AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2020823640
Éditeur : Seuil (04/05/2006)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 6 notes)
Résumé :

Les hommes ne se contentent pas de parler les langues, ils les rêvent aussi ; et ces rêves prennent des formes diverses : quête chimérique d'une langue primitive mythique (la lingua adamica) ; création utopique d'une langue parfaite, expression pure de la pensée, ou encore de langues universelles que parleront les sociétés idéales de l'avenir ; innombrables fictions proposant des langues imaginaires se situant ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
tiri_noiret
  25 juillet 2018
Plus qu'un almanach des langues imaginaires, il s'agit ici d'un survol de tout ce que la linguistique a connu de saugrenu. L'auteur nous promène dans une contrée rarement visitée de tous ces fous qui inventaient des langues par plaisir ou par manie, de ceux qui étaient en quête de la langue adamique ou des rêveurs qui pensaient que la paix viendrait d'une langue unique. Que reste-t-il de tout ça ? L'espéranto peut-être. Mais lui aussi est vivant et a ses dialectes, ses dissidences et ses chapelles .
Le langage reste humain même quand on pense le rationaliser ou le créer ex nihilo.
Commenter  J’apprécie          170
Apoapo
  07 février 2016
« […]on a pu voir se dégager trois temps dans la genèse des idées que se fait l'homme du langage entre le XVIe et le XXe siècle. Un temps du mythe où l'on voit peu à peu émerger une pensée scientifique, avec la grammaire générale et les précurseurs du comparatisme, temps qui reste néanmoins centré sur l'origine du langage et son unicité et dominé par le dogme religieux. Puis vient le temps de l'histoire scientifique de la langue avec la grammaire historique et comparée, temps […] qui rejette totalement l'emprise du mythe et le recours à l'utopie, abandonnant le terrain aux glossomanes, aux inventeurs de langues. C'est seulement […] avec la révolution chomskyenne que la linguistique paraît suffisamment affermie dans sa scientificité pour que puisse resurgir sur des bases nouvelles le problème des universaux. […] Mais sommes-nous pour autant affranchis du fantasme ? Certes non, car la quête de la langue mère de l'humanité, autrement dit le monogénétisme, fait depuis quelques années son grand retour. » (p. 143-144).
On dirait que dans l'histoire des idées erronées, certaines ont la vie si dure qu'elles sont comme obligées de resurgir sous des formes sans cesse différentes. C'est le cas du refus de la double nature arbitraire (détachée du sens) et conventionnelle (particulariste) du signe linguistique (Saussure). du Cratyle de Platon aux logiciels d'invention de langues – passe-temps dont les adeptes sont légion –, en passant par des analogies paléontologiques douteuses, l'on ne fait que chercher à s'opposer à l'évidence des langues naturelles, avec toutes leurs irrationalités et dans leur (bio-)diversité. Un croyant et/ou un psychanalyste pourrait presque voir dans cette persévérance/répétition une volonté démiurgique de l'homme :
« Comme si, tenant le langage de Dieu, de la Nature ou de la Culture, selon sa croyance, il ne cessait de vouloir se substituer à Dieu, à la Nature, à la Culture, pour modeler ce qui lui est donné, pour refaire inlassablement le passé, le présent et le devenir du langage, lutte dont il sort toujours vaincu, sans jamais céder pourtant au découragement. » (p. 42)
Les procédés sont multiples : des recherches de la « langue parfaite » – pré-babélienne voire adamique -, aux langues fictionnelles pratiquées dans les innombrables utopies et uchronies devenues – « du voyage austral au voyage astral » – progressivement de plus en plus anti-utopiques (cf. la novlangue de 1984 d'Orwell pour ne citer que la plus connue), des errances d'un scientisme souvent parent proche du racisme scientifique (la fictive langue indo-européenne ne s'est-elle pas longtemps appelée indo-germanique ou bien aryen ? Et qui, de Nicolas Marr ou de Staline s'est le mieux servi de l'autre, avec la linguistique japhétique ?), aux intarissables glossolalies peu ou prou spirites, langages des anges ou des martiens et autres « parler en langues » – de l'Epître aux Corinthiens jusqu'à Hélène Smith… Ma propre sympathie personnelle aimerait accorder une place à part au bon Zamenhof, « Doktoro Esperanto », ou à l'illuminé créateur du volapük, mais las !...
Ce livre est une mine d'or de renseignements ; une riche annexe de textes choisis formant les 100 dernières p. l'agrège et l'illustre très utilement. Cependant sa lecture s'avère ardue à cause de la grande diversité des sujets traités, présentés selon un plan qui, en refusant d'être chronologique, résulte très peu linéaire. le poids relatif accordé à tel sujet au détriment d'un autre n'est pas très clair non plus, de sorte que l'on ne sait se libérer de l'impression d'avoir affaire à des parties de recherches différentes et juxtaposées (particulièrement à propos de Marr). Cette impression est renforcée par l'absence incroyable d'une conclusion – un avant-propos remplaçant d'ailleurs l'introduction.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Anassete
  02 décembre 2010
Un ouvrage complexe qui s'adresse aux initiés. Il y a beaucoup de théories linguistiques intéressantes mais qui parfois sont un peu dépassées (notamment la réflexion sur une langue imaginaire pour le mythe qui fait référence au mythe des origines).
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
tiri_noirettiri_noiret   09 juillet 2018
Et, comme si l'histoire des langues artificielles devait mimer en tout l'histoire des langues naturelles, on voit apparaître un type de langue nouveau: l'idiom neutral, qui fait la synthèse d'un certain nombre de langues artificielles antérieures et rivales, un geste vers l'apaisement en somme.
Quant à la variation interne, les langues artificielles n'en sont pas non plus dépourvues et plusieurs interlinguistes admettent des variantes savantes, populaires et poétiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
LittleMary226LittleMary226   14 octobre 2017
« Les limites de ma langue sont les limites de mon monde. »
Ludwig Wittgenstein
Commenter  J’apprécie          30
Video de Marina Yaguello (1) Voir plusAjouter une vidéo

Le sexe des mots
En français les mots ont un genre. Est ce affaire de pure convention comme le prétendent les grammairiens (qui sont en général des hommes)ou bien l'illustration de la misogynie masculine? Sur le plateau trois femmes, féministes :Nicole Lise BERNHEIM et Mireille CARDOT auteurs de " Mersonne ne m'aime,"polarde" dont Bernard PIVOT raconte la trame et Marina YAGUELLO auteur de "les mots et les...
Dans la catégorie : Philosophie et théorieVoir plus
>Langues>Langage : généralités>Philosophie et théorie (61)
autres livres classés : Langues artificiellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
404 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre