AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Prune Cornet (Traducteur)
ISBN : 280970046X
Éditeur : Editions Philippe Picquier (23/08/2008)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 34 notes)
Résumé :

Lorsque Yan et Ming se rencon¬trent, l’attirance est immédiate. Pourtant elles ont bien peu de choses en commun, si ce n’est qu’elles étudient dans la même université de Canton. Ming a dix-sept ans, elle est plutôt naïve et solitaire, vit dans un monde fait de livres, de musique et d’imagination. Yan a vingt-quatre ans, elle appartient à la minorité des Miao, elle est belle, sexy, provocante... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Annette55
  25 juin 2016
Ming est une jeune fille de dix -sept ans qui passe son temps à la bibliothéque de l'université de Canton, dans le sud de la Chine .
Passionnée de littérature, elle se réfugie dans ses bouquins, un univers complexe, tout en cherchant un sens à sa vie, un sens à l'univers.
Studieuse et sage, "l'Odyssée d'Ulysse "et autres chefs- d'oeuvre l'accaparent et la comblent ainsi que la musique, notamment le violon.
Lorsqu'elle rencontre Yan , âgée de vingt- quatre ans, une amitié indéfectible va les unir, un changement profond qui marquera la vie de Ming à jamais........
Pourtant, Yan est exactement le contraire de Ming.
Elle fume, sort beaucoup le soir, flirte avec les garçons, porte des vêtements sexy......
Ming l'accepte, l'admire, la vénère sans réserve avec sa vanité, son matérialisme , ses provocations et autres manipulations........
Ming fascinée par Yan , la devine entrée dans l'âge adulte alors qu'elle même est toujours une adolescente rêveuse.
La quatrième de couverture qui qualifie cette relation de " découverte de l'homosexualité "est très réductrice ..
Au contraire, nous sommes plongés dans la Chine moderne et les tabous sexuels qui accompagnent inévitablement les mutations de ce pays.
Nous observons le fossé qui sépare la vie en ville de la campagne.
Les étudiantes désirent rester en ville, quitte à arranger un mariage avec un citadin.
Cet ouvrage plaisant à lire m'a fait penser aux ouvrages de l'excellente :XIN RAN et son livre "Baguettes Chinoises".
Cette histoire un peu ambiguë bien sûr, d'amour transcendant , de pudeur, de sensualité , sans scènes crues , intense, nous rend cet ouvrage très attachant.
L'homosexualite nous dit- on n'existe pas en Chine.......(l'auteur le répète plusieurs fois ).sinon , elle serait fortement réprimée, est abordée de façon très pudique.
Un bon moment de lecture ce portait fin d'une jeune femme chinoise qui découvre la vie à l'université !, une opportunité pour découvrir la Chine moderne , ses multiples aspects et sa diversité , un récit débordant de vitalité, de perte , d'espoir et de passion! .
Vive les romans étrangers ! .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          341
Luniver
  06 août 2014
Ming est la fille de bonne famille idéale : studieuse, raisonnable, ses seuls passe-temps sont le violon et la fréquentation assidue de la bibliothèque de l'université. Mais les contraires s'attirent et quand elle rencontre Yan, les deux jeunes filles deviennent des amies inséparables. Yan n'a pourtant rien de recommandable : elle fume, elle sort beaucoup le soir, flirte avec les garçons et porte des vêtements sexy.
Pour les lecteurs qui ne se rendraient pas très bien compte de la dépravation de cette jeune fille, précisons que si les amourettes pour les étudiantes de dernière année sont tolérées à contre-coeur, elles sont réprouvées pour les premières années. Quant aux filles qui sortent avec un garçon au lycée, personne ne s'étonnera de les voir devenir prostituée quelques années plus tard. L'éducation sexuelle n'existe pas, et malgré leurs dix-huit ans, Ming et ses amies sont bien contentes de connaître quelques filles adeptes du vice pour leur apprendre les aspects techniques de la fabrication de bébé.
Ming est fascinée par son aînée, elle la devine entrée dans le monde adulte, tandis qu'elle-même est toujours en enfance. Elle cherche alors à l'imiter, à l'impressionner par des preuves de maturité, ce qui ne provoque que des sourires amusés. La relation qui les unit est fusionnelle, mais asymétrique, et la qualifier dans la quatrième de couverture de « découverte de l'homosexualité » me semble assez réducteur.
Ce roman est assez plaisant à lire. Si l'écriture n'a rien d'exceptionnel, l'immersion dans la Chine moderne est assez instructive. Outre la place de la sexualité et les tabous qui l'accompagne, on aperçoit le fossé qui sépare la vie en ville de celle de la campagne, les efforts des étudiantes pour ne pas y retourner, quitte à arranger un mariage avec un citadin.
Ce premier roman est plutôt réussi. Espérons que ça ne soit pas le dernier !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
cmpf
  29 mars 2017

Ming de souvient de ses années d'étudiante sur un campus universitaire de Canton. Jeune, 17 ans, assez solitaire, studieuse elle rencontre par hasard Miao, jeune fille de 24 ans qui est son exact contraire. Pourtant le courant passe entre elles. Mais il est difficile pour Ming, comme pour le lecteur, de connaître vraiment Miao.
La quatrième de couverture parle de découverte de l'homosexualité entre deux jeunes chinoises, cela me paraît exagéré. Il y a bien un peu d'ambiguïté mais pas de sexe.
Il y a beaucoup de détails dans ce roman, chaque geste est décrit. Les personnages également. Beaucoup de références aux vêtements. C'est un livre de fille.
L'auteur partage plusieurs points de sa biographie avec son héroïne, Ming. Ce roman est-il d'inspiration autobiographique ?
J'ai lu avec plaisir ce livre. Fan Wu ne semble pas en avoir écrit d'autre. Dommage.
Commenter  J’apprécie          180
naonow
  24 juillet 2014
Je l'ai dévoré. La quatrième de couverture parlait d'une histoire homosexuelle entre deux jeunes chinoises à l'université de Canton, mais c'est finalement assez exagéré. En tout cas, ce résumé semblait impliquer une relation consciente, consentante, mutuelle. A la lecture, il m'a semblé qu'il était surtout question de l'amour de l'héroïne pour sa meilleure amie, une fille charmante et manipulatrice, forte et fragile à la fois. Mais pas "d'exploration" de l'homosexualité ici. Si on sent bien que l'héroïne est amoureuse de son amie (sans vraiment se l'avouer, même dans une scène à la fin du livre où, dix ans plus tard, elle se rend dans un bar gay et est interrogée par une lesbienne sur sa relation avec son amie), cet amour n'est pas révélé, sauf peut-être au moment de leur séparation (moment très fort mais beaucoup de choses restent tues). Quoi qu'il en soit, ce petit malentendu n'empêche pas un très bon moment de lecture ; on reste accrochés. La fin, laissée en suspens, donne envie d'avoir une suite, mais c'est finalement sûrement mieux ainsi...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Marguerite87
  09 août 2010
J'ai adoré ce roman qui est le portrait d'une jeune chinoise à l'université qui y découvre tout de la vie. Je suis entrée dans l'intimité de cette jeune femme naïve, solitaire, intelligente et fan de littérature qui a grandit avec ses parents dans une ferme lors de la Révolution cuturelle. Malheureusement, la quatrième de couverture résume, selon moi, très mal ce récit. La relation entre Ming et Miao, auquelle il est difficile de coller une étiquette, n'est pas l'unique élément du roman comme on veut le suggérer. Leur histoire ambigüe d'amour et d'amitié, de pudeur et de sensualité, est belle et agréable à lire. Cependant, la vision de Ming sur la vie, sur l'éducation des filles et sur sa Chine natale m'a toute aussi fascinée. Ces jeunes universitaires, avec leur peu d'éducation en matière de sexualité, sont à des années lumières des étudiants d'aujourd'hui et d'ici. Il est assez étonnant d'apprendre par exemple que deux des quatre étudiantes de dix-sept ans de la chambre de Ming ne savent pas comment on conçoit un bébé.
Petit bémol: les premières conversations entre Ming et Miao m'ont semblées fausses. Elles me semblaient très stéréotypées. de plus, Yan Miao m'était légèrement antipathique au départ par son manque de modestie mais plus le récit avance, mieux c'est. Je m'y suis même attachée ! Ce ne sont que de petits agacements, rien pour gâcher une aussi magnifique lecture. Je retournerais avec bonheur en Chine avec une autre oeuvre de Fan Wu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
LuniverLuniver   04 août 2014
De temps en temps, les filles des chambres voisines venaient nous rendre visite juste pour jeter un œil sur le lit de Yishu. Elles se moquaient un peu de son obsession de l'ordre, ce qui ne les empêchait pas de prendre des photos de son lit et de les envoyer à leurs parents en prétendant que c'était le leur.
Commenter  J’apprécie          120
MelopeeMelopee   11 juin 2011
Comme je n'avais pas envie de rebrousser chemin, j'ai continué à marcher. La route avançait entre deux champs de coton et il faisait si sombre que je distinguais à peine ma main devant mon visage. Histoire de me tenir compagnie, je me suis mise à parler toute seule. Je me racontais que le ciel était un grand morceau de papier bleu clair obscurci par un ange polisson, que les champs de coton étaient couverts de fleurs roses et que si je ne les voyais pas, c'était parce qu'elles s'étaient endormies sous une couverture noire. Et plus je me parlais, plus je croyais à la réalité du ciel bleu et des champs rose. Ça a été une expérience merveilleuse. Le lendemain, je suis même retournée voir s'il y poussait vraiment des fleurs roses
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AlicanteAlicante   11 février 2014
Je n'avais jamais porté de soutien-gorge mais des brassières jusqu'à mon entrée à l'université. Sur les vingts filles de ma classes au lycée, trois seulement portaient un soutien-gorge sous leurs petits hauts en été. Les autres se moquaient d'elles en secret en les traitant de "femmes", la pire insulte pour des filles de notre âge. Ressenti comme une honteuse calomnie, ce terme sous-entendait que nous n'étions plus mignonnes ni jolies et mettait en doute notre pureté et notre innocence. Comme si ce qualificatif leur avait porté malheur, aucune de ses trois filles n'était entrée à l'université et l'une d'elle était tombée enceinte juste après le lycée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Annette55Annette55   25 juin 2016
"Et moi, telle une plante assoiffée en plein désert implorant le ciel de lui accorder la goutte d'eau salvatrice, j'attendais Miao Yan."
Commenter  J’apprécie          160
MadimadoMadimado   09 novembre 2011
Nous étions au petit matin d’une chaude journée de printemps. Les premières lueurs rougeoyantes du soleil levant se diffusaient dans la pièce par la porte entrebâillée. Elle était là, tourbillonnant dans la lumière de l’aube. Elle m’apparut tel un ange, si délicate, je n’avais jamais rien vu de plus beau. J’étais assise sur le bord de mon lit, mon coeur bondissait dans ma poitrine. je l’admirais, sans voix.

Puis, avec la soudaineté d’une porte qui claque, elle s’arrêta tout net.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : littérature chinoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
66 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre