AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Michelle Loi (Traducteur)Sha Qiu (Illustrateur)
ISBN : 2253049255
Éditeur : Le Livre de Poche (30/11/-1)

Note moyenne : 4.06/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Dans le petit village de Weizhuang, Ah Q est un misérable personnage qui rate tout ce qu'il entreprend. Pourtant, il retourne toujours la situation à son avantage et se persuade que tout va bien pour lui. Il a une très haute opinion de lui-même et songe que si les autres habitants le frappent, ils doivent se faire bien mal en lui tapant dessus... Arrive la révolution de 1911 et la fin de l'ère féodal. Ah Q veut activement participer à la Révolution ; les difficultés... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
gonewiththegreen
  07 juin 2018
Lu Xun est un auteur qui compte dans l'histoire de la littérature chinoise, puisqu'il est le fondateur de la littérature de langue moderne, aux alentours des années 1920, époque où la république a fait pschitt et où les seigneurs de guerre dépècent un état à l'agonie.
Ici , cette atmosphère de chaos est bien présente puisque l'action se situe en 1911 , année de la chute des Qing . le problème de la natte est largement évoqué: Cette natte, symbole du pouvoir mandchou des Qing, se devait d'être coupée par tout bon révolutionnaire. Il fallait être sur de son coup car si les Qing revenait au pouvoir , le temps qu'elle repousse....
Ici , AQ est un peu l'idiot du village .Une sorte de Grenouille du "parfum". Il est laid, méchant, sournois , raillé, rejeté.. La comparaison s'arrête là, pas sur qu'AQ ait la moindre facilité à distinguer deux fragances!
C'est le stéréotype du paysan affamé et illettré qui vit de petits boulots, boit, embête les femmes, vole pour vivre, se bat...
Ce court texte permet à l'auteur dans une période extrêmement troublée de faire passer des idées nouvelles , en s'appuyant souvent sur la pensée confucéenne, en dénonçant aussi le poids de la culture étrangère qui s'immisce en Chine à cette époque.
Les stéréotypes humains sont décriés, comme l'acceptation d'un riche puis son rejet dès que ses émoluments s'estompent. On ne parle même pas de la justice.
Juste une anecdote ;: La coutume voulait qu'en Chine , un condamné à mort chante un air d'opéra à la foule l'accompagnant dans son dernier trajet. le texte le plus chanté était : "Dans vingt ans , je serai de nouveau vivant,beau et brave garçon".
Un texte qui résume sans doute la pensée d'un peuple qui croît en sa bonne étoile malgré toutes ses souffrances.
Ce petit roman a sa place au panthéon de la littérature chinoise de part son coté historique mais aussi, bien sur , la qualité de ses propos.
Cependant, l'auteur semble jouer sur les subtilités de la langue chinoise ,comme l'explique la traductrice. Si cela ne perturbe pas la lecture, on est vraisemblablement privé d'une partie de la grandeur du texte et de ses subtilités.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
JacobBenayoune
  08 octobre 2015
Je suis encore subjugué par la magie de cette nouvelle. Son effet est étrange, le même qu'on a après la lecture du "Procès", on est comme hypnotisé, songeur, bouche bée.
Le titre pompeux de même que les titres des chapitres sont pertinemment choisis dans un but ironique. Ah Q n'est pas un héros légendaire pour qu'on écrive son histoire véritable. Mais le mot véritable laisse un soupçon concernant l'histoire légendaire de Ah Q. Existe-il alors une ou plusieurs histoires mensongères sur ce personnage curieux? L'auteur commence dans le premier chapitre qui est une sorte de préface par nous expliquer son choix du titre; un choix romanesque selon lui.
Ah Q est un ouvrier, maigre, pauvre, haineux, curieux, naïf, servile, cynique, belliqueux et poltron, qui entre dans des rixes d'où il sort battu et humilié, mais il trouve sa revanche bien forgée dans son esprit contre ses ennemis. La nouvelle a pour cadre historique la révolution de 1911 en Chine, et pour lieu un village où existe un abîme entre riches et pauvres. L'histoire de cette révolution apparaît dans cette nouvelle comme la guerre du Vietnam dans le film Forrest Gump, c'est-à-dire autour d'un idiot du village. Cette révolution inachevée voire ratée n'a rien changé au fond dans ces différences flagrantes entre riches et pauvres.
Dans cette nouvelle écrite progressivement (une progression en crescendo de l'humour à la tragédie) Lu Xun fait preuve d'un grand talent ; un talent plein de ruse dans la création d'un personnage complexe qu'il fait passer pour réel (une simple biographie) comme le ferait plus tard Borges, ainsi qu'un talent cruel qui mélange le comique le plus hilarant au tragique le plus amer comme son contemporain européen Kafka.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
Osmanthe
  14 août 2018
Ah Q est un journalier illettré, bien connu dans la petite ville de Weizhuang. Cet homme a une fâcheuse tendance à s'en prendre aux plus faibles que lui : gens désoeuvrés qu'il n'hésite pas à tabasser, femmes qu'il cherche à tripoter…alors qu'il est mielleux et couard avec les plus riches et les puissants. A ce tempérament un poil bête et méchant s'ajoutent entre autres défauts, un orgueil démesuré, des tendances sado-masochistes, une mégalomanie certaine, un goût trop prononcé pour la bouteille, et un instinct de voleur !
Cependant, une certaine naïveté et son peu de pouvoir de nuisance le rendraient presque attachant, d'autant plus que ses aventures parfois truculentes au sein de cette petite ville mettent en lumière la médiocrité de la faune locale, les autres personnages n'offrant pas non plus une image absolument exemplaire avec leurs différents travers, en particulier une veulerie généralisée.
Parmi ces aventures, Ah Q va crier son envie de faire l'amour à la servante de son patron M. Zhao, et s'en trouvera battu et congédié, reviendra quelque temps après ayant apparemment fait fortune….mais on le soupçonnera très vite d'avoir volé les biens qu'il revend, pour s'être déjà fait piquer en train de voler des navets dans le potager du temple local…vol de biens qu'il avouera bêtement dans un moment d'abandon rêveur à l'alcool…La rumeur se répand, et Ah Q voit sa réputation définitivement entachée et devient personna non grata. Quand la révolution intervient en 1911, Ah Q croit encore jouer les opportunistes, mais il est rattrapé pour un vol survenu au domicile de la famille Zhao…
Pour le coup, le pauvre Ah Q est accusé à tort. Jeté en prison, il va boire le calice jusqu'à la lie en subissant l'humiliation de dévoiler son illéttrisme, et en ne parvenant pas à manier correctement le pinceau pour tracer ne serait-ce qu'un cercle parfait à la demande de ses juges…Dans sa naïveté, il ne comprendra que bien tard qu'on le conduit à la mort, et ne réussira même pas à offrir au peuple de Weizhuang le spectacle d'une belle exécution, comme en témoigne les dernières lignes du récit :
« Quant à l'opinion publique, elle fut unanime à admettre la culpabilité de Ah Q, car, disaient les habitants de Weizhuang, la preuve qu'il était un mauvais sujet, c'est qu'il a été fusillé ; s'il n'avait pas été mauvais, pourquoi l'aurait-on fusillé ? A la ville, l'opinion était que passer quelqu'un par les armes est bien moins spectaculaire qu'une décapitation. La plupart des citadins étaient mécontents. Et quel condamné ridicule ! On l'avait promené fort longtemps par les rues et il n'avait pas poussé le moindre air d'opéra. C'était bien la peine de s'être dérangé ! ».
Ecrit en 1921, ce récit est rythmé, et brille par sa causticité et son côté provocateur, Lu Xun brossant un tableau peu reluisant du tempérament de ses compatriotes et des institutions politiques de son pays, dans les temps troublés et instables qui suivirent la chute du dernier empire en 1911.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
OsmantheOsmanthe   14 août 2018
-Bravo ! cria la foule, et on aurait dit le hurlement du loup et le jappement du chacal.
La charrette poursuivait sa route. Au milieu des acclamations, Ah Q cherchait du regard Wu Ma, mais elle ne semblait pas l'avoir aperçu ; elle était hypnotisée par les fusils que portaient les soldats.
Ah Q regarda de nouveau la foule qui l'acclamait.
Mille pensées l'agitaient. Quatre ans plus tôt, il avait rencontré un loup affamé au pied de la montagne. Le loup l'avait suivi dans l'intention de le dévorer, mais sans jamais se rapprocher, en maintenant la distance entre eux. Il avait failli mourir de peur. Par bonheur, il avait une hachette à la main et cela lui donna le courage d'arriver jusqu'à Weizhuang. Il n'avait jamais oublié les yeux du loup, féroces et lâches, qui brillaient comme des feux follets ; on aurait dit qu'ils le transperçaient à distance. Cette fois, il voyait des yeux bien plus terribles, des yeux comme il n'en avait jamais vu : des yeux à la fois mornes et pénétrants, qui avaient dévorés ses paroles, qui voulaient, maintenant, dévorer quelque chose de plus que sa chair. Ces yeux le suivaient, toujours à distance.
Ils semblaient s'être fondus en un seul, ils lui dévoraient l'âme.
"Au secours !"
Il n'eut pas le temps de crier ; tout devenait noir, il entendit une détonation, et il eut l'impression que son corps partait en poussière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
OsmantheOsmanthe   14 août 2018
Le temple était entouré de rizières, ses murs blanchis à la chaux se détachaient nettement sur la verdure toute fraîche. Par-derrière, un petit mur en pisé entourait le potager. Ah Q hésita un moment, inspecta les environs et ne voyant personne, escalada l'enceinte en s'accrochant à une plante grimpante. Mais le mur s'effritait ; de petits morceaux de terre tombaient dans un léger bruit d'éboulement. Les jambes de Ah Q se mirent à trembler et il ne parvint à sauter dans le jardin qu'en agrippant une branche de mûrier. Les plantes y offraient toute la gamme des verts, mais il n'y avait trace ni de vin ni de pain à la vapeur, ni de rien de comestible. Au pied du mur de l'ouest se trouvait un bosquet de bambous avec beaucoup de jeunes pousses, qui n'étaient malheureusement pas cuites. Les colzas étaient montés en graine, les sénevés allaient fleurir et les choux avaient durci.
Ah Q en fut aussi dépité qu'un étudiant qui vient d'échouer à l'examen. Il arriva à pas lents à la porte du jardin, et quel étonnement et quelle joie quand il se trouva devant un carré de navets ! Il s'accroupit et se mit à les arracher. Une tête toute ronde apparut soudain dans l'embrasure de la porte et se retira aussitôt ; ce devait être la nonne. Auparavant, Ah Q n'aurait pas tenu compte de pareil personnage, mais il y a des points de vue qu'il faut parfois réviser dans la vie, aussi se dépêcha-t-il d'arracher quatre navets, d'en casser la verdure et de les fourrer sous sa veste. Une vieille nonne se présenta à lui :
- Que Bouddha nous protège ! Ah Q, comment oses-tu venir voler les navets dans notre potager ! Aya...Quel péché ! Aya ! Que Bouddha nous protège !
- Quand m'avez-vous vu voler des navets dans votre potager ? protestait Ah Q qui s'empressait de partir tout en la regardant.
- En ce moment même ! Est-ce que ce ne sont pas là nos navets ? répliqua la vieille nonne en pointant le doigt vers sa veste.
- Sont-ils à vous ? Appelez-les donc, on verra s'ils vous répondent ! Vous...
Il ne termina pas sa phrase et prit ses jambes à son cou, car un gros chien noir arrivait en courant. Ce chien gardait d'habitude la porte d'entrée et nul ne sut pourquoi il vint au potager à ce moment-là. Il poursuivit Ah Q en grondant et allait le mordre au mollet lorsque, par bonheur, un navet tomba de la veste. Effrayé, le molosse s'arrêta une seconde, ce qui permit à Ah Q d'escalader le mûrier, d'enjamber le mur de pisé et de dégringoler à l'extérieur avec ses navets. Il ne resta plus au potager qu'un chien qui aboyait contre un mûrier et une vieille nonne qui priait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
OsmantheOsmanthe   14 août 2018
Alors un homme à longue robe apporta un pinceau et une feuille de papier et lui mit le pinceau dans la main. Ah Q éprouva une telle frayeur que ses esprits faillirent lui échapper, car c'était la première fois que ses doigts entraient en contact avec un pinceau. Il se demandait comment le tenir, mais l'homme lui montrait où il devait signer.
- Je...je...ne sais pas écrire..., dit Ah Q, honteux et désemparé, serrant le pinceau dans sa paume.
- Pour te faciliter les choses, trace un cercle !
Ah Q voulut obéir, mais sa main tremblait, alors l'homme étala le papier par terre. Ah Q se mit à quatre pattes et se concentra pour exécuter le dessin. Il craignait que les autres se moquent de lui, aussi décida-t-il de tracer un cercle bien rond ; cependant le maudit pinceau pesait lourd et refusait d'obéir ; comme Ah Q était sur le point de terminer la circonférence, le pinceau fit un écart, et le rond prit la forme d'une graine de melon.
Ah Q se sentit humilié d'avoir exécuté un cercle qui n'était pas rond, mais l'homme n'y prit pas garde ; il lui enleva le pinceau et le papier et toute une troupe le reconduisit pour la troisième fois dans sa cellule.
Derrière les barreaux, il ne se sentit pas autrement troublé. Il trouvait assez normal qu'au cours de son existence, un homme doive parfois être enfermé dans une prison d'où on le tire de temps en temps pour lui faire dessiner des cercles sur une feuille de papier. Cependant, ce cercle mal dessiné, voilà qui ternirait son casier judiciaire. Mais il se consola bien vite. "Celui qui dessine un cercle rond, je le considère comme mon petit-fils", pensa-t-il. Il s'endormit très rapidement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
OsmantheOsmanthe   14 août 2018
On dit que certains ne tirent aucune jouissance de leur victoire à moins d'avoir eu affaire à des ennemis ayant l'acharnement du tigre ou de l'aigle ; leur adversaire est-il un agneau ou un poussin timide que la victoire leur paraît insipide. Il existe une autre sorte de vainqueur, qui, après avoir triomphé de tout, tué qui il voulait tuer et soumis qui il voulait soumettre, n'a plus devant lui que des gens balbutiant : "J'ai peur ! j'ai peur ! je mérite la mort, je mérite la mort." Ce vainqueur-là se retrouve un jour sans ennemis, sans rivaux, sans amis, seul, supérieur aux autres, triste, abandonné de tous. Sa victoire n'est qu'amertume. Mais notre Ah Q n'était pas aussi inconsistant, il était toujours content de lui. Et n'est-ce pas une preuve de plus de la suprématie morale de la Chine sur le reste du monde ?
Si vous aviez vu Ah Q ! Il était dans un tel état d'euphorie qu'il aurait presque pu voler !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
OsmantheOsmanthe   14 août 2018
Il ne cacha rien, il raconta, avec beaucoup d'orgueil, ce qu'il avait connu. C'est ainsi qu'on apprit qu'il n'avait joué qu'un rôle minime dans une bande de voleurs ; il ne savait ni escalader un mur, ni entrer par les trous percés par les autres, il était tout juste bon à rester dehors, près de l'ouverture, pour recevoir ce qu'on lui passait. Un soir qu'il venait de recevoir un paquet et que son chef était reparti par le trou, des cris retentirent dans la maison. Il se sauva, quitta la ville la nuit même et revint droit à Weizhuang ; depuis, il n'osait plus reprendre le métier. Cette histoire fut désastreuse pour lui. Les villageois pensaient qu'il fallait "le respecter, mais s'en tenir aussi loin que possible", parce qu'ils craignaient sa vengeance ; mais ils savaient désormais qu'il n'était qu'un petit voleur qui n'osait plus voler. En vérité, Ah Q ne méritait même pas qu'on eût peur de lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Video de Lu Xun (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lu Xun
Interview with Zhou Lingfei, Lu Xun's grandson
autres livres classés : littérature chinoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
65 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre