AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782246471417
225 pages
Éditeur : Grasset (03/02/1993)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Menue, enfantine et presque muette, Jeanne Pottier assiste en absente à son propre procès. Elle a assassiné son mari, Claude, pour tenir une promesse: il lui a jadis demandé de le tuer s'il ne l'aimait plus.
Pendant quatre jours d'audience, témoins et avocats vont raconter un amour qui ressemble à bien d'autre : serments et trahisons, fidélités et petites tromperies... L'acquittement final ne détournera pas Jeanne de donner elle-même une conclusion au drame.... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Chocolatiine
  16 mai 2016
Depuis trois ans, Jeanne Pottier attend d'être jugée pour le meurtre de son mari, Claude. Enfin, le procès a lieu. Que s'est-il passé dans la tête de cette petite femme frêle, orpheline, "née de rien" comme se plait à dire son antipathique belle-mère?
Elle affirme que son mari lui avait fait jurer de le tuer s'il venait à "la désaimer" un jour. Et elle, folle d'amour, n'a fait somme toute que tenir sa promesse en le criblant de balles après un fatidique repas au restaurant.
Comme l'an dernier, j'ai choisi Françoise Xenakis pour la lettre X du Challenge ABC. Bien m'en a pris car j'ai adoré ce petit roman !
Qu'est-ce que l'amour? La jalousie? Qui est, au fond, Jeanne? L'aurions-nous acquittée ou condamnée? Mine de rien, ce livre invite à un certain nombre de réflexions...
Challenge ABC 2015/2016
Challenge Petits plaisirs 2016
Commenter  J’apprécie          190
bdelhausse
  12 février 2015
[Notes de lecture en cours] Je connais l'auteure de nom. de renom... Elle est sympathique, ne glose pas en interview, et parle un langage vrai (à mon avis). Elle parle bien des romans, de la lilttérature. Ce sont aussi des choses qui importent à mon goût.
Osons dire les choses également: je n'aurais jamais lu Françoise Xenakis si je n'avais entamé un Challenge ABC... et si ma bibliothèque n'avait qu'elle comme auteur en X...
J'ai eu beaucoup de mal à avaler les 41 premières pages... de prologue. D'ailleurs, je m'interroge toujours. Quel est le but de ce prologue? Il nous dit tout... Il détaille les faits, du moins j'en ai eu le sentiment. Dès lors, les 4 jours de procès, le lecteur les vit un peu en observateur, détaché.
N'aurait-il pas été plus judicieux de nous plonger directement dans le procès et de nous transformer, nous lecteurs, en juré...?
Le procès proprement dit voit une mise en perspective des déclarations et des sentiments des gens. L'auteure donne bien à voir comment chacun va absorber les éléments du procès en fonction de son vécu (passé et présent, comme la greffière qui se reconnaît en l'accusée). le récit abonde en digressions qui, loin de nous casser le cours du récit, nous plongent encore davantage au coeur de l'action. Les digressions sont des formules de style avec lesquelles je suis familier. Cela renforce le propos, tonifie le récit. Je trouve cela très fort.
Le premier jour du procès permet à l'auteure de développer les psychologies des seconds rôles, comme la juge, la mère du défunt, etc. L'épisode de la greffière est bluffant. On a un mélange d'ironie, d'humour et de réalité tout à fait frappant. Et c'est vraiment ça le point fort de Françoise Xenakis, cet humour à froid, teinté d'émotion, de sensibilité, d'humanité.
Les second et troisième jours sont plus brièvement décrit. On passe. C'est la révélation du profil de l'accusée. Elle explose littéralement. Personnellement, j'ai moins accroché à ce que Françoise Xenakis donne à voir du personnage central. Mais il y a des passages très forts. Cette auto-flagellation, cet amour jusqu'au-boutiste...
Le quatrième jour du procès est tout à fait conforme aux attentes du lecteur. le récit se termine sur une chute, mais le lecteur n'est pas vraiment surpris. Chapeau à l'auteure pour accepter d'aller au bout de sa logique. Cela dit, et même si j'admire les auteurs qui osent aller au bout des choses, j'ai quand même eu le sentiment d'un peu de pathos et du "les choses auraient pu être différentes si...", qui ne me semble pas cadrer avec l'ensemble du livre.
Une belle découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
badpx
  19 août 2017
Sans le challenge ABC je n'aurais jamais lu un roman de Françoise Xenakis. Ce n'est pas que je n'en avais pas envie, mais juste que je n'avais jamais entendu le nom de cette auteure.
Et encore une fois, un challenge a été l'occasion d'une formidable découverte.
Ce court roman est particulièrement intense. Au travers, du procès de Jeanne Pottier, et des réflexions des intervenants successifs à ce procès, on est amené à s'interroger sur l'amour, la trahison, la passion, la vengeance... Et qu'aurions nous fait à sa place ? et qu'aurions nous décidé à la place du Jury ? Condamnation ou acquittement ?
Je pense que je n'ai pas fini de penser à cette lecture. C'est très fort.
Commenter  J’apprécie          91
Yuzel
  27 avril 2016
Je n'ai pas été très emballée par cette histoire. Je n'ai pas détesté mais je n'ai pas adoré non plus. Ce n'est pas vraiment ce à quoi je m'attendais en lisant le résumé. C'était assez plat je dois dire.
Je vais essayer d'écrire mon avis en spoilant le moins possible mais ça ne va pas être évident...
La première chose qui m'a perturbée, c'est la narration. Je ne m'en suis pas rendue compte tout de suite, et je ne suis toujours pas sûre, que la narration est faite par un narrateur extérieur. Parfois, on a, malgré tout, l'impression que c'est un des personnages qui parle. Ca m'a fait bizarre car j'ai eu cette impression de ne plus avoir eu ce genre de narration depuis l'école. Je dois être trop habituée aux romans actuels où on a le point de vue du personnage principal.
Ensuite, quelques petites digressions dans la narration m'ont parfois obligée à relire ma phrase afin de pouvoir réellement la comprendre.
Le récit relate le procès de Jeanne Pottier, qui a tué son mari à cause d'une promesse. Cette promesse qu'elle lui a fait est la suivante: il lui demande de le tuer si jamais il ne l'aimait plus. Ce qui, on s'en doute, est arrivé. Je m'attendais à commencer le livre directement avec le procès mais l'auteure a choisi de d'abord nous raconter l'histoire de Jeanne et son mari et les événements qui l'ont amené à son geste. C'est plutôt un bon point. Cela permet aux lecteurs de comprendre, Jeanne, en quelque sorte, de comprendre ce que les gens ressentent pour elle aussi et puis de détester son mari au plus au point, pour ma part. Parce qu'au fil de la première partie de l'histoire, l'avant-crime, on va voir que cette promesse va être quelque peu nuancée.
Pour la seconde partie de l'histoire, le procès, ça s'éparpille un peu. On a le "point de vue" des personnages principaux du procès, à savoir, la présidente, la greffière, les avocats, etc. On va en fait nous faire part de leurs pensées et, par là, leur questionnement par rapport à l'affaire. Ceci dans le but de nous exposer le sens de l'histoire: jusqu'où est-on prêt à aller par amour?
On a quand même une petite dose d'humour dans la tournure de phrase, propre à l'auteur je pense, mais qui, pour moi, ne suffit pas.
Quant à la fin, elle est assez prévisible une fois qu'on termine le procès, qui lui est assez illogique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
veronic68
  18 juin 2018
Jeanne Pottier va être jugée pour le meurtre de son mari. Cela fait trois ans qu'elle attend son procès. Son mari, elle l'a tué par amour suite à une promesse qu'elle lui a fait.
Ce livre retrace les 4 jours de procès. Durant ce procès, on en apprend un peu plus sur la vie de Jeanne et surtout sur l'amour qu'elle portait à son maris.
C'est également l'occasion d'avoir les réflexions des personnages qui participent à ce procès : la présidente, la greffière, les avocats et même la maîtresse de l'avocat de la défense. Chacun va revoir ses amours avec le prisme de l'amour inconditionnel de Jeanne.
Le style m'a un peu rebuté, mais le fond et la forme (les points de vue des autres personnages) sont intéressants.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
araucariaaraucaria   15 mai 2018
(...) Nos corps se sont brûlés l'un contre l'autre, ça n'a rien de tragique. Ne transforme pas notre amour en drame. Ris. Essaie toi aussi, j'ai plein de copains : la femme d'un ami c'est un lien de plus, et après tu m'en aimeras que davantage! Comprends-moi, moumoune, - il en rajoutait et s'en voulait et lui donnait alors un de ses plus beaux sourires -, tu vois, ça m'a flatté d'être ton seul homme et maintenant ça m'emmerde. Comment savoir que tu m'aimes plus qu'un autre puisque tu n'as jamais voulu aimer que moi? Je serais bien plus fidèle si tu me trompais, mais ta rigidité de couventine t'en empêche... et nous loupons quelque chose tous les deux. Crois-moi.

Elle avait fini par accepter ses aventures puisqu'il était toujours son ami, son tendre ami et c'était doux de s'endormir parfois, l'un contre l'autre ni affamés, ni assoiffés de l'autre, après qu'il fut revenu, apaisé, d'une de ses aventures qui, il est vrai, semblait ne lui laisser aucune trace.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
araucariaaraucaria   16 mai 2018
Lorsqu'elle entendit la gardienne tourner le clé de la porte de sa cellule, elle se sentit envahie, immergée dans un immense et profond calme, et s'entendit dire : "Je suis rentrée à la maison." Et c'est avec plaisir, oui plaisir qu'elle retrouva cette atroce odeur de prison. Au couvent, déjà, l'odeur était la même... l'enfermement le même. Le couvent et la prison : deux intérieurs de ventre immondes. Elle s'y sentait chez elle... Là, il ne pouvait plus rien lui arriver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
saphoosaphoo   20 décembre 2009
“Bonheur total. Bonheur pur … C’était quand ? Tu me demandais, je le vois dans tes yeux : que fais-tu de tes jours… tu t’agaçais de mes journées que j’usais, disais-tu, à rien.Je t’aimais et ça me mangeait tout mon temps. Je t’aimais et ça mobilisait tout en moi, même si tu ne le savais pas, même si ça ne te donnait rien dans l’immédiat, même si j’avais l’air absente, je t’aimais durant tous ces jours que je jetais, je t’aimais pour moi, en femme, tandis que toi tu m’aimais pour moi…”

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
ChocolatiineChocolatiine   16 mai 2016
La vie n'est-elle pas une vallée de larmes qu'il faut boire goutte à goutte?
Commenter  J’apprécie          170
ChocolatiineChocolatiine   18 mai 2016
Ô mon impatiente, si quelqu'un avait pu te dire, te faire comprendre que tout, tout se calme, même les pires douleurs. Mais tu étais trop seule...
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Françoise Xenakis (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Françoise Xenakis
Interview de Françoise Xenakis pour "J'aurais du épouser Marcel".
autres livres classés : procèsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1896 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre