AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Sylvie Servan-Schreiber (Traducteur)
EAN : 9782070309054
480 pages
Éditeur : Gallimard (15/06/2006)

Note moyenne : 4.16/5 (sur 523 notes)
Résumé :
En 1903, Mary Mackenzie embarque pour la Chine où elle doit épouser Richard Collingsworth, l'attaché militaire britannique auquel elle a été promise. Fascinée par la vie de Pékin au lendemain de la Révolte des Boxers, Mary affiche une curiosité d'esprit rapidement désapprouvée par la communauté des Européens. Une liaison avec un officier japonais dont elle attend un enfant la mettra définitivement au ban de la société. Rejetée par son mari, Mary fuira au Japon dans ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (134) Voir plus Ajouter une critique
Gwen21
  15 novembre 2015
Je ne connais rien à la Chine, je ne connais rien au Japon mais j'aime le gingembre et je suis curieuse. D'autant plus que cela fait déjà plusieurs années qu'on me recommandait chaudement la lecture de ce roman et qu'à présent, je me mettrais bien des baffes pour ne pas avoir obéi plus tôt.
Le récit (sous forme de journal et de lettres) débute en 1903 pour s'achever quarante plus tard. Il retrace l'histoire et la vie de Mary, une jeune bourgeoise écossaise partie épouser un officier anglais en poste à Pékin.
Mary a vingt ans, toutes ses dents, un solide bon sens, un caractère bien trempé qui malgré une éducation traditionnelle va la mener en dehors des clous de la société. Très isolée dans la compagnie étriquée et suant l'ennui des diplomates, souffrant du manque de communication avec son époux, curieuse par nature, moderne par bien des aspects de sa personnalité, Mary va rompre, presque s'en le vouloir, avec ses racines, sa vie, ses espoirs et sa famille. Commence alors un incroyable parcours de débrouillardise et de cheminement au Japon où elle s'est réfugiée, pays où elle tentera de se construire pendant quarante ans.
Passions, guerres, désillusions, épreuves, déchirements, joies... c'est tout cela à la fois que le lecteur découvre avec délice avec "Une odeur de gingembre", un roman né sous la plume d'un homme mais qui retrace avec beaucoup de subtilité et de sensibilité ce destin de femme hors du commun, courageuse et digne. Si ses cent premières pages m'ont un peu fait craindre un rythme trop lent pour moi - impatiente lectrice -, j'ai été rapidement rassurée et n'ai plus lâché mon livre jusqu'à l'émouvant épilogue.
Quel voyage !

Club de lecture Babelio novembre 2015
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          904
LePamplemousse
  04 septembre 2015
Mary semble bien naïve quand nous faisons sa connaissance au début du roman sur un bateau qui l'emmène, jeune écossaise de 18 ans, jusqu'en Chine pour aller rejoindre son futur époux.
Et lorsque nous refermons le livre, quelques 450 pages plus tard, c'est une femme de presque 60 ans que nous quitterons.
Entre les deux, nous aurons accompagné cette jeune fille, cette femme, cette mère, cette épouse, cette amante, cette femme qui aurait pu se briser des dizaines de fois, mais qui continue à tenir bon malgré une vie chaotique.
J'ai beaucoup aimé cette héroïne hors norme, une jeune fille qui a vécu très protégée et qui se retrouve projeté dans un univers à mille lieux de sa petite vie, elle va devoir affronter un pays (la Chine et plus tard le Japon) où rien ne semble facile, où les femmes et en particulier les étrangères n'ont pas vraiment leur place et pourtant, Mary va tenter de s'adapter, d'apprendre à connaître les gens, la culture, la langue.
Cette femme volontaire fera des choix durant toute sa vie et ces derniers lui feront dégringoler l'échelle sociale de façon inéluctable, mais rien ne semble pouvoir la détruire, on a l'impression qu'à chaque claque qu'elle se prend, elle se relève et marche droit devant, sans bien savoir où tout ceci va la mener, mais elle y va, toujours droite dans ses bottes.
Ces sont ses mots que nous lisons, que ce soit son journal intime ou les lettres qu'elle envoie à sa mère ou à une amie, et cela nous permet d'approcher cette femme de façon encore plus intime.
Déjà lu il y a une dizaine d'années, je sais que je le relirai avec le même plaisir dans un futur indéterminé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          763
lyoko
  29 avril 2016
J'ai toujours eu une affection particu;lière pour les romans épistolaires ou les "carnets intimes". Et ce roman ne fait pas exception.
Mary une jeune femme naïve part en chine pour épouser un officier anglais en poste là bas. La vie ne sera pas facile et sa naiveté va vite s'eclipser au profit d'un caractère bien trempé et d'une envie de s'en sortir seule.
C'est un livre a la fois touchant et plein de poésie. L'auteur, qui est un homme, a su parfaitement retranscrire les sensations et les sentiments de Mary. C'est aussi un bel hymne au Japon et à la Chine.
j'ai apprécié l'écriture de l'auteur qui est fluide et qui nous emporte sur le paquebot et à la rencontre des serviteurs.
Je ne vais pas épiloguer pour moi ce livre est une perle
Commenter  J’apprécie          760
Annette55
  02 août 2019
Je ne ferai pas un long commentaire car au vu du nombre de ceux- ci il peut apparaître superflu.
Dès que l'on commence cet ouvrage à la fois épistolaire, ——-lettres que l'héroïne Mary écrit à sa mère ou à sa meilleure amie et journal intime ——on est subjugué par ce récit historique, social , intime et universel qui se déroule de 1903 à 1942...
Le courage , l'intelligence, la détermination de cette femme d'abord fascinée par Pékin au lendemain de la révolte des Boxers , venue épouser Richard Collingsworth , attaché militaire britannique.
Rejetée par son mari et la communauté suite à sa liaison avec un officier japonais , elle rejoindra le Japon où elle s'adaptera et relèvera maints défis ——-malgré la haine , les violents rejets, la froideur des japonais pour l'étrangère, l'incroyable docilité des femmes de ce pays , leur statut compassé , la soumission humiliante à leurs maris( pour une européenne )——- l'hypocrisie , les faux semblants, les non- dits , les courbettes , le manque de modernité mais aussi au fil du temps l'évolution et les techniques modernes, la guerre ——-l'attitude intraitable de la vie des gens teintée de sauvagerie afin de préserver leur respectabilité, le silence des autorités——
Portrait original , profond , moderne , sensible et maîtrisé de Mary courageuse et indomptable, modernité et choc des cultures, adaptation passionnante , incroyable , de cette femme à une culture qui lui est totalement étrangère dans des conditions dramatiques .
Un roman coup de coeur hors norme que l'on ne peut que conseiller .( 475 pages ) .
Extrait :
«  J'ai parfois le sentiment que les Japonais sont d'une dureté totale envers tout ce qui ne concerne pas leurs «  îles » , ni leur fameux «  Nationalisme ».
Je me demande si ce roman historique magnifique n'est pas un temps soit peu « autobiographique . »
L'auteur est né en 1913 .

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6312
fabienne2909
  26 mai 2015
Quel courage hors du commun que celui de Mary Mackenzie, l'héroïne d'« Une odeur de gingembre », tout au long de sa vie !
Dans ce roman épistolaire, celle-ci quitte l'Écosse, sa mère, ses amis en 1905, à l'âge de vingt ans, pour retrouver le mari qu'elle s'est choisi, Richard Collingsworth, un attaché militaire britannique installé en Chine. Très vite, la jeune femme, d'une grande curiosité de la vie et plutôt ouverte d'esprit, se défait peu à peu des conventions victoriennes rigides avec lesquelles elle a été élevée.
Après quelques mois de vie commune, la jeune femme se rend très vite compte de l'erreur commise en épousant un homme qu'elle ne connaît pas : très loin de l'image que chacun s'était fait de l'autre, Mary et Richard ne s'entendent pas. En outre, elle ne parvient pas à se faire à la maison dans laquelle elle vit, et à la société diplomatique britannique, se faisant peu d'amis, à l'exception de diplomates français.
Mary étouffe donc rapidement dans cette vie trop étriquée et à laquelle elle souhaite échapper. La seule issue qu'elle trouve, sans le vouloir vraiment, est plutôt dramatique : à l'occasion de l'absence de son mari et de vacances avec ses amis français, elle devient la maîtresse, le temps de quelques après-midi, du comte Kentaro Kurihama, un officier japonais, de qui elle tombe enceinte.
Chassée par son mari, rejetée par sa mère avec qui elle n'aura plus aucun contact (à part les lettres que Mary lui envoie et auxquelles elle ne répondra jamais), elle arrive au Japon, protégée par le comte Kurihama qui l'installe comme sa maîtresse. Elle accouche d'un garçon qui lui sera enlevé par ce dernier, afin de le placer dans une famille japonaise. Au début du XXe siècle en effet, le Japon, même s'il s'industrialisait, était encore très ancré dans ses traditions, notamment celle des « yoshi », ces enfants adoptés par de grandes familles sans héritier, afin de perpétuer leur lignée.
Mary fera face, tout au long de sa vie, à l'adversité en gardant une force de caractère, un talent de compréhension de l'autre et de la civilisation japonaise (qui pourtant n'était guère accueillante vis-à-vis des étrangers) qui force le respect, à l'instar de l'arbre que Mary préférera dans le jardin de sa maison : « Il y a un autre arbre qui déplaît à Sato [le jardinier de Mary] jusqu'à l'en aigrir, très vraisemblablement parce qu'il n'arrive pas à l'identifier. Sato vient de Kyushu où le climat presque subtropical donne beaucoup de variétés exotiques, mais il n'a jamais vu d'arbre de ce genre. Il dit avec une sorte de haine dans la voix que c'est une chose étrangère. En réalité, cet arbre tout à fait inoffensif ne pousse pas bien vite et a d'assez jolies feuilles pointues qui rougissent en automne. Quand on froisse une de ces feuilles entre ses doigts, il se dégage une légère odeur de gingembre, et même si sa forme de buisson le rend un peu incongru dans un jardin japonais classique, surtout près du point crucial qu'est une lanterne de pierre sur une colline miniature, je refuse de laisser Sato y toucher. […] le fait qu'il dépare ainsi le restant du jardin, avec son allure de plante venue d'ailleurs, accentue encore, à mes yeux du moins, la perfection savamment entretenue de ce qui l'entoure ». Un arbre étranger comme elle, à l'aspect presque japonais comme elle, et qui ne se laissera pas abattre, même après les tremblements de terre : « J'ai jeté un coup d'oeil aux reste de mon vieux pin devenu quasiment du charbon de bois avant de monter sur le petit terre-plein d'où saillait le chicot de l'arbre à gingembre comme un piquet passé à la créosote. Je n'en croyais pas mes yeux, quand j'ai vu ce qui luttait contre les mauvaises herbes pour gagner sa part de soleil : une pousse verte toute nouvelle, émergeant d'un amas de racines noircies, et qui portait déjà neuf de ces feuilles aromatiques si facilement reconnaissables. J'en ai pincé une pour être bien sûre, qui m'a laissé sur les doigts cette odeur de gingembre ».
J'ai énormément aimé « Une odeur de gingembre » et son héroïne, pour la femme qu'elle est et son écriture, si poétique, vivante, belle. C'est le seul ouvrage à ma connaissance d'Oswald Wynd, ce qui est fort dommage, tant il a réussi à rendre le personnage de Mary vivant et crédible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          501

Citations et extraits (102) Voir plus Ajouter une citation
Calliope2017Calliope2017   01 juillet 2020
Armand dit qu'après les Britanniques les Français sont le peuple le plus arrogant du monde quand il s'agit d'apprendre d'autres langues. D'après lui, la véritable raison pour laquelle Napoléon voulait nous conquérir, c'est qu'il croyait dur comme fer que Dieu parlait français et qu'il était intolérable pour lui de penser qu'en passant la Manche qui ne fait qu'une vingtaine de milles on tombait sur les Anglais qui n'avaient aucun doute pour leur part que le Tout-Puissant avait toujours utilisé l'anglais pour communiquer avec l'homme, même quand il dictait les Tables de la Loi à Moïse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ssstellassstella   24 septembre 2018
J'ai jeté un coup d’œil aux restes de mon vieux pin devenu quasiment du charbon de bois, avant de monter sur le petit terre-plein d'où saillait le chicot de l'arbre à gingembre comme un piquet passé à la créosote. Je n'en croyais pas mes yeux, quand j'ai vu ce qui luttait contre les mauvaises herbes pour gagner sa part de soleil : une pousse verte toute nouvelle, émergeant d'un amas de racines noircies, et qui portait déjà neuf de ces feuilles aromatiques si facilement reconnaissables. J'en ai pincé une pour être bien sûre, qui m'a laissé sur les doigts cette odeur de gingembre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Gwen21Gwen21   11 novembre 2015
Une chose à laquelle je ne suis pas encore habituée, c'est l'odeur de Pékin. Elle vous suit partout, comme si elle était contenue à l'intérieur des murs de la ville. Ce n'est pas du tout une de ces odeurs épicées qu'on pense être la caractéristique de l'Orient, mais cela fait plutôt penser à du beurre rance qu'on aurait un peu fait chauffer dans une poêle. L'odeur semble surgir de partout, mais elle s'échappe d'une manière particulièrement tenace des couvertures de fourrure que l'on vous met sur les genoux dans les pousse-pousse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Annette55Annette55   02 août 2019
« On pourrait écrire un livre sur l’art des courbettes, qui est soumis à des règles encore plus strictes que la composition florale.
Il y a des courbettes pour ceux qui vous sont socialement égaux, selon les circonstances de la rencontre, il y en a pour les supérieurs, les domestiques, pour les commerçants et même pour Les conducteurs de tramways.
Il y a les courbettes des hommes aux femmes , toujours légères, et celle des femmes aux hommes, toujours très profondes , plus une collection impressionnante de courbettes aux femmes entre elles, qui sont un langage en elles- mêmes . »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          242
ssstellassstella   17 août 2018
Marie m'a expliqué ensuite que l'éducation des Japonais veut qu'ils ne prennent jamais leur repas avec les femmes de la maisonnée, et qu'il leur est impossible de s'habituer à s'asseoir autour d'une table avec des femmes. Marie dit qu'il lui est très souvent arrivé, au cours de dîners officiels qu'elle donnait chez elle, d'avoir l'impression que le comte Kurihama était sur le point de lui ordonner de retourner à sa place, à la cuisine, pour laisser les hommes entre eux à la besogne sérieuse de boire et de manger.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270

autres livres classés : chineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
754 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre

.. ..