AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782221138175
322 pages
Robert Laffont (12/09/2013)
4.14/5   7 notes
Résumé :
Lectures intimes est un recueil de textes courts où l'on retrouve le style, la densité de réflexion et l'humour corrosif propres à Virginia Woolf. En révélant sensibilité à fleur de peau et fermeté absolue de jugement, talent dans l'évocation des personnages de romans qui peuplent ses articles, ce livre constitue un chemin passionnant dans la littérature qui précède son temps et qui lui est contemporaine : celle de la Grande Epoque. Si Virginia Woolf figure parmi le... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Titine75
  17 décembre 2013
"Lectures intimes" regroupe des articles publiés dans divers journaux comme Vogue ou The New Republic et qui furent ensuite édités dans les tomes de "The common reader". Ce recueil témoigne de la passion pour la lecture chez Virginia Woolf. Les articles peuvent être divisés en deux grands thèmes : les écrivains et ce qu'est la littérature.
Virginia évoque principalement des écrivains anglo-saxons. Nombres d'entre eux sont des femmes dont elle loue l'indépendance et la liberté. Dans le panthéon de Virginia Woolf, on rencontre Jane Austen qui la séduit par l'élégance de sa langue et la perfection de son goût ; Charlotte et Emily Brontë aux caractères indomptables et féroces ; George Eliot qui a su faire apprécier ses romans au-delà des conventions et des obstacles liés à son sexe ou encore Katherine Mansfield la plus grande nouvelliste du Royaume-Uni. Les écrivains masculins ne sont pas négligés avec George Meredith et Thomas Hardy qui renouvellent l'art du roman ; Joseph Conrad et ses palpitants récits d'aventure ; DH Lawrence et sa justesse de trait ; De Quincey et sa prose musicale ; Henry James et son parfum du passé. Je ne résiste pas à l'envie de vous citer un passage magnifique sur l'art de mon cher Henry : "Le vrai élément de Henry James, c'est la mémoire. La douce lumière qui nimbe le passé, la beauté qui inonde même les petites silhouettes les plus banales de l'époque, l'ombre dans laquelle le détail de tant de choses se détache alors que l'éclat du jour les effacerait, la profondeur, la richesse, le calme, l'humour de tout le spectacle, tout cela semble avoir composé son climat naturel, son humeur constante. C'est le climat de toutes ses histoires dans lesquelles la vieille Europe sert d'arrière-plan à la jeune Amérique. C'est le clair-obscur à travers lequel il voit si bien et si loin." Se rajoutent à la fine fleur de la littérature anglaise, deux écrivains français : Montaigne et sa passion de vivre et Mme de Sévigné la grande épistolière.
Face à ces illustres écrivains sont présentés des articles plus généraux portant sur la littérature : la pertinence du roman, de la biographie et de l'essai au début du 20ème siècle, la possibilité pour les femmes d'écrire ou d'exercer un métier grâce à une plus grande indépendance ("Vous avez gagné des chambres à vous dans la maison occupée exclusivement jusqu'ici par les hommes"), l'écrivain et la satisfaction de son public, sa haute estime pour l'art du roman.
Ce qui ressort de ces articles est le formidable enthousiasme de Virginia Woolf, sa passion infinie pour les livres et les écrivains. Elle nous donne envie de les découvrir, d'explorer cet art merveilleux qu'est le roman. Ses admirations, ses avis tranchés nous parlent également d'elle, de son art et de son exigence littéraire. Un passage me semble parfaitement définir l'écriture de Virginia Woolf et sa vie entièrement dédiée à sa passion pour la littérature : "Pour survive, chaque phrase doit avoir en son coeur une petite étincelle et celle-ci, le romancier doit la tirer du feu avec ses mains quel que soit le risque encouru. Sa situation est donc précaire. Il doit s'exposer à la vie, risquer d'être embarqué fort loin et trompé par sa fausseté ; il doit lui prendre son trésor et la débarrasser de ses scories. Mais, à un certain moment, il doit abandonner la compagnie et se retirer, seul, dans cette chambre mystérieuse où son corps s'endurcit et se place en dehors du temps par des transformations qui, tout en échappant au critique, exercent sur lui une fascination profonde. "
Un dur métier que celui d'écrivain, magnifié dans ce recueil par l'immense talent de Virginia Woolf.
Lien : http://plaisirsacultiver.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Carolivra
  05 décembre 2014
Un cours article pour vous présenter la lecture d'un essai signé Virginia Woolf. Je dis « essai » mais en réalité il s'agit d'articles écrits et publiés par Virginia Woolf et rassemblés dans ce livre.
Tous ces articles traitent de littérature ou d'auteurs, aujourd'hui devenus classiques. La lecture de ce roman n'est pas aisée et j'ai peiné à certains endroits voire sauté d'autres et ce pour deux raisons.
La première est la manière dont Virginia expose ses idées. Les mots sont claires, simples mais sa pensée demeure plus tortueuse et on ne voit pas toujours où elle veut en venir. Elle fait des tours et détours intellectuels et il faut la suivre dans ses raisonnements.
L'autre difficulté vient du fait qu'elle parle de romans que je n'ai (hélas!) pas lu, enfin pas tous. Il est donc difficile d'adhérer à ses paroles ou au contraire d'être en contradiction avec ses pensées. J'ai cependant aimé son article consacré à Jane Austen qu'elle encense au plus haut point, faisant d'elle une fine observatrice des moeurs et caractères de son époque. Virginia prend parti et n'est pas tendre avec les auteurs qu'elle n'apprécie pas. Ses avis sont tranchés et rendent compte de ses goûts précis en matière de littérature. Elle parle aussi bien des soeurs Brontë que de Conrad ou d'Henry James en passant par Montaigne et Mme de Sévigné.
Les articles consacrés à la littérature (roman, biographie) seront utiles aux étudiants en lettres qui cherchent un point de vue peut-être différent de ce que l'on voit habituellement dans les manuels. Virginia parle de livres et elle en parle bien. Elle garde d'ailleurs un côté réservé, timide. Malgré ses succès et sa notoriété, elle reste humble et sait rester à sa place.
Enfin, j'ai particulièrement aimé sa lettre envoyée à un journal qui la traitait d'intellectuelle snob. On voit tout son mordant, toute sa pugnacité. Elle défend sa position avec beaucoup d'humour et de répondant.
Lectures intimes est un livre que je conseillerai aux fans de Virginia Woolf qui chercherait un éclairage sur la façon dont elle envisage la littérature; un livre ardu mais intéressant.
Lien : https://carolivre.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
FannyNetherfieldPark
  29 septembre 2013
Ce livre est en fait un recueil d'essais et de réflexions littéraires rédigés par Virginia Woolf. Il est possible de distinguer deux parties. La première porte sur des écrivains en particuliers (Jane Austen, Charlotte et Emily Brontë, Thomas Hardy, Henry James, Madame de Sévigné, etc.). La seconde se focalise davantage sur des genres littéraires (biographies, mémoires, essais, etc.) et sur la vie des écrivains en général (La vie et le romancier, Métiers de femmes, etc.).
Il s'agit d'une lecture à la fois rigoureuse car le vocabulaire et la façon d'écrire sont assez soutenus mais aussi facile à lire. A mon avis, il est mieux de connaitre un minimum les romans et les auteurs dont elle nous parle ou au moins s'être renseigné auparavant afin de bien saisir tout ce dont il est question. Parfois, il m'est arrivé de me retrouver dans une ignorance totale du sujet. Ces passages furent quelque peu fastidieux.
En lisant ce recueil il faut garder à l'esprit que tout ce que dit Virginia Woolf est subjectif. Elle donne son point de vue. A chaque fois elle nuance son avis en nous donnant les qualités de tel chose ou de tel auteur mais aussi les défauts et travers. Cependant, elle conclut bien souvent sur un auteur avec bienveillance et en complimentant.
Une lettre incendiaire de Virginia nous est également retranscrite. C'est là que nous nous rendons compte de son caractère bien trempé et de sa répartie. Elle n'y va pas de main morte. A travers cette lecture on ressent vraiment la femme libre et engagée (notamment du point de vue de la condition féminine) qui se cache derrière ce personnage de la vie littéraire anglaise dans une société en pleine mutation. Elle met également en avant ses amis intellectuels du Bloomsbury Group. D'ailleurs ce livre permet d'en apprendre beaucoup et de voir sous un autre jour la littérature du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle.
Une lecture intéressante et très enrichissante qui donne envie de découvrir les romans de Virginia Woolf.
Lien : http://netherfieldpark.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
SylSyl   19 septembre 2013
Sur Jane Austen, Virginia Woolf écrit...
"Elle aurait était le prédécesseur de Henry James et de Proust. Mais en voilà assez. Vaines sont les spéculations : l'artiste la plus parfaite parmi les femmes, l'écrivain dont les livres sont immortels, mourut "juste comme elle commençait à avoir confiance en son propre succès"."
Commenter  J’apprécie          20
SylSyl   19 septembre 2013
Extrait de la préface :
"Virginia Woolf était méchante. Elle était caustique et insolente, gaie et grave. Vivante en somme. Elle avait envie de secouer le cocotier pour en voir tomber les vieilles barbes, les gloires de la littérature anglaise dont on lui avait rebattu les oreilles : Hardy, Meredith, De Quincey, mais elle était intellectuellement honnête et décidée à dire la vérité, donc à leur rendre hommage tout en les faisant descendre de leur piédestal..."
Claudine Jardin
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Pollux31Pollux31   04 octobre 2017
Il est beaucoup plus difficile de tuer un fantôme qu'une réalité.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Virginia Woolf (66) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Virginia Woolf
Est-il vrai, comme l'a chanté Léo Ferré, qu'« avec le Temps, va, tout s'en va » ? Que reste-t-il après son passage ? Certes la vie est fragile, constamment menacée d'anéantissement : et à travers la poésie des ruines, c'est déjà un spectacle fascinant. Mais l'histoire comme l'art témoignent d'une possible survie. Ce livre montre comment quelques artistes ont voulu traverser le temps, et retrouver dans la poussière des siècles les traces de battements de coeurs à jamais éteints. À travers l'étude de quelques oeuvres cinématographiques, l'ouvrage aborde la perception variable du temps chez de grands créateurs. En conclusion, le livre évoque la figure de Virginia Woolf, profonde et sensible méditation sur la beauté et la fragilité de la vie humaine, en même temps que sur la capacité éventuelle de l'art à en soustraire quelque part à la mort.
Voir le livre : https://cutt.ly/GC7yIit
-------------------------------------------------------------------------------------------------------
Jean-Michel Ropars, né en 1958, est historien et agrégé. Spécialisé dans l'étude de la mythologie grecque, il s'intéresse aussi au cinéma : collaborateur à Positif ou à Jeune cinéma, il a participé à divers ouvrages collectifs sur Polanski, Pasolini ou le cinéma et l'opéra.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------
Suivez-nous
Instagram : https://www.instagram.com/editions.ha... Twitter : https://twitter.com/HarmattanParis Facebook : https://www.facebook.com/Editions.Har...
+ Lire la suite
autres livres classés : livre sur livresVoir plus





Quiz Voir plus

Virginia Woolf

Virginia Woolf a grandi dans une famille que nous qualifierions de :

classique
monoparentale
recomposée

10 questions
182 lecteurs ont répondu
Thème : Virginia WoolfCréer un quiz sur ce livre