AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Anthony Prezman (Traducteur)Satako Fukimoto (Traducteur)
EAN : 9782723456364
192 pages
Éditeur : Glénat (16/11/2006)

Note moyenne : 4.11/5 (sur 65 notes)
Résumé :
Depuis l'antiquité, les hommes sont les proies de démons dévoreurs de chair humaine. Pendant longtemps, ils ont espéré la venue d'un moyen pour leur résister. Et finalement, des guerriers d'un genre nouveau, portant sur leur dos une épée gigantesque, font leur apparition. Face aux démons, le combat de ces jeunes filles que l'on nomme "Claymore" ne fait que commencer !
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  07 mai 2016
La série créée par le singulier Norihiro Yagi est assez singulière…
Premièrement, son shonen nekketsu ressemble furieusement à un seinen vu le degré de noirceur et de violence de l'ensemble car on est clairement dans la Dark Fantasy où noir c'est noir il n'y a plus d'espoir !
Deuxièmement, son shonen nekketsu est à contre courant des lois du genre puisque la quasi intégralité des personnages bons comme mauvais sont féminins ! (je soupçonne ce parti-pris d'être lié au fait que la mangaka préfère/sait mieux dessiner les femmes que les hommes ^^) Il y a certes quelque chose d'un peu malsain à voir toutes ses belles sylphides se faire torturer, démembrer et finalement massacrer, mais à part quelques situations équivoques l'auteur ne tombe pas dans le sado-maso… au contraire il aurait pu jouer à fond la carte du yuri, et force est de constater qu'il se noue quelques idylles lesbiennes mais comme dans la saga cultissimement culte "Hokuto no Ken" tout cela reste chaste voire platonique ! (cette association entre ultra violence explicite et ultra censure concernant tout ce qui touche à la sexualité est imputable aux règles assez débiles de la censure japonaise ! voila, c'est dit !!!)
Mais avant toute chose, il faut évacuer le principal écueil : quelles que soient les qualités de la série, elle souffrira toujours de la comparaison avec le "Berserk" de Kentaro Miura, qui est un chef-d'oeuvre et qui officie dans la même niche… Je suis tombé dans le piège à ma première lecture en comparant ce qui finalement est difficilement comparable (quand on touche au sublime, tout le reste paraît fade par la suite…), et je suis content d'avoir suffisamment d'expérience pour ne pas retomber dedans à ma deuxième lecture
Qu'est-ce que la série raconte ?
La quête de vengeance de la claymore Claire (on t’a reconnu Jeanne d’Arc ^^), comprenez une chasseuse de démons mi-démone elle-même, considérée comme ratée car quarteronne au contraire de ses consœurs métisses. Dans un univers médiéval-fantastique occidental (avec quelques ratés, mais on ne va pas pinailler), tout cela nous est initialement raconté à travers les yeux de l'adolescent orphelin Raki, que l'héroïne a pris sous son aile car ils partagent un passé tragique identique, ce qui nous permet de découvrir tranquillement l'univers et les règles qui le régissent…
On a une montée en puissance bien fichue, jusqu'au climax de la Bataille du Nord ou l'héroïne et ses amies découvrent qu'elles ont été envoyées en mission suicide parce qu'elles en savaient trop sur les aspects bien peu reluisants de leur Organisation et sur les très nombreux cadavres cachés dans son placard, et que cette trahison se reproduit à chaque génération pour empêcher la vérité de voir le jour !
La quête de vengeance individuelle devient alors quête de vengeance collective, et l'héroïne s'efface devant le groupe. C'est là que les avis sur la série peuvent légitimement diverger : les survivantes entrent en clandestinité pour mener la résistance puis la rébellion, et de grosses révélations sont amenées qui étendent l'univers tout en apportant un nouvel éclairage sur ce dernier. Il y avait là un gros potentiel, mais au lieu d'exploiter tout cela la série tombe dans un grosbillisme des familles où les niveaux de puissance ne sont plus bien gérés avec des méchants de plus en plus puissants et des gentils nécessairement de plus en plus puissants pour y faire face (ainsi que des monstruosités abusées à la régénération illimitée)… On suit un peu basiquement les vieilles recettes du shonen nekketsu et c'est dommage, toutefois la série reste très recommandable car le mangaka va jusqu'au bout de son idée sans trembler : ses héroïnes combattent sans relâche pour délivrer leurs sœurs d'armes et les populations prisonnières des mensonges et de la dictature de l'Organisation (remember le Japon totalitaire et les expériences inhumaines de Shirô Ishii, de sinistre mémoire !). Cela reste donc une belle histoire d'amitié sur fond de quête/conquête/reconquête de liberté.
Dans les séries live tokusatsu les héros travaillent toujours pour une organisation plus ou moins mystérieuse qui ne les aide pas d'un pouce et qui au contraire leur met des bâtons dans les roues plus qu'autre chose : je crois que c'est une dénonciation du truc d'autant plus virulente qu'après bientôt près de 30 ans de crise voire de récession plus personne ne croit au Japon en ces élites qui se sont bien gavés en creusant les inégalités tout en augmentant la précarité et la pauvreté… En cela, "Claymore", dont le premier tome a été édité en 2001, est peut-être le précurseur de cette vague de mangas antisystèmes qui a pris de l'ampleur au point qu'aujourd'hui c'est assez difficile de trouver une oeuvre populaire un tant soit peu sérieux qui ne s'engage pas clairement du côté du prolétariat dans la lutte des classes ! (je rappelle que l'adaptation en manga de "Le Capital" de Karl Marx a été un gros bestseller au Japon ! je sais que ça fait mal au cul aux adorateurs du Veau d'Or, mais c'est ainsi et c'est la vie : hasta la vista baby…)
On peut même pousser l'analyse un peu plus loin…
J'ai longtemps cru que l'île maudite sur laquelle l'Organisation joue aux apprentis sorcier était un clin d'oeil à Lodoss l'île maudite de la série fantasy éponyme sur laquelle les dieux réglaient leurs comptes par champions interposés… Mais maintenant que je sais que le mangaka est originaire d'Okinawa, j'y vois plutôt un alter ego des îles de l'Archipel Nansei situées entre les aires d'influences chinoises et japonaises, constamment dindons de la farce des conflits entre puissances occidentales et orientales du Pays du Soleil Levant, et qui n'avait rien demandé quand elle a subi de plein fouet l'invasion américaine qui n'a sourcillé devant les crimes de guerre voire les crimes contre l'humanité pour emporter la victoire : c'est peut-être là que se trouvent la noirceur et la violence de la série… Ça ou la possibilité que la série soit une critique masquée de la dégueulasse unité 731 : âmes sensibles s'abstenir ! (et le pire du pire, c'est que ces monstres n'ont même pas été condamnés parce le gouvernement américain était très intéressé par leurs travaux : ce n'est pas possible, quel Monde de Merde !!!)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Unit%C3%A9_731
Sinon, il est assez éloquent de voir que l'auteur partage beaucoup de choses avec ses confères qui eux aussi on choisi leur camp dans la lutte des classes, et les éléments qu'il a en commun avec le Mizugame 3 sont assez évidents : il y a parfois guère plus d'une feuille de papier entre son travail et celui d'Hiroyuki Asada (voir mes critiques de "Letter Bee" ^^)
Le mangaka possède également une culture classique non négligeable, comme en atteste le naming des membres de l'Organisation, calqué sur celui des grands musées mondiaux, ou telle ou telle scène de la série qui reproduit tel ou tel tableau de maître comme cette partie du manga intitulé Ophélia qui rend hommage à l'oeuvre "Ophelia" du peintre préraphaélite John Everett Millais…
Globalement les dessins sont très soignés à tous les niveaux, ce qui le distingue de la masse des shonens où officient quand même pas mal de tâcherons et de yes-men : c'est un beau manga et il faut vraiment prendre le temps d'admirer ses planches, mais il faut attendre quelques tomes pour que les graphismes arrivent à maturité en se débarrassant de quelques scories… du début à la fin le découpage et la mise en scène respire le talent, et pour ne rien gâcher les décors sont réussis (les paysages naturels comme les paysages urbains), les personnages sont réussis même si on voit que l'auteur est plus à l'aise avec les femmes qu'avec les hommes (et qu'il utilise l'astuce des uniformes et des armures pour alléger sa charge de travail), et les créatures horrifiques encore plus réussies se taillent la part du lion (oui, on te voit Rigald, démon-lion classe et badass trop tôt disparu ^^). Comme naguère Go Nagai il pioche dans les mythes légendes du monde entier pour ses créatures (sa réutilisation de la légende de Mélusine est assez élégante), mais je ne vais pas vous mentir : ses démons sont un mélange entre les yôkai des traditions japonaises et les créations biomécaniques du célèbre H.R. Giger, le papa des xénomorphes de la saga "Alien", d'où parfois la grande ressemblance entre ses créations et celle de Tsutomu Nihei qui utilise la même formule. Lovecraft power !!! ^^

Dans le tome 1, on voit immédiatement que le mangaka n'est aucunement assuré d'être le chef d'orchestre d'une série au long temps, du coup on officie sur une série de récits courts calqués peu ou prou sur le même modèle…
La lonesome guerrière Claire est chargée de délivrer une communauté des démons qui l'accablent (remember la série culte "Hokuto no Ken" !), et sans un mot elle s'exécute rapidement et efficacement, parfois au grand dam de sa hiérarchie, avant de repartir vers une nouvelle mission, le paiement différé étant destiné à son agent de liaison prénommé Louvre qui n'est jamais très loin pour récupérer le magot (et on note immédiatement que les communautés qui rechignent à payer sont rapidement de nouveau tourmentées par les créatures de la nuit… blink).
A travers les yeux de Raki, nous découvrons donc les Claymores, les démons, les capacités des uns et des autres (enfin surtout ceux des démons anthropophages qui peuvent copier l'apparence et la personnalité de ceux qu'ils ont dévorés), l'Organisation et le système des lettres noires destinées à la purger des éléments sur le point de passer du Côté Obscur (car plus on recourt aux pouvoirs démoniaques plus on devient démon soi-même)…
Les arrière-plans sont peu nombreux mais plutôt soignés (à l'image de ce que fera plus tard Hiromu Arakawa la mangaka bestseller d'Hokkaido), et malgré le charadesign masculin basique et clonesque (qu'il soit humain ou démoniaque) les graphismes dégagent vraiment quelque chose de bien : les poses, le découpage, la mise en scène, les doubles pages… ce n'est pas du bonbon pour les yeux mais on sent que cela en a le potentiel !
J'aurais pu et j'aurais dû mettre 3 étoiles vu les tomes suivants plus palpitants, et surtout graphiquement plus aboutis, mais autant mettre en avant une série qui se distingue autant de ses concurrents.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          274
garrytopper9
  04 août 2015
Claymore se présente comme une manga d'heroic-fantasy plutôt sombre. Nous voici dans un monde ténébreux où les humains sont les proies de démons cannibales… Leur seule chance de survie réside dans les Claymore, un groupe de guerrières mi-humaines, mi-démones, reconnaissables à leurs yeux argentés et à leur grande épée. On fait ainsi connaissance de l'une d'elle et de son amitié avec un jeune villageois.
Arrivé en France précédé d'une certaine réputation, ce premier tome de Clamyore laisse plus que dubitatif. le pire tient sans doute ici au graphisme : inexpressif au possible, Yagi ne sait dessiner qu'un seul visage que l'on retrouve chez tous les personnages de son manga.
Mais il serait vraiment dommage de s'arrêter à cela, et de ne pas laisser sa chance à se titre sous prétexte qu'il ressemble dans ses débuts à un autre (Berserk pour ne pas le citer)… Ce titre mérite vraiment qu'on s'attarde dessus car les personnages à défauts d'être bien dessinés, sont par contre très travaillés mentalement et portent leur existence comme un fardeau. Je pense que dans les prochains tomes l'intrigue va gagner en profondeur et que le scénario sera plus intéressant. Pour l'heure, ça démarre un peu trop gentiment pour nous faire oublier la piètre qualité des dessins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Bouvy
  16 mars 2017
Dans un village de campagne, il y aurait un démon meurtrier qui sévirait. Le problème, c'est qu'il a une apparence humaine et qu'il pourrait être n'importe quel habitant. Les seules êtres à pouvoir les confondre sont les Claymores. Des jeunes femmes mi-humaine mi-démon. En acceptant de devenir une Claymore, ces femmes savent que leur destin est scellé et que le démon qui sommeille en elle prendra le dessus sur leur humanité et qu'elles seront sacrifiées pour la bonne cause. L'une d'entre elle, à la beauté fascinante, arrive dans le bourg pour que justice soit faite. Un jeune orphelin, Raki, s'éprend de la jeune femme aux yeux d'argent. Son devoir accompli, elle prend le chemin de sa prochaine mission, suivie par le jeune garçon En insistant, il arrive à savoir le prénom de la Claymore qu'il admire tant : Claire ! …
Premier opus d'une longue série qui vient enfin d'être publiée en version numérique. Je l'ai téléchargé pour me faire une opinion sur cette saga. Je sais que dans les mangas, nous pouvons rencontrer le meilleur du pire mais aussi le pire du pire. L'histoire se déroule dans une ambiance médiévale. Les Claymores sont des chevaliers, leur pouvoir, leur talent à manier l'épée d'une main en font une espèce de croisé féminin. Nous sommes en plein Heroic Fantasy. Les dessins suivent la règle de la ligne claire. Il sont à la limite de l'académie. Je trouve qu'en dehors de la Claymore, les autres êtres ne sont pas charmant. J'avais téléchargé ce premier épisode en échantillon, pour me faire une opinion. Dans ce premier tome, nous apprenons que les Claymores sont de jeunes femmes qui ont accepté de fusionner leur humanité avec une part de démon, leur donnant ainsi le pouvoir de les combattre. Cette acceptation les conduira vers le sacrifice ultime car un jour, l'être démoniaque prendra le pas sur la partie humaine des jeunes femmes et elles devront mourir pour ne pas sombrer dans les ténèbres. Dans cette ambiance médiévale, elles incarnent ou symbolise les templiers qui ont fait voeux de chasteté pour combattre l'islam et sacrifient ainsi leur lignée dans l'espoir d'une heureuse vie éternelle. Nous serions donc, au-delà des combats et d'un certain esprit de justice (Claire prétend à Raki qu'elle n'est pas vengeresse mais justicière) dans une forme de religion qui défini pour l'humanité le bien et le mal. Une sorte de dogme qui, pour se faire respecter, s'adjuge le droit de condamner sans juger. Bon, peut-être qu'après ce premier tome, je délire. J'avoue ne pas avoir trop lu les critiques de cette série. Bref, je trouve que ce premier tome manque un peu d'entrain, de passion et au regard du nombre d'opus déjà publié, j'ai peur que l'histoire s'enlise ou devienne redondante. (Tient, ne serais-je pas non plus en train de condamner sans jugement ?). Je me dis que ce manga vaut peut-être le détour mais j'ai tant à lire que je crois que je ferai l'impasse de la suite pour le moment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          106
Mladoria
  24 août 2016
Les Claymores sont des femmes mi-humaines, mi-démones, engagées en tant que mercenaires par les humains pour détecter et tuer les démons.
Dans ce tome d'introduction, on suit Raki, jeune garçon insouciant et sensible confronté dès son plus jeune âge à l'horreur démoniaque et Claire, la tueuse aux yeux d'argent, en apparence froide mais refermant un passé complexe qui commence à nous être dévoilé.
Le tome se découpe en plusieurs scènes. Les illustrations sont simples et les scènes de combat sont typiques d'un shônen. L'univers est parfaitement décrit et l'intrigue est claire. L'atmosphère est assez tendue et un mystère s'installe autour de l'organisation et du personnage de Louvre, tout comme le passé De Claire. Raki apporte la fraîcheur et l'innocence. Un très bon tome de départ qui donne envie d'aller voir le suite de l'histoire.
Commenter  J’apprécie          141
Tachan
  15 mai 2020
Présenté longtemps comme un Berserk au féminin, comme le premier ne me tentait pas à l'époque, je n'ai pas lu le second... Et aujourd'hui, comme j'adore le premier, j'en viens à tester le second. Vous suivez ? xD
Place à un monde imaginaire, dans une époque médiévale fantasmée où les humains sont terrorisés par des démons capables de se cacher parmi eux. Les seules à les aider sont les Claymores, des femmes mi-humaines mi-démones qui possèdent des pouvoirs gigantesques, dépassant même ceux des démons. L'histoire commence quand Raki, habitant d'un petit village, rencontre l'une d'elles, envoyée en mission pour trouver et exterminer le démon qui dérange le village. Subjugué par la beauté de la jeune fille, il va aussi découvrir les terribles secrets qui se cachent derrière l'organisation des Claymores et le destin tragique qui attend chacun d'entre elles.
Comme dans Berserk, j'ai aimé me retrouver dans un univers de dark fantasy, mais contrairement à ce titre, ça fait plaisir de suivre une histoire où c'est un groupe de femmes qui est à l'honneur. Passé cela, les titres n'ont strictement rien à voir, il faut le dire. Claymore est beaucoup plus simple et linéaire à première vue, moins épique et moins dramatique avec surtout une héroïne plus froide et détachée. Tout tourne autour des Claymores, ces être mi-humaines mi-démones, qui sont payées pour tuer les démons qui menacent le peuple mais qui sont perçues comme des parias et risquent leur vie pendant et en dehors des combats. Nous suivons les aventures de l'une d'elles, Claire, peu loquace mais terrible son arme à la main.
Le premier tome est comme souvent une introduction à ce sombre univers. On y découvre des villages isolés, pauvres, qui font peine à voir et sont attaqués par un ou des démons. Un schéma se répète assez vite, les villageois paient une Claymore qui vient les sauver en dénichant et éliminant le démon sans qu'ils ne lui en soient beaucoup reconnaissant. Sauf que l'héroïne tape dans l'oeil d'un enfant qu'elle va sauver et il va finir par l'accompagner, devenant le témoin de sa vie. Avec lui, nous nous intéressons donc aux mystères autour du passé De Claire, de ce qu'elle a vécu, de comment elle est devenue ce qu'elle est. La suite risque donc de reposer sur cette double dynamique : la chasse aux démons et les mystères autour des Claymores et en particulier Claire. Classique mais efficace.
Malgré un faux rythme assez étrange, j'ai lu ce premier tome d'une traite grâce à son univers mystérieux, sombre et assez désespérant, car les Claymores ont beau tuer et tuer les démons, il y a en a toujours et on n'a pas l'impression que le peuple vive mieux ensuite, puisqu'on le quitte alors qu'il est encore sous le choc, ce qui empêche de voir le moindre espoir poindre. C'est assez pesant.
Le dessin interpelle également. Il est très clair, très propre et très froid, ce qui aoute à cette ambiance malaisante. Pourtant il a aussi un petit côté gravure à l'ancienne très beau. Les combats sont vifs et rondement menés. On y voit la maestria à l'épée de l'héroïne et ce n'est pas aussi rude, sale et brutal que dans Berserk.
Ce début de Claymore est donc une mise en bouche intrigante qui donne envie d'en voir plus sur le destin qu'on sent tragique de ces femmes mais c'est peut-être un peu froid pour le moment alors j'hésite encore... Alors si certains ont lu plus loin, je suis preneuse de vos avis ;)
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   15 mai 2016
- Alors, c’est quoi ces Claymores ? Ils peuvent vaincre les démons ? Ça existe les gens comme ça ?
- Eh bien, le mot claymore désigne à l’origine l’organisation que les humains ont créée pour résister aux démons, et les individus qu’elle engendre… Leur métier consiste à éliminer sur demande les démons, en échange d’une somme d’argent. Ce sont les seuls êtres humains capables de leur vaincre.
- Wow ! Ça a l’air super !
- A vrai dire, on ne peut même plus le appeler humains. Ce sont des êtres qui ont absorbé en leur corps le sang et la chair des démons afin d’obtenir un organisme mi-humain mi-démon qui leur permet de les combattre à armes égales.
- Quoi ? Mais c’est pas… Tu déconnes ?
- En plus, on dit qu’au terme de nombreuses expériences, seules les femmes pouvaient acquérir ce corps hybride. Tous les sujets masculins on perdus la vie. On dit que leurs yeux argentés leur permettent de discerner les démons, leurs frères de sang. Et que lorsqu’elles leur font face, ils se mettent à briller d’un éclat doré… C’est pour ça qu’on les appelle les sorcières ou tueuses aux yeux d’argent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
AlfaricAlfaric   01 décembre 2017
Imbécile ! Tu crois qu’un pauvre humain est de taille à affronter un démon. Depuis les temps anciens nous coexistons avec vous en nous servant de vous comme nourriture. Nous sommes définitivement au-dessus des humains dans la chaîne alimentaire… A-t-on déjà vu chose aussi absurde que des aliments s’opposer à leurs consommateurs ?...
Commenter  J’apprécie          130
garrytopper9garrytopper9   04 août 2015
Lorsque j'aurais accompli ma mission, quelqu'un viendra chercher notre dû. Tu le donneras à ce moment-là. Cela dit, si j'échoue et que je meurs, tu n'auras pas besoin de payer.
Commenter  J’apprécie          190
SoleneySoleney   06 mars 2013
"Lorsque j'aurais accompli ma mission, quelqu'un viendra chercher notre dû. Tu le donneras à ce moment-là. Cela dit, si j'échoue et que je meure, tu n'auras pas besoin de payer."
Commenter  J’apprécie          50
AlfaricAlfaric   04 juin 2016
C’est la personne qui était la plus proche de la victime dont il faut se méfier le plus…
Commenter  J’apprécie          90

Lire un extrait
Videos de Norihiro Yagi (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Norihiro Yagi
ARIADNE - LECTURE DU CHEF
autres livres classés : démonsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
901 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre

.. ..