AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782203164673
202 pages
Éditeur : Casterman (03/01/2018)

Note moyenne : 4.2/5 (sur 22 notes)
Résumé :
Plus que jamais assoiffé de connaissance, Pline comprend que les écrits de ses contemporains ou des auteurs du passé ne lui suffiront pas. L'heure du départ a sonné, cap vers l'Afrique !
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  07 janvier 2018
Dans ce tome 5, c'est entre road movie antique, sciences, humour et tragédie, que les auteurs continuent leur transposion des aventures Mito Kômon et de ses compagnons dans la Rome de Néron...
Dans "Larcius", un hippie romain raconte ses voyages aux quatre coins du monde dans des saynètes où d'étranges peuplades africaines ressemblent comme deux gouttes d'eau à des yôkai japonais ^^
Dans "Asellina", Asellina Eumachia et Lollius Fuscus, des personnages ayant existé IRL, rejouent la compagne électorale entre Hillary Clinton et Donald Trump : la guerre des sexes et le sexisme ordinaire ne date pas d'hier ! blink
La Team Pline navigue ensuite sur la Mare Nostrum en direction de l'Afrique et de la cité de Lepcis (avec un interlude romain dans lequel Poppée sombre plus que jamais dans la paranoïa), et au fil des îles volcaniques rencontrées, l'érudit romain se rend compte qu'il forme une ligne à laquelle appartient le Vésuve... Et arrivé au pied du Stromboli son rêve est enfin exaucé : il assiste enfin à la colère du Dieu du Feu !
Le côté fantastique est toujours perlé, puisque Félix retrouve sur un navire attaqué par des pirates un très jeune rescapé à l'intelligence prodigieuse qui semble communiquer avec les animaux... Donc la Team Pline est désormais composée d'un magistrat érudit, d'un vétéran légionnaire, d'un affranchi grec, d'un enfant phénicien, d'un ânesse, d'une chatte et d'une corneille ^^
Un manga atypique, très documenté sur le fond et très soigné sur la forme, que je conseille à tous ceux que les mangas rebutent d'ordinaire ^^
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          282
nebalfr
  01 février 2018
MAKE POMPEII GREAT AGAIN

Retour à Pline, le nouveau manga historique de Yamazaki Mari (Thermæ Romæ) et Miki Tori, avec ce tome 5 paru tout récemment. Comme d'habitude à ce stade d'une série, faire des comptes rendus détaillés m'est de plus en plus difficile, et il serait vain d'en faire trop côté contextualisation… Je vais donc tâcher de faire plus bref et plus direct.

Avec quelques thèmes d'abord – même si le premier que j'ai choisi, nettement moins important que les deux qui suivront, peut sonner simplement comme une blague… Cependant, il s'agit probablement de rebondir sur certains éléments du tome précédent tout particulièrement, un tableau bien sinistre de l'humanité, qui avait enfin provoqué la colère misanthrope de Pline – la ville de Pompéi ravagée par un séisme était en effet parcourue par de bien égoïstes personnages, prêts à tout pour survivre en lieu et place des autres ; même s'il y en avait, certes, pour faire davantage preuve d'altruisme autant que d'abnégation.

Ici, nous retrouvons un bel exemple de gros connard, en la personne de Fuscus – un élu stupide et borné, vulgaire et haineux, obsédé par sa réélection, et dénué de la moindre humanité. Il s'en prend commodément à une femme, Mirabella – l'ingénieure que nous avions déjà croisée et appréciée dans les tomes précédents. Celle-ci est formelle : les thermes de la ville peuvent s'effondrer d'un instant à l'autre – il faut les interdire au public, et les détruire pour les rebâtir intégralement. Mais Fuscus refuse : qu'elle rafistole ce qui se voit, il ne fermera pas les thermes, et qu'importe le danger pour les usagers !

Pour que le malotrus, grossier et expansif, ferme enfin sa vilaine bouche, il y faudra deux choses – assez classiquement : une bonne mandale de la part de Félix (visiblement fou amoureux de Mirabella), et une menace appuyée de la part d'une authentique femme de pouvoir, Asellina.

Or Fuscus ne nous est pas complètement inconnu… car les auteurs ont choisi de lui donner les traits de Donald Trump. C'est flagrant dans ce premier épisode où nous le voyons exhiber toute sa laideur intérieure, et l'on ne peut s'empêcher, alors, de se dire que pareil connard bien réel est un vrai cadeau pour des dessinateurs – sans même verser forcément dans la caricature. Dans l'habituel « Charivari » qui conclut ce volume comme tous les autres, Yamazaki Mari et Miki Tori ne se cachent certes pas : oui, c'est bien de Donald Trump qu'il s'agit – en précisant toutefois que l'épisode avait été livré avant son élection à la présidence des États-Unis. Mais le personnage n'en est que plus hideux depuis… Alors qu'il est enfin sur le départ, Asellina, autrement digne (mais aussi dans une perspective dynastique marquée – je suppose qu'il faut y voir un autre commentaire de l'élection américaine ?), lui lance : « Si seulement tu déployais autant de talent à servir la ville que tu profères d'insultes ! » L'évolution des événements depuis l'entrée du gros con à la Maison Blanche n'a certes pas contredit ce sentiment de dégoût…

Est-ce gratuit ? Je ne le pense pas, dans la mesure où il s'agit probablement, là encore, de figurer un tableau exhaustif des bassesses humaines, qui, toutefois, n'exclut en rien (voire justifie carrément), un autre tableau, plus lumineux, des individus à même de faire preuve de dévouement et d'empathie – qualités dont Fuscus/Trump est totalement dépourvu. Mirabella, Asellina, Félix sont heureusement là.

VOYAGES EXTRAORDINAIRES ET BESTIAIRE FANTASTIQUE

Cependant, le thème principal de ce cinquième volume est ailleurs, et, disons-le, beaucoup plus enthousiasmant – en accentuant la dimension qui me plaît le plus dans cette BD : l'idée d'accorder du crédit, sur un mode scientifique, aux passages de l'Histoire naturelle où Pline raconte les choses les plus étranges, et, à nos yeux contemporains (mais c'est justement le décalage qui produit de la saveur), parfaitement antiscientifiques…

Ici, cela passe d'abord par le récit de ce bien curieux bonhomme qu'est Larcius, vieux fou qui a beaucoup bourlingué et qui passionne son auditoire, Pline inclus comme de juste, avec ses anecdotes fantasques de rencontres impossibles de par le vaste monde. Il nous entretient, par exemple, de ces blemmyes qui n'ont pas de tête, mais qui « portent bouche et yeux sur la poitrine » (la couverture leur fait honneur et c'est bienvenu), ou encore de ces himantopodes dont les jambes s'achèvent en bandes de cuir…

Ces récits hallucinés ne manquent pas de séduire Pline. On lui avait suggéré de fuir Rome autant que possible, pour échapper à la double menace de Néron et de Poppée (que l'on entrevoit à peine, très fugacement, dans ce tome 5, et je suppose que c'est pas plus mal). du sud de l'Italie, il semblait désireux de gagner la Grèce… mais le voilà qui, sur un coup de tête, préfère embarquer pour l'Afrique, ce continent si méconnu et visiblement riche de secrets à même de fasciner un naturaliste !

Il y a ici un habile jeu entre les merveilles attendues classiquement dans le genre bien codifié des voyages extraordinaires, et la réalité autrement prosaïque et même parfois fort laide de ce que sont réellement les voyages – la tempête, les pirates, la cruauté utilitariste des marins qui ne valent parfois guère mieux… le pauvre Félix tout particulièrement en fait les frais : l'ex-légionnaire n'a guère le pied marin.

Mais, ce qui est très bien vu, ici, c'est la manière dont ce voyage « réaliste » se pare soudain d'atours qui peuvent paraître fantastiques alors qu'ils ne le sont en rien – en l'espèce, nos voyageurs sont fascinés par des feux de Saint-Elme, phénomène étrange suscitant bien des superstitions, mais que Pline et quelques autres sont pourtant portés à envisager « rationnellement ».

Ceci étant, la dimension fantastique, ou fantastiquisante, de ce volume 5, ressort aussi de quelque chose de plus habituel : un bestiaire imaginaire qui paraît pourtant bien réel, à base d'animaux fort étranges… Pline, cette fois, disserte sur les lièvres marins et les propriétés très curieuses, mais pas moins fatales, de leur venin. Félix, s'il croit aux lémures, retrouve son rôle paradoxal d'homme du commun plus que sceptique face à l'érudition du naturaliste – et le simple constat de ce qui se produit sous leurs yeux lui permet de contredire Pline, lequel, visiblement embarrassé, entend justifier son intenable position en bottant en touche… jusqu'à ce que la « réalité » rattrape enfin la scène, pour donner raison à son premier pronostic, invalidant le second, en sus du scepticisme de Félix !

Autant de choses très bien vues, et qui, à mon sens, tirent ce cinquième volume vers le haut : ce jeu consistant à prendre l'Histoire naturelle au pied de la lettre, au premier degré, me plaît décidément beaucoup.

L'HOMME ET LE VOLCAN

Mais, sur la durée, il est bien sûr un autre aspect de ce tome 5 à mettre en avant, car il continue de dérouler ce qui apparaît clairement depuis pas mal de temps comme étant le véritable fil rouge de la série : le rapport de Pline aux volcans.

Bien sûr, nous savons que Pline l'Ancien, le Pline historique, est mort dans l'éruption du Vésuve de l'an 79, qui devait ravager Pompéi et Herculanum. le premier tome avait mis l'accent sur cette scène fameuse, sans pourtant la montrer – simplement en la préparant, et en laissant les choses en plan pour passer aux choses (véritablement ?) sérieuses : ce long flashback qui commence vingt ans plus tôt, moyen pour le lecteur de découvrir la biographie fantasmée par Yamazaki Mari et Miki Tori de ce grand personnage de l'histoire dont la vie nous est pourtant inconnue, seule sa mort étant documentée.

Et ce flashback avait bien sûr commencé avec un autre volcan, une autre éruption : Pline, gouverneur de Sicile, assistait à la colère de l'Etna, et recrutait le jeune Euclès dans les ruines mêmes de tout ce qu'il avait jamais connu. Plus tard, Pline et ses camarades ont eu maintes occasions de s'interroger sur les phénomènes sismiques, et, tout récemment, alors qu'ils se trouvaient à Pompéi, ils ont bien failli en faire les frais. En résultait cette « illumination » (dont je ne sais toujours pas si elle est crédible ou pas ?) : le naturaliste comprenait que le majestueux Vésuve était un volcan, ce qui avait semble-t-il échappé à tout le monde, même si quelques témoignages de l'érudition livresque pouvaient aller en ce sens – et, comme toujours, ce sont bien les livres des anciens qui convainquent Pline de ce qu'une chose est vraie (une mauvaise langue balancerait ici un mème du genre : « C'et vrer je les lue sur internait. »)

Dans ce volume 5, Pline tombe sur un troisième volcan italien : le Stromboli, dans les îles Éoliennes. Nouvelle « illumination » ? Car Pline ne manque pas de remarquer que, du sud au nord, l'Etna, le Stromboli et le Vésuve forment un alignement parfait… Ce qui renforce sa conviction de ce que ce dernier est bel et bien un volcan. À vrai dire, ce constat pourrait avoir des implications plus stupéfiantes encore, mais je suppose que les auteurs ne vont pas aller jusqu'à nous montrer un Pline comprenant la tectonique des plaques – je suppose.

Mais Pline, en pareille affaire, n'est visiblement pas qu'un savant désireux de décrypter le monde – sa fonction archétypale, pourtant. Il est aussi un homme qui, via ce thème particulier, semble engagé dans une relation peu ou prou charnelle et en même temps périlleuse avec la nature, et plus particulièrement les volcans : il y a de la fascination dans cette relation, une fascination qui peut éventuellement prendre des teintes morbides – car ce n'est certes pas la première fois, dans cette BD, que l'insouciance (sans doute seulement apparente) du naturaliste a quelque chose de proprement suicidaire ; ce qui, en retour, pourrait éclairer sous un jour nouveau la fin tragique de Pline l'Ancien, dans l'éruption du Vésuve de 79 ? Nous n'en sommes pas encore là (ou nous n'y sommes pas encore revenus ?), mais le lien est tentant – via d'ailleurs le compagnon de route Euclès, qui bouclerait la boucle en partant de l'Etna, et accompagne ici seul Pline sur les pentes du Stromboli déchaîné.

Et, bien sûr, mais je ne vais pas à nouveau m'y étendre, le thème des volcans, y compris dans sa dimension éventuellement morbide, est idéal pour rapprocher l'Italie de Pline du Japon des auteurs, par-delà les siècles, par-delà les continents.

FESTIVAL FÉLIX – ET UN NOUVEAU COMPAGNON ?

Quelques mots, enfin, sur les personnages dans ce cinquième volume – ou plus exactement sur deux d'entre eux, car, dans les sections précédentes, j'ai pu évoquer quelques personnages secondaires, outre les centraux Pline et Euclès.

Et, tout d'abord, Félix. J'avais déjà fait part de ce que c'était mon personnage préféré de la BD, le plus sympathique, le plus attachant. Je ne suis visiblement pas le seul à le penser (une évidence), et les auteurs, ici, semblent confesser qu'il en va de même pour eux. C'est un excellent ressort comique, notamment, mais son utilité va au-delà : par exemple, il faut donc aussi prendre en compte sa posture paradoxale de sceptique pourtant pas épargné par les superstitions ; il est celui qui ose contredire Pline, et parfois à raison. Toutefois… eh bien, dans le présent volume, j'ai le sentiment que Yamazaki Mari et Miki Tori en ont peut-être un peu trop fait : c'est un véritable festival, Félix est plus agité que jamais, bavard, expansif, puéril aussi. Il est toujours aussi sympathique, jusque dans ses pires travers, mais j'ai l'impression qu'il bouffe un peu trop l'écran, si j'ose m'exprimer ainsi, ce qui nuit tant aux autres personnages… qu'à lui-même, au fond. Un chouia plus de retenue serait pour le coup profitable à l'ensemble – même si j'adore toujours Félix.

Sur un mode également ambigu, il faut enfin relever que notre trio (Pline, Euclès, Félix) pourrait bien devenir un quatuor ? Car, au cours de leur voyage mouvementé de Naples à Stromboli, nos héros font la rencontre d'un… petit… garçon ? qui demeure anonyme pour l'heure – mais paraît hors du commun, avec sa connaissance remarquable de la navigation comme des étoiles, des volcans aussi, et de bien d'autres choses encore… sans même parler de son corbeau, Ftera, avec lequel il entretient une relation quasi surnaturelle. Il est trop tôt pour que je me prononce à cet égard. le personnage, pour l'heure, a un peu quelque chose d'un expédient kawaï, et, en même temps, a un potentiel plus riche, au regard des scènes les plus étranges dans lesquels il figure. Nous verrons bien…

UN BON CRU

Il faut ajouter à tout cela, bien sûr, la grande qualité du dessin, toujours aussi bon, ou peut-être même encore meilleur tome après tome ? J'ai l'impression, en tout cas, que l'ensemble me parle de plus en plus. Ici, cela vaut autant pour le caractère très expressif des personnages – ainsi la charmante Mirabella, le petit garçon (?) kawaï, et bien sûr l'expansif Félix (sans même parler de Fuscus/Trump...) – que pour la minutieuse autant que méticuleuse reconstitution de la civilisation romaine, et enfin pour le rendu très impressionnant de l'intimidante majesté de la nature, et tout particulièrement, ici, la scène très forte de l'éruption du Stromboli.

Un bon cru, donc, que ce tome 5. La série demeure un peu inégale, parfois (les tomes 2, surtout, et 4 m'ont paru inférieurs aux tomes 1, 3 et 5), mais là j'ai l'impression qu'on y trouve ce qu'elle a de plus enthousiasmant à nous offrir.

À suivre, donc, avec le tome 6.
Lien : http://nebalestuncon.over-bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
thedoc
  09 janvier 2019
Dans ce cinquième tome, nous retrouvons Pline, Felix le légionnaire et Euclès le jeune scribe peu de temps après le tremblement de terre qui a ravagé Pompéi. Ils découvrent, auprès d'un étrange voyageur, l'existence de mystérieuses peuplades africaines qui aiguise la curiosité de Pline. le célèbre naturaliste trouve alors auprès d'une riche commerçante l'opportunité de monter à bord d'un navire pour partir en Afrique. Sur la mer, notre trio va devoir affronter de nouveaux dangers et faire de nouvelles rencontres.
Ce tome qui s'intitule "Sous les vents d'Éole" est effectivement placé sous le signe de la mer, du vent et du feu. Ce voyage en mer est l'occasion d'admirer, à travers les dessins de Mari Yamazaki, les bateaux de l'époque et de découvrir les règles de navigation. L'action est également au rendez-vous avec tempêtes et pirates, donnant un dynamisme au récit qui est le bienvenu. L'arrivée d'un mystérieux personnage donne également un nouvel élan. Enfin, le thème central de ce tome est pour ma part le volcan avec des dessins ultra réalistes de l'éruption du Stomboli.
L'atout final de cette série est comme à chaque fois le "charivari De Mari et Tori" en fin de volume où les deux auteurs s'entretiennent sur le tome que l'on vient de lire, apportant des précisions et des explications sur les chapitres lus. J'ai ainsi reporté mon attention sur le chapitre 30 où un affreux personnage, goujat et homme politique arriviste, prend les traits de ... Donald Trump ! le clin d'oeil était sympa.
La série de Pline se poursuit donc sur la même lancée, mêlant histoire et action servies par un graphisme remarquable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
balloonvenus
  20 mars 2018
Suite aux récits de Larcius, un Romain qui a voyagé sous toutes les latitudes et rencontré des créatures plus étranges les unes que les autres (qu'il dit), Pline décide d'aller en Afrique. Pour trouver un bateau, il reçoit l'aide de la puissante Asellina Eumachia (et Félix une belle amulette ;-) ). En mer, Pline et ses amis tombent sur un bateau victime des pirates mais où a survécu un étrange petit garçon qui en sait long sur la nature (tel Bran Stark il sait parler aux corneilles) et les voyages en mer. Arrivé à Lipari, Pline est le témoin de l'éruption du Stromboli. Décidément, c'est pas de bol...
Croyances en des peuples imaginaires, créatures aux pouvoirs fantastiques, mais aussi dénonciation du machisme et leçons sur la volcanologie, sans oublier des dessins à couper le souffle, "Pline" est décidément une excellente série.
Commenter  J’apprécie          30
mikaelunvoas
  23 décembre 2019
Dans "Sous les vents d'Eole", le cinquième tome consacré à Pline, nous nous intéressons à la géologie, à l'architecture antisismique. Nos héros partent en voyage sur un bateau de l'époque et voyager en mer impliquait de nombreux dangers qui sont ici bien décrits. Pline et ses hommes se rendent jusqu'à Strabone pour observer l'Etna.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   09 janvier 2018
- Les énergumènes qui viennent de nous quitter n'acceptent pas qu'un femme jouisse d'un tel pouvoir n'est-ce pas ?
- J'ai renoncé à me battre contre les préjugés qu'inspirent les femmes... C'était un combat perdu d'avance. Enfin... Je ne vous apprends pas que ce n'est pas propre à Pompéi. Où qu'elle se trouve, une femme de pouvoir n'est jamais la bienvenue.
Commenter  J’apprécie          160
AlfaricAlfaric   10 janvier 2018
- Être une femme interdirait l’exercice d’une quelconque autorité... Quelle drôle d'idée quand on y pense...
- Viens donc chez moi, tu verras qu'une femme peut parfaitement avoir les pleins pouvoirs !!!
Commenter  J’apprécie          131
mikaelunvoasmikaelunvoas   23 décembre 2019
Lorsque la nature cède à la colère, elle utilise volontiers feu des montagnes comme une menace.
Commenter  J’apprécie          00
mikaelunvoasmikaelunvoas   23 décembre 2019
Je reprends mon bien.
Ce tintinabullum est à moi.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Mari Yamazaki (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mari Yamazaki
Thermae Romae par Mangado : La voie du manga
autres livres classés : plineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

THERMAE ROMAE 1

Comment s'appelle le personnage principale?

LVCIVS MODESTVS
MODESTVS JVNIVS
JVLES CAESAR
SEXTE BRVTE

8 questions
9 lecteurs ont répondu
Thème : Thermae Romae, Tome 1 de Mari YamazakiCréer un quiz sur ce livre