AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Élise Argaud (Éditeur scientifique)
EAN : 9782743617769
165 pages
Payot et Rivages (12/03/2008)
3.92/5   6 notes
Résumé :

Ce recueil de textes écrit tout au long de la vie de Virginia Woolf s'organise autour du rapport de l'écrivain, du lecteur ou du critique à la littérature. Plaçant la lecture au centre du dispositif, Virginia Woolf, par la finesse de sa réflexion, met au jour le fonctionnement du processus de la création artistique.

Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique

faux je m'inscris en faux : le vrai lecteur n'est pas par essence jeune : cela ne veut rien dire !! je suis très très vieille, j'aime lire, c'est ma seule passion (les autres je les cache soigneusement) j'ai l'esprit encore éveillé, je crois m'en souvenir ...

Commenter  J’apprécie          160

En 165 pages, Virginia Woolf expose sa perception et sa conception de l'écriture et de la vie. Ce n'est pas ma première lecture d'une oeuvre de cette auteure majeure de la littérature britannique contemporaine. A travers huit articles et essais écrits entre 1916 et 1939, Virginia Woolf détaille le processus de lecture, d'écriture, d'édition et de la critique littéraire. Elle interroge la structure et la forme de la création littéraire. Elle compare la littérature classique à celle de la littérature moderne mais aussi contemporaine. Elle revient sur la littérature qui évolue et se démocratise et devient un divertissement populaire. Cette transformation intervient aussi sur le processus de critique littéraire. Pour Virginia Woolf, juger le travail de ses contemporains la ramène à ses propres peurs d'être critiquée. Elle évalue la fiction anglaise à celle de la fiction française et russe.

L'ouvrage est de bonne qualité et représente un éclairage utile à notre compréhension de son oeuvre de fiction.

Commenter  J’apprécie          40

Si le prétexte qui me fit acheter ce petit livre regroupant des articles parus dans des revues anglo-saxonnes fut celui d'un mémoire universitaire sur la Hogarth Press, maison d'édition de Virginia Woolf et son mari, ce que j'y ai trouvé a débordé de beaucoup ce cadre un rien rigide. En effet, il est question dans ces pages de l'art de lire et de celui de relire, des heures passées en bibliothèque, de l'art de la fiction ou encore de la différence (toujours d'actualité) entre chronique et critique littéraire. Comme toujours avec Woolf, le propos est pertinent, argumenté, sort des sentiers battus, le tout porté par un style sans équivalent.

Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (2) Ajouter une citation

Car le vrai lecteur est par essence jeune. C'est un homme à la curiosité très vive ; plein d'idées; ouvert et communicatif, pour lequel la lecture tient plus de l'activité physique vigoureuse au grand air que de l'étude en milieu protégé; qui peine sur la grand-route, grimpe de plus en plus haut jusqu'à ce que l'atmosphère soit presque trop subtile pour pouvoir respirer ; pour lui, il ne s'agit pas du tout d'une quête sédentaire.

Commenter  J’apprécie          20

J'aimais cette pièce. J'aimais la vue sur la campagne qu'on avait de la fenêtre et la ligne bleue entre les arbres, au-delà de la lande, était celle de la mer du Nord. J'aimais y lire. On tirait le fauteuil pâle près de l'embrasure de façon que la lumière vienne éclairer la page par-dessus l'épaule.

(La lecture)

Commenter  J’apprécie          10

Videos de Virginia Woolf (68) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Virginia Woolf
Découvrez l'émission intégrale ici : https://www.web-tv-culture.com/emission/christine-orban-soumise-53563.html Rien de prémédité dans le parcours littéraire de Christine Orban mais une envie d'extérioriser, de dire les choses, d'exister, elle qui a toujours gardé une certaine retenue, une timidité certaine. Pour elle qui se reconnait tellement dans le personnage de Virginia Woolf, nul doute que l'écriture a été une façon de s'ouvrir au monde,
Elle se rêvait psychanalyste, son père l'emmène vers des études de droit. Mais finalement, en 1986, quitte ou double, Christine Orban décide que sa vie s'articulera désormais autour de l'écriture. Sort, avec succès, son premier roman, « Les petites filles ne meurent jamais » qui lui ouvre les portes du monde littéraire.
Les titres s'enchainent dans lesquels elle raconte les femmes, leur fragilité, leur combat, leurs doutes, leurs enthousiasmes. « J'étais l'origine du monde », « Deux fois par semaines », « Fringues » ou encore « Mélancolie du
dimanche », un titre qui lui ressemble tant Christine Orban cultive ce vague à l'âme mêlé de rêverie.
Citons aussi « le pays de l'absence » ou le très joli « N'oublie pas d'être heureuse » dans lequels elle se dévoile.
Mais la romancière sait aussi être essayiste, racontant avec la fluidité de sa plume les destins de femmes célèbres telles Joséphine de Beauharnais ou Marie-Antoinette.
Dans ce dernier livre de Christine Orban, « Soumise » qui vient de paraitre chez Albin Michel, elle nous propose un nouveau portrait de femme. Mais loin des fastes d'une cour, qu'elle soit impériale ou royale, il s'agit cette fois-ci d'une femme qui fit tout pour se cacher du monde, s'éloignant de toute vanité. Voici Jacqueline Pascal, la soeur de Blaise.
2023 marque le 400ème anniversaire de la naissance du génial Blaise Pascal.
A la lecture du livre, on découvre que le fameux philosophe et physicien n'aurait pas eu le même parcours sans sa soeur, Jacqueline. Elevés dans un foyer aimant, les deux enfants restèrent fusionnels toute leur vie. Très tôt, Jacqueline développa un réel talent d'écriture, notamment en poésie, récitant même devant la reine de France, Anne d'Autriche, et le cardinal de Richelieu. C'est pourtant vers la religion qu'elle va se tourner, rejoignant Port Royal et les enseignements jansénistes, devenant soeur Sainte Euphémie. Pourquoi ce choix ? Et si finalement, au-delà de son amour de Dieu, cette entrée dans les ordres était une façon de trouver enfin son autonomie, de s'affranchir de ce frère à l'amour étouffant.
Si le livre est une plongée dans ce grand siècle de Louis XIV, avec la sensibilité et l'élégance de sa plume, Christine Orban nous raconte surtout le destin d'une femme à la modernité incroyable, cherchant à être elle-même dans une époque où la condition féminine n'avait que peu de reconnaissance.
« Soumise » le nouveau livre de Christine Orban est publié chez Albin Michel.
+ Lire la suite
Dans la catégorie : EssaisVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature anglaise et anglo-saxonne>Essais (43)
autres livres classés : philosophieVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus





Quiz Voir plus

Virginia Woolf

Virginia Woolf a grandi dans une famille que nous qualifierions de :

classique
monoparentale
recomposée

10 questions
184 lecteurs ont répondu
Thème : Virginia WoolfCréer un quiz sur ce livre