AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782882504777
635 pages
Éditeur : Noir sur blanc (19/10/2017)
4.74/5   19 notes
Résumé :
Naturaliste, géographe, explorateur, Alexander von Humboldt (1769-1859) est le grand scientifique des Lumières. Il a donné son nom à des villes, des rivières, des chaînes de montagnes, à un courant océanique d'Amérique du Sud, à un manchot, à un calmar géant ? il existe même une Mare Humboldtianum sur la Lune. Sous la plume d'Andrea Wulf, sa vie se lit comme un roman d'aventures : Humboldt a organisé des expéditions dans la forêt tropicale, escaladé les plus hauts v... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
spleen
  17 octobre 2018
Qui, de nos jours, connait Alexander von Humboldt, explorateur, naturaliste , géographe etc... on pourrait rajouter encore beaucoup de qualificatifs définissant cet homme extraordinaire né dans la seconde moitié du XVIII eme siecle .
Andréa Wulf , avec L'invention de la nature, nous propose une biographie complète ,très bien documentée et passionnante de ce personnage hors norme et qui se lit vraiment comme un roman d'aventures.
Je pourrai également vous poser une devinette : quel est le point commun entre Goethe et Simon Bolivar ? Leur amitié avec Humboldt , surprenant non ?
Né au XVIII éme siècle en Prusse , Alexander von Humbolt est élevé ainsi que son frère ainé Wilhem dans l'esprit des Lumières par de nombreux précepteurs et rapidement les deux frères vont avoir envie de quitter la Prusse, pour Alexander se sera finalement l'Amérique du Sud où il part avec un lourd équipement scientifique accompagné de son comparse Bonpland , le voyage dure 5 ans de 1799 à 1804 et les exploits et les nombreuses découvertes des deux hommes se lisent avec passion .
Habité par une curiosité sans limites, une capacité de travail incroyable et qui ne le quittera jamais, et une intuition hallucinante le conduisant à une analyse qui se révélera fort juste : il sera sans doute le premier écologiste, terme qui sera inventé par Ernst Haeckel , un admirateur d'Humboldt une cinquantaine d'années après son expédition, Humboldt , en effet , décrit déjà les dégâts que l'homme cause envers la nature en déforestant de grandes étendue, et s'éloigne rapidement des théories de l'anthropocentrisme de son époque .
Près de la nature, mais aussi près des hommes, il dénonce l'esclavagisme et le colonialisme , donne des conférences gratuites aux femmes ...
Il consigne en rentrant en Europe dans de nombreux et riches ouvrages ses multiples observations tout en donnant beaucoup de conférences .
Dans cet ouvrage , Andréa Wulff consacre également quelques chapitres aux nombreux scientifiques, écrivains,peintres , hommes politiques qui se sont inspirés des travaux et de l'esprit de ce grand homme: Darwin, Bolivar, Thoreau, John Muir pour n'en citer que quelques uns .
C'est donc avec une profonde admiration que j'ai refermé ce livre, ravie de m'être penchée sur la vie de cet homme dont la nationalité prussienne a été une des raisons de son oubli et du bannissement de nos mémoires, pourtant Humboltd a montré , sa vie entière, une grande ouverture au monde et à toutes ses cultures et différences .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          264
miriam
  30 janvier 2021
Je connaissais Humboldt de nom, sans que rien de précis ne se dégage vraiment (sauf le courant de Humboldt). Je l'ai découvert dans l'excellent livre de Daniel Kehlmann Les Arpenteurs du monde . 
Plusieurs blogueuses m'ont pressée de lire L'Invention de la Nature et je les remercie chaleureusement.  le titre m'a fait croire qu'il s'agissait d'une biographie d'Alexander Humboldt, ce livre est  beaucoup plus qu'une biographie. A la suite de Humboldt, tout un cortège de savants et de savants-voyageurs ont suivi ses traces et ont posé les fondements d'une écologie scientifique mais aussi politique. 
Humboldt (1769-1859)
Né dans une famille de l'aristocratie prussienne, il a joui d'une bonne éducation complète, littéraire et scientifique et même économique à l'Ecole de Commerce de Hambourg, puis à l'Ecole des Mines de Freiberg la première dans son genre qui enseignait la géologie et ses applications dans les mines. Dès qu'il disposait de temps libre, il s'échappait, herborisait et collectionnait des milliers de spécimens botaniques. Il fut nommé conseiller des mines à 22 ans.  Il s'intéressa  aux conditions de travail des mineurs et fonda même une Ecole de la Mine. Il se livrait aussi à des expérimentations sur "l'électricité animale ou galvanisme". En 1794, à Iena et Weimar, il rencontre Schiller et surtout Goethe qui se passionnait alors pour les sujets scientifiques. Leur rencontre fut très fructueuse : "Ils parlaient de l'art, de la nature et de la pensée". L'auteure note aussi qu'" On ne pouvait pas échapper à Kant à Iena". 
"A l'évidence, il y avait un peu de Humboldt dans le Faust de Goethe - ou un peu de Faust dans Humboldt"
Au décès de sa mère, Alexander se sent libre de "partir pour un long voyage", partit pour Paris, escalada les Alpes, examina les plantes exotiques dans les serres de Vienne, fit provision d'instruments de mesure. Mais l'Europe était bloquée par les guerres de la Révolution française. Il pensa se joindre à une expédition vers le pôle sud, ou rejoindre les savants de Bonaparte en Egypte...A Paris, il rencontre le compagnon idéal : Aimé Bonpland qui partageait la même passion pour les plantes et les grands voyages. 
1799, avec un passeport espagnol, ils obtiennent l'autorisation de se rendre dans les colonies espagnoles d'Amérique du Sud. Escale à Teneriffe, Humboldt est émerveillé par la cime du Teide qu'ils gravissent. En Juillet ils accostent à Cumana au Venezuela, enchantés par le paysage tropical, les fleurs éclatantes, les oiseaux colorés...Les botanistes cherchent des corrélations avec la flore européenne. 
"Tout dans le monde naturel lui semblait relié d'une matière ou une autre, une idée qui caractérisa sa pensée jusqu'à la fin de sa vie"
Le bonheur de Humboldt n'était pas sans partage : le marché aux esclaves qui se tenait devant ses fenêtres sur la place principale de Cumana le scandalisait.
Quelques semaines après son arrivée ils assistent à un tremblement de terre violent.

L'expédition devient aventure quand ils s'embarquent pour rechercher un mystérieux cours d'eau reliant l'Orénoque à l'Amazone après avoir traversé la grande plaine des LLanos. C'est mieux que du Jules Verne (qui plus tard s'est inspiré de Humboldt), mieux qu'Indiana Jones! un vrai roman d'aventures entre serpents, anguilles électriques, chevaux,  moustiques, rencontre avec les Indiens.
Il s'intéressait à leurs langues, leur culture et dénonçait plutôt la "barbarie de l'homme civilisé qu'il dénonçait"
Il faut le lire! D'ailleurs, de retour, le récit de leurs aventures fut un véritable best-seller, traduit dans toutes les langues, avec des réimpressions constantes.
Mais il faut aussi s'attacher au contenu scientifique pour comprendre l'Invention de la Nature . Etudiant le lac de Valencia, il met en évidence les causes humaines de l'assèchement du lac. 

la déforestation était déjà une préoccupation de Humboldt quand il surveillait les mines
"
Observant les jaguars prédateurs, les oiseaux, les insectes et les chaînes alimentaires ainsi que la compétition des plantes pour la lumière, les plantes grimpantes étranglant les arbres, il écrivait :
"L'âge d'or a cessé"
"Il dessinait ainsi le portrait d'un monde régi par une sanglante lutte pour l'existence, une idée de la nature bien différente de celle qui prévalait alors, celle d'une machine bien  huilée dans laquelle tous les animaux et les plantes occupaient une place attribuée par Dieu"
Ils traversent ensuite les Andes, marchent jusqu' à Bogota  et Quito et s'intéressent aux volcans. Il cherchent à savoir si ce sont des phénomènes locaux ou s'ils sont reliés entre eux et pensaient qu'ils les renseigneraient sur la formation de la Terre. 
L'ascension du Chimborazo est un monument de bravoure : haut de 6400 m c'est la plus haute montagne que l'homme a gravie. Les deux explorateurs établissent un record sportif. du sommet, Humboldt fait une découverte majeure : l'étagement des zones de végétation
En regardant à ses pieds les pentes du Chimborazo et les montagnes au loin, Humboldt eut une révélation. Tout
ce qu'il avait vu au cours des dernières années se rassembla pour former un tout cohérent. Son frère Wilhelm
pensait depuis longtemps que l'esprit d'Alexander était fait pour « relier les idées, trouver des chaînes de
correspondances » . Ce jour-là, en haut du Chimborazo, tout en se pénétrant de ce qu'il voyait, il pensa aux
mesures qu'il avait prises, aux plantes, aux formations rocheuses vues dans les Alpes, les Pyrénées, et à
Tenerife. La somme de ces observations formait une évidence. La nature, se dit-il, était mue par une force
globale et ressemblait à un tissu, le grand tissu du vivant.
À la fin de sa vie, Humboldt a fait de fréquentes allusions au besoin de « contempler la nature de
haut »  afin de mieux comprendre les relations entre les choses,
Passons le périple du retour qui a conduit les deux explorateurs aux Etats Unis où ils furent les hôtes de Jefferson. Humboldt , républicain était un admirateur  de la Révolution américaine.  Selon lui la politique et la nature étaient indissociables
C'était l'image de l'Amérique idéale de Jefferson, son rêve économique et politique pour l'ensemble des États-
Unis, dont il voulait faire une nation d'agriculteurs indépendants vivant dans de petites fermes autosuffisantes.
Jefferson était un jardinier, il s'intéressait aux sciences. La Maison Blanche était devenue un centre d'échange scientifique. de plus la question de la frontière entre les Etats Unis et le Mexique espagnol était urgente. Humboldt, pourtant envoyé par le Roi d'Espagne détestait la colonisation :
"l'idée même de colonisation est immorale" écrivait-il
"Humboldt fut le premier à établir un lien entre le colonialisme et la destruction de l'environnement"
Pour Humboldt, le colonialisme et l'esclavage étaient une seule et même chose indissociable de la relation de l'homme avec la nature et l'exploitation des ressources naturelles. 
De retour en Europe en 1804,  Humboldt s'installe à Paris où règne une vie intellectuelle intense. Napoléon a installé une contrôle autoritaire sur tous les aspects de la vie nationale. de plus, l'Europe est en guerre, Humboldt est prussien mais il a tissé des liens avec les scientifiques : Gay-Lussac qui mène des expériences en ballon, à 1000 m plus haut que la cime du Chimborazo, Arago qui est un ami intime, Lamarck et Cuvier....Il fréquente aussi des Sud Américains; Simon Bolivar lui rend visite
"Humboldt était d'avis que les même si les colonies étaient mûres pour la révolution, il leur manquait un chef pour les mener"
Cependant il se méfiait du racisme qui gangrenait la société sud-américaine et de l'esclavage..
Un voyage en Italie, à Rome et à Naples lui réserve une belle surprise  : le Vésuve entra en éruption sous leurs yeux.
Cependant, il lui faut retourner à Berlin . Il est appointé par le Roi de Prusse. Il va s'atteler à sa grande oeuvre : la rédaction de L'Essai sur la Géographie des Plantes qui montre la relation entre les plantes, le climat et la géographie et qui fut publié en 1807
Depuis des milliers d'années, les cultures, les céréales, les légumes et les fruits suivaient l'humanité dans ses
déplacements. En traversant les continents et les océans, les hommes avaient emporté des plantes, et ainsi
changé la physionomie du globe. L'agriculture reliait les plantes à la politique et à l'économie. Des guerres
avaient été livrées pour des plantes, des empires s'étaient construits sur le thé, le sucre et le tabac ....
Bien avant la Dérive des Continents et la Tectonique des plaques, il imagine une liaison entre l'Afrique et l'Amérique du Sud du fait des ressemblances entre les plantes. Dans les Tableaux de la Nature il devient lyrique et parle des émotions que procure la nature. 
C'est aussi l'époque où La Description de l'Egypte est publiée (1809). le Voyage aux régions équinoxiales du Nouveau Continent de Humboldt suscite la jalousie de l'Empereur.
"Pour presque tous les autres savants, c'était une bonne période pour vivre en France car Napoléon était un grand promoteur des sciences"
Après Waterloo Prussiens et Cosaques se déversent sur Paris, Humboldt sauve de justesse le Jardin des Plantes/
Humboldt rêve de repartir en expédition. Il prépare un voyage en Himalaya, séjourne à Londres mais n'obtiendra jamais la permission de la Compagnie des Indes après la parution de son Essai politique sur le Royaume de la Nouvelle-Espagne et sa critique de la férocité des Européens. A Londres il rencontre Herschel, l'astronome, va faire des observation à l'Observatoire de Greenwich. 
Finalement il est rappelé à la cour de Berlin pour remplir son office de Chambellan. Malgré des différends avec le roi autocrate, Humboldt professe le républicanisme et les idées des Lumières, il partage son temps entre la rédaction de ses livres, des conférences ouvertes à tous, des rencontres de savants et ses obligations à la cour. Il rédige une somme monumentale Kosmos en compilant les découvertes de ses recherches ainsi que les avancées des différents savants de l'époque aussi bien concernant la Terre, les organismes vivants, L Univers, le magnétisme. de nombreuses traductions dans toutes les langues européennes sont distribuées dans le monde entier. Humboldt entretient également une correspondance très active avec des milliers de lecteurs. 
Cancrin, après avoir obtenu l'autorisation du tsar Nicolas Ier, avait invité Humboldt à venir en Russie, tous frais payés,  lui écrivait pour lui demander des informations sur le platine, s'interrogeant sur l'opportunité d'en faire
l'étalon de la monnaie russe . On avait trouvé ce métal précieux dans les montagnes de l'Oural cinq ans plus
tôt
Humboldt allait enfin voir l'Asie.
A la soixantaine il pourra repartir en expédition lointaine : invité par le Tsar de Russie. En tant que géologue spécialiste des mines il va jusqu'en  en Sibérie à la recherche de minéraux précieux, or diamants. Ce voyage officiel est très encadré,
Comprenant parfaitement ce que l'on attendait de lui, Humboldt avait promis à Cancrin de ne s'occuper que de
la nature. Il ne toucherait à aucun sujet lié au gouvernement et à « la condition des classes inférieures » ,
promettait-il, et ne critiquerait pas publiquement le système féodal russe – quelle que soit la cruauté avec
laquelle était traitée la population. 
il pourra enfin s'échapper découvrir les montagnes de l'Altaï à la frontière de la Chine. La guerre Russo-ottomane le privera du Mont Ararat  qu'il avait prévu de gravir.
Humboldt était un personnage considérable à Berlin, on venait de loin pour le voir et son adresse était connue de tous les cochers de la capitale.
Quand il s'est éteint en 1859 son enterrement fut quasiment des funérailles nationales. Dix ans plus tard, on célébrait le centenaire de sa naissance en grande pompe, des feux d'artifices furent tirés aussi loin qu'au Caire. (c'était aussi l'année de l'inauguration du canal de Suez)?


L'Invention de la Nature d'Andréa Wulf est beaucoup plus qu'une simple biographie de Humboldt, un bon tiers du livre est consacré aux savants et politiques s'inspirant de ses oeuvres. J'ai pris 24 pages de notes et un seul billet serait beaucoup trop long pour résumer le livre.
Lire aussi les avis de Dominique ICI, de Claudialucia ICI de Keisha ICI
Lien : https://netsdevoyages.car.blog
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ivredelivres
  06 février 2018
Cet homme a donné son nom à un courant marin, à des chaînes de montagnes, à un manchot, à une mer sur la lune, et même à un calmar géant.
Je vous livre en vrac quelques adjectifs et autres épithètes pour qualifier cet homme :
Un visionnaire
le grand scientifique des Lumières
L'homme le plus célèbre de son temps
Le plus grand homme depuis le déluge
Et son influence fut telle que :
Ses livres sont dans la bibliothèque de Nemo sur le Nautilus
Il inspira Walt Withman, Thoreau et John Muir
Darwin s'est embarqué sur le Beagle à cause de lui ……..
Si vous êtes tenté de faire connaissance avec Alexander von Humboldt, et je sens que vous l'êtes, en avant avec tous vos instruments de mesure, vos cartes, vos atlas numériques ou non et je vous promets un moment de lecture passionnant.
La biographie d'un tel homme c'est à la fois découvrir un naturaliste amoureux du monde vivant, un explorateur intrépide, un géographe arpenteur du monde, un touche à tout de génie.
Il est l'inventeur de l'idée de nature telle qu'aujourd'hui nous la concevons.
Il est né en Prusse en 1769, sa famille gravite autour de la famille royale et ses parents souhaitent pour lui un destin politique de grand commis de l'état. Mais Alexander a une passion : la science, tout en suivant une formation conforme au souhait de sa mère, il s'initie à la zoologie, la botanique, tout est bon à prendre. Il suit les cours à l'université de Göttingen, il fait des études de géologie et entreprend une carrière d'ingénieur des mines à laquelle il met fin à la mort de sa mère.
Libre de ses choix et en possession de son héritage il va se tourner vers sa passion.
A partir de là sa vie donne le tournis.
Impossible de tout raconter ici mais sachez que Humblodt va gravir les Andes avec l'équipement de l'époque ! explorer les volcans parmi les plus hauts de la planète, naviguer sur l'Amazone et l'Orénoque, explorer le Mexique. Traverser la Russie de bout en bout alors qu'une épidémie sévit.
C'est Tintin avant l'heure cet homme, rien ne lui fait peur, rien ne l'abat et il a une puissance de travail fabuleuse. Il engrange tous les relevés possibles, il cueille toutes les plantes, il s'intéresse à la faune, il invente des instruments quand ceux qu'il a ne lui conviennent pas, et il remplit des carnets et des carnets de notes.
C'est un européen avant l'heure, il envoie à ses collègues anglais, français des récits de ses trouvailles, il aime partager, la science pour lui n'a pas de frontières. Il envoya des plantes à : Chateaubriand pour son domaine de la vallée aux loups.
Ses ambitions furent freinées par les guerres napoléoniennes qui l'empêchèrent de circuler comme bon lui semblait.
Savez-vous que nous lui devons la notion de zone climatique qu'il fut le premier à analyser, il alerta au retour de ses voyages sur les changements climatiques induits par l'homme, sur les ravages de la déforestation.
Il fut le premier à établir des liens entre la météorologie, la géologie, la zoologie, bref à voir notre planète comme un tout, c'est le père de la notion d'écosystème.
Il étudia les courants, découvrit l'équateur magnétique.
Il fit les premiers relevés des isothermes, les lignes de températures qui traversent les cartes météorologiques et il a inauguré une chaîne de stations à travers le monde pour mesurer le géomagnétisme.
Il fut l'ami d'Arago, de Gay-Lussac, il correspondit avec tous les savants européens sur tous les sujets.
On rêve à imaginer ce qu'il aurait pu découvrir si les anglais lui avait permis d'explorer l'Asie et l'Inde en particulier, possibilité qui lui a toujours été refusée. Pourquoi ?
Alexander Humblodt est un scientifique doublé d'un humaniste, il est viscéralement dès le début de son voyage, anti-colonialiste et anti-esclavagiste.
Il est un des premier à considérer les ravages du colonialisme en Amérique du Sud alors sous domination espagnole, on comprend mieux la crainte des anglais que cet homme aille dénoncer certains de leurs abus.
Doté d'un ambition énorme mais aussi d'une capacité à comprendre le monde qui l'entoure, Alexander Humboldt impressionna tous ceux qui croisèrent sa route.
Il fut un ami de Goethe, l'hôte de Jefferson alors président avec lequel il ferrailla sur l'esclavage, il inspira Simon Bolivar dans sa conquête pour l'indépendance sans pour autant cautionner les excès de celui-ci.
Voyageur, humaniste ET écrivain.
Le manque d'argent et les contraintes politiques l'empêchèrent de faire plus de voyages aussi se consacra-t-il à l'écriture.
Ses livres eurent un succès fulgurant, le récit de son voyage dans les Andes fut édité en …34 volumes !!
« Cosmos: une esquisse de la description physique de l'univers » son livre le plus célèbre fut traduit en de multiples langues et connut des tirages jamais atteints jusque là.
Le scientifique sait se faire écrivain, ses livres ne sont exempts ni de lyrisme ni de poésie.
Impossible de tout dire dans ce billet mais qu'importe l'essentiel et de vous donner envie de découvrir cet homme.
Andrea Wulf a choisi d'intercaler des chapitres sur les scientifiques ou philosophes que Humboldt a influencé, ainsi on retrouve Thoreau, Darwin, et les écologistes : Marsh et Muir
J'ai été fasciné par cet homme que son entourage avait bien de la peine à suivre, toujours en avance d'une idée, qui parlait à une vitesse extraordinaire, un homme à l'intelligence étincelante
Je crois que je vais élire cette biographie Livre de l'année 2017
Lien : http://asautsetagambades.hau..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          116
nathalie_MarketMarcel
  07 septembre 2021
À mon tour de me lancer sur les traces du savant, naturaliste, explorateur Alexander von Humboldt (le frère de celui qui a donné son nom à l'université de Berlin). Un savant prussien qui est parti explorer le monde, d'abord l'Europe, puis surtout l'Amérique du Sud, alors colonie espagnole, forêt, pampa, montagnes et volcans, et encore la grande Russie, avec des séjours à Washington, Paris, Londres, etc. Jusqu'à la limite entre Russie et Chine.
Il effectue une myriade de mesures, certaines très novatrices. Il collecte toutes les espèces qu'il peut. Il note tout ce qu'il observe. Il emmagasine. Il restitue sa vision du monde dans ses publications. Il raconte un univers unifié, du plus petit au plus gros, du scarabée à la géologie, faisant le lien entre les plantes de Sibérie et celles du Pérou. Sa force et son originalité est de présenter une vision globale, où tous les éléments ont leur place et sont en interaction les uns avec les autres. Si l'on en supprime une, tout s'écroule. Il fait des hypothèses sur le lien entre altitude et flore, sur les continuités climatiques entre des lieux très éloignés. Pas question de divinité dans cette histoire. L'être humain a sa place, mais il est destructeur. Humboldt donne des exemples de cas précis où l'action de défrichage de l'être humain a transformé un lieu jadis fertile en un désert stérile. Il est ainsi un des premiers à avancer que l'action humaine peut transformer le climat. Visionnaire !
On est dans la première moitié du XIXe siècle. le monde savant bruisse de mille théories, entre les dinosaures qui sont découverts à ce moment et avant la théorie de l'évolution de Darwin. C'est qu'il s'agit de mettre bout à bout toutes les observations disparates qui ont été réalisées par les Européens partout dans le monde. Oiseaux, insectes, mammifères, plantes, créatures visibles au microscopes, fossiles, géologie, histoire, climat, formation de la Terre, rien n'échappe à l'oeil humain, mais seul le cerveau génial de Humboldt parvient à tout assembler et à donner une vision cohérente de l'ensemble.
Ajoutons qu'il intègre à sa réflexion les arts et l'histoire, par exemple les monuments amérindiens, et qu'il critique l'esclavage et la colonisation.
Nous assistons à la notion même d'écosystème qui montre les relations entre les espèces, mais aussi entre le climat, les précipitations, le sol, la luminosité, etc. Parmi les événements fondateurs : l'invention du cyanomètre, l'exploration de l'Orénoque, la traversée des Andes, l'ascension du Chimborazo, la défense des Indiens caraïbes, le succès public des conférences auprès de tous les publics, de toutes les classes et des deux sexes et l'énorme succès éditorial de ses livres traduits dans le monde entier (avec même des éditions pirates).
Cette biographie est très documentée, elle cite longuement les archives et les publications de Humboldt, le replace dans son époque, permet de comprendre à la fois son originalité et son génie et ce qui le relie aux autres savants de son temps.
Lien : https://chezmarketmarcel.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
keisha
  24 septembre 2018
De nos jours qui connait Alexander von Humboldt? Pas moi, je l'avoue, ah si une vague histoire de courant (froid) dans le Pacifique, portant son nom. Pourtant que de lieux, de plantes et d'animaux lui doivent leur nom, y compris une rue parisienne (dans le 19ème, j'ai vérifié). de son temps (1769-1859, quatre-vingt-dix ans fort remplis) il était très célèbre, ses livres s'arrachaient, son courrier abondait, ses conférences étaient courues (ouvertes aux femmes, qui n'avaient pas accès à l'université par ailleurs).
On peut dire qu'il avait la bougeotte. Naturaliste, géographe, explorateur, il passa d'abord 5 ans en Amérique du sud, escaladant les volcans (avec les matériel de l'époque!), descendant les cours d'eaux, prenant des mesures, notant absolument tout de ce qu'il voyait.
A la soixantaine il est reparti pour un grand tour en Russie et Sibérie, son grand regret étant de n'avoir pu se rendre en Inde et dans l'Himalaya. Mais il faut dire que ses prise de position sur la colonisation espagnole en Amérique n'étaient pas du goût de tous et certains anglais craignaient qu'il ne s'exprime trop clairement sur la colonisation (anglaise) en Inde. Il avait critiqué "l'exploitation des ressources naturelles, la dégradation de l'environnement, la destruction des forêts, les mauvais traitements infligés aux peuples indigènes, et les horreurs de l'esclavage." En Russie, il fut prié de se modérer... Aucun commentaire sur l'organisation sociale russe et le servage, s'il vous plait, on reste dans le scientifique et commercial, merci!
La déforestation qu'il constatait lui faisait craindre le pire. "La région boisée a une triple influence. : elle ait à la fois par la fraîcheur de l'ombre qu'elle répand, par l'évaporation des eaux qu'elle absorbe, et par le rayonnement qui refroidit la température."
Sa vision de la nature était globale, selon les zones et les régions, il reliait différentes disciplines scientifiques.
Il a influencé Darwin, Thoreau, Emerson, Muir... Jules Verne précisait que le capitaine Nemo possédait toutes ses oeuvres. Ajoutons Marsh, auteur de L'homme et la nature. "La surface de sol nécessaire pour nourrir le bétail, calcula Marsh, était de beaucoup supérieure à la taille des champs dont on aurait besoin pour tirer l'équivalent nutritionnel apporté par les céréales et les légumes." Marsh en concluait qu'un régime végétarien était plus écologiquement responsable qu'un régime carné."
Mais c'est drôlement écolo pourra-t-on s'exclamer! Cela tombe bien, c'est Haeckel, grand admirateur de Humboldt, qui inventa "un nom pour désigner la discipline de Humboldt : l'Oecologie, ou 'écologie', . le mot était tiré du mot grec maison -oikos- appliqué au milieu naturel."
On l'aura compris, l'auteur a accompli un incroyable travail, compulsant les sources, allant jusqu'à se rendre sur les pas de Hulmboldt. Cela donne un volume de 450 pages, sans compter les notes, qui se lit quasiment comme un roman, et même historique, puisqu'au passage on en apprend sur l'Europe, l'Amérique -du nord, du sud- et même les révolutions de 1848 en Europe et Bolivar en Amérique du sud.
Lien : https://enlisantenvoyageant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
merveillemerveille   23 janvier 2018
C’était une révolution dans les sciences. En septembre 1828, il invita des centaines de scientifiques d’un peu partout en Allemagne et en Europe à un congrès à Berlin. Contrairement à l’organisation habituelle, qui voulait que les savants présentent interminablement les uns à la suite des autres des interventions consacrées à leurs propres travaux, Humboldt conçut un programme tout à fait différent. Son but n’était pas d’entendre des discours : il voulait faire discuter les scientifiques entre eux. Il y eut des repas et des sorties : concerts excursions à la ménagerie royale de l’île aux Paons à Potsdam. Les débats étaient organisés sur les lieux des collections de botanique, de zoologie, et de géologie, dans les jardins botaniques et à l’université. Humboldt s’arrangea pour que les scientifiques se retrouvent par petits groupes interdisciplinaires. Il permit ainsi à des liens plus personnels de s’établir, à des amitiés de se créer pour favoriser des collaborations plus étroites, souder une communauté fraternelle qui échangerait les idées et partagerait les connaissances. « sans diversité d’opinions, la découverte de la vérité est impossible » leur rappela-t-il lors de son discours d’ouverture.
Environ cinq cents scientifiques participèrent à ce que Humboldt nomma « l’irruption des naturalistes nomades » dans une lettre à son ami Arago. Il en vint de Cambridge, de Zürich, de Florence ce même de Russie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
merveillemerveille   23 janvier 2018
A la fin de juin 1804, Humboldt quittait les Etats-Unis à bord de la frégate La Favorite, et en août, quelques semaines avant son trente-cinquième anniversaire, il arriva à Paris où il fut reçu triomphalement. Il rapportait de son expédition de plus de cinq années des malles remplies de dizaines de journaux de voyages, de centaines de croquis, de dizaines de milliers d’observations météorologiques, géologiques et astronomiques. Sur les quelques soixante mille spécimens de plantes de six mille espèces différentes qu’il avait récoltés, deux mille espèces étaient nouvelles pour les botanistes, des chiffes sidérants si l’on considère qu’à la fin du XVIIIe siècle, on ne connaissait encore que six mille espèces environ. Humboldt se vantait d’en avoir trouvé plus que personne d’autre avant lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
merveillemerveille   24 janvier 2018
Le même jour, alors que les Britanniques ouvraient leur journal et apprenaient la mort de Humboldt, des centaines de personnes à New-York faisaient la queue pour voir un extraordinaire tableau qu’il avait inspiré : Le Cœur des Andres, du jeune peintre américain Frédéric Edwin Church. Cette œuvre avait un tel succès qu’une file d’attente de plusieurs heures s’étirait dans la rue. Le public était prêt à tous les sacrifices pour voir, au prix de vingt-cinq cents l’entrée, un grand tableau d’un mètre cinquante de haut par trois mètres de large représentant les Andes dans toute leur splendeur. Au centre, une rivière tombait en cascade, si réaliste que le spectateur sentait presque la fraîcheur de la brume d’eau qui s’en élevait. Les arbres, les feuilles et les fleurs étaient représentés avec un tel luxe de détails que les botanistes pouvaient les identifier. Dans le fond, une montagne au sommet enneigé se dressait majestueusement. Church avait relevé le défi lancé par Humboldt, et était parvenu à unir l’art et la science. Il admirait Humboldt au point qu’il avait suivi ses traces dans toute l’Amérique du Sud à pied et à dos de mulet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
merveillemerveille   23 janvier 2018
Son discours à l’Académie impériale des sciences de Saint-Pétersbourg suscita un grand mouvement de collaboration scientifique internationale. Humboldt s’intéressait depuis de longues années au géomagnétisme - tout comme il s’intéressait au climat - car c’était une force universelle. Dans sa volonté de mieux comprendre ce qu’il nommait « la marche mystérieuse de l’aiguille aimantée », Humboldt proposa la mise en place d’une chaîne de stations d’observation à travers l’empire russe. ……
En quelques années ce fut fait : un réseau de stations de mesures géomagnétiques maille le globe, à Saint-Pétersbourg, à Pékin, en Alaska, au Canada, en Jamaïque, en Australie et Nouvelle-Zélande, au Sri Lanka et même sur la lointaine ile de Sainte-Hélène.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
merveillemerveille   23 janvier 2018
La célébrité de Humboldt resta immense pendant des dizaines d’années. Le 14 septembre 1869, des dizaines de milliers de personnes célébrèrent le centenaire de sa naissance dans le monde entier – à New-York et Berlin, Mexico et Adélaïde, parmi tant d’autres. Plus de vingt ans après la mort de Humboldt, Darwin l’appelait encore « le plus grand voyageur scientifique ayant jamais vécu » Darwin s’inspira tout sa vie des livres de Humboldt. En 1881, âgé de soixante-douze ans, il relut une fois de plus le troisième volume de la Relation historique du Voyage aux régions équinoxiales.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1217 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre