AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782867468803
384 pages
Éditeur : Liana Lévi (19/01/2017)

Note moyenne : 3.92/5 (sur 119 notes)
Résumé :
Liborio n’a rien à perdre et peur de rien. Enfant des rues, il a fui son Mexique natal et traversé la frontière au péril de sa vie à la poursuite du rêve américain. Narrateur de sa propre histoire, il raconte ses galères de jeune clandestin qui croise sur sa route des gens parfois bienveillants et d’autres qui veulent sa peau. Dans la ville du sud des États-Unis où il s’est réfugié, il trouve un petit boulot dans une librairie hispanique, lit tout ce qui lui tombe s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (42) Voir plus Ajouter une critique
Cannetille
  17 décembre 2019
Après une enfance misérable et maltraitée, sans famille, sans nom et sans âge, le jeune Mexicain Liborio a survécu par miracle à sa terrible traversée clandestine du Rio Grande et du désert américain. Engagé comme homme à tout faire dans une librairie hispanique, il est souvent obligé de jouer des poings pour défendre ses maigres et fragiles acquis, surtout lorsqu'il ose lever les yeux sur Aireen, jeune femme blanche du quartier. Entre le monde des mots qu'il découvre dans les livres et celui des coups qu'il donne et reçoit avec une rage bientôt remarquée par un ancien boxeur déchu, réussira-t-il à échapper à la « migra » et à l'expulsion, et, dans ce cas, à la marginalité violente et miséreuse qui menace d'avoir sa peau ?

Dès les premières lignes, l'on est cueilli par l'écriture mordante, semée de jurons, de mots déformés et inventés. Déroutée au premier abord, je me suis très vite retrouvée subjuguée, totalement séduite par le style de narration aussi inventif que poétique, qui réussit à restituer avec une incroyable véracité les réactions d'un gamin des rues doté d'une vitalité, d'une intelligence et d'une spontanéité irrésistibles, à faire déborder la tendresse des expressions les plus triviales, à nous régaler d'un humour né d'une sincérité décalée, et à nous éblouir de traits et d'images surprenants de justesse et de beauté.

Liborio, le narrateur, frappe autant avec ses poings qu'avec ses mots, laissant le lecteur K.-O. au fil de ses innommables mésaventures, tant contemporaines que passées, les réminiscences de son enfance surgissant constamment pour donner au récit un relief saisissant de réalisme et propre à faire froid dans le dos. J'ai vraiment eu l'impression de toucher du doigt le malheur de ce gamin né au fond de l'enfer, nourri de sa rage de survivre, doté du courage de qui n'a rien à perdre, et qui, après tant de souffrances et d'exploits, se heurte au mur de la clandestinité aux Etats-Unis.

Le dénouement m'a certes semblé un peu trop tendre et positif, suscitant chez moi une infime et toute relative frustration : il m'aurait paru plus crédible de rester jusqu'au bout dans la même tonalité percutante, avec un Liborio toujours sur la brèche d'une vie dramatique, à jamais marquée par un tel parcours.

Ceci n'enlève rien à mon coup de coeur pour ce livre marquant et bluffant, qui m'a tant surprise par son style narratif éblouissant d'inventivité, percutant de réalisme, irrésistible d'humour et de tendresse, et semé de phrases à la beauté d'autant plus déconcertante qu'elles utilisent souvent un vocabulaire pas vraiment académique. Cet extraordinaire premier roman, publié à dix-neuf ans par Aura Xilonen, me fera suivre de près les futurs ouvrages de cette toute jeune écrivain.

Lien : https://leslecturesdecanneti..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          708
Allantvers
  02 avril 2017
Michel Audiard chez les clandestinos !
C'est avec une verve inventive et revigorante que la toute jeune auteure mexicaine Aura Xilonen fait parler Liborio, un jeune « dos mouillé » fraîchement mais péniblement passé de l'autre côté de la frontière. Embauché comme homme à tout faire dans une improbable librairie hispanique, il se met à dévorer tout ce qui lui tombe sous la main, et tombe éperdument amoureux de la jolie voisine en face. Puis sera recueilli dans un foyer miséreux pour jeunes orphelins, où lui sera insufflée la force de prendre sur le ring un nouvel envol…
Il semble qu'un ange gardien le protège notre chétif Liborio, et son parcours tient du miracle au vu de tous les coups qu'il prend dans la gueule tout au long du roman ! Des coups que ne manque d'ailleurs pas de rendre au centuple notre petit gabacho, tout en nerfs, en mots, instinct de survie et sensibilité à fleur de peau.
Un récit bourré de punch, d'uppercuts verbaux, de détresse, d'humour, porté par une langue ébouriffante qui perd en énergie ce qu'elle gagne en tendresse au fil des aventures de Liborio qui, s'il n'a pas encore gagné à la fin de l'histoire d'Eden américain, ne se sent quand même plus « comme une betterave la bite à l'air ».
Un premier roman primé et prometteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          413
nadiouchka
  19 juin 2020
On avait dit de Aura Xilonen qu'avec son premier roman, « Gabacho » («La dernière bombe d'une jeune romancière mexicaine » :  »Elle prenait la littérature comme sport de combat. » Ou que « Gabacho est l'art du bourre pif à la mexicaine »…..
Mais que signifie « Gabacho  ?» J'ai trouvé que c'était le surnom donné par les Espagnols pour qualifier les Français et que cela a dérivé en un terme péjoratif signifiant : « plouc. »
Ici, nous avons un héros : Liborio, le narrateur., un jeune voyou qui erre dans la jungle urbaine du sud des États-Unis et il le fait à coups de poings ainsi que de mots. Au fait, en parlant de mots, c'est très riche en termes plus que truculents et on pourrait dire que ça ressemble à du Audiard (première idée qui vient à l'esprit). Je précise que j'ai relevé très peu de citations car je ne pense pas pouvoir caser des mots tels que « fuck » - « le vioque » - « crevard » et ça ce n'est rien à côté d'autres mots…
Liborio après avoir traversé le Rio Grande à la nage (une route bien connue des migrants), trouve du travail dans une librairie miteuse comme le libraire, qu'il appelle Boss (celui-ci le traite de pédoque -de cervelle de poisson rouge, etc...) : « Cervelle de poisson rouge, mets-toi à lire ne serait-ce que ces saloperies de quatrièmes de couverture pour savoir de quoi ça parle, être capable de vendre un putain de bouquin et pas rester toute ta vie un abruti fini.
C'est donc le flingue sur la tempe que je me suis shooté avec une bonne dose de conneries écrites au dos des livres. J'en ch..is sang et eau, parce que lire, bordel, ça fait mal aux yeux au début, mais petit à petit l'âme se fait contaminer. le soir, j'embarquais des petits livres encore chastes sur ma mezzanine et le matin, je les redescendais dépucelés. « 
Mais un jour, à force de ranger les livres pour pouvoir regarder de l'autre côté, car il lorgne une « gisquette » (Aureen), ennuyée (pour ne pas dire « em...dée ») par un « crevard », et distribue des beignes à tout va : «Bim ! Bam ! Boum ! Et que je lui pète les dents jusqu'à ce qu'il ait le nez dans son sirop, rouge, bien épais. »
C'est que notre Liborio est peut-être un dur à cuire, mais il a aussi le coeur tendre. Mais le problème est que Liborio se fait lui aussi tabasser par d'autres voyous.
Heureusement que la chance tourne et on le repère pour faire de la boxe: «  Allons droit au but, bro. Je suis lutteur professionnel. (…) Je peux pas faire mon come-back dans la lutte, mais dans la boxe, personne me connaît. du coup, je suis peinard. La seule chose c'est qui me manque un sparring partner à la hauteur pour faire bosser mon champion. » (p.70) Sa vie va enfin changer en entraînements de plus en plus durs – des combats où il se fait sa place – bref, il prend la revanche sur sa vie. Il dit : « Faut pas grand-chose pour survivre. Pour vivre, par contre, je sais pas. »
C'est plein d'humour – de réalisme – d'émotion – un roman initiatique – on ressent de la colère – on voit comment il va faire sa place au soleil (quand il y en a) – sans oublier cet amour fou pour Aureen qui le prend en pitié et finalement s'intéresse à lui – je passe sur un tas d'autres personnages qui mériteraient que l'on dise un mot sur eux mais place à la découverte.
En lisant ce livre, j'ai pensé à la traductrice #Julia Chardavoine en me disant qu'elle avait certainement été bien servie du point de vue du texte. Bravo et c'est un exploit que ce travail. D'ailleurs, elle a reçu le Grand Prix de la traduction de la ville d'Arles en 2017.
Ô et puis dans le fond, peu importe qu'on aime le livre ou pas : « Fuck de fuck ». J'ai bien apprécié et beaucoup ri malgré le contexte principal et c'est le lecteur qui reçoit un coup de poing au fil des pages dont le style est vraiment décoiffant !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          312
Patsales
  01 mars 2020
Liborio rêve de devenir un gabacho, un homme du Nord, un gringo, quoi, lui l'Indien, le Mexicain, le dos mouillé. Sans-logis, sans-papiers, ver de terre amoureux d'une étoile, avec les sens concaténassés et des guilis dans les tripes, en chômage technique depuis que la librairie hispanique où il se faisait exploiter par un Boss en mode algorithmique a été dévalisée, Liborio a pourtant des atouts non négligeables: un pied capable de se transformer en bazooka, au point que vos couilles vous remontent dans le cerveau, et une droite qui vous fait dégringoler sans pouvoir vous rattraper à quoi que ce soit, ne serait-ce qu'à l'air.
Liborio traverse le désert avec une hâte épineuse, une couronne de bleus sur la tronche. Il tombe nu, comme une tortue sans carapace, les bras en croix. Pour échapper aux balles il s'enterre avant de retrouver l'air libre, tel un ressuscité de la tombe. Une gisquette (Marie-Madeleine?) lui lave les pieds. Quand il met pour la première fois des Nike, il a l'impression de ne plus marcher sur la terre mais de flotter dans l'espace densifié. Il a une conscience triumvirat (le Père, le Fils, le Saint-Esprit?). Bref, Liborio est un Jesus de notre temps, mais qui file des torgnoles au lieu de tendre l'autre joue. Du coup, les paralytiques ne marchent pas mais elles deviennent avocates (et c'est bien aussi) grâce aux aides miraculeuses apportées par les victoires express du nouveau champion (Qui s’exprime moins sur le mode du « Lève-toi et marche », que sur celui de « Couche-toi et tourne de l'oeil »).
Quand les victimes deviennent des super-héros, c'est jouissif. Quand un roman est capable d'énumérer les églises presbytériennes, évangélistes, baptistes, chrétiennes, mahométanes, bouddhistes, zoroastriennes, scientologiques, androgynes, bluesesques, , jazzesques, soulesques, arabesques, thermopylo-jupitériennes, mythologiques, catholiques, orthodoxes, hétérodoxes, pédoxes, irrévérends, pasteurs, curés, prêtres, abbés, docteurs, philosophes, musiciens, barbituriques métaphorisants, oeilnoir, oeilblanc, oeilaveugle, oeil-de-boeuf, athées, mécréants, chanteurs adrénalinophiles, récitants et comédiens rois de l'arnaque et de la magouille, c'est jubilatoire. Et quand on apprend que l'auteur de cette prose ébouriffante vient juste d'avoir 20 ans, on se dit qu'on n'a pas fini d'en prendre plein la tronche. Alleluia ! Ou plutôt, comme le dit Liborio, Fuck!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          325
Mimeko
  06 septembre 2019
Le jeune Liborio, mexicain, survit grâce à des petits boulots et à son sens de la débrouille...A seize ans, en situation illégale, il nous conte son histoire ou plutôt ses histoires, son travail chez un libraire hispanique - le Boss - qui l'exploite, le maltraite mais lui permet d'accéder aux livres qu'il va dévorer lors des moments de repos planqué sur la mezzanine de la boutique, les passages à tabac par les gars du quartier, et puis Aireen, l'amour platonique du gamin, qui habite avec son grand-père handicapé, en face de la librairie. Quand le Boss disparaît, le gamin doit trouver à la fois le gîte et le couvert, l'occasion de vivre des évènements et de faire des rencontres qui vont transformer Liborio.
Gabacho est un roman d'apprentissage, un roman picaresque où l'on fait la connaissance de Liborio 16 ans mexicain qui a fui son pays, débrouillard et futé, pouvant en découdre avec les poings si nécessaire. Entre sa vie de jeune migrant installé dans cette ville frontalière où il prend ses marques, et les réminiscences de son passage de frontière difficile et sa survie, Liborio laisse parler à la fois son cœur et sa colère. Au fur et à mesure des aventures, c'est l'occasion de découvrir une galerie de personnages entre le patron grossier mais protecteur, la journaliste exubérante, les boxeurs et leurs entraîneurs, ou la petite Naomi, autant de rencontres tantôt truculentes, tantôt tragiques ou violentes.
Avec une narration très vive, intelligente, utilisant des néologismes, des déformations de mots renouvelant une prose toute rabelaisienne, Aura Xilonen nous fait partager le quotidien de ce gamin plein de ressources, d'énergie, qui se bat pour survivre et rebondit intelligemment en saisissant les mains qui se tendent dans un parcours de vie plus qu'initiatique.
Gabacho est un roman intelligent écrit alors qu'Aura Xilonen n'avait que 19 ans...
Picaresque, trash et poétique...un coup de coeur
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          231


critiques presse (3)
Bibliobs   22 février 2017
S'ils avaient pu lire « Gabacho», la dernière bombe d'une jeune romancière mexicaine, Céline aurait peut-être décidé de faire des confitures, et Françoise Sagan, du tricot.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Lexpress   06 février 2017
Aura Xilonen, prodige mexicaine des lettres.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Actualitte   31 janvier 2017
Quelques phrases suffisent pour basculer sans s'y attendre dans l'univers explosif et fougueux, indocile d'une très jeune et très douée écrivaine mexicaine, Aura Xilonen.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (48) Voir plus Ajouter une citation
Nanako-MaiNanako-Mai   30 juin 2020
L'avenir, j'imaginais que ça reviendrait à tracer ma route sans compter les jours, les heures empoisonnées, les secondes cadavériques qui s'annihilent en s'unissant les unes aux autres pour former des légions de soixante suicidaires.
P.31-32
Commenter  J’apprécie          00
fanfanouche24fanfanouche24   25 avril 2018
J'en chiais sang et eau, parce que lire, bordel, ça fait mal aux yeux au début, mais petit à petit l'âme se fait contaminer. Le soir j'embarquais de petits livres encore chastes sur ma mezzanine et le matin, je les redescendais dépucelés. (...)
C'est que le Boss, il aimait ses livres, à chaque fois qu'il vendait un bouquin, il avait l'impression de vendre son âme. (p. 19)
Commenter  J’apprécie          201
MimekoMimeko   31 août 2019
Des blancs, des noirs, des jaunes, des roses, des imberbes, des grands, des petits. Ils sont là, à promener leurs toutous sur le chemin en ramassant leurs cochoncetés dans des sacs plastiques. Ou bien greffés à leurs iPods en train de faire leur footing du matin ou du soir, les oreilles menottées à des écouteurs qui servent de rempart à leur solitude; la musique, pour moi, c'est comme un bouclier, ça permet de naviguer sans que jamais on vienne t'emmerder. Y en a pléthore des gens comme ça, dans le parc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
AllantversAllantvers   26 mars 2017
"Cervelle de poisson rouge, mets-toi à lire ne serait-ce que ces saloperies de quatrièmes de couverture pour savoir de quoi ça parle, être capable de vendre un putain de bouquin et pas rester toute ta vie un abruti fini".
C'est donc le flingue sur la tempe que je me suis shooté avec une bonne dose de conneries écrites au dos des livres. J'en chiais sang et eau, parce que lire, bordel, ça fait mal aux yeux au début, mais petit à petit l'âme se fait contaminer. Le soir, j'embarquais des petits livres encore chastes sur ma mezzanine et le matin, je les redescendais dépucelés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
GabySenseiGabySensei   08 mars 2017
On voit que dalle sur cette route de merde qui serpente comme une couleuvre, juste une flopée de phares de bagnoles qui vont et viennent dans ce bois de banlieue. Leurs maudites lumières me tatouent les yeux comme si j'étais un lapin ou un chat complétement débile, terrorisé : un chalapin imbécilement chassé à la lampe. Les pierres me font mal, c'est que je suis sorti pieds nus de cette maison à la con. La douleur, vive, part de la plante des pieds et me remonte jusque dans la colonne ; et les pierres s'accumulent, comme des aiguilles sur mes nerfs. Je vois la ville au loin, ses réverbères térébenthine qui dessinent les lignes abruptes des gratte-ciel où quelques bureaux sont encore éclairés. Leurs lumières rouges, qui dans la confusion de tout à l'heure me faisaient penser à des phares, ont l'air désormais de boutonnières lugubres, cousues sur le firmament nocturne. "Fuck you." Je continue à gueuler ma colère dans les airs comme la pluie une nuit d'ouragan, et j'avance, à cran, vers la ville, comme un pèlerin sempiternel. Quelle connasse, cette bonne femme, je me dis. Y en a pas un qui essaye pas de profiter de toi, espèce d'abruti. Tous les mêmes. Je continue à marcher, à faux pas, sur le fil de l'air.

(P115-116)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Aura Xilonen (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Aura Xilonen
Aura Xilonen - Gabacho
autres livres classés : littérature mexicaineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Aura Xilonen (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Coupe du monde de rugby : une bd à gagner !

Quel célèbre écrivain a écrit un livre intitulé Rugby Blues ?

Patrick Modiano
Denis Tillinac
Mathias Enard
Philippe Djian

10 questions
844 lecteurs ont répondu
Thèmes : rugby , sport , Coupe du mondeCréer un quiz sur ce livre

.. ..