AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070415601
192 pages
Éditeur : Gallimard (11/10/2000)
3.69/5   174 notes
Résumé :
Que sont devenus les hommes ?
Les survivants du grand cataclysme ont été recueillis par les draags, géants bleus aux yeux rouges, qui les ont emmenés sur leur planète, où le temps s'écoule beaucoup plus lentement que sur la Terre.
Asservis, domestiqués, ils sont devenus des oms, des êtres dégénérés au service de leurs nouveaux maîtres.
Mais peu à peu, menés par le jeune Terr, petit om d'une intelligence supérieure, ils retrouveront le goût de ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
3,69

sur 174 notes
5
5 avis
4
18 avis
3
8 avis
2
2 avis
1
0 avis

Verdorie
  17 octobre 2016
Avec les auteurs de SF post-atomique on avait presque pris l'habitude de voir disparaître une grande partie de l'humanité dans un explosif "boum" nucléaire. Ce 5ème roman de St. Wul, ecrit en 1957, dépeint également la fin de la civilisation humaine (et comment des extraterrestres géants -les Draags- ont adopté les (h)oms comme animaux domestiques), mais l'auteur expose l'idée d'une involution de notre espèce. Selon lui, l'homme a besoin de l'adversité d'une autre civilisation afin de resté stimulé et pouvoir évoluer aussi bien intellectuellement que technologiquement.
"Étroitement emprisonnés dans leurs lois et leurs règlements, les oms n'auraient plus éprouvé le besoin de penser. L'instinct aurait pris la relève de leur intelligence. Pourquoi réfléchir quand on mène une vie parfaite où chacun sait d'avance ce qu'il doit faire ? L'intelligence des oms se serait, comment dirais-je, atrophiée progressivement, comme un organe inutile. Il y aurait eu légère régression du niveau de vie, puis fixation. Ainsi se seraient arrêtés les progrès de leur civilisation."
Pour éviter cette sclérose, il faut aviver l'intelligence de l'homme et c'est d'ailleurs bien l'instruction qui est à l'origine d'un revirement de situation sur la planète Ygam.
Ce texte d'à peine 200 pages selon les différentes éditions et re-editions (surtout après l'adaptation en film d'animation par René Laloux en 1973 sous le titre "La planète sauvage") déroule un scénario à action rapide... ça va même parfois trop vite et le récit n'est pas exempt d'incohérences (le rythme de vie par rapport au temps qui s'écoule, p.e.).
On peut reprocher à Wul une certaine naïveté, voir légèreté de style mais cette franchise naturelle dans l'écriture possède à vrai dire le charme d'une histoire à déguster comme un réel petit plaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          566
finitysend
  06 mars 2014
Un texte sympathique et avenant ....
Les hommes poursuivent leurs aventures sur une autre planète comme animaux de compagnie en compagnie de géants extraterrestres .
C'est un peu une sorte de récit légendaire et héroïque , c'est une geste ..
Les hommes sont de petits animaux de compagnie qui vivent chez leurs maitres .
Certains s'échappent et vivent de menues rapines dans les jardins publiques .
Les maitres ne mesurent pas vraiment leur intelligence et toutes leurs potentialités .
Mais surtout , ils sont plus grands et ils vivent leur vie sur une échelle plus lente que les hommes , et cela généra pour ces derniers , un espace à exploiter pour définir et mettre en oeuvre une stratégie .
Le thème général est celui de la libération et de la liberté , vastes sujets !
C'est un récit bien écrit qui est à plusieurs niveaux de lecture , pour des adules , pour des adolescents ......
Les hommes sauvages feront ainsi la conquête de la liberté , tranquillement et en douce et assez spectaculairement finalement à un moment donné .
Ils réussiront peut-être , qui le sait ? à libérer aussi leurs congénères « domestiques « ?
Un récit qui se trouve être sur le fond à la limite du sérieux et de la fable .
Un texte qui est également un authentique planète opéra .
Ce texte est tout de même à l'origine d'un film d'animation excellent : la planète sauvage ..
C'est le premier film d'animation de science-fiction français . Ce métrage est remarquable et il fut en son temps remarqué ....
Il est resté dans les salles de ciné d'art et essais pendant près de de 15 ans !
L'auteur soulignons-le est un des géants de la SF francophone , peu connu je trouve , car finalement très peu de ses textes étaient disponibles .
Il existe des intégrales épuisées de ses textes chez Lefranc ( en deux tomes ) ... un éditeur belge. ...
Sinon , il y a une intégrale qui est sortie en France , enfin certains tomes .
C'est un auteur souvent assez haut de gamme du point de vue du style .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4713
Asterios
  26 mai 2020
Et si nous devenions des animaux de compagnie, comment ferions nous pour nous émanciper? Comment nous reconnaitrions nous en tant qu'appartenant à un même groupe et comment poursuivre un but commun? Sur quoi se fonde une civilisation?
L'auteur tente de répondre à ces questions en mettant sur le devant de la scène un spécimen charismatique et un peuple enclin au sacrifice. Un livre d'un autre temps avec des idées toujours d'actualité qui se lit avec un sourire en coin, plus pour l'histoire que pour le plaisir des mots.
Commenter  J’apprécie          440
lyoko
  28 décembre 2015
J'avais dit que je ne tarderais pas a faire la rencontre des roman de Stefan Wul.. c'est chose faite.
Les Oms sont asservis par les Draags (des géants extraterrestres). Ils deviennent en quelque sorte leurs animaux de compagnie : obéissants, fidèles et surtout idiots. Mais est ce vraiment le cas ?
Certains oms revent de se libérer du joug des Draags;
J'ai beaucoup aimé l'histoire de ce roman, qui tout d'abord crée un malaise avec les descriptions des conditions de vie des animaux de compagnie pour ensuite mettre le lecteur dans une position de rebellion qui le fait soutenir a 200% les oms.
C'est aussi le moyen de justifier que l'instruction est une chose importante dans la vie de tous les jours. L'auteur arrive également a montrer la volonté de l'om, la pugnacité de celui ci a gagner sa liberté et à démontrer qu'il vaut autant qu'un draag.
jJ'ai trouvé que ce roman mettait en réflexion le lecteur et c'est une bonne chose.
Wul est souvent qualifié d'auteur de SF pour ado.. Personnellement, je trouve qu'il l'est également pour adulte.
J'ai beaucoup aimé sa façon décrire. Ses romans se lisent vite parce qu'ils sont peu épais, mais surtout parce qu' il arrive de façon magistrale à nous mettres dans l'histoire sans de longues descriptions. Dans sa narration pas un mot de trop, il va droit au but sans diverger. Et ça paye. Je comprends du coup pourquoi tant de scénaristes et de dessinateurs de BD lui rendent hommage en ce moment. Ses histoires sont palpitantes et en même temps il leur a laissé grâce a sa plume toute liberté d'adaptation et d'imagination graphique.
Je dirais donc une très belle découverte
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3816
cicou45
  17 janvier 2014
J'ai découvert ce livre grâce aux conseils de mon mari, qui connaissait bien l'auteur et en avait gardé de très bon souvenirs d'adolescent. C'est un ouvrage qui se lit très rapidement, bien écrit et agréable à lire. Si je devais y mettre une note, je dirais en réalité 3,5 / 5 car j'ai bien aimé mais je ne dirais pas non plus qu'il s'agit d'une merveille (bref, vous m'aurez compris, mon opinion est divisé).
L'histoire se déroule sur la planète Ygam, divisée en six continents (deux naturels et quatre artificiels). Pas de problème pour retenir le non des deux continents principaux qui ne nomment respectivement A (nord et Sud) et B. Autre chose importante à savoir sur cette planète étrange est que une journée passée sur Ygam équivaut à 46 jours terrestres. Cette planète est dominée pas une race suprême, celle des Draags. Cependant, il ne faut jamais négliger les plus petits que soi (et cela les Draags vont l'apprendre à leurs dépends) ou encore ceux que l'on considère comme étant une race inférieure et que l'on estime, à tord, dénuées de raison. C'est le cas ici du peuple des Oms, une race que les Draags ont sauvé du cataclysme qui s'est abattu sur la planète Terre, les utilisant comme des animaux de compagnie (l'équivalent pour nous, humais, de nos chiens ou de nos chats).
Les Oms, beaucoup plus intelligents et certainement aussi beaucoup plus sensibles qu'ils ne voulaient bien le laisser croire, vont donc un jour, décider de se détacher de leur chaînes et d'être estimés à leur juste valeur. Guidés par Terr (diminutif de Terrible), ce peuple qui se reproduit très rapidement, va donc se préparer à une gigantesque Exode afin de ce rendre sur le "Continent Sauvage" afin d'avoir leur terre à eux. Cela ne vous rappelle-t-il rien ? Eh oui, j'y ai en effet trouvé de nombreuses allusions au peuple juif ainsi qu'à la religion chrétienne (notamment lorsque Terr prépare ses hommes à embarquer pour atteindre le "Nouveau Monde" et les sauver de ce qui se serait probablement terminé dans un bain de sang (Terr, ou Terrible si vous préférez, serait-il ici notre nouveau Noé ? A voir !).
Un livre original, dans lequel le lecteur se plonge facilement, n'ayant pas trop de difficultés à comprendre ce monde dont il ne connaît rien mais qu'il découvre très vite et apprend à aimer. A découvrir !
Ah, j'allais oublier, j'ai une grande préférence pour les Oms (et Omes) que j'ai trouvé très attachants mais, comme vous l'aurez compris, cela n'engage que moi...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          343


critiques presse (3)
BullesEtOnomatopees   12 février 2013
Ce premier tome d’Oms en série introduit parfaitement l’intrigue et définit clairement son univers. On apprécie notamment ce côté un peu suranné des dessins d’Hawthorne, qui rappellent par moment Moebius ou Druillet, et d’une manière plus générale une vision de la science-fiction époque 70/80.
Lire la critique sur le site : BullesEtOnomatopees
BulledEncre   29 novembre 2012
Une collection bien née, grâce à un gros travail en amont, des moyens et des idées, à l’image de la maquette des couvertures, magnifique.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
BoDoi   21 novembre 2012
L’ensemble a la saveur de la bande dessinée de SF des années 1980, remis au goût du jour juste ce qu’il faut pour qu’on dévore ces Oms avec un réel plaisir.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
PavlikPavlik   08 juin 2014
Voilà ce que nous avons provoqué ! Nous avons...détribalisé l'om, nous l'avons rendu à son individualité. Il y a certes perdu les trois quarts de ses instincts sociaux tyranniques, mais non son instinct grégaire. Et il retrouve en plus son intelligence, son goût de la liberté ; peut-être demain son goût de la conquête. Nous l'avons sorti de l'impasse de l'instinct pour le replacer sur la route du progrès.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151
cicou45cicou45   17 janvier 2014
"Quand une civilisation atteint son point de perfection, elle devient une gigantesque machine, incapable de progrès, et dont tous les membres ne sont plus que des rouages sans pensée."
Commenter  J’apprécie          260
valuniversvalunivers   14 novembre 2010
Les oms avaient connu autrefois une civilisation plus brillante, analogue à la nôtre, mais qu’il fallait voir dans sa perfection même la raison d’une sclérose progressive, d’une fixation du mode de vie. Etroitement emprisonnés dans leurs lois et leurs règlements, les oms n’auraient plus éprouvé le besoin de penser. L’instinct aurait pris la relève de leur intelligence. Pourquoi réfléchir quand on mène une vie parfaite où chacun sait d’avance ce qu’il doit faire ? L’intelligence des oms se serait atrophiée progressivement, comme un organe inutile. Il y aurait eu légère régression du niveau de vie, puis fixation. Ainsi se seraient arrêtés les progrès de leur civilisation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AlfaricAlfaric   08 novembre 2014
Les oms avait oublié tout souci personnel. Les souffrances individuelles ne comptaient plus. Ils n’étaient qu’une seule âme tendue vers un seul but.
Commenter  J’apprécie          80
valuniversvalunivers   14 novembre 2010
Je t’avais promis une surprise, dit le draag
Elle resta un moment immobile, puis ses yeux rouges s’allumant de joie, elle serra de ses vingt petits doigts la main de son père et cria :
L’om du voisin a eu son petit !
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Stefan Wul (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stefan Wul

Castelnews #03 : Double sens, Adèle, Stefan Wul & Pouvoirs obscurs
Et voici la troisième Castelnews tant attendue ! Gros programme, cette fois, et pas seulement parce qu'on y évoque le programme des mois de mars et d'avril. Marie revient également...
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz de Niourk

Qui est Thôz ?

Le sage de la tribu
Le chef de la tribu
Une femme de la tribu
Un chien

5 questions
70 lecteurs ont répondu
Thème : Niourk de Stefan WulCréer un quiz sur ce livre

.. ..