AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253078418
480 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (24/03/2021)

Note moyenne : 3.92/5 (sur 26 notes)
Résumé :
Le 17 mars 2018, le monde entier se réveille en découvrant les noms de Cambridge Analytica et de Christopher Wylie. The Guardian et The New York Times révèlent une opération sans précédent d'utilisation de données à grande échelle pour influencer des élections. Convoqué devant le Congrès américain, l'ex-directeur de recherche de Cambridge Analytica dévoile tout : les financements, les liens avec les équipes de campagne de Trump et celles en faveur du Brexit, les tec... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Bouldegom
  05 avril 2020
La plupart d'entre nous, j'en suis sûre, se souviennent des accusations contre Facebook pour avoir partagé des données d'utilisateurs avec d'autres entreprises. Mais a-t-on réellement mesuré ce qu'il s'était passé? Et malheureusement ce qui se passe encore...
Dans ce livre, nous sont révélés les agissements de la société britannique "Cambridge Analytica" qui, avec les données achetées à Facebook, ont influencé des millions d'utilisateurs, notamment pour le vote en faveur du Brexit, et l'élection de Donald Trump, le tout avec l'aide active de la Russie.
L'auteur, Christopher Wylie, est bien placé pour en parler; il est le créateur de l'algorithme qui a permis de "profiler" des millions de personnes, de les étudier dans les moindres recoins de leur vie privée et de même pour leurs "amis". Pourquoi l'a-t-il écrit, et dénoncé le système qu'il a lui-même initié, ainsi que beaucoup de ses anciens collaborateurs? Selon lui parce qu'il a réalisé que cette création mettait en danger les démocraties, et la vie réelle des gens. Certains doutent de sa sincérité mais quoiqu'il en soit, les faits sont réels et vérifiables. Et glaçants!
Il m'est impossible de résumer ce livre tant il est dense en faits, en rebondissements, en noms de personnes et de pays, mais que faut-il retenir? Qu'il n'y a aucune vie privée sur Internet, à partir du moment où c'est posté, on ne peut plus revenir en arrière, les gens les moins bien intentionnés peuvent accéder à vos données. Nous, simples utilisateurs, nous n'imaginons même pas à quel point nous sommes manipulés. Que les grands patrons de ces géants du Web que sont Google, Amazon, Facebook etc, sont les nouveaux maîtres du monde, et ils n'ont que faire de nos démocraties. Qu'il est encore temps de légiférer, et d'encadrer fermement ce qui se passe dans ces entreprises.
Même si Cambridge Analytica a été mise en faillite, elle a fait naître un tas d'autres petites entreprises qui elles, existent encore, et font exactement la même chose.
Comme un homme averti en vaut deux (et une femme quatre ;-) ), je ne saurais trop vous conseiller de lire ce livre. On ne pourra pas dire que l'on ne savait pas...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          201
ileana
  16 mars 2020
Le donneur d'alerte témoigne : en 2018, il a rendu publique l'utilisation frauduleuse de données personnelles à grande échelle pour influencer les élections aux Etats Unis et aussi le referendum du Brexit.

Le sujet est intéressant mais l'auteur, un jeune canadien, me semble un manipulateur indigne de confiance.
Son employeur, la société Cambridge Analytica, s'est emparé de données appartenant à 87 millions d'utilisateurs Facebook ; suite à ce scandale, le patron de Fb a dû se soumettre à une audition du Congrès US.
Pourquoi à mes yeux l'auteur est indigne de confiance :
- Dans son témoignage, il prétend avoir compris tardivement les louches agissements de sa boîte Cambridge Analytica. Hé non, il savait parfaitement ce qui se passait : avant d'intégrer cette structure, il a eu son diplôme en droit à la London Scool of Echonomics (la jurisprudence de la propriété intellectuelle)
- Parallèlement à son job, il a fondé en 2014 sa propre startup où il a utilisé le même jeu de données acquis frauduleusement ; il a démarché les mêmes acteurs politiques en leur faisant miroiter la victoire électorale.
Quant à Mr Nix, le PDG de sa boîte, c'était un mythomane et un mégalo. Il parait qu'il était également un bon vendeur, car il promettait monts et merveilles à ses clients fortunés.
Il prétendait : « Aujourd'hui aux USA nous disposons d'environ quatre mille ou cinq mille éléments d'information sur chaque individu. Nous modélisons la personnalité de chaque adulte à travers le pays, quelques 230 millions d'individus. [ en 2016] » Source wiki anglophone.
En VO : « Today in the United States we have somewhere close to four or five thousand data points on every individual ... So we model the personality of every adult across the United States, some 230 million people. »
A tout cela s'ajoute la platitude de l'écriture ; à éviter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Ogrimoire
  12 avril 2021
Christopher Wylie nous révèle ici comment, en partant des données personnelles de millions de personnes, généreusement déversées sur les réseaux sociaux par leur détenteurs eux-mêmes, il est possible de créer de véritables armes de guerre psychologique. Même pas besoin d'acheter ou de dérober les masses de données nécessaires pour cela : elles sont là, accessibles à tout un chacun, sur Facebook, Instagram, partout ! Grâce à elles, vous pouvez déterminer des profils et modéliser des comportements : c'est le micro-ciblage. Puis, en fonction des cibles que vous avez identifié, vous diffusez des informations dont vous savez qu'elles vont affecter la façon dont le groupe fonctionne, pour orienter les pensées et, finalement, peser sur les choix. Naturellement, cela fonctionnera d'autant plus efficacement que vous avez aussi étouffé les récits des opposants, et créé un brouillard de contre-récits.
Il n'y a, au fond, rien de nouveau dans ces techniques, qui sont employées depuis des années par les experts de la désinformation, et, plus largement, depuis les débuts de l'humanité, de façon plus ou moins inconsciente. Ce qui est nouveau, c'est le changement d'échelle, l'industrialisation du processus, rendu possible par la technologie.
De premiers tests sont menés sur le terrain, en Inde, à l'occasion des élections législatives de 2014 et à Trinité-et-Tobago, par des filiales du groupe Strategic Communication Laboratories (SCL), avec succès.
La campagne de manipulation du Brexit, avec la complicité de Boris Johnson, a tenu lieu de test grandeur nature, une sorte de gigantesque « proof of concept ». Grâce à la collaboration involontaire – mais pas forcément naïve… – de Facebook, SCL – alias Cambridge Analytica – a pu accéder à de nombreuses données personnelles : discussions, messages privés, likes, amis, publications, consultations, critères de classifications, scoring, etc. pas moins de 4000 critères par personne ! Et comme, par construction, le fait d'avoir accès aux données d'un compte donne un accès implicite à ses contacts, les chiffres sont tout de suite exponentiels. SCL a ainsi pu traiter les données de 87 millions de comptes !
Une fois ces données exploitées et de véritables « communautés » identifiées, il ne restait plus qu'à saturer les fils d'actualités Facebook d'annonces, de news – plus ou moins fake -, de publicités pour provoquer la colère et l'indignation. Vous piratez quelques boîtes emails, vous alimentez Wikileaks avec quelques fausse fuites de données, et vous laissez macérer, pour que la manipulation opère. L'aveuglement, la peur, le mensonge, les menaces, les fausses nouvelles permettent alors de faire converger des votes… Aux États-Unis, l'élite fortunée de la droite américaine la plus dure s'en est alors emparé… avec pour résultat l'élection de Donald Trump en 2016.
Mindfuck décrit et documente minutieusement la construction de cet « outil de harcèlement automatique et de maltraitance psychologique à grande échelle », mais de façon à la fois accessible et vulgarisée, tous les éléments cités étant vérifiables. Ce livre se lit comme un roman, même si, en réalité, Christopher Wylie, comme lanceur d'alerte, a déclenché une gigantesque enquête internationale, qui a notamment permis de relativiser les scrutins manipulés, mais a aussi jeté le discrédit sur Facebook. La vie de l'auteur en a naturellement été bouleversée : menacé de mort, il a été contraint à la déconnexion et à l'anonymat. Il y a d'ailleurs une sorte de clin d'oeil du destin : comme Donald Trump, il a été banni de Facebook, accusateur comme accusé… le réseau social a peut être espéré qu'en coupant le son, il serait épargné. Et peut-être cela suffira-t-il : en effet, force est de constater que l'enquête, si elle a mis en lumière diverses malversations, n'empêche pas SCL, sous d'autres noms et au travers d'autres filiales, de poursuivre ses activités. le Brexit est en place, Boris Johnson est premier ministre. Donald Trump a été au bout de son mandat. Les services (NCA, MI5, FBI, SEC, FTC, le Congrès…) qui ont pris part à l'enquête n'ont pas pu, su ou voulu extirper le mal à la racine.
Ce livre montre comment l'instrumentalisation des données personnelles peut corrompre la démocratie, en permettant d'identifier, pour les manipuler, des groupes et des communautés. Il souligne aussi comment, par construction, le modèle sur lequel est basé Facebook favorise ce genre d'action à grande échelle. Comme l'indique Christopher Wylie, il ne s'agit pas de démanteler les grandes entreprises numériques ou de limiter leur champs d'action, mais bien plutôt de les rendre responsables. Rappelons-le, ces entités n'existent qu'à travers nous et nos données !
Lien : https://ogrimoire.com/2021/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
myfabulousreading
  27 avril 2020
Le cours des données a dépassé celui du pétrole et devient la "denrée" la plus rentable au monde! Bienvenue dans l'ère du numérique où nous ne sommes rien d'autre qu'une marchandise aux yeux des Big Five, j'ai nommé les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft).
L'auteur, Christopher Wylie, est devenu lanceur d'alerte lorsqu'il a compris l'effet destructeur de ce qu'il avait aidé à créer, au sein de Cambridge Analytica. Il coopère donc avec les journalistes pour avertir le grand public. Ce coming out en tant que lanceur d'alerte a provoqué la plus grande enquête criminelle de l'histoire, sur des données informatiques.
Des datas ont en effet été utilisées pour établir des profilages psychologiques afin d'influencer les citoyens américains lors de l'élection de Trump mais aussi dans le cadre du Brexit! Oui oui, ça va très loin. Et encore je ne vous parle pas du massacre des Rohingyas ou des guerres civiles dans les pays d'Afrique...Bref vous l'aurez compris, c'est une arme de destruction psychologique massive du 21e, pour ce que l'on appelle les guerres silencieuses. On parle quand même d'outils qui pourraient être classés comme arme militaire!
Je ne vais pas m'étendre sur le sujet. On pourrait en parler pendant de longues heures tant il est vaste et riche, je vous laisse donc aller découvrir cette mine d'informations par vous-même, si vous êtes intéressés par le sujet.
Et à ce propos pour le compléter,je vous conseille d'ores et déjà, si ce n'est pas encore fait, de regarder le documentaire Netflix, The Great Hack où le même sujet est traité du point de vue d'une journaliste qui a enquêté sur Cambridge Analytica et de la lanceuse d'alerte Brittany Kaiser, ancienne directrice commerciale de CA et qui a été la collègue de Christopher Wylie. Surtout, cela vous permettra de mettre des visages sur les personnes citées dans ce livre.
En conclusion, je pense tout de même que Christopher Wylie à aussi sa part d'ombre dans toute cette histoire et que ses agissements peuvent parfois paraître douteux, mais bon, qui n'a pas le droit à la rédemption?
Lien : https://www.instagram.com/p/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Roijaune
  16 septembre 2020
Si le scandale mérite d'être dénoncé, la manière dont c'est fait ici est assez peu intéressante. Ce n'est pas très excitant à lire. S'il y a bien un ou deux débuts de description de rencontres où l'on se dit que le récit va devenir plus palpitant, ça s'ésouffle toujours très vite.
L'auteur nous parle beaucoup (trop?) de lui et parsème ses pages de commentaires sur ses polos ou l'art...
En comparaison au document qui avait été diffusé à la télé où l'on parlait davantage de Mercer et de Bannon, j'ai l'impression de n'avoir presque rien appris de neuf avec ce livre.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
Acerola13Acerola13   10 mai 2021
Je dois préciser à son crédit que Cummings fait partie des rares personnes intelligentes que j'ai pu rencontrer dans les écuries d'Augias de la médiocrité que constitue le monde politique britannique. Ce que j'ai apprécié dans cette rencontre, c'est que nous n'avons pas parlé de ce qui, en temps normal, obsède les professionnels de la politique. Cummings avait parfaitement compris que les gens étaient plus occupés à regarder les Kardashian ou Pornhub qu'à suivre le scandale politique du jour sur Newsnight, sur la BBC.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Acerola13Acerola13   11 mai 2021
Facebook avait donc refusé de bannir des suprémacistes blancs, des néonazis et d'autres hordes unies par la haine, mais avait décidé de me bannir, moi. L'entreprise exigea que je lui donne mon téléphone et mon ordinateur, et expliqua que la seule façon dont je pouvais être réhabilité était de lui confier l'ensemble des informations que je fournissais déjà aux autorités. Facebook se comportait comme un petit État-nation plutôt que comme une entreprise. Ils n'avaient pas l'air de comprendre que ce n'était pas moi qui faisais l'objet d'une enquête - c'étaient eux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Acerola13Acerola13   11 mai 2021
Ce qui est à l'oeuvre, ici, c'est une ségrégation cognitive, qui confine les individus dans leurs propres ghettos informationnels. Nous assistons à la ségrégation de nos réalités. Si Facebook est une « communauté », alors il s'agit bien en réalité d'une communauté fermée.
Commenter  J’apprécie          10
Acerola13Acerola13   10 mai 2021
Mais je me rendis vite compte que c'était ainsi que les choses fonctionnaient dans la Silicon Valley. La réaction à n'importe quel problème, quand bien même il s'agirait d'une menace pour l'intégrité de nos élections, n'est pas de se poser la question : « Comment pouvons-nous le résoudre ? », mais bien plutôt : « Comment pouvons-nous en tirer profit? »
Ils sont incapables de penser autrement qu'en termes d'opportunités de business.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Acerola13Acerola13   09 mai 2021
Nous remplîmes les flûtes et trinquâmes à notre succès, vidant ce qui serait cette nuit-là la première d'une longue série de bouteilles. Jucikas commença à expliquer que, pour sabrer le champagne, il ne faut pas faire appel à la force brute; il s'agit bien plutôt d'étudier la bouteille pour frapper son point faible avec grâce et précision. Accompli correctement, le geste ne nécessite que très peu de force - c'est la bouteille qui se brise toute seule. En gros, cela revient à hacker un défaut de design de la bouteille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : brexitVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
190 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre