AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

George Breitman (Éditeur scientifique)Guillaume Carle (Traducteur)Claude Julien (Préfacier, etc.)
ISBN : 2707154407
Éditeur : La Découverte (12/03/2008)

Note moyenne : 4.38/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Malcolm X demeure l'un des plus célèbres militants noirs américains. Devenu l'un des chefs de file du mouvement des "Blacks Muslims", il quitta celui-ci en 1964 pour créer une organisation non religieuse qu'il voulait plus politiquement engagée encore, l'Organisation de l'unité afro-américaine. Il avait découvert l'omportance qu'il y avait à relier le mouvement noir américain à ceux qui ailleurs combattaient la même forme de racisme et d'opposition.
Ce recuei... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Bobinou
  29 octobre 2014
Mes choix de lectures sont de deux ordres : la recommandation par une personne ou un média et la pulsion. Ici, c'est la pulsion qui a porté mon choix sur les discours de Malcolm X.
Orateur exceptionnel, comme le fut MLK, ses discours sont puissant, direct, clair et courageux. En effet, la connaissance du contexte noir américain aux States dans les années 60-70 permet de comprendre qu'il fallait avoir de sacrés corrones pour déclamer un discours comme la balle et le bulletin de vote.
Peut être parce que je n'ai pas leur talent, je suis en admiration devant ces personnages qui ont contribué à un changement radical, à une prise de conscience fondamentale simplement par l'usage... des mots et devant un public mixte.
Voilà un ouvrage incontournable pour connaître l'un des acteurs de la lutte contre la ségrégation raciale, le courage qu'il a fallu à ses hommes pour monter sur un podium et accuser dans les yeux des coupables, la barbarie blanche. Des discours qui montrent également l'énorme culture qu'avait cet homme et a la vue du contexte, je dis CHAPEAU.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
accro2livres
  31 janvier 2017
ca vous explose le cerveau de lire ca, c est vraiment une decouverte de la pensee d un homme a part
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
enkidu_enkidu_   25 avril 2017
A l’heure actuelle, avant de m’engager dans quoi que ce soit, je dois faire connaître clairement ma position. Elle est simple : je ne suis partisan d’aucune forme de racisme. Je ne crois en aucune forme de racisme. Je ne crois en aucune forme de discrimination ou de ségrégation. Je crois en l’Islam. Je suis musulman et je pense qu’il n’y a rien de mal à cela, qu’il n’y a rien de mauvais dans la religion islamique. Elle nous enseigne seulement à croire en Allah, notre Dieu. Ceux d’entre vous qui sont chrétiens croient sans doute au même Dieu car je pense que vous croyez au Dieu créateur de l’univers. C’est en ce Dieu que nous croyons, en le créateur de l’univers - la seule différence tient à ce que vous l’appelez Dieu tandis que nous l’appelons Allah. Les juifs l’appellent Jéhovah. Si vous compreniez l’hébreu, vous l’ appelleriez sans doute Jéhovah, vous aussi. Si vous compreniez l’Arabe, vous l’appelleriez sans doute Allah. Mais puisque l’homme blanc, votre ami, vous a, du temps de l’esclavage, dépouillés de votre langue, la seule langue que vous sachiez parler est la sienne. Vous connaissez la langue de votre ami, si bien que, lorsqu’il vous passe la corde au cou, vous invoquez Dieu, tandis qu’il invoque Dieu. Et vous vous demandez pourquoi celui que vous invoquez ne vous répond jamais ...

Elijah Muhammad nous avait enseigné que l’homme blanc n’était pas autorisé à pénétrer dans La Mecque et nous tous, qui le suivions, nous le croyions ... Quand je suis allé en Arabie et que je me suis rendu à La Mecque, et que j’ai vu ces gens, blonds, les yeux bleus, la peau claire, et tout et tout, j’ai dit : « Bon » , mais je les ai regardés de prés. Et j’ai remarqué que, s’ils étaient blancs et se disaient tels, il y avait toutefois une différence entre eux et ceux d’ici. Voici cette différence essentielle : en Asie, dans le monde arabe, en Afrique, là où il se trouve des musulmans, si vous en rencontrez un qui se déclare blanc, il ne fait qu’utiliser un adjectif pour décrire l’une de ses caractéristiques accessoires, rien de plus : il est blanc.

Mais quand le blanc des États-Unis vous dit qu’il est blanc, il entend autre chose par là. Écoutez le ton qu’il prend : pour lui, se dire blanc, c’est se déclarer le patron. C’est vrai, c’est ce que « blanc » veut dire dans cette langue-ci. Vous connaissez l’expression « libre, blanc et majeur » ; elle est de lui. Il vous fait savoir par là que blanc signifie : libre et maître. (p. 199)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
enkidu_enkidu_   07 décembre 2016
Auparavant, j’ai permis que l’on se servît de moi pour condamner en bloc tous les blancs, et ces généralisations ont injustement blessé certains d’entre eux. Mais mon pèlerinage à la Sainte Mecque a attiré sur moi la bénédiction d’une renaissance spirituelle et je me refuse dorénavant à condamner en bloc toute une race. Le pèlerinage que j’ai fait à La Mecque… m’a permis de me convaincre qu’il sera peut-être possible de guérir les blancs américains du racisme déchaîné qui les ronge et qui est en passe d’anéantir ce pays. A l’avenir, j’entends veiller à ne pas condamner un homme tant que sa culpabilité ne sera pas établie. Je ne suis pas un raciste et je ne souscris à aucune des dogmes du racisme. En toute honnêteté et en toute sincérité, on peut dire que je ne veux rien d’autre que la liberté, la justice et l’égalité : la vie, la liberté et la recherche du bonheur – pour tout le monde. Je me soucie avant tout du groupe d’hommes auquel j’appartiens, c’est-à-dire des Afro-américains, car, plus que tout autre groupe, nous sommes privés de ces droits inaliénables. (pp. 95-96)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
enkidu_enkidu_   07 décembre 2016
Il n’y a rien dans notre livre, le Coran, qui nous apprenne à supporter pacifiquement. Notre religion nous apprend à être intelligents. Soyez pacifique, poli, respectueux des lois, et des gens ; mais si quelqu’un pose la main sur vous, envoyez-le au cimetière. Voilà une bonne religion. A vrai dire, c’est la vraie religion des anciens temps. C’est d’elle que ma mère et mon père me parlaient : œil pour œil, dent pour dent, tête pour tête, vie pour vie. Voilà une bonne religion. Et nul n’ira déplorer qu’elle soit enseignée, si ce n’est le loup qui se prépare à faire de vous son repas.

C’est ainsi avec le blanc américain. Il est le loup et vous êtes le mouton. Tout berger, tout pasteur, qui nous dit, à vous et à moi, de ne pas fuir l’homme blanc, nous trahit, vous et moi. Ne laissez pas votre vie seule et sans la moindre défense. Non, préservez votre vie, c’est ce que vous avez de meilleur. Et si vous devez y renoncer, que le sacrifice soit réciproque. (p. 45)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Dans la catégorie : Sociologie des françaisVoir plus
>Groupes sociaux>Groupes raciaux, ethniques, nationaux>Sociologie des français (135)
autres livres classés : afro-américainsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1180 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre