AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226078037
Éditeur : Albin Michel (03/05/1995)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Cris rassemble les nouvelles de la période du 4 mai 1919 où s'épanouit le mouvement pour la Nouvelle culture, qui revendique l'usage de la langue vernaculaire et s'en prend au moralisme confucéen. Certaines d'entre elles, comme " Le Journal d'un fou " ou " L'édifiante histoire d'A-Q ", sont devenues canoniques. D'autres, comme " Terre natale " ou " L'opéra de village ", représentent sur un mode élégiaque la Chine rurale du bas-Yangtse dans laquelle a grandi Lu Xun. ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
fanfanouche24
  30 juin 2019
Relecture juin 2019---

Faisant de nouveaux rangements dans ma bibliothèque qui déborde
de partout....j'ai ressorti un recueil de nouvelles m'ayant été offert en juillet 1995...., que je viens de relire... Textes brefs d'un auteur chinois célébrissime... qui nous explique dans une préface de 1922 ses intentions d'écriture et son parcours.... [dont j'avais oublié la formation médicale...révolté qu'il était par les nombreux escrocs médecins traditionnels qui abusaient des pauvres gens....dont son père qui en avait été victime...] Ceci n' est qu'une parmi d'autres peines que Luxun libère dans ces "Cris"... :
"Lorsque j'étais jeune, j'ai fait moi aussi, beaucoup de rêves. Mais j'ai oublié la plupart d'entre eux, ce qui ne me cause aucun regret. Si ce qu'on appelle se souvenir procure parfois du plaisir, il est inévitable que cela fasse parfois aussi de la peine, et l'on peut alors se dire qu'il n'y a guère de sens à laisser l'esprit traîner ainsi avec soi l'affliction des jours révolus.
Mais ma peine à moi, c'est ce que je ne puis tout oublier, de là sont nés les récits qui composent-Cris- (p. 13) [Préface de Luxun ]
Un recueil de nouvelles parues antérieurement dans différentes revues...
Une mine d'informations sur les coutumes, traditions chinoises, les
soubresauts politiques, les différentes "révolutions", les violences et
injustices terrifiantes au fil des changements de régimes [entre
l'omniscience terrifiante du régime impérial, sa chute, l'avènement de
La République Chinoise...], le cloisonnement paralysant entre les
classes sociales, la misère immense du peuple, les taxes l'écrasant, etc.!
Luxun exprime à travers ses personnages ses colères, ses découragements
envers son pays fermé, en retard, ou en mutations trop chaotiques, les tortures, emprisonnements pour les dissidents, les enseignants non payés, les dysfonctionnements multiples de l'état , un ensemble de tristesses sans fin...!!
Parmi mes préférées, "Histoires de cheveux", et "Mon pays natal"... sans oublier l'intérêt pour deux autres textes importants (publiés ensuite séparément chez Stock, dans la petite Bibliothèque cosmopolite): "Le Journal d'un fou" (1918), et "Histoire d'A.Q. : véridique biographie"(1921)....
"Ton pays était comme cela. Il n'a pas fait de progrès, mais peut-être n'est-il pas aussi désolé qu'il en a l'air. C'est ton humeur qui a changé, voilà tout." Il est vrai que pour ce retour au pays, cette fois, le coeur n'y était pas. Je revenais dans mon pays pour le quitter. [Mon pays natal, p. 111]
A la fin de chaque nouvelle, des notes et commentaires précieux pour expliciter les événements historiques, ainsi que les significations des traditions, coutumes chinoises...
La préface de Luxun nous apprend que son premier objectif aurait été d'être médecin, et d'améliorer ainsi le sort des plus faibles, dans son pays... et puis le désabusement, le doute l'ont saisi, il s'est décidé et s'est orienté avec conviction vers la littérature , songeant que pour changer en profondeur une société, il faut d'abord changer les mentalités anciennes , et donner des outils aux individus pour exercer leur libre-arbitre !
Un auteur -phare dans l'histoire de la littérature chinoise...qui s'engagera par ses écrits, toute son existence, pour une Chine meilleure, pour les nouvelles générations !
Un recueil très significatif de textes très différents ...mais exprimant tous , les sentiments très ambivalents ainsi que les colères de Luxun envers les régressions et aberrations des gouvernements successifs de son pays...ayant cru lui-même dans la Nouvelle République...ayant succédé au régime impérial !
"Ecrit entre 1918 et 1922, le recueil de nouvelles intitulé -Cris- est non seulement la première oeuvre de fiction de la langue chinoise à l'heure où elle se débattait douloureusement pour tenter d'échapper à la gangue de ses traditions millénaires. le succès de ces textes qui donnèrent à leur auteur un renom immédiat vint de ce qu'ils répondaient exactement
à l'attente de la jeunesse à qui ils étaient destinés, la jeunesse que ces "cris" voulaient "réveiller", la génération pour laquelle, aux alentours du "Mouvement du 4 Mai" (1919), Luxun forgea la langue neuve indispensable à la pensée nouvelle, la forme d'emblée parfaite dans laquelle la littérature encore à naître allait pouvoir se couler. "---Michèle Loi, janvier 1992 (p. 9)

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          306
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
SeshetaSesheta   23 octobre 2010
A partir de ce moment-là je goûtai un ennui que je n'avais jamais éprouvé. A l'époque je n'en comprenais pas la raison ; ensuite il me sembla qu'il s'expliquait ainsi : si les propositions de quelqu'un rencontrent l'approbation, il sera encouragé à avancer, si elles rencontrent l'opposition, il sera encouragé à lutter, mais si ses cris, lancés parmi des inconnus, ne suscitent aucune réaction, dans un sens ou dans l'autre, il se retrouve impuissant au milieu d'une terre vaine infinie - quelle tristesse ! Alors, je donnai à ce que j'éprouvais le nom de solitude.

(préface de l'auteur)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
SeshetaSesheta   23 octobre 2010
Quand j'étais jeune, j'ai moi aussi fait beaucoup de rêves ; j'en ai plus tard oublié une bonne partie, ce qui ne me semble guère regrettable. Ce qu'on appelle se souvenir peut certes procurer du plaisir, mais parfois aussi inévitablement un sentiment de solitude, un attachement des fils de la pensée aux jours révolus de solitude - quel intérêt cela peut-il bien avoir ? Moi, je souffre justement de ne pouvoir tout oublier, et cette part de chose que je ne parviens pas à oublier complètement est maintenant devenue la source de "Cris".

(préface de l'auteur)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
fanfanouche24fanfanouche24   27 juin 2019
Avant-propos

Ecrit entre 1918 et 1922, le recueil de nouvelles intitulé -Cris- est non seulement la première oeuvre de fiction de la langue chinoise à l'heure où elle se débattait douloureusement pour tenter d'échapper à la gangue de ses traditions millénaires. Le succès de ces textes qui donnèrent à leur auteur un renom immédiat vint de ce qu'ils répondaient exactement à l'attente de la jeunesse à qui ils étaient destinés, la jeunesse que ces "cris" voulaient "réveiller", la génération pour laquelle, aux alentours du "Mouvement du 4 Mai" (1919), Luxun forgea la langue neuve indispensable à la pensée nouvelle, la forme d'emblée parfaite dans laquelle la littérature encore à naître allait pouvoir se couler. ---Michèle Loi, janvier 1992 (p. 9)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
fanfanouche24fanfanouche24   28 juin 2019
Histoires de cheveux

Dès mon arrivée à Shangaï, j'achetai une fausse natte-cela coûtait deux yuan. Je me l' attachai sur la nuque et rentrai à la maison. Ma mère ne dit rien, mais certaines personnes de mon entourage, après avoir examiné quelle sorte de natte c'était là et découvert qu'elle était fausse, émirent un ricanement sinistre qui me déclarait bon pour la peine capitale. Il s'en trouva même une qui pensa aller me dénoncer aux autorités, mais la crainte que plus tard le parti révolutionnaire ne reprît le dessus la fit changer d'avis. (p. 89)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
SeshetaSesheta   25 octobre 2010
Ce matin, je suis resté assis tranquille un moment. Chen le Cinquième m'a apporté à manger : un bol de légumes, un bol de poisson à la vapeur. Les yeux de ce poisson, blancs et durs, sa bouche ouverte, étaient exactement identiques à ceux de cette bande de mangeurs d'hommes.

("Journal d'un fou")
Commenter  J’apprécie          220
Lire un extrait
Video de Lu Xun (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lu Xun
Interview with Zhou Lingfei, Lu Xun's grandson
Dans la catégorie : Littérature chinoiseVoir plus
>Littérature des autres langues>Littérature asiatique>Littérature chinoise (201)
autres livres classés : littérature chinoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
68 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre