AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2207505774
Éditeur : Denoël (13/06/1996)

Note moyenne : 3.58/5 (sur 46 notes)
Résumé :
Se trouver en perdition dans l'espace, c'est assez inquiétant. Atteindre un monde proche et sombrer dans un océan sans fond, c'est plus grave. Se perdre enfin dans un dédale incompréhensible et vivant, c'est catastrophique. Massir aura-t-il assez d'ingéniosité et de volonté pour s'en tirer ? Ou bien ses os pourriront-ils dans le Temple du passé ?

Stefan WUL, pseudonyme volontairement bizarre d'un écrivain français, né en 1922, est l'auteur de onze rom... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  13 novembre 2014
La note est un peu sévère, mais des six ouvrages de Stefan Wul que j'ai lus pour l'instant c'est sans doute de loin le plus frustrant…
Ses récits associent imagination et évocation à des aspects scientifiques qui ont plus ou moins vieilli. Et souvent l'histoire pèche ou dans la caractérisation ou dans la narration. Ici, c'est la caractérisation qui laisse grandement à désirer et qui est le maillon faible du récit :
- le capitaine Massir est vraiment intéressant, mais on entre dans son esprit par éclipse alors que tout aurait dû tourner autour de lui
- le médecin stagiaire Jolt est assez touchant un geek fasciné par la force de caractère du capitaine Massir, mais n'est presque pas utilisé
- Raol le quartier maître disparaît peu de pages après avoir été sauvé par ses camarades… donc ne sert à rien
On saura beaucoup plus sévère avec le "Prométheus" de Ridley qui date de 2012 et qui est truffé d'incohérences de A à Z. Pour quoi cette référence ?


La première partie est excellente, très cinématographique dans sa mise en scènes donc pour le coup très moderne dans son traitement. Nous émergeons du chaos en même que le capitaine Massir émerge de ses hallucinations. Son vaisseau s'est crashé et il doit se dégager, se soigner, rallier l'équipage, sauver ce qui peut l'être, déterminer le lieu et la cause de crash, commencer les réparations qui s'imposent… Bref on est un peu dans les naufragés de l'espace. Sauf que de descriptions en description (très réussies d'ailleurs, le suspens étant maintenu un bon moment), la terrible vérité se fait jour : on est dans une version SF du mythe de Jonas et la Baleine !
J'ai tout de suite pensé à la scène de l'astéroïde dans "L'Empire contre-attaque" et plus encore à l'épisode 3x08 (Green Eyed Monster) de "Farscape", la série SF la plus fun de tous les temps. On est dans un archétype universel, mais comme ce roman est le seul de l'auteur français à avoir été traduit en anglais, tout est possible…
La deuxième partie est très inégale tant on alterne hard science truffée de jargon technique et poésie humaine ou inhumaine.

La troisième partie m'a plutôt laissé indifférent.

La quatrième partie nous amène vers l'inévitable dénouement.

Du coup, j'ai presque hâte de lire "Noô" du même auteur qui lui aussi puise à la fois dans la SF et dans la poésie antique.

Plaisant ou déplaisant le récit reste intéressant, et vu qu'il ne fait qu'une centaine de pages on ne perd son temps à le découvrir. N'empêche, il y avait quand même matière à faire une super histoire de SF, du coup je suis très curieux de savoir comment Ankama a modernisé le récit en l'adaptant en bande dessinée !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          351
lyoko
  30 décembre 2015
Quand on lit ce roman, la première chose à ne pas perdre de vue, c'est qu'il a été écrit en 1957.
Même si je n'ai pas été envoutée par ce livre, je dois une fois de plus tirer mon chapeau à Stefan Wul de l'avoir écrit en si peu de pages.
Si l'idée de base ne m'a pas particulièrement séduite (une fusée avalée par un monstre extra terrestre), j'ai beaucoup apprécié les manipulations génétiques (n'oublions toujours pas que nous sommes en 1957).
Il est vraiment dommage que ce roman ai mal vieilli parce que le fond est quand même bien imaginé.. et la chute finale surprenante.
Commenter  J’apprécie          353
Pavlik
  10 avril 2014
J'ai récemment découvert Stefan Wul (dont le véritable nom est Pierre Pairault) grâce aux adaptation en BD de son oeuvre actuellement en cours chez ankama. Je suis pourtant un amateur de science-fiction mais je dois avouer que je ne connaissais pas. Il a écrit entre 1956 et 1959 12 romans parus dans la collection anticipation chez fleuve noir. Les quatrièmes de couvertures des BD nous affirment que c'est un auteur culte, dont nombre d'écrivains et dessinateurs se réclament aujourd'hui. Par ailleurs en me renseignant sur le net je me rends compte que le dessin animé les "Maitres du Temps", qui a marqué mon enfance, est adapté d'un de ses livres.
Je décide donc de lire le Temple du Passé qui trainait dans un stock de vieux livres de SF récupérés afin de leur épargner l'atroce et immorale épreuve du pilon. Finalement mon impression est assez mitigée. L'idée d'un vaisseau (ou plutôt d'une fusée) en perdition sur une planète inconnue, avalé par un gigantesque monstre marin parait presque loufoque au départ, même pour de la SF. Pourtant on y croit. Malheureusement, comme beaucoup de romans de cette époque, l'épreuve du temps a fait son oeuvre et les personnages (assez caricaturaux), les dialogues et les descriptions de la "fusée" paraissent datés. le vrai plus de l'histoire me semble être les descriptions du monstre qui, malgré l'emploi de termes scientifiques, révèlent une vrai poésie. La fin réserve une chute assez sympathique mais l'ensemble est un peu cours. Pour conclure, je dirais que je ne suis peut-être pas de la bonne génération pour considérer cet ouvrage comme autre chose qu'un livre de son temps ou que ce n'était pas le bon pour m'initier à l'oeuvre de Stefan Wul ou encore que j'ai été victime du plan marketing d'ankama. Peut-être y-a-t-il un peu de tout ça en même temps. Par contre les adaptations en BD que j'ai lues pour l'instant (Piège sur Zarkass et Niourk) sont d'excellentes facture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          108
Beatson
  31 juillet 2016
De la science-fiction des années 50s. Stefan Wul est toujours concis et facile à lire. Ce roman fourmille de curiosités, d'ingéniosité et d'imagination.
L'idée de base, celle de Jonas avalée par une baleine est revisitée à la sauce Wul mais la fin du roman surprend en offrant un nouvel éclairage sur toute la lecture.
Commenter  J’apprécie          40
penotpascal
  01 octobre 2012
De la bonne science fiction à la papa, beaucoup d'action, mais sera surement difficile à lire par la jeune génération.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
lyokolyoko   30 décembre 2015
"- Je suis un peu gené pour l'avouer, dit-il enfin. Je pense que si, dans ces circonstances, et de par mon métier, je suis le cerveau, vous, capitaine, vous êtes la volonté. Encore faudrait-il que la volonté ne surmenât pas le cerveau. Vous me demandez une chose inouie. Les mutations ont lieu (et rarement) d'une génération à l'autre. vous exigez la métamorphose d'un être à l'ontogénie achevée."
Commenter  J’apprécie          220
the_billthe_bill   24 novembre 2018
Il chancela soudain, se rattrapa d'une main à la rambarde tandis que Jolt pirouettait à l'autre bout de la pièce.
La fusée s'agitait comme un grelot géant, ballotant de la ferraille et de la chair morte à tous les étages.

[p.25]
Commenter  J’apprécie          20
BeatsonBeatson   31 juillet 2016
Le stagiaire se sentit écrasé par la force qui émanait de Massir, de sa façon de parler, de l’assurance tranquille de ses gestes. Le pilote appartenait à ce type d’hommes qui ne vieillissent pas de trente à quatre-vingts ans. Le genre indestructible. Jolt ne pouvait pas savoir que Massir vivrait encore pendant des millénaires. Non, cela, aucun des deux hommes ne s’en doutait à cet instant. Massir lui-même ignorait qu’il prononcerait ses dernières paroles quelque dix mille ans plus tard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
PavlikPavlik   08 avril 2014
Il consommait de la splendeur avec la placidité d'un pourceau vautré dans les perles.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Stefan Wul (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stefan Wul

Castelnews #03 : Double sens, Adèle, Stefan Wul & Pouvoirs obscurs
Et voici la troisième Castelnews tant attendue ! Gros programme, cette fois, et pas seulement parce qu'on y évoque le programme des mois de mars et d'avril. Marie revient également...
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quiz de Niourk

Qui est Thôz ?

Le sage de la tribu
Le chef de la tribu
Une femme de la tribu
Un chien

5 questions
50 lecteurs ont répondu
Thème : Niourk de Stefan WulCréer un quiz sur ce livre