AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782290362457
352 pages
J'ai lu (04/05/2022)
3.83/5   315 notes
Résumé :
" Partout, il y avait trop de bruit, trop de discours. Un jour, j'en ai eu marre de cette frénésie et je suis parti. Certains vont chercher le bonheur en Alaska ou en Sibérie, moi je suis un aventurier de la France cantonale : je lorgne du côté d'Aubusson, du puy Mary et du plateau de Millevaches... "

Sans le moindre sou en poche, misant sur la générosité des gens, un jeune aspirant jésuite s'échappe de la ville et de la modernité avec le désir de re... >Voir plus
Que lire après Le chemin des estivesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (57) Voir plus Ajouter une critique
3,83

sur 315 notes
5
15 avis
4
25 avis
3
10 avis
2
3 avis
1
0 avis
Quel randonneur remplacerait son téléphone portable par « L'imitation de Jésus Christ » et sa Carte de Crédit par les « Oeuvres complètes » d'Arthur Rimbaud, Edition La Pléiade ?

C'est le choix réalisé par Charles Wright et Benoit Parsac pour pérégriner d'Angoulême à Notre Dame des Neiges dans les montagnes ardéchoises. Sept cents kilomètres, en été, vers l'abbaye où Charles de Foucauld fut moine avant de rejoindre l'Afrique du Nord. Dans des paysages variés, en partie désertés, au milieu d'une faune et d'une flore magnifiques, nos deux marcheurs ont le temps de lire, de méditer, de discuter, de se disputer.

Ils sont l'un et l'autre au noviciat jésuite de Lyon. Benoit semble être un Soldat de Jésus discipliné ; Charles a le profil d'un corsaire en quête de découvertes. Esprit éclectique il a publié un ouvrage sur « Casanova ou l'essence des Lumières » et un autre sur « Le chemin du coeur » consacré à l'Abbé du monastère trappiste Du Mont des Cats, puis ermite, André Louf (1929-2010). Toujours en train de vivre le grand écart, sa progression est aussi curieuse que joyeuse et confronte ses méditations aux enseignements de « L'imitation de Jésus Christ », aux errances des oeuvres de Rimbaud et aux questionnements de Charles de Foucauld.

Démarche qui rappelle les excursions de Sylvain Tesson ou celles de François Sureau dans « Ma vie avec Apollinaire ». A la grande différence que ceux là avaient leur téléphone portable et des moyens de paiement.

Quêter le gite et le couvert durant plusieurs semaines, dans une région en déclin, en dépeuplement, est une école d'humilité car les refus, les mépris, les craintes sont nombreux. Mais c'est aussi la source de rencontres authentiques, variées, parfois croustillantes. Benoit et Charles ont été accueillis tour à tour dans les salons dorés d'une préfecture ou le logis plus modeste d'une employée d'un EHPAD. Croyants ou incroyants, jeunes ou vieux, leurs hôtes, ouvrent leurs coeurs, leurs interrogations, leurs passions et ces rencontres sont à chaque fois fort différentes et m'ont passionnées et réjouies.

Le chemin des estives nous mène au coeur d'une France rurale, oubliée par nos gouvernants, vivant à son rythme paisible, où les habitants sont la véritable richesse et l'espoir d'un avenir où « le bonheur est à portée de main, il suffit de faire confiance et d'ouvrir les yeux ».
Commenter  J’apprécie          1162
Je l'avoue , j'avais éprouvé un immense plaisir à lire ," Immortelle randonnée " de Rufin et "Sur les chemins noirs " de Tesson et c'est tout naturellement que j'ai voulu découvrir " le chemin des estives "de Charles Wright . Mon intérêt pour ce livre était du reste décuplé par le fait que , le Massif Central et plus particulièrement le département de la Creuse , département cher à mon coeur,étaient le cadre de cette longue aventure et qu'il me plaisait particulièrement de les découvrir à travers le regard d'un pèlerin de passage .Un pèlerin ou plutôt deux puisque Charles était accompagné de Parsac , jésuite en quête de réponse à une foi particulièrement forte mais sans certitude quant à la poursuite d'une vocation qui pouvait s'en trouver renforcée ou ...ébranlée.
Imaginez , deux pélerins sans le moindre sou en poche , sans lieu de repos bien défini , il en faut du courage et de la volonté....
Je n'en dirai guère plus sur ce contexte particulier et cette épreuve que l'auteur nous donne à partager , tout est sur la quatriéme .
Non , je vais plutôt vous parler de mon ressenti , de mon intérêt qui s'est un peu émoussé au fil des quelques 700 kilomètres du parcours . Déjà , il ne faut pas ignorer le contexte religieux qui anime les deux personnages , un contexte qui pourrait gêner certains lecteurs , et qui entérine le fait que le christianisme connait un grand déclin dans les régions traversées . Les églises y sont souvent trés mal entretenues , les paroisses confiées à des prêtres africains ou polonais . Ensuite , il y a les gens dont l'accueil n'est pas toujours à la hauteur, désintérêt oblige , où le statut de pèlerin n'est plus un laisser - passer universel comme cela a pu être le cas dans un passé révolu . Certes , certaines personnes restent généreuses mais on se pose la question de savoir s'il ne s'agit pas plus de vaincre l'ennui et la solitude dans un monde rural de plus en plus dépeuplé que de pratiquer la charité chrétienne .
Les bourgs traversés sont ( trop ? ) rapidement décrits , le plus souvent là aussi pour traduire leur absence de vie . Reste la nature et là, le charme opère : solitude , liberté de l'esprit , absence des médias , des réseaux sociaux et une grand paix intérieure qui s'installe , avec la fatigue comme seule compagnie . C'est amusant , le maire d'un des villages traversés où j'ai travaillé quelques années m'avait dit que le département de la Creuse deviendrait un jour un " département ressource ", idée parfaitement " juste " que l'on peut du reste étendre à toute la contrée parcourue . Alors , Charles Wright nous confie ses yeux mais , surtout , il nous livre ses pensés érudites , vraiment trés érudites pour délivrer des messages qui , s'ils sortent des ornières du chemin , peuvent paraître redondantes et fastidieuses . J'avoue m'être parfois ennuyé en dehors des moments de rencontres du soir , drôles ou émouvantes . A peine saurons nous que Parsac sortira de cette épreuve conforté dans ses idées , contrairement à Charles mais leurs échanges de points de vue qui auraient pu s'avérer essentiels n'auront jamais lieu .
Aprés , il faut le reconnaître , l'écriture est belle et efficace .
Peut - être ce livre subjuguera - t -il ,nombre de croyants qui y verront des motifs d'espérer et tant mieux . Pour moi qui suis une personne baptisée , qui a fait sa Communion (trois jours d'école en moins , tout de même ,et des cadeaux !!! ) qui s'est mariée à l'église et qui souhaite passer par l'Eglise pour le grand départ ( plus tard , les valises sont pas faites ) , bref , une personne qui a suivi le chemin des hommes et femmes de l'époque , sans croire , athée , donc , mais pour faire " comme tout le monde " et trés respectueuse par contre des idées des gens convaincus , certains faisant du reste partie de mes amis proches , je n'ai sans doute pas pu percevoir le message profond que , néanmoins , je n'attendais pas .
Un avis mitigé , certes , mais aucun regret de m'être lancé sur ce " chemin des estives " et traversé une contrée fabuleusement belle , au calme extraordinaire .

Commenter  J’apprécie          795
Tout quitter et partir à l'aventure sur les sentiers. Qui de nous n'en a pas rêvé? "Ne plus rien prévoir, s'ouvrir à l'inattendu, n'appartenir qu'à la route".

Charles Wright a beaucoup étudié avant de devenir journaliste. le travail, les amours, le métro, les infos, les réseaux sociaux... Cet homme avait une vie parisienne bien remplie. Mais quelque chose de plus grand l'appelait ailleurs. C'est ainsi qu'en 2019, il rejoint une communauté de jésuites pour y faire son noviciat. Veut-il devenir moine? Il ne le sait pas encore. Pour l'heure, il explore les régions du coeur que le monde moderne laisse en jachère, la bienveillance, la gratuité, le partage, le dénuement.

Au cours de ce noviciat, il doit, avec un autre novice, s'acquitter d'un pèlerinage. Cela fait partie de leur chemin spirituel. A pied, sans argent et sans tente, Charles et Benoît devront parcourir près de 700 kilomètres pour rejoindre un monastère dans le Sud. Pendant un mois, ils seront des vagabonds, des mendiants, des pèlerins d'un autre temps.

Le chemin des estives est le récit de ce long voyage sur les routes de France, une aventure humaine avant tout. Car devant quémander chaque jour le gite et le couvert, ils vont de rencontre en rencontre. Mais la méfiance et l'individualisme s'étant installés partout, ils ne trouvent pas toujours l'âme charitable qui les sauverait de la faim. Qu'il est humiliant de réclamer son pain! Qu'il est inconfortable de dormir à même le sol! Mais quelle joie quand les portes et les coeurs s'ouvrent, vous offrant la confiance en même temps qu'un bon dîner. "La pauvreté est une voie vers la joie parce qu'elle ouvre un espace illimité d'accueil. Quand on n'a rien, on est obligé d'ouvrir les mains, et on se dispose à tout recevoir."

Au cours de son périple, Charles Wright dresse un état des lieux du christianisme. Tous ces villages jadis construits autour des églises semblent avoir perdu leur phare et les messes du dimanche ne font plus recette. "Il faut être aveugle pour ne pas voir qu'en France le christianisme connaît une éclipse, un passage par le vide, une traversée des tombeaux." nous dit-il. "Du Christianisme, il ne reste que des lambeaux: le culte des morts, les enterrements, la Toussaint, les Rameaux..."
Cette désertion pourrait le faire douter mais pas de regrets ni d'amertume pour notre apprenti jésuite. Franciscain qui s'ignore ou infiltré, celui-ci voit Dieu en toute créature vivante et au fond se fiche bien des églises. Un âne, une vache le mettent en joie. Pour lui, l'amour est dans le pré et non dans le kitsch des statues en plâtre.

Mais il est tout de même légitime de s'interroger. Dans ce monde d'images et de vitesse, cela a-t-il encore un sens de vouloir devenir moine? A écouter nos politiques, la valeur d'un homme ne se mesure qu'à l'aune de son utilité sociale. Et quoi de plus inutile qu'un moine?
Pourtant Charles Wright croit en un avenir pour ces hommes qui vivent hors de la course. "L'époque a besoin d'hommes de silence, de solitude et de prière. On ne peut pas vivre indéfiniment sans orienter son regard du côté des étoiles".
Des étoiles, nos deux novices vont en voir beaucoup, eux qui dorment le plus souvent en plein air. Et peu à peu, ils prendront goût à cette vie qui va de l'avant, sans savoir où elle va. "La vie errante est la liberté à l'état pur."

Loin des radios qui déroulent l'information en continu, loin des réseaux sociaux qui réagissent trop vite et trop fort à la moindre chose, nos deux hommes vont se reconnecter à la nature et à leur intériorité." Quand on se coupe du vacarme ambiant, qu'on se dégage de l'écume, l'âme s'allège et se dilate. On devient attentif à ce qui compte vraiment et se produit souvent sans bruit, dans le secret, loin des caméras: un lever de soleil, l'apparition d'une bête, le souvenir d'un être cher."

Oh bien sûr il y a des moments de découragement, quand la nuit tombe et que l'avarice garde les portes fermées. Quand il faut dormir dans la pluie et le vent. Quand les coutures de vos chaussures vous lâchent sur un chemin de pierrailles. Ou quand l'autre vous agace, cet autre avec lequel vous cheminez mais que vous n'avez pas choisi. C'est presque rien mais ça vous titille jour après jour, ses petites manies. C'est aussi cela le chemin des estives, un chemin d'acceptation et de fraternité. Apprendre à s'oublier pour mieux découvrir l'Autre.

De belles rencontres, ils en feront. Des gens de peu qui partageront leur repas ou leur prêteront une chambre. Sans surprise, ce ne sont pas les plus riches ni les plus dévots qui seront les plus généreux. Les jardins des maisons bourgeoises ont de hauts murs pour se protéger des mendiants. "C'est une peine de l'avouer: jusqu'ici, ce n'est pas chez les chrétiens patentés que nous avons reçu le meilleur accueil..." Mais ils vivront des soirées mémorables en compagnie de vieux retraités ou de marginaux retirés du monde. le hasard (ou faut-il l'appeler Dieu?) finissant toujours par mettre un bon samaritain sur leur route.

Ainsi Charles Wright chemine, se nourrissant des pensées de Charles de Foucauld et de la poésie de Rimbaud, deux hommes qu'il admire, deux hommes qui vivaient en dehors des normes et qui poussaient toujours plus loin la découverte et le chemin.
"L'homme n'existe-t-il pas que dans le mouvement qui l'ouvre à l'infini? N'y a-t-il pas dans son coeur un appel à ne jamais se contenter du rivage?"

Mais comment Charles Wright, nourri de la pensée de ces hommes épris d'absolu et de liberté pourrait-il finir ses jours cloîtré dans un monastère? Les paysages sauvages du Massif Central ont exercé une fascination sur son esprit. La vie de pèlerin lui a donné le goût d'une vie humble mais sans contrainte. "La sobriété n'est pas la vie à basse intensité." nous dit-il.
Aussi, sans surprise, l'auteur quittera le noviciat à la fin de cette aventure pour s'installer dans une vieille ferme en Ardèche. Il y écrira son récit et d'autres ouvrages encore. C'est décidé, l'homme ne sera pas moine mais écrivain, ce qui est une autre façon de se cloitrer.

J'ai refermé le chemin des estives" à regret, tant je m'étais attachée à ces deux-là, tant j'enviais leur confiance et leur foi inébranlable. Et si c'était le "hasard" qui avait mis ce livre sur mon propre chemin? Croyant, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ou pas du tout, ce Chemin des estives est à mettre entre toutes les mains, chacun pouvant y puiser sa manne. Charles Wright ne fait ni angélisme ni prosélytisme. Il nous ouvre simplement son coeur et nous invite à partager ses réflexions. Et comme l'homme est cultivé, intelligent et plein d'humour, je vous assure qu'on ne s'ennuie pas une seconde au cours de ce voyage.
D'ailleurs, conquise par cet idéal du peu et de l'instant présent, je lui laisse le mot de la fin:
"Ne partageant pas le credo actuel selon lequel une vie réussie est une vie remplie, je prends plaisir à gaspiller les heures, à me délecter du vide, à écouter le silence. En guise de télévision, la fenêtre de ma chambre découpe un bout de montagne et de ciel bleu."
Commenter  J’apprécie          577
Une ode à la liberté, découvrir et se redécouvrir entre les monts d'Auvergne. Oser penser et oser vivre simplement sans l'injonction des ondes !

L'étonnante invitation au voyage, de Charles Wright, est servie par la savoureuse métaphore de Rimbaud, " j'irai par les sentiers, picoté par les blés", "rêveur, j'en sentirai la fraîcheur, à mes pieds".

Et en même temps citant "arides et desséchés sont les chemins, qu'il faut suivre"... Charles Wright semble se contredire. La fin de la phrase, " jusqu'à la source", dévoile le propos, vivre avec son corps toutes les rencontres, mais soutenir aussi une autre quête : quelle sera ma place demain dans ce monde ?


L'exercice de la marche est peut être une mode, l'envisager comme un temps de repos ou de recul, une nécessité. Inverser toutes nos priorités devient les premiers jours une pirouette insensée, stupide ou dangereuse pour les uns, après 5 jours de marche, changer l'ordre de ses ultimes devoirs, une évidence.


Beaucoup ont adoré Sylvain Tesson et ses Bois noirs, d'autres Stevenson et son âne...Combien sont émus de raconter leurs St Jacques. Charles et Benoît Parsac difficilement miscibles forment un couple bancal qui à pas comptés finiront par aplanir leurs amertumes pour mieux optimiser l'attelage.

L'invitation de Charles Wright n'est pas d'aller à la découverte du plus déprimant des parcours. Au coeur de la France, un espace unique nous ouvre des paysages et des sentiers à saisir d'émotion le plus desséché de nos citadins. L'Auvergne déversera tout au long de leurs découvertes une nature démesurée. Les arbres centenaires vous livreront les notes cristallines, de leurs locataires musiciens, des oiseaux perchés sur les plus hautes branches.


Tout devient émerveillement et l'accueil des pèlerins engendre une richesse indicible dans le calme des repas partagés d'une lenteur auvergnate. C'est le temps que nos deux compagnons, cultivent pour abuser des pauses. Les siestes et les lectures voient défiler Julien Gracq, Rimbaud, La Roche Foucauld, Camus, le Tao, Chardin, Homère....

On commence à comprendre que la sobriété n'est pas une vie de basse intensité, avouent-ils, page 167. " Ces petits riens si on sait les saisir, révèlent leur poids de beauté et de mystère."

Au terme de ce sentier les deux novices suivront deux chemin différents, l'un devenant Jésuite, Charles trop sensible à son besoin de grande liberté poursuivra sa route en dehors du noviciat.
Commenter  J’apprécie          450
Voici donc l'aventure de deux novices jésuites, temporairement pèlerins mendiants, jetés à pied et sans argent, sur les chemins qui les mèneront d'Angoulême à l'abbaye Notre-Dame des neiges.
Ce pèlerinage imposé aux novices est un très judicieux révélateur de la nature authentique de leur foi car, au-delà de la véritable épreuve physique, à la croisée des chemins, l'acédie les guette.

C'est curieux comme l'écriture de Charles Wright m'a immédiatement et craintivement fait penser à celle de Sylvain Tesson.
Craintivement, car je n'aime pas l'arrogance bourgeoise et éthylique de ce dernier.

trois liens unissent « le chemin des estives » et « Dans les forêts de Sibérie »
Le désir de rupture, la convocation d'auteurs et l'énoncé de pensées.

Chez Tesson, Les références aux auteurs catalyseurs de son esprit sont un déballage prétentieux, chez Charles Wright, elles sont un véritable point d'appui, un socle sur lequel poser les pieds sur les chemins.
Néanmoins ces références à Arthur Rimbaud, à Charles de Foucauld m'ont paru un peu trop présentes, presque obsessionnelles. le thème du livre m'invitait plus parmi les vaches et les puys, voire l'introspection, les rapports avec la foi, les difficultés de compréhension des non croyants, les églises désertées et à la suspicion au lieu de la bienveillance. Je ne m'attendais pas à lire des biographies d'auteurs.

Allez, je continue sur ma lancée : Même les « pensées » assenées – autre point commun aux deux auteurs – n'ont pas la même épaisseur. Banalités et évidences chez l'un, elles deviennent nettement plus spirituelles - certes, sous des aspects parfois enfantins ce qui n'est pas un défaut - chez l'autre. L'autre étant Charles Wright, vous l'avez compris.

Je sais, on ne peut pas plaire à tout le monde, et ceci n'est que mon impression.

Donc, bien que la forme et le style de ces deux témoignages les unissent, nous sommes ici à l'exact opposé d'une prétention mal déguisée en humilité, d'un retrait de la société très assisté et très alcoolisé.
En parcourant le chemin des estives, nous sommes dans l'humilité authentique, la rupture totale avec la société des injonctions. Et pourtant, pas de Sibérie, juste ce magnifique Massif Central, à deux pas de chez nous

Un témoignage qui m'a beaucoup plu : simple, sincère, authentique sur la nature humaine, notre société et sur la foi chrétienne d'un homme droit qui ne pourra jamais se soumettre à des entraves, de quelque nature qu'elle soit….



Commenter  J’apprécie          4013


critiques presse (1)
LeFigaro
06 mai 2021
L’auteur a traversé à pied le Massif central sans argent, ni tente, ni téléphone. Une expérience initiatique décapante.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (153) Voir plus Ajouter une citation
Pour moi, je tiens à cette opinion, quand bien même elle ferait de moi un hérétique: les animaux ont une âme. Je refuse d'être sauvé sans les bêtes. Que ces dernières soient laissées sur le parvis de nos églises m'indispose hautement. J'aimerais qu'elles aient le droit d'entrer, qu'elles chantent avec nous la grande louange des vivants. Et si l'au-delà existe, je ne conçois pas d'y voguer sans des ânes, des vaches, des moutons, des chiens et des volées d'oiseaux.
Commenter  J’apprécie          213
À la liste des droits de l'homme, Baudelaire suggérait qu’on ajoutât « le droit de se contredire et le droit de s'en aller ». L’aventurière Isabelle Eberhardt revendiquait, elle, le « droit à l'errance et au vagabondage ». Dans Heures de Tunis, elle écrit : « Pour qui connaît la valeur et aussi la délectable saveur de la solitaire liberté, l'acte de s'en aller est le plus courageux et le plus beau. » Je me suis toujours senti de mèche avec les gens qui enferment leurs vies dans une valise et qui s'en vont. Rimbaud, Casanova, Charles de Foucauld, Kerouac, Benoît-Labre, une mystérieuse parenté m’attire depuis toujours vers ces destins de moines, de pèlerins, de vagabonds célestes. Ces irréguliers ont eu le courage de rompre. Ils ont pris la tangente comme on prend le maquis.

L’année dernière, un concours de circonstances m'a donné de marcher sur les pas de ces détachés. Le hasard a de l'humour : plus de vingt ans après la fugue, il m'offrait gratis l'occasion d'une nouvelle échappée

Pour expliquer cette incongruité, Je dois faire mon coming out chrétien. J'ai bien conscience qu’afficher cette qualité n'est pas la meilleure façon d'entrer dans un livre. Avouer par les temps qui courent que renseignement d'un charpenrier juif donne du sel à votre vie, la conduit même vers les profondeurs, c'est se condamner à récolter des haussements d'épaule.

Manifestant un certain dédain pour les modes, je m'accommodais de cette relégation. J’avais découvert que les béatitudes valaient leur pesant d'or. À les prendre pour balise, l'existence voguait vers des bonheurs qui surpassaient les engouements du moment.
Commenter  J’apprécie          350
Que le christianisme soit perçu comme une religion qui donne le bourdon me semble incongru au possible. Pour moi, c'est la religion de la vie intense, un grand éclat de rire, comme celui que laisse échapper Sarah quand elle apprend qu'à son vieil âge, elle va enfanter un fils, Isaac, qui signifie « Dieu rit ».

Le christianisme est joie, jubilation, allégresse, c'est une religion solaire, celle qu'expriment avec tant d'allant François d'Assise, Charles de Foucauld, Séraphim de Sarov, Aliocha et le staretz Zozime dans Les Frères Karamazov. Comment en serait-il autrement ?

Quand on sait que le néant n’a pas le dernier mot, on est gagné par une franche gaieté et une folle envie de danser...
Commenter  J’apprécie          411
- Margeride, Aubrac, Causses, Cévennes : les quatre régions qui forme la Lozère sont des solitudes. Ce département est une addition de déserts, dis-je, fasciné.
- Oui, il bat tous les records, mais c’est inversés. C’est le département le moins peuplé de France, avec la plus faible densité au kilomètre carré, le plus petit chef-lieu, la plus petite sous-préfecture. On dirait qu’il s’excuse d’exister, qu’il veut disparaître, ne pas se faire remarquer.
- Ce mauvais élève à d’autres arguments à faire valoir. A l’heure du cloud et de l’homme augmenté, l’irruption de ce désert, avec ses rocailles, ses troupeaux, son silence, nous ramène au point de l’origine. Dans ce royaume du pur espace et du rien, on peut éprouver comme nulle par ailleurs une sorte de conjugalité fabuleuse avec le monde. Une incomparable qualité de solitude, aussi. (p 305/306)
Commenter  J’apprécie          322
C’était en 1996. Jacques Chirac était président de la République. Sa jovialité et sa classe décontractée avaient tiré le pays de la torpeur bourgeoise des années Balladur. Pendant l'hiver, une ambiance de kermesse s'était répandue dans Paris après que les bottes de Juppé eurent jeté les gens dans la rue. Nous vivions encore sous l'ancien régime : Internet balbutiait, les téléphones portables n'existaient que dans l'imagination d'ingénieurs fous. Les existences se déroulaient sans textes, ce qui n'était ni sans charme, ni sans désagrément. Ainsi, quand nous devions œnter fleurette, il fallait franchir la douane des parents :

— Bonjour madame, pardon dc vous déranger, pourrais-je parler à Camille s'il vous plaît, de la part de Charles ?

Le Top 50 passait en boucle les chansons d’Oasis, dc Doc Gynéco et Lemon Tree, Ie tube des Fools Gardens.

Raphaël et moi avions quatorze ans. Notre amitié avait éclos sur les bancs d'une école maternelle du quartier Mouffetard.
Commenter  J’apprécie          250

Videos de Charles Wright (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Charles Wright
Grande Soirée « CANONISATION DE CHARLES DE FOUCAULD : un saint pour aujourd'hui ? » à la librairie La Procure Paris VIe le jeudi 19 mai 2022, animée par Antoine Bellier, éditeur aux éditions Salvator.
Les trois invités étaient : • Charles Wright ; • Mgr Claude Rault ; • Margarita Saldaña Mostajo.
Charles Wright : Écrivain et journaliste, il vit entre l'Ardèche et Paris. Il est notamment l'auteur d'un livre très remarqué (prix littéraire Europe 1-GMF ; Prix de la liberté intérieure 2021) : le Chemin des estives (Flammarion en 2021) et récemment réédité en version poche chez J'ai lu. Il a également publié une biographie de Dom Louf : le Chemin du coeur. L'expérience spirituelle d'André Louf (Salvator en 2017).
Claude Rault : Prêtre de la Société des Missionnaires d'Afrique (Pères Blancs) et évêque de Laghouat de 2004 à 2017, il a longtemps vécu en Algérie où il a oeuvré avec beaucoup d'autres chrétiens au dialogue islamo-chrétien. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages dont Désert, Ma cathédrale (DDB, 2008) et Jésus, l'homme de la rencontre (Chemin de dialogue, 2020).
Margarita Saldaña Mostajo : Laïque consacrée au sein des Petites soeurs du Sacré-Coeur de Charles de Foucauld, journaliste de formation et théologienne, elle est également aide-soignante à la maison médicale Jeanne Garnier à Paris. Elle a publié plusieurs livres dont : le Mystère de la vie cachée : comment habiter le quotidien à la manière de Jésus (Lessius, 2021) et Terre de Dieu. Pour une spiritualité de la vie quotidienne (Salvator, 2022).
+ Lire la suite
autres livres classés : marcheVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (730) Voir plus



Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1827 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..