AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 978B00IVPEC0K
Gallimard (30/11/-1)
4.75/5   10 notes
Résumé :
Une soirée d'été sur une île au large de l'Ecosse. Pôle de convergence des regards et des pensées, Mrs Ramsay exerce sur famille et amis un pouvoir de séduction quasi irrésistible. Un enfant rêve d'aller au Phare. L'expédition aura lieu un beau matin d'été, dix ans plus tard. Entre©temps, mort et violence envahissent l'espace du récit. Au bouleversement de la famille Ramsay répond le chaos de la Première Guerre mondiale. La paix revenue, il ne reste plus aux surviva... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
motspourmots
  14 juin 2022
Et je poursuis avec émerveillement l'exploration de l'oeuvre de Virginia Woolf. Émerveillement, étonnement, admiration... je crois que j'aurais besoin d'utiliser exceptionnellement cet adjectif qui d'habitude me fait sourire en coin : amazing ! C'est bien la première fois que je suis tentée d'accoler le mot "unique" au nom d'un écrivain et que je pressens que les petits signets dont j'ai usé et abusé pour marquer les pages seront vraiment utiles car je relirai. J'ai déjà relu des passages de Mrs Dalloway, et du Journal d'un écrivain évidemment. Je ne me lasse pas d'aller retrouver les mots de Virginia Woolf sur son propre travail, c'est fascinant ; parce que c'est elle et que son travail s'avère époustouflant.
Vers le Phare est un roman éblouissant à tous points de vue et sans jeu de mots. Par sa construction subtile, par sa forme, son style, la façon dont l'autrice transforme et sublime sa matière que l'on sait d'inspiration autobiographique. Un texte dont on n'a aucune envie de dissocier fond et forme, intimement liés. Parler de l'intrigue semblerait même fade car il se passe peu de choses. Pourtant, la sensation de mouvement est permanente. Une île au large de l'Écosse, une maison de vacances, une soirée d'été, la famille Ramsay, ses huit enfants et quelques invités, la perspective d'une promenade jusqu'au phare si le temps le permet... La figure de Mrs Ramsay est au centre de cette première partie du récit, son absence irradie la troisième partie. La deuxième partie - 20 pages pour 10 années - est tout juste sublime. Comme dans Mrs Dalloway, on passe d'un esprit à l'autre, les pensées intérieures des personnages prennent forme comme sur la toile d'un peintre. Tout est impression, ombre et lumière, comme ce que tente de saisir Lily avec ses pinceaux. Il est question du poids du souvenir, de recréer, de faire revivre ce qui n'est plus. du pouvoir d'immortaliser qu'est celui de l'art.
Beaucoup d'analyses passionnantes existent sur les oeuvres de Virginia Woolf, et la préface qui accompagne cette édition est très instructive. Mais l'effet qu'a eu ce texte sur moi est assez singulier, exceptionnellement je n'ai pas envie de décortiquer, de chercher ce qui me plait et pourquoi, d'intellectualiser ou tenter d'expliquer. Juste de me laisser porter, d'écarquiller les yeux et de m'exclamer : "waouh !"
Ce qui m'a semblé passer à travers ces pages c'est autant la puissance de l'éclat d'un instant que la fragilité de l'empreinte d'une vie. Et c'est magique.
Lien : http://www.motspourmots.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          165
Madame_lit
  01 février 2022
hère lectrice, Cher lecteur,
J'ai décidé de lire Vers le phare de Virginia Woolf car M. Robert Benoit me l'a gentiment proposé. Alors, j'ai plongé dans ce livre en même temps que lui et je tiens à le remercier pour cette proposition. Je possède Romans, essais de Virginia Woolf de Quarto Gallimard alors j'ai lu Vers le phare à partir de ce bouquin.
Virginia Woolf et Madame lit
Il est des autrices et des auteurs dont il m'est difficile de parler sur ce blogue. Virginia Woolf fait partie de cette catégorie. Pourquoi? Je crois que je suis intimidée par elle et par son intelligence. Sa plume apparaît tellement magnifique, son talent s'avère incommensurable, ses personnages semblent inoubliables. Son génie est couché là, sur le papier. Qui d'ailleurs peut oublier le formidable incipit de Mrs. Dalloway : «Mrs. Dalloway dit qu'elle irait acheter les fleurs elle-même». Il suffit d'ouvrir un de ses romans et de prendre le temps de savourer chaque phrase qui appelle au recueillement. Je retiens mon souffle lorsque je lis ses mots et je plonge dans mon intériorité la plus sombre. Sa façon d'aborder la mort, le temps qui passe, les drames de la vie, m'atteint profondément. Je ressens sa douleur à travers ses mots. Pour moi, les univers de Virginia Woolf sont un peu cela et beaucoup plus… à l'image d'une cathédrale trop belle pour les yeux.
Et le phare (paru en 1927) ?
Le phare raconte l'histoire des Ramsay à des moments précis de leur vie et de certains de leurs amis. Quelque part sur une île située en Écosse, les Ramsay reçoivent dans leur maison de vacances des amis (peintre, scientifique, écrivain). Ce couple a 8 enfants et l'un d'entre eux, James, souhaite aller au phare. Une expédition se prépare mais cette dernière aura lieu dix ans plus tard.
Dialectique mer-mère
Dans ce livre, le lecteur suit le rythme de l'eau ou celui imposé par la figure maternelle. La mer/mère est toujours présente. Il peut s'agir parfois de la mère, la mère adorée, la mère aimante, la mère trop belle, la mère synonyme du paradis perdu. Cette mère est aussi prisonnière de l'autorité patriarcale, c'est une mère qui aime son mari, elle est au centre de tout l'univers. Mais encore, cette mère possède une intériorité riche. Elle perçoit la réalité, l'analyse, elle essaye de la modifier en créant à sa façon la beauté du monde (un jardin, une lecture); elle devient une «éponge imbibée d'émotions humaines». Cette mère, c'est bien entendu Mrs. Ramsay. Elle est partout, elle est 10 000 fois supérieure à son époux. Mrs. Ramsay apparaît comme un magnifique personnage qui sait où se trouve son bonheur, qui connaît le sens de son existence. le phare, est-ce elle qui éclaire par sa beauté, par sa bonté, par son amour son entourage? Ou encore, est-elle cette forme évoquant la solitude, la vérité de toutes choses?
Par ailleurs, la mer encercle les protagonistes. Sous la plume de Virginia Woolf, la nature participe à la description intérieure des personnages. À cet égard, la mer s'avère la métaphore des émotions humaines.
«Ils venaient là régulièrement chaque soir, poussée par quelque besoin intérieur. Comme si l'eau faisait flotter, voguer des pensées devenues stagnantes sur la terre ferme, et procurait à leurs corps mêmes une espèce de détente physique. D'abord, la vibration de la couleur inondait la baie de bleu et le coeur se dilatait lui aussi et le coeur ondoyait librement avant d'être aussitôt freiné et glacé par la noirceur épineuse dont se hérissait chaque vague.» (p. 245-246)
Il y a de sublimes passages sur les vagues, l'eau. Les vagues rythment le récit. Elles deviennent la puissance lyrique de ce dernier au gré des émotions de l'un, puis de l'autre.
Lily Briscoe
Par le biais de ce personnage peintre que j'ai adoré, le lecteur est amené à percevoir l'univers des protagonistes. Lily cherche à rendre compte de l'endroit où elle se trouve car elle est amoureuse de la perfection de ce dernier. Elle aime voir, percevoir, chercher un sens. Grâce à elle, le lecteur a accès à de très beaux questionnements sur la mort, sur la vie, sur la vérité de toutes choses.
«Quel est le sens de la vie? Rien d'autre – une question simple, qui semblait se faire plus pressante au fil des années. La grande révélation n'était jamais arrivée. En fait, la grande révélation n'arriverait peut-être jamais. C'étaient plutôt de petits miracles quotidiens, des illuminations, allumettes craquées à l'improviste dans le noir ; en voici une. Tout cet ensemble; elle-même, Charles Tanslay et la vague déferlante; Mrs. Ramsay les rassemblant; Mrs. Ramsay disant : «Qu'ici la vie s'arrête»; Mrs. Ramsay faisant de cet instant quelque chose de permanent (tout comme Lily s'efforçait de le faire dans un autre domaine)- cela tenait de la révélation.» (p. 351)
Lily la vieille-fille occupe, entre autres, la troisième partie du livre. Elle offre une manière de comprendre le travail d'un artiste tout au long du récit. C'est en quelque sorte une façon de rendre hommage aux artisans qui tentent de dévoiler la beauté de l'existence par le biais de leurs oeuvres. Il faut lire son questionnement par rapport à sa quête de la perfection. C'est touchant.
Vous l'aurez sans aucun doute compris, j'ai adoré ma lecture. Pour moi, lire un bouquin de Virginia Woolf, c'est toujours une aventure existentielle. Parfois je me perds, mais chaque fois, je reviens, comme une vague se couchant sur le sable après la tempête.
https://madamelit.ca/2022/01/19/madame-lit-vers-le-phare-de-virginia-woolf/

Lien : https://madamelit.ca/2022/01..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
SauteriesSauteries   08 mars 2022
[...] A ce moment-là les rangées de maisons s'écartèrent de chaque côté de la rue : ils débouchèrent sur le quai, et toute la baie s'offrit à leurs yeux et Mrs Ramsay ne put s'empêcher de s'exclamer : "Ah, que c'est beau !" La grande nappe d'eau bleue s'étalait devant elle ; le vieux Phare blanc, lointain, austère, en plein milieu ; et sur la droite, à perte de vue, plongeant et s'évanouissant en une suite de petites courbes douces, les dunes vertes où ondulaient les herbes folles, qui donnaient toujours l'impression de s'enfuir vers quelque territoire lunaire, inaccessible aux hommes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Virginia Woolf (64) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Virginia Woolf
Lundi 28 mars, France Inter et Auguri Lettra présenteront "Au bonheur des lettres" au théâtre de la Porte Saint-Martin, un spectacle unique et solidaire au profit de Bibliothèques sans frontières et de ses actions pour l'Ukraine.
Ce soir-là, de nombreux artistes seront réunis sur scène pour partager la lecture des plus belles correspondances écrites par Victor Hugo, Virginia Woolf, Frida Kahlo, Mozart ou Simone de Beauvoir.
Présenté par Augustin Trapenard, cet événement sera retransmis en direct sur France Inter.
Pour en savoir plus et réserver votre place https://tpa.fr/pieces-theatre-paris/au-bonheur-des-lettres-5988.html
+ Lire la suite
autres livres classés : récit poétiqueVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Virginia Woolf

Virginia Woolf a grandi dans une famille que nous qualifierions de :

classique
monoparentale
recomposée

10 questions
181 lecteurs ont répondu
Thème : Virginia WoolfCréer un quiz sur ce livre