AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2749922860
Éditeur : Michel Lafon (23/10/2014)

Note moyenne : 3.61/5 (sur 89 notes)
Résumé :
A la mort de sa mère, Emma, 17 ans, quitte les Etats-Unis pour rejoindre la seule famille qui lui reste en Ecosse, sur la petite île de Skye. Elle tente de s’adapter à son nouvel environnement et rencontre Calum. Ce dernier est distant, il appartient au peuple des Shellycoats, des êtres marins légendaires tout droit sortis des légendes écossaises.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (60) Voir plus Ajouter une critique
Daniella13
  27 août 2018
J'ai beaucoup aimé ce livre car on se retrouve en plein coeur d'une tragédie amoureuse. Deux personnes qui s'aiment mais venant de famille différentes qui risquent leur vie à vouloir être ensemble.
Emma a dix-sept ans, vit aux États Unis et vient de perdre sa mère. N'ayant pas de famille dans le coin, elle se retrouve en Ecosse chez son oncle avec ses cousins et cousines. La vie n'est pas la même mais elle finit par s'y habituer surtout le jour où elle rencontre Calum. Ce jeune homme irrésistible aux yeux bleus tantôt proche et tantôt distant mais une attirance les lient incroyablement. Mais leur relation va très vite se compliquer car leur rapprochement les mettent tous les deux en danger. Leur monde sont trop opposés et il va falloir franchir les brumes d'Avallach ainsi que les légendes qui sont autour...
Je dois dire que l'auteure Marah Woolf a vraiment le don de vous captiver avec son histoire. On est de suite mis dans le vif du sujet et les pages se tournent seules. Son écriture est agréable et fluide et son monde envoûtant bien que fantastique.
Au niveau des personnages on ne peut que les aimer.
Emma pour commencer est touchante et sensible. On adhère facilement à son personnage car on peut se sentir relativement proche d'elle. Beaucoup de changements s'opèrent dans sa vie et elle ne baisse jamais les bras elle affronte toutes les situations et fait en sorte de s'en sortir malgré les barrières et les risques.
Sa rencontre avec Calum est bien menée on ne se précipite pas sur le coup de foudre mais plutôt sur une attirance attractive. le jeu de « je suis proche je m'éloigne » est assez sympathique et ne rend pas l'histoire lourde et monotone. Il est beau, il sauve les baleines à sa première rencontre, des fois froid et distants, des fois proches et agréable. Nous avons vraiment toutes les facettes pour ne pas nous ennuyer.
Comme toujours pour mettre un peu de piment, il y a toujours une fille qui traîne dans les parages et là il s'agit de Valerie qui est constamment collé à lui et qui a le don d'agacer Emma.
C'est un assez bon mélange qui fonctionne bien.
Ensuite nous avons aussi le côté moralisateur de l'histoire qui vise à reprocher à l'humain ses défauts sur le respect de la planète. Les réflexions sont très pertinentes et peuvent donner à réfléchir pour les personnes qui lisent ce livre. Et il y a aussi le côté fantastique. Calum venant d'un peuple des eaux, il y a tout le côté mystérieux qui fait penser au mythe d'Avalon. La brume, les elfes, les lois imposées par l'île, etc...
Nos deux amoureux vont avoir du fil à retordre pour lier leur peuple qui sont en conflit depuis tant d'années et qui leur interdisent toute relation.
Pour résumer j'ai vraiment était conquise par l'histoire et dommage que la suite prévue ne soit toujours pas sortie. J'ai passé un agréable moment à lire ce livre et je le recommande pour passer un bon moment de détente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
TheWind
  30 décembre 2014
Les brumes d'Avallach...
Avalé, englouti en une journée !
Je me suis laissée envoûter par ce roman Young Adult sans pouvoir m'en échapper.
Sortilège ou simple écriture addictive ?
A bien y réfléchir, je crois qu'il y a un peu des deux.
La lecture est aisée. On avale les pages les unes après les autres, sans vraiment s'en rendre compte. le scénario, plutôt bien ficelé, prend son temps au début pour nous présenter les personnages, nous permettant ainsi de nous attacher à eux tranquillement. Une fois, les rets bien tendus, le piège peut fonctionner et il devient alors bien difficile de s'en dépêtrer.

Emma, jeune américaine de dix-sept ans, vient de perdre sa mère. Elle doit alors rejoindre l'île de Skye, en Ecosse, pour vivre chez son oncle. Rapidement, elle s'y sent bien. Son oncle, sa tante et ses cousins sont fort sympathiques et sont aux petits soins pour elle. Il n'en faut pas plus pour lui redonner du baume au coeur. Et puis, il y a Calum, jeune homme mystérieux et beau à en couper le souffle (évidemment !). Elle tombe raide dingue de lui dès les premiers instants, mais bon, ce n'est pas si simple ! C'est une romance, bien sûr. Il faut corser la chose, pimenter la situation... Calum ne se laisse pas approcher si facilement. Soufflant tantôt le chaud, tantôt le froid, il parvient à semer le doute dans le coeur d'Emma.... et surtout à intriguer la lectrice ! Qui comprend assez facilement que ce dernier détient un secret qui l'empêche de se jeter à corps perdu dans cette histoire d'amour.
Rha la la...les histoires d'amour contrariées ! Que voulez-vous..Moi, ça me chavire !
Mais, ce n'est pas tout. Il y a aussi l'environnement, le décor, le paysage, l'ambiance ! Et c'est là que commence le sortilège.
Voici quelques mots magiques qui suffisent bien à mon bonheur et qui agissent sur moi comme un véritablement enchantement. Allez, je vous les donne pêle-mêle. Faites le tri si ça vous chante..
Ecosse, Highlands, falaises, brume, océan, vagues, légendes, sirènes, lac, Nessie, embruns, pluie fine, collines verdoyantes, bibliothèque, librairie, livres, Shakespeare, tableau, jean, natation, eau, herbe, château, elfes, pleine lune, buissons, crumble, plage, baleines, peuple de l'eau...
Vous en voulez encore ?
Il y avait aussi thé, pimbêche, vestiaire, cafétéria, téléphone portable, vampires, voiture...mais bon, ces mots-là, je les aime moins alors je vais m'arrêter là !

Pour conclure, je dirai que j'ai passé un bon moment. Il faut dire aussi qu'il faisait très froid dehors et que bien pelotonnée sous une couverture en pilou, j'étais dans de très bonnes conditions pour apprécier cette romance aux allures fantastiques et pour « plonger dans le mystère des eaux du Loch Ness », tout comme l'éditeur invite le lecteur à le faire en 4ème page de couverture.
Ah au fait ! J'oublie une chose ! Chaque début de chapitre est illustré par des entrelacs celtiques. C'est une bonne idée ! Cela agrémente et illustre cette histoire merveilleusement bien.

Je remercie naturellement Babelio pour cette opération masse critique et l'éditeur Michel Lafon pour l'envoi de ce tome.
Je ne manquerai pas de me procurer les autres tomes de cette trilogie à venir. J'ai hâte d'en connaître un peu plus sur le peuple de l'eau !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          241
Elamia
  12 janvier 2015
Ce roman au titre mystique promettait une histoire envoûtante et féerique... Malheureusement, il n'est pas à la hauteur de mes espérances.
Je remercie infiniment Babelio et les éditions Michel Lafon pour l'envoi de ce livre. Il me faisait de l'oeil dès sa sortie et j'ai eu le plaisir d'être sélectionnée pour le dernier Masse critique. C'est d'abord avec une joie immense que je me suis plongée dans ce roman mais au fil des pages, mon enthousiasme s'est dissipé. Fascinée par l'Écosse depuis de nombreuses années, je pensais vivre cette lecture comme un petit voyage... Mais Marah Woolf n'a pas réussi à me transporter dans son univers. Ce roman s'avère être une énième romance Young Adult comme il en existe des tas d'autres aujourd'hui. Rien ne m'a vraiment marquée dans cette lecture. C'est dommage, vraiment. Je savais que les critiques élogieuses à son sujet étaient rares et pourtant, j'étais bien décidée à lui donner une chance. J'avais bon espoir qu'il me plaise un tant soi peu, mais là, je n'ai pas réussi à rentrer réellement dans l'histoire. le début m'a vraiment plu, les descriptions sont bien menées, le contexte touchant. L'ambiance feutrée des demeures écossaises aussi bien que le climat inhospitalier sont retranscrits à la perfection. le charme agit durant les premiers pages, mais paradoxalement, une fois que Calum entre en scène, le récit se perd dans une mièvrerie sans fin. L'intrigue devient creuse, les dialogues donnent l'impression d'être là juste pour combler un vide. On peut excuser la maladresse de Calum et Emma, qui sont encore jeunes, qui ne cessent de jouer au chat et à la souris mais cela devient trop répétitif. J'ai été incapable de développer la moindre dose d'attachement aux personnages. J'ai retrouvé en Emma un peu de ma passion pour les livres, puisqu'elle est férue de littérature, mais je n'ai jamais réussi à m'identifier à elle. Calum réunit à lui seul tous les stéréotypes des héros masculins de la littérature Y-A, à défaut de me séduire, je l'ai trouvé bien insipide.
J'ai conscience d'être un peu dure avec ce récit. Il partait tellement de bons sentiments que ça me fait mal au coeur de le juger ainsi. Rien que le fait de placer son histoire en Écosse, était une excellente idée de la part de Marah Woolf. L'originalité de ce roman tient dans sa part de mystère au sujet du peuple aquatique des Shellycoats. En faisant de furtives recherches, je n'ai rien trouvé de probant sur eux. Vraisemblablement issus du folklore écossais, il est difficile de dire à quoi ils s'apparentent vraiment, ni ce que sont leurs particularités propres. Les romans traitant de créatures légendaires aquatiques sont rares à ma connaissance et cet aspect là du récit est donc le seul qui soit vraiment intriguant. Personnellement, je les assimile un peu à des elfes de l'eau, dotés de longues chevelures scintillantes, d'un port altier et hautain, vivant d'après des dogmes stricts, n'accordant pas leur confiance aux humains.
En ce qui concerne les autres « créatures » que l'on rencontre durant le dénouement, elles sont en tout point semblables à ce qui existe déjà en littérature de l'imaginaire : fées, lutins, elfes, vampires, loups, rien qui ne sorte de l'ordinaire. Toutes ces créatures restent assez en retrait finalement et certaines sont à peine évoquées. Je pense notamment aux lutins et aux fées, assimilés ici à de simples serviteurs. Ce que je trouve encore une fois dommage, car ce sont des emblèmes du Merveilleux que j'affectionne tout particulièrement et qui auraient mérité un peu plus de considération. Je n'ai pu réprimer un sourire en voyant toutes les allusions au Seigneur des Anneaux, qui constituent un joli hommage à l'un des plus grands écrivains de Fantasy de l'histoire.
Si le fond m'a laissée quelque peu sceptique, je n'ai en revanche, rien à dire sur la forme. Je salue le travail éditorial car l'objet livre est magnifique, de la couverture aux illustrations intérieures, ce livre fait honneur au graphisme décoratif celte. Des entrelacs ornent chaque début de chapitre. Même si ces illustrations n'ont pas vraiment de rapport avec le récit (puisque les légendes sont évoquées de manière plutôt superficielles), elles constituent un petit plus original . D'ailleurs, je regrette énormément que le côté légendaire ne soit pas un peu plus étoffé. On ne nous parle quasiment pas des ancêtres Écossais qui peuplaient ces Terres, leur opinion, leur connaissance vis à vis des ShellyCoats. le récit se concentre pour la majeure partie sur le présent de narration et sur la naïveté des personnages principaux. Je comprends désormais pourquoi beaucoup de lectrices l'assimilaient à Twilight.
Ce roman est desservi par une plume fluide et agréable, si bien qu'on peut le lire très vite, en quelques heures même. Malgré toute la bonne volonté du monde je n'ai pu empêcher la lassitude de s'installer et j'étais déçue de voir mon coup de coeur potentiel, se transformer en lecture assez ordinaire.
En bref, c'est une lecture trop convenue, qui partait de bons sentiments, porteuse de bonnes pistes et idées à développer, mais qui reste malgré tout assez creuse. de plus, j'ai l'impression que la romance prend trop de place au détriment de l'aspect légendaire. Ce n'est certes par un roman inoubliable, qui vous laissera un souvenir indélébile mais il reste divertissant à sa façon. Je pense très certainement lire la suite, car malgré tout ce que j'ai pu dire, je suis assez curieuse de voir où Marah Woolf va nous amener.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
fauteuil
  27 juin 2015
La quatrième de couverture n'augurait rien de bon. Pourtant, et malgré pas mal de similitudes avec Twilight et Les Étoiles de Noss Head, je garde un avis très positif sur ce roman.
Nous suivons Emma, jeune femme de 17 ans contrainte de partir en Écosse sur l'île de Skye suite au décès de sa mère. Finalement, il se trouve que son intégration se passe bien, et sa rencontre avec le beau et mystérieux Calum embaume son voyage... Tout de suite, le départ forcé en Écosse et la rencontre avec le magnifique et énigmatique jeune homme me fait inévitablement penser aux fameuses sagas citées ci-dessus... Et l'on retrouve le topos de ce genre de roman, le coup de foudre pour un garçon d'une beauté surnaturelle. Exaspréant. MAIS ne nous arrêtons pas à ce monstrueux stéréotype et continuons cette lecture qui démarre plutôt mal... Je passe outre cette fois l'agaçant jeu de nos tourteraux (Emma et Calum) qui consiste à se tourner autour sans qu'aucun des deux ne fasse le premier pas. Nous voici entrés pleinement dans l'histoire et mon énervement pour Emma augmente à chacune de ses stupides réactions immatures et naïves. le personnage me rappelle fortement Bella ou Hannah, quant à Calum, c'est le portrait craché d'Edward ou Leith.
La nature de Calum quant à elle est originale et attise notre curiosité ; elle alimente donc l'intrigue. En parlant de cette intrigue, je la trouve extrêmement prévisible, et c'est vraiment décevant. Les événements s'enchaînent et sont toujours similaires avec les sagas évoquées, et il ne se passe rien de palpitant ou de novateur.
POURTANT, aussi incroyable fût-ce t-il, j'ai aimé ce livre. Mon esprit critique perd alors toute sa logique : pourquoi cet avis ? En réalité, je ne sais pas. Il y a quelque chose en plus dans ce bouquin, un je ne sais quoi d'original, ou bien tout simplement l'histoire est intéressante et on s'accroche bien à ce livre. Parce que avouons-le, j'ai commencé le matin et ai terminé le soir même. Il faut dire que je m'ennuyais aussi... STOP Elise ne cherche pas d'excuses tu as lu ce livre et tu l'as apprécié, y'a t-il une honte ?
Pour conclure : un roman pas transcendant ni novateur mais qui reste agrébable à lire, pour son écriture fluide et aussi pour des rebondissements plutôt intéressants, malgré la ressemblance presque gênante avec Twilight ou les Étoiles de Noss Head.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
helvetius
  27 octobre 2015
Je ressors de cette lecture plutôt déçue. le résumé et l'ambiance du livre avaient tout pour me plaire mais malheureusement, cela n'a pas fonctionné avec moi.
Je pense que le style de l'auteur doit y être pour beaucoup car je l'ai trouvé lourd, sans aucune grâce et beaucoup trop simpliste à mon goût. Peut-être que la traduction est mauvaise mais mon niveau d'allemand étant maintenant tellement bas, je me vois mal le lire en version originale...Mais l'histoire ne m'a pas emballée plus que ça non plus de toute façon. Je n'ai pas été touchée par Emma qui m'a paru plutôt naïve et trop centrée sur elle-même. En fait, je n'ai accroché avec aucun personnage, je les ai trouvé trop caricaturaux et sans profondeur, ce qui fait que je n'ai pas pu me retrouver chez quelqu'un en particulier...
De plus, la légende des Shellycoats mérite d'être encore plus mise en avant et expliquée. Cela se fera sans doute dans la suite mais pour ma part, cela a été beaucoup trop survolé dans ce premier tome.
D'ailleurs, le passage avec le conseil m'a tout simplement semblé ridicule ! Déjà, j'ai trouvé que ça tombait comme un cheveu sur la soupe, ensuite on accepte une humaine alors que la majorité des espèces présentes ne les aiment que moyennement...Emma se permet de prendre la parole alors qu'on lui a spécifié maintes fois que c'était interdit mais il n'y a aucunes conséquences...
Enfin bref, une lecture peu intéressante pour ma part que seules la légende des Shellycoats et les parties parlant un peu de l'histoire de l'Ecosse ont su égayer. Mais je suis peut-être trop dure avec ce roman et sa suite sera peut-être d'un meilleur niveau. Suite que je ne pense pas lire tant le "cliffhanger" de fin m'a laissée de marbre...Mon problème, c'est qu'après avoir lu un magnifique roman se déroulant en Ecosse et écrit dans un style si poétique, j'en attendais peut-être un peu trop de celui de Marah Woolf, qui, je devrais me le rappeler, est estampillé adolescents.
Challenge AB 2015/2016 6/26
Challenge variété " Livre avec de mauvaises critiques"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
Daniella13Daniella13   17 août 2018
Ne te fie pas aux apparences. La beauté n’enlève en rien le danger, et les plus belles choses de la nature sont parfois les plus dangereuses.
Commenter  J’apprécie          380
CielvariableCielvariable   28 mars 2015
Amélie grommela:

- Papa, tu sais bien qu'on sort au pub ce soir. On t'avait prévenu. Il y a un chouette groupe qui joue, et si on passe la journée à grimper sur des collines, on sera trop fatiguées pour danser ce soir... Tu ne veux pas repousser la randonnée, s'il te plaît ?

Danser ? J'avais dû mal entendre. Amélie n'avait jamais parler de ça !

- Ok, d'accord. J'avais oublié que vous sortiez ce soir. Vous y allez tous ensemble ?

- Oui, bien sûr, répondit-elle avec son plus beau sourire. Aidan vient nous chercher à dix-neuf heures.

- Aidan ?...

Ethan haussa les sourcils et garda pour lui son commentaire concernant le petit copain de sa fille. Amélie se tourna vers moi avec son air angélique, comme si ne rien n'était, et je la fusillai du regard. Mais dès que nous eûmes passé la porte de sa chambre, je me lâchai:

- C'est quoi, ce délire ? Danser ? Tu peux oublier! Je préfère encore faire une randonnée. Je vois déjà le tableau, tu vas passer la soirée assise dans un coin collée à Aidan, et moi je vais tenir la chandelle et m'ennuyer à mourir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
CielvariableCielvariable   28 mars 2015
Épuisée, je traînai les pieds jusqu'à mon casier pour y ranger mes affaires de sport. Malgré mes efforts, c'était la deuxième fois déjà qu'Amélie me battait au badminton. Il fallait quand même que je me ressaisisse pour prendre ma revanche.
Et là j'entendis la petite voix de pimbêche de Valérie:
-Elle ne veut plus de toi, mais je vois comment tu la regardes !
J'ignorais de qui elle parlait, et encore moins avec qui. Je continuai donc d'avancer, tournant au coin du couloir.
Je vis alors Calum de dos, devant son casier ouvert. Ni lui, ni Valérie n'avaient remarqué ma présence.
-Arrête de te faire des films, Valérie ! Entre Emma et moi, il n'y a jamais rien eu de sérieux. Je lui ai donné quelques cours de guitare, et c'est tout. Et puis ça va, je peux bien regarder qui je veux !
Il garda un instant le silence, avant d'ajouter:
-Elle ne m'intéresse pas. Elle ne m'a jamais intéressé. J'ai juste voulu être sympa avec elle.
La Terre s'arrêta de tourner et je restai figée. Mes livres me glissèrent des mains et tombèrent au sol dans un boucan d'enfer. je m'empressai de faire volte-face et me ruai vers la sortie.
-Emma ! Em !
Calum courrai derrière moi.
Je couru jusqu'a la voiture sur le parking. Ou pouvait bien être Amélie ? C'est elle qui avait les clés.
Sans crier gare, Calum me rattrapa et se jeta littéralement sur moi, m'obligeant à me tourner vers lui. Il m'attira contre lui et enfonça son visage dans mes cheveux, haletant:
-N'en crois pas un mot, je t'en pris, pas un mot de ce que je viens de dire ! Tu le sais hein ! Tu sais bien que je ne pense rien de tout ça !
J'étais comme paralysée, incapable de bouger ou de prononcer la moindre parole. Le sentir tout contre moi me déstabilisait complètement, et son parfum si familier m'enivrait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Daniella13Daniella13   23 août 2018
Il y a toujours des hommes qui jugent les autres seulement sur les apparences. Juste parce qu’ils sont différents et étrangers
Commenter  J’apprécie          370
TheWindTheWind   30 décembre 2014
- Depuis des siècles, les hommes parlent de nous, des histoires de sirènes, d'êtres de l'eau, d'elfes, de trolls, de dragons. Et toi, tu crois que ce n'est que pure imagination ? La seule chose que l'homme est capable d'inventer, c'est la capacité à détruire la nature et tout ce qui lui est étranger.
Commenter  J’apprécie          140
Video de Marah Woolf (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marah Woolf

Les Brumes d'Avallach
Le livre : http://www.michel-lafon.fr/livre/1449-Les_Brumes_d_Avallach.html LES BRUMES D'AVALLACH MARAH WOOLF - Après le décès de sa mère, Emma, dix-sept ans, quitte les États-Unis...
autres livres classés : ecosseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz: l'Allemagne et la Littérature

Les deux frères Jacob et Whilhelm sont les auteurs de contes célèbres, quel est leur nom ?

Hoffmann
Gordon
Grimm
Marx

10 questions
253 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , guerre mondiale , allemagneCréer un quiz sur ce livre
.. ..