AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782207505779
Denoël (13/06/1996)
3.55/5   56 notes
Résumé :
Se trouver en perdition dans l'espace, c'est assez inquiétant. Atteindre un monde proche et sombrer dans un océan sans fond, c'est plus grave. Se perdre enfin dans un dédale incompréhensible et vivant, c'est catastrophique. Massir aura-t-il assez d'ingéniosité et de volonté pour s'en tirer ? Ou bien ses os pourriront-ils dans le Temple du passé ?

Stefan Wul, pseudonyme volontairement bizarre d'un écrivain français, né en 1922, est l'auteur de onze rom... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  13 novembre 2014
La note est un peu sévère, mais des six ouvrages de Stefan Wul que j'ai lus pour l'instant c'est sans doute de loin le plus frustrant…
Ses récits associent imagination et évocation à des aspects scientifiques qui ont plus ou moins vieilli. Et souvent l'histoire pèche ou dans la caractérisation ou dans la narration. Ici, c'est la caractérisation qui laisse grandement à désirer et qui est le maillon faible du récit :
- le capitaine Massir est vraiment intéressant, mais on entre dans son esprit par éclipse alors que tout aurait dû tourner autour de lui
- le médecin stagiaire Jolt est assez touchant un geek fasciné par la force de caractère du capitaine Massir, mais n'est presque pas utilisé
- Raol le quartier maître disparaît peu de pages après avoir été sauvé par ses camarades… donc ne sert à rien
On saura beaucoup plus sévère avec le "Prométheus" de Ridley qui date de 2012 et qui est truffé d'incohérences de A à Z. Pour quoi cette référence ?


La première partie est excellente, très cinématographique dans sa mise en scènes donc pour le coup très moderne dans son traitement. Nous émergeons du chaos en même que le capitaine Massir émerge de ses hallucinations. Son vaisseau s'est crashé et il doit se dégager, se soigner, rallier l'équipage, sauver ce qui peut l'être, déterminer le lieu et la cause de crash, commencer les réparations qui s'imposent… Bref on est un peu dans les naufragés de l'espace. Sauf que de descriptions en description (très réussies d'ailleurs, le suspens étant maintenu un bon moment), la terrible vérité se fait jour : on est dans une version SF du mythe de Jonas et la Baleine !
J'ai tout de suite pensé à la scène de l'astéroïde dans "L'Empire contre-attaque" et plus encore à l'épisode 3x08 (Green Eyed Monster) de "Farscape", la série SF la plus fun de tous les temps. On est dans un archétype universel, mais comme ce roman est le seul de l'auteur français à avoir été traduit en anglais, tout est possible…
La deuxième partie est très inégale tant on alterne hard science truffée de jargon technique et poésie humaine ou inhumaine.

La troisième partie m'a plutôt laissé indifférent.

La quatrième partie nous amène vers l'inévitable dénouement.

Du coup, j'ai presque hâte de lire "Noô" du même auteur qui lui aussi puise à la fois dans la SF et dans la poésie antique.

Plaisant ou déplaisant le récit reste intéressant, et vu qu'il ne fait qu'une centaine de pages on ne perd son temps à le découvrir. N'empêche, il y avait quand même matière à faire une super histoire de SF, du coup je suis très curieux de savoir comment Ankama a modernisé le récit en l'adaptant en bande dessinée !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          361
lyoko
  30 décembre 2015
Quand on lit ce roman, la première chose à ne pas perdre de vue, c'est qu'il a été écrit en 1957.
Même si je n'ai pas été envoutée par ce livre, je dois une fois de plus tirer mon chapeau à Stefan Wul de l'avoir écrit en si peu de pages.
Si l'idée de base ne m'a pas particulièrement séduite (une fusée avalée par un monstre extra terrestre), j'ai beaucoup apprécié les manipulations génétiques (n'oublions toujours pas que nous sommes en 1957).
Il est vraiment dommage que ce roman ai mal vieilli parce que le fond est quand même bien imaginé.. et la chute finale surprenante.
Commenter  J’apprécie          363
gloubik
  07 mars 2022
Ce court roman a été publié pour la première fois en 1957 dans la collection Anticipation Fleur Noir. Puis édité en Pocket SF par les Presses de la Cité. Et moi, je me retrouve à lire un exemplaire imprimé en 1996 pour la collection Présence du Futur des éditions Denoël. Quelle n'est pas ma surprise de constater qu'il ne semble pas avoir été l'objet de corrections depuis son édition originale. Oh ! ce n'est pas grand'chose. Un article du mauvais genre par ci, un choix de vocabulaire surprenant par là. Mais ça fini par abaisser le niveau de satisfaction éprouvé à la lecture d'un roman plein de bonnes idées.
Le temple du passé ne restera pas dans mon souvenir comme le meilleur de Stefan Wul. Loin s'en faut. Mais il y a plein de bonnes petites choses. Il aborde le sujet des manipulations génétiques alors qu'il a été écrit à une époque où elles ne faisaient parties que des rêves les plus fous des chercheurs en biologie ou en médecine et d'un petit nombre d'auteurs de Science-Fiction. L'humain moyen n'en avait jamais entendu parlé et aurait certainement classé tout ça dans la catégorie des idées loufoques, voire dangereuses.
Que peut-on dire d'autre sans dévoiler la trame ? Qu'il s'agit pour la plus grande partie de l'histoire d'un huis-clos. Des personnes sont bloquées dans l'épave d'un vaisseau spatial sans même avoir la moindre idée de l'endroit où il se trouve. le lecteur les suit dans leur installation de fortune, puis dans leur tentatives d'améliorer leur situation avec l'espoir d'être secourues. La trame est crédible dans on ensemble. Mais certains trouveront peut-être que les ficelles sont un peu grosses.
À me lire, on peut avoir le sentiment que j'ai de bonnes raisons d'apprécier ce livre et, du coup se demander pourquoi je dis qu'il ne restera pas dans mon souvenir comme le meilleur de Stefan Wul. Hé bien, il souffre de la comparaison. En particulier de la mort vivante que j'avais tout simplement trouvé génial.
En bref : N'hésitez pas à le lire si vous en avez l'occasion, mais ne découvrez pas l'oeuvre de Stephan Wul en commençant par celui-là.
Lien : http://livres.gloubik.info/s..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
FeyGirl
  05 mai 2022
Je poursuis ma découverte de l'oeuvre de l'auteur avec ce court roman d'environ 150 pages.
Massir se réveille brutalement : son vaisseau spatial a été victime d'un accident. Quasiment tout l'équipage est mort, sauf son médecin stagiaire Jolt et le quartier-maître Raol. le vaisseau est dans un état catastrophique, les accès bouchés par la tôle tordue, les fuites nombreuses, et de violentes secousses menacent la structure. Que s'est-il passé ? Nos héros s'aperçoivent qu'ils sont dans le gosier d'un monstre. Vouiii. Un énorme monstre dont l'organisme est fondé sur une chimie à base de chlore et de silice…., avec des serpents suceurs en guide de parasites. Voilà. La bonne vieille SF est parfois épatante !
Comment se sortir de là ? Massir comprend que le monstre est dans les fonds marins d'une planète inconnue, et il a une idée de génie : il demande au médecin Jolt d'accélérer l'évolution de l'espèce du monstre, en réduisant des millions d'années à quelques mois. Parce que dans cet univers, voyez-vous, les scientifiques ont fait des recherches prometteuses sur le sujet. Ainsi le monstre, sorte de baleine géante, se transformera en batracien et ira sur la terre ferme. Simple comme bonjour. Donc Jolt s'exécute et le monstre évolue. Y-a-qu'à.
Stefan Wul reste un maître dans l'art du worldbuilding : les passages concernant le monstre et son monde sont fabuleux. Vraiment. Pourtant, j'ai été moins émerveillée que dans ses autres romans, la faute à des héros peu palpitants et des faits et gestes trop rapidement survolés. Car à première vue, l'enjeu est là : vont-ils s'échapper du monstre, réussir à réparer le vaisseau et voler à nouveau dans l'espace ? Même si s'esquisse en parallèle le thème de l'impact de l'homme sur la nature, les personnages restent froids, notamment le narrateur face à la mort de ses camarades, et leurs caractères ne sont jamais approfondis. Ce sont des personnages-fonction réduits à leurs actions dans l'histoire.
L'auteur avait une idée dans la tête — évidemment — et la fin est plutôt surprenante. En dépit de moments bien vus et d'une prose soignée, ce roman ne restera pas dans les annales, à cause d'un manque d'émotion alors que les événements dramatiques s'y prêtaient.

Lien : https://feygirl.home.blog/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          165
Pavlik
  10 avril 2014
J'ai récemment découvert Stefan Wul (dont le véritable nom est Pierre Pairault) grâce aux adaptation en BD de son oeuvre actuellement en cours chez ankama. Je suis pourtant un amateur de science-fiction mais je dois avouer que je ne connaissais pas. Il a écrit entre 1956 et 1959 12 romans parus dans la collection anticipation chez fleuve noir. Les quatrièmes de couvertures des BD nous affirment que c'est un auteur culte, dont nombre d'écrivains et dessinateurs se réclament aujourd'hui. Par ailleurs en me renseignant sur le net je me rends compte que le dessin animé les "Maitres du Temps", qui a marqué mon enfance, est adapté d'un de ses livres.
Je décide donc de lire le Temple du Passé qui trainait dans un stock de vieux livres de SF récupérés afin de leur épargner l'atroce et immorale épreuve du pilon. Finalement mon impression est assez mitigée. L'idée d'un vaisseau (ou plutôt d'une fusée) en perdition sur une planète inconnue, avalé par un gigantesque monstre marin parait presque loufoque au départ, même pour de la SF. Pourtant on y croit. Malheureusement, comme beaucoup de romans de cette époque, l'épreuve du temps a fait son oeuvre et les personnages (assez caricaturaux), les dialogues et les descriptions de la "fusée" paraissent datés. le vrai plus de l'histoire me semble être les descriptions du monstre qui, malgré l'emploi de termes scientifiques, révèlent une vrai poésie. La fin réserve une chute assez sympathique mais l'ensemble est un peu cours. Pour conclure, je dirais que je ne suis peut-être pas de la bonne génération pour considérer cet ouvrage comme autre chose qu'un livre de son temps ou que ce n'était pas le bon pour m'initier à l'oeuvre de Stefan Wul ou encore que j'ai été victime du plan marketing d'ankama. Peut-être y-a-t-il un peu de tout ça en même temps. Par contre les adaptations en BD que j'ai lues pour l'instant (Piège sur Zarkass et Niourk) sont d'excellentes facture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          108


critiques presse (1)
Bedeo   01 juillet 2014
Plongé dans les entrailles du vaisseau, il est difficile de lâcher prise ! Ce premier volume est angoissant, addictif, passionnant ! Bref lisez le !
Lire la critique sur le site : Bedeo
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
lyokolyoko   30 décembre 2015
"- Je suis un peu gené pour l'avouer, dit-il enfin. Je pense que si, dans ces circonstances, et de par mon métier, je suis le cerveau, vous, capitaine, vous êtes la volonté. Encore faudrait-il que la volonté ne surmenât pas le cerveau. Vous me demandez une chose inouie. Les mutations ont lieu (et rarement) d'une génération à l'autre. vous exigez la métamorphose d'un être à l'ontogénie achevée."
Commenter  J’apprécie          220
FeyGirlFeyGirl   04 mai 2022
Car bientôt, rassemblant sa masse sur des points précis, la peur pourrait inventer des tortures secrètes, serrer les gorges, tordre les nerfs, cravacher des images de panique.
Commenter  J’apprécie          70
merovechmerovech   24 novembre 2018
Il chancela soudain, se rattrapa d'une main à la rambarde tandis que Jolt pirouettait à l'autre bout de la pièce.
La fusée s'agitait comme un grelot géant, ballotant de la ferraille et de la chair morte à tous les étages.

[p.25]
Commenter  J’apprécie          20
PavlikPavlik   08 avril 2014
Il consommait de la splendeur avec la placidité d'un pourceau vautré dans les perles.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Stefan Wul (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stefan Wul

Castelnews #03 : Double sens, Adèle, Stefan Wul & Pouvoirs obscurs
Et voici la troisième Castelnews tant attendue ! Gros programme, cette fois, et pas seulement parce qu'on y évoque le programme des mois de mars et d'avril. Marie revient également...
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz de Niourk

Qui est Thôz ?

Le sage de la tribu
Le chef de la tribu
Une femme de la tribu
Un chien

5 questions
79 lecteurs ont répondu
Thème : Niourk de Stefan WulCréer un quiz sur ce livre