AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Satô Naomiki (Traducteur)Marie-Saskia Raynal (Traducteur)
EAN : 9782745925879
238 pages
Éditeur : Milan (05/04/2007)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 49 notes)
Résumé :
Le volume 3 poursuit les aventures du professeur Takahashi et de ses élèves. On retrouve, comme dans le volume 2, une mise en avant des conditions historiques désastreuses dans lesquelles le Japon se trouve plongé, et la lutte sociale des plus défavorisés contre le pouvoir des seigneurs en place, comme une transposition à grande échelle, du sort réservé aux sourds face aux entendant : le destin de chacun dépend de sa naissance. Un fatalisme contre lequel les démunis... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Tiboux
  12 novembre 2015
En début d'année, j'explorais toujours le monde des mangas ; ne sachant pas si j'allais accroché, j'avais juste emprunté le premier tome notamment parce que le thème m'avait inspiré figurant parmi les sujets qui m'intéressent le plus.
Cette découverte fut une révélation...
Jusqu'à présent, je n'avais pas eu l'opportunité de lire les suites. Faut dire que 2015 n'est pas une bonne année livresque. Pour être honnête, c'est un peu chaotique sur ce plan-ci. Peu importe. Grâce aux prêts rallongés durant la période estivale, j'ai eu le loisir d'emprunter - en juin - tous les tomes pour les ramener à la maison.
Dans l'optique de lire la saga dans son intégralité, j'ai pris le temps de relire le premier tome. Pourtant, tout était encore frais dans ma tête ; comme si je l'avais lu la veille alors que cela remontait à plusieurs mois auparavant.
Le thème
Au travers des couvertures, jolies, bien réalisées, il est difficile de deviner le thème principal. L'orchestre des doigts est un magnifique titre pour conter les origines de la langue des signes au Japon. Ce présent ouvrage replace le lecteur dans le contexte historique de l'ère Taishô (1912-1925), où la surdité était alors synonyme de "débilité mentale", surtout en ce qui concerne les enfants sourds de naissance.
En 2015, voir des personnes signées est une chose normale à mes yeux. Pourtant, les sourds n'ont jamais eu la vie facile. Ce premier tome est à la fois JUSTE et FORT car le lecteur peut constater toute la dureté de cet handicap. Comment fait-on pour communiquer avec autrui quand on n'entend pas, quand on ne sait pas parler, ni lire, ni écrire ?! Comment fait-on pour communiquer avec le monde ?! Dans ce premier tome, on trouve la réponse grâce à un professeur qui fera preuve de patience envers un garçon qui ne possède que l'agressivité pour s'exprimer. Même si cela m'a fendu le coeur, je trouve que l'évolution est magnifique.
Cette saga - au travers de la langue des signes - instruit le lecteur face à la situation des sourds au japon dans les années 1912 en moyenne. Je ne connais pas du tout la culture japonaise mais naître sourd là-bas, à cette époque-ci, offrait une vie difficile aux personnes sourdes. Pour eux, ils étaient difficile de s'instruire, d'apprendre à lire, à écrire ; difficile de s'insérer dans la société afin de gagner sa croûte. Au travers de toutes les planches, j'ai été touchée par la situation des uns et des autres. Comment peut-on réussir à construire sa vie dans de telles conditions ?! Comment peut-on être heureux alors qu'on est considéré comme des êtres inférieurs ?! Depuis que j'ai lu cette saga, je me sens plus riche humainement, plus riche de savoirs également.
Le récit
Je ne sais pas si je peux réellement parler de récit ou d'histoire. Bref, l'assemblage des planches est cohérente. Il y a un véritable fil conducteur entre les tomes. Dans le premier volume, le lecteur découvre plusieurs éléments : un professeur amoureux de la musique, des enfants sourds, la langue des signes, un enfant incapable de communiquer avec autrui.
Il y a beaucoup d'éléments qui représentent la force de ce récit. En premier lieu, je pointerai du doigt la difficulté à communiquer quand on n'entend pas, qu'on ne sait pas parler, écrire ou lire. Ensuite, il y a les partisans de la langue des signes et ceux qui sont absolument contre cette gestuelle. Osamu Yamamoto a énormément insisté sur cette dernière car elle fait partie intégrante de l'origine de la langue des signes au Japon. D'un côté, ceux qui sont pour, de l'autre, ceux qui sont contre. Une véritable guerre qui est relatée au travers de ces planches. Toujours est-il que ce récit est riche d'information. En ce qui concerne ce dernier, je m'arrête aux quelques mots ci-dessus afin de ne pas dévoiler plus que nécessaire. Pourtant, il y aurait tant à évoquer, croyez-moi !
Pourquoi devriez-vous lire ce manga ?
L'orchestre des doigts est un manga qui a deux aspects fondateurs : le monde des sourds et une peinture historique précise du Japon du début du 20è siècle. Entre les deux, il y a un point commun : la discrimination envers les sourds et les classes sociales pauvres.
De plus, un impressionnant travail graphique a été réalisé par Osamu Yamamoto ainsi que ses assistants. Au final, le résultat est incroyable. Les personnages ont de la profondeur. le décor ainsi que les paysages ne sont pas en reste. Il y a des scènes qui sont saisissantes par le réalisme apporté. C'en est bluffant au point que je me suis attachée à certains personnages... dans un manga, s'il vous plaît.
Malentendante, je trouve par moment que c'est l'enfer. Pourtant, ce n'est rien en comparaison de toutes ces personnes représentées dans ce manga, je suis chanceuse. Incapable de me mettre une seconde à leur place, d'essayer d'imaginer leur calvaire, je suis admirative de leur courage, de leur force également. C'est pour cela que je suis heureuse d'avoir découvert cette saga. J'ai pris énormément plaisir à la lire puis à la partager via cette chronique. En retour, j'espère que vous éprouverez un minimum de satisfaction à la lecture. le jour où vous plongerez dedans, pensez à moi en me laissant un petit commentaire sur les réseaux sociaux.
Dès que cela me sera possible, je compte m'offrir cette saga. Elle possède toutes les qualités nécessaires pour rejoindre ma bibliothèque personnelle. Sincèrement, L'orchestre des doigts est un manga de toute beauté. de plus, il est basé sur des personnes ayant réellement existé. C'est une archive à chérir en la mettant entre toutes les mains.

Lien : http://bookmetiboux.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
mimouski
  14 février 2020
Oraliste vs Gestualiste. Les méthodes se font la guerre durant cette période très mouvementée au Japon des années 20. Les émeutes sont au paroxysme de ce que la société peut encaisser, avec le tremblement de terre s'ajoutant, et tout ceux qui ne peuvent parler japonais sont la cible de ces émeutes. Passage dur et éprouvant car nous redoutons les mauvaises nouvelles à propos d'Issaku qui a bien grandi et dont le projet est de devenir professeur.
Mes émotions étaient modérées durant tout ce passage ( "ça allait") ... enfin jusqu'à ce qu'on arrive à l'histoire de Goïtchi.
Et là, ce fut le début de la fin pour lui ... comme pour moi. Quelle horreur (ma tête aussi évidemment), ce pan de chapitres était révoltant et déchirant.
Vraiment cette série est une sacrée découverte.
Commenter  J’apprécie          00
lunch
  14 septembre 2011
Yoshinosuke Nishikawa et sa fille Hamako, qui étaient apparus dans le tome précédent, se retirent dans leur ville natale. Là, Yoshinosuke continue d'enseigner à sa fille la difficile méthode de l'oralisation depuis les livres qu'il avait fait venir des États-Unis.
Pendant ce temps, les premières écoles à vocation oraliste s'ouvrent au Japon, et l'écho de la réussite du père Nishikawa ne tarde pas de venir jusqu'à leurs fondateurs. En voyant les prouesses dont était capable Hamako, qui pratiquait la lecture labiale et parlait un japonais parfait, ils décidèrent de faire de la famille Nishikawa le fer de lance de la méthode oraliste.
C'est le début du combat entre les méthodes oralistes et gestualistes. L'une prônait un langage universel pour les sourds, l'autre l'interdisait... car la méthode oraliste avait besoin d'un isolement complet par rapport à la langue des signes pour porter ses fruits.
La suite à lire sur BenDis...
Lien : http://bendis.uldosphere.org..
Commenter  J’apprécie          10
alouett
  12 avril 2010
Japon, 1913. C'est désillusionné que Kiyoshi TAKAHASHI quitte le milieu rural dont il est originaire. Ses rêves son brisés, il souhaitait faire de la musique, mais son frère aîné, chargé de famille depuis la mort de leur père, s'y est opposé.
A Osaka, il obtient un poste d'enseignant dans une école qui délivre son enseignement à des enfants sourds-muets et des enfants aveugles. Sur place, il apprend qu'on lui confie un poste de professeur de musique.
Tout est sujet à découverte : côtoyer des sourds, constater leur difficile voire improbable acceptation dans une société japonaise encore très fortement rurale, découvrir un nouveau mode de communication...
Touché par la situation d'Issaku, un jeune sourd au comportement violent, Kiyoshi va rapidement investir sa fonction et protéger farouchement la Langue des Signes.
Lien : http://chezmo.wordpress.com/..
Commenter  J’apprécie          10
zazimuth
  22 septembre 2010
L'école municipale d'Osawa doit faire face à une nouvelle « mode », une méthode d'enseignement pour enfants sourds venue d'Amérique basée sur l'oralisation qui prône la suppression de la langue des signes. Mais cette méthode ne se révèle efficace qu'auprès de 15 à 30% des enfants et est subie par les autres comme très contraignante et peu gratifiante.
Monsieur Takahashi, devenu un des enseignants pilier de cette école avant d'occuper la fonction de directeur va se battre pour permettre aux enfants de s'exprimer par signes qui est leur vrai langage, le langage de la vie même s'il peut les éloigner d'une parfaite maîtrise de la langue japonaise.

Lien : http://toutzazimuth.eklablog..
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
TibouxTiboux   12 novembre 2015
Les signes fleurissent au creux de leurs mains... et retentissent dans mon coeur comme une symphonie.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : surditéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
955 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre