AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782080236463
300 pages
Éditeur : Flammarion (27/01/2021)
3.72/5   27 notes
Résumé :
" Partout, il y avait trop de bruit, trop de discours. Un jour, j'en ai eu marre de cette frénésie et je suis parti. Certains vont chercher le bonheur en Alaska ou en Sibérie, moi je suis un aventurier de la France cantonale : je lorgne du côté d'Aubusson, du puy Mary et du plateau de Millevaches... "

Sans le moindre sou en poche, misant sur la générosité des gens, un jeune aspirant jésuite s'échappe de la ville et de la modernité avec le désir de re... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
ElvireDebord
  11 avril 2021
Charles Wright, qui nous avait offert en 2018 un livre admirable sur la vie de Dom Louf intitulé le chemin du coeur que j'avais chroniqué ici, nous propose ici un autre chemin, un chemin plus personnel. A 37 ans, à l'occasion de son noviciat chez les Jésuites qu'il finira par quitter, il lui est demandé, avec un autre compagnon de route, d'expérimenter pendant un mois la vie d'un pèlerin mendiant. Et il part, avec un sac à dos, sur les chemins de la Creuse, du Massif central, de la France cantonale comme il le dit lui-même, en direction de Notre-Dame des Neiges. Ce livre est le fruit de ce qu'il a noté jour après jour, avec Rimbaud dans une main et l'Imitation de Jésus-Christ dans une autre.
Charles Wright ne ménage pas sa peine à nous décrire son parcours, ses déconvenues, ses joies, ses difficultés, l'hospitalité des gens qu'il croise, les églises fermées, une France presque oubliée de gens simples que l'agitation des grandes villes n'atteint pas. Il nous offre de très belles pages sur la nature, les vaches qu'il affectionne particulièrement, la pauvreté évangélique, l'abandon, la confiance. En érudit qu'il est, il émaille son livre de belles citations qui prennent tous leurs sens à l'orée de son dénuement, de ses longues marches et paysages souvent désertiques.
Lien : http://alarecherchedutempspr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
thibautgirardihs
  18 juillet 2021
Un récit personnel, authentique, initiatique. On suit Charles au gré de son mois de vagabondage au frais de la Providence dans le Massif Central avec son compagnon jésuite. Expérience spirituelle, expérience de soi, expérience humaine. Tout se lie dans ce récit aéré au vent des hautes terres du centre de la France.
Il marche avec des livres à la main comme des boussoles de mots, qui sont comme en quelques sortes les clés herméneutiques : la poésie de Rimbaud, L'imitation de Jésus Christ. D'un même geste existentiel et avec génie, il rassemble ce qui semble au premier abord disparate : les points communs entre Arthur Rimbaud et Charles de Foucauld sont pléthores ! Il déplace les convenances littéraires, repousse les frontières de l'Eglise (en a-t-elle ?) et fait des liens qui ouvrent en nous des horizons nouveaux.
Croustillant d'anecdotes, on lit sans lassitude ce récit, pressentant la décision qu'il va prendre à la fin de son noviciat chez les Jésuites. Sur ce point, je le trouve dur au sujet de la Compagnie de Jésus. Elle n'est pas ce qu'il dit. Ce vagabondage si authentique soit-il laisse parfois un arrière-goût adolescent. On sait tous que cette vie ne peut pas durer. Aimer, c'est dépendre, s'attacher, se mêler dans un quotidien, avec les mêmes gens. Là se mesure l'amour. On pressent que lors de ce voyage l'auteur est passé d'un extrême à l'autre : d'une vie surmenée et connectée à une vie dépouillé et d'errance, sans attache. Je suis convaincu qu'il reviendra à une position plus mesurée, comme le pendule trouvant sa position de repos. Car là est la logique de l'amour. Sans attache communautaire, conjugale, amicale, il n'y a pas de vie charitable.
Malgré cela, ce livre vaut vraiment le détour ! le style est très bon, et personnel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
blanchedep
  03 août 2021
Charles Wright est un homme brillant. Après des études d'histoire, il travaille dans une vie trépidante pour un ministre, dont il écrit les discours. Homme actif, qui ne cache pas ses conquêtes féminines, il comprend que sa vie passée à courir n'a pas de sens, et commence une longue recherche de lui-même.
Il entre d'abord à l'abbaye de Lérins, où il reste un an, puis est admis au Noviciat des jésuites, rue de Sèvre à Paris.
Parmi la formation proposée aux jeunes jésuites, on lui propose de vivre le « mois mendiant » : un mois de marche sans argent, en compagnie d'un autre novice jésuite. Comme Charles est fasciné par Charles de Foucauld, qui a commencé sa vie de moine à la trappe de Notre-Dame-des-Neiges, il imagine un parcours qui traverse, globalement, le Massif Central, d'Angoulême jusqu'au monastère trappiste. Il a en poche les oeuvres complètes d'Arthur Rimbaud, poète qu'il affectionne, et l'Imitation de Jésus-Christ, livre spirituel reconnu entre tous.
Charles est en quête d'absolu, de grandeur, de silence, de contact avec la nature, de calme, de paix… Il sera comblé par l'immensité des paysages qu'il va traverser.
Les deux novices, sans argent, sans avoir le droit de dire qu'ils sont jeunes religieux, « font la manche » de village en village, rencontrent des personnes qui leur donnent à manger, ou un toit, ou discutent avec eux. Charles a une grande facilité pour se lier d'amitié avec les gens, et comme manifestement il inspire confiance, plusieurs personnes se confient à lui. Beaucoup ont traversé des moments difficiles.
Le récit est fabuleux, le vocabulaire est riche, le style exceptionnel : il s'agit d'un récit de grande qualité. Preuve en est que l'on ne s'ennuie pas (en tout cas, je ne me suis pas ennuyé !) et que l'on a envie de parcourir le chemin que nos deux novices viennent de traverser.
On peut tout de même être un peu surpris par ce type de formation pour des apprentis religieux. Formation dans laquelle la prière est peu présente, l'eucharistie dominicale uniquement. On pourrait presque penser qu'il s'agit d'une formation pédagogique ou psychologique, mais pas d'une formation spirituelle. Pour comprendre ce que je veux dire, « on n'emmène pas des apprentis joueurs de foot faire du saut à la perche ». J'ai essayé d'en savoir plus sur ce « mois mendiant », mais je n'ai pas trouvé beaucoup d'informations à ce sujet.
Enfin, Charles Wright nous fait régulièrement part de son insatisfaction face à la vie contemporaine ; son désir de liberté lui fait refuser toute organisation quelle qu'elle soit.
« Un corps de religieux ? Comme le périple au Massif Central me l'a révélé, je suis bien trop sauvage pour m'incorporer à un groupe, être assigné à résidence, fixé dans un lieu ».
« Un ordre sacerdotal de l'Église ? La traversé des hautes terres m'a définitivement converti à la religion buissonnière. »
Oui, comme Charles Wright, nous sommes beaucoup à ressentir cet appel de la nature, cette joie profonde devant la Création. Mais Charles Wright n'a peut-être pas encore perçu que cet soif d'infini n'est comblée que par le don de soi.
Il est d'ailleurs assez curieux que dans la présentation vidéo du livre (ci-dessous) l'auteur parle de son appel de la nature, de la beauté des paysages... comme si son périple n'était qu'un simple parcours sportif pour fuir les grandes villes, alors que l'autre problématique fondamentale du livre est tout de même sa vocation jésuite.
Si la vie n'est pas donnée, elle est stérile, « si le grain de blé tombé en terre ne meurt, il ne donne pas de fruit ».
Lien : https://blog.peuterey-editio..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Cathy81
  14 septembre 2021
L'auteur, jeune aspirant jésuite part avec Benoît, autre aspirant pour un périple en France qui les mènera d'Angoulême à Notre-Dame -des-Champs. Sans le sou, ne comptant que sur la générosité des rencontres pour le gîte et le couvert, nos deux compagnons traversent la France. Entre road-movie et récit d'aventure, l'auteur nous dresse un portrait de la France profonde et rurale. A fil des jours, nous partageons leurs réflexions, leurs intérêt pour Rimbaud et Charles de Foucault, autre voyageurs...
Nul besoin de partir loin pour s'évader ou voyager, j'ai retrouver dans ce récit les sensations éprouvées cet été en randonnant 3 jours avec une amis, sans rencontrer âme qui vive, cependant le gîte et le couvert étaient prévus!
Marcher ainsi en pleine nature est une immense liberté, parfaite pour se reconnecter! Ce récit est très émouvant par les rencontres et les confidences de toutes les personnes qui ont accueillis ce duo. Récit intelligent et positif!
Commenter  J’apprécie          50
xalatan
  07 septembre 2021
Appréciant l'auteur, j'ai acheté ce livre sans hésitation, mais je suis déçue. le livre relate de belles rencontres , il y a comme un humour détaché, surtout vis-à-vis de son compagnon de route. Mais sa lecture ne m'a rien apporté. Peut-être ai-je été perturbée par l'évidence que l'auteur est en pleine recherche personnelle et qu'il ne sait plus trop où il va ?
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
LeFigaro   06 mai 2021
L’auteur a traversé à pied le Massif central sans argent, ni tente, ni téléphone. Une expérience initiatique décapante.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
Mline1Mline1   17 octobre 2021
Il me semblait que la vie d'un mortel ne consistait pas seulement à produire et à consommer. Je trouvais que se vouer à la recherche de l'absolu n'était pas moins noble que faire carrière dans le conseil ou la com.
Commenter  J’apprécie          00
ChedevCChedevC   14 octobre 2021
Au lieu de de légiférer sur l’écriture inclusive ou la fessée aux enfants, les hommes politiques feraient mieux de s’occuper de choses sérieuses, (p 307)
Commenter  J’apprécie          160
ChedevCChedevC   20 septembre 2021
- Margeride, Aubrac, Causses, Cévennes : les quatre régions qui forme la Lozère sont des solitudes. Ce département est une addition de déserts, dis-je, fasciné.
- Oui, il bat tous les records, mais c’est inversés. C’est le département le moins peuplé de France, avec la plus faible densité au kilomètre carré, le plus petit chef-lieu, la plus petite sous-préfecture. On dirait qu’il s’excuse d’exister, qu’il veut disparaître, ne pas se faire remarquer.
- Ce mauvais élève à d’autres arguments à faire valoir. A l’heure du cloud et de l’homme augmenté, l’irruption de ce désert, avec ses rocailles, ses troupeaux, son silence, nous ramène au point de l’origine. Dans ce royaume du pur espace et du rien, on peut éprouver comme nulle par ailleurs une sorte de conjugalité fabuleuse avec le monde. Une incomparable qualité de solitude, aussi. (p 305/306)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192
fanfanouche24fanfanouche24   15 septembre 2021
Pourtant, moi non plus, je ne suis pas engagé sur les sentiers de la gloire. A trente-sept ans, admettons-le, le bilan est pâlot: pas de femme, pas d'enfants, pas d'endroit où reposer la tête. En outre, mon compte en banque est faiblard, et je suis propriétaire de rien. Le scooter que je chevauchais à Paris, je l'ai donné à un ami en entrant au noviciat. Et le seul bien qui me reste-une bibliothèque richement pourvue-n'a guère de valeur marchande ou symbolique à l'heure du règne des écrans plats. (p. 57)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
thibautgirardihsthibautgirardihs   18 juillet 2021
Tout homme, et surtout le plus pauvre, le plus souffrant, le plus défiguré, est le sacrement du Christ, un ‘autre Christ’, dit saint Jean Chrysostome. Le christianisme est la religion qui voit le visage de Dieu dans le sourire du pauvre. Elle rapatrie dans l’humanité tous les laissés-pour-compte : les paralysés, les handicapés, les désespérés, les clochards, les naufragés…
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Charles Wright (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Charles Wright
Le Chemin des estives : récit Charles Wright Éditions Flammarion Collection Littérature française
Ce monde est tellement beau Sébastien Lapaque Éditions Actes Sud Collection Domaine français
Les Murs Blancs Léa Domenach Hugo Domenach Éditions Grasset Collection Littérature française
Être père avec saint Joseph : petit guide de l'aventurier des temps postmodernes Fabrice Hadjadj Éditions Magnificat
Le Courage de la nuance Jean Birnbaum Éditions du Seuil
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
509 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre