). - À présent, murmura-t-il d’une voix blanche, monotone, je ne bougerai plus jamais, jamais, jamais. (p. 191)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Marylou26Marylou26   17 août 2018
Elle déchiffrait aisément la foule qui la côtoyait: les riches qui, à cette heure, couraient de l’une à l’autre de leurs maisons respectives, les travailleurs enragés qui se précipitaient tout droit à leurs bureaux, les pauvres qui étaient malheureux et pleins d’une juste rancune. Déjà, malgré le soleil qui se montrait encore dans la brume, des vieux et des vieilles en guenilles s’en allaient, dodelinant de la tête, dormir sur des bancs. Dès que l’on renonçait à voir le vêtement de beauté qui recouvre les choses, on trouvait ce squelette. (p. 26)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
jalleksjalleks   28 mai 2020
Parmi les nombreuses pièces de la villa, une seule se distinguait particulièrement, parce que sa porte restait toujours fermée, et que pas la moindre musique, pas le moindre rire ne s'échappaient jamais. Dans la maison, chacun avait le sentiment qu'il se déroulait quelque chose derrière cette porte et, sans aucune idée de ce que cela pouvait être, chacun en subissait l'influence sur ses propres pensées, du seul fait de savoir que s'il passait devant cette porte, il la verrait fermée et que s'il faisait du bruit, il dérangerait Mr Ambrose. Pour cette raison, certains actes devenaient méritoires et d'autres répréhensibles ; l'existence, de la sorte, était plus harmonieuse, moins désordonnée que si Mr Ambrose avait abandonné son travail sur Pindare et adopté un genre de vie nomade, circulant dans toutes les pièces.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
NuageuseNuageuse   19 décembre 2019
- Une fille est plus seule qu'un garçon. Personne ne se soucie de ce qu'elle fait. Personne n'attend rien d'elle. A moins qu'elle soit très jolie, on n'écoute pas ce qu'elle dit... Et c'est ce que j'aime, ajouta-t-elle avec énergie, comme si le souvenir lui en fût agréable. J'aime à me promener dans Richmond Park et chanter pour moi seule et savoir que tout le monde s'en fiche. J'aime regarder ce qui se passe, comme le soir où nous vous regardions sans que vous nous voyiez. J'aime la liberté de tout cela, c'est comme si on était le vent ou la mer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Virginia Woolf (64) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Virginia Woolf
Lundi 28 mars, France Inter et Auguri Lettra présenteront "Au bonheur des lettres" au théâtre de la Porte Saint-Martin, un spectacle unique et solidaire au profit de Bibliothèques sans frontières et de ses actions pour l'Ukraine.
Ce soir-là, de nombreux artistes seront réunis sur scène pour partager la lecture des plus belles correspondances écrites par Victor Hugo, Virginia Woolf, Frida Kahlo, Mozart ou Simone de Beauvoir.
Présenté par Augustin Trapenard, cet événement sera retransmis en direct sur France Inter.
Pour en savoir plus et réserver votre place https://tpa.fr/pieces-theatre-paris/au-bonheur-des-lettres-5988.html
+ Lire la suite
autres livres classés : relations humainesVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Virginia Woolf

Virginia Woolf a grandi dans une famille que nous qualifierions de :

classique
monoparentale
recomposée

10 questions
181 lecteurs ont répondu
Thème : Virginia WoolfCréer un quiz sur ce livre