AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 220304909X
Éditeur : Casterman (14/03/2012)

Note moyenne : 3.68/5 (sur 290 notes)
Résumé :
Lucius Modestus, architecte romain en panne d'inspiration, découvre un passage à travers le temps qui le fait émerger au XXIème siècle, dans un bain japonais.
Entre stupeur et émerveillement, Lucius parviendra-t-il à mettre à profit cette fantastique découverte pour relancer sa carrière ?
Plongez dans le bain, immersion garantie!
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (80) Voir plus Ajouter une critique
Dionysos89
  24 février 2014
J'avais beaucoup entendu parler de ces « Thermes de Rome » sans aller jusqu'à me laisser submerger par l'attrait populaire ressenti autour de l'oeuvre de Mari Yamasaki. Pour autant, je n'ai sauté le pas que par pur hasard, par simple emprunt amical, car je n'avais pas une envie profonde de m'y plonger. Et c'est peut-être, sûrement, à cause de cet état d'esprit que je n'ai pas réussi à trouver de résonnance entre ce récit aquatique et ma propre sensibilité.
Le jeune Lucius Modestius, architecte sous le principat de l'empereur Hadrien, va mal, ne réussissant ni à garder son travail ni à caser ses idées à ses potentiels employeurs ; plongé dans ses tourments, il s'autorise un passage aux thermes et là, au détour d'un passage aquatique, il accède pendant quelques temps au Japon des années 2000. Si le processus de passage est intéressant par son concept et un peu marrant dans sa première utilisation, il est non seulement particulièrement limité dans son intérêt vis-à-vis du lecteur, mais surtout franchement redondant à chaque chapitre de ce premier épisode.
C'est cette répétition qui va marquer la lecture de ce tome puisqu'inlassablement, à chaque manque d'idée ou problème pratique, Lucius se trouve projeté au pays du Soleil levant, pour résoudre son problème ou bien piquer une ou deux bonnes idées. Cette hiérarchie entre deux époques diamétralement opposées mais qui se rapproche uniquement par les bains chauds est dérangeante, d'autant plus qu'elle est faite pour amener le lecteur à voir le Japon moderne comme un modèle. Nous retrouvons d'ailleurs ce constat dans les chroniques de Mari Yamasaki à chaque fin de chapitre sur son rapport d'auteur avec son sujet, c'est là aussi au demeurant très intéressant, mais vite en décalage de ce qu'on espère trouver dans un manga sur les « Thermes de Rome ».
Autant dire que lire un tel manga est sympathique en tant qu'objet, mais le contenu est vite devenu rébarbatif par le simple processus répétitif qui tient le récit à lui tout seul. le procédé problème-plongée-résolution à chaque chapitre demande quelque chose de plus construit quand on s'intéresse aux rapports entre le Japon moderne et la Rome antique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          553
colimasson
  03 janvier 2013
Les bains publics ? Oui, bon… on imagine deux ou trois jacuzzis, un sauna… A moins de bénéficier d'une cure thermale au prix d'une pathologie justifiant cette prescription, ou d'un porte-monnaie abondamment rempli, la culture des bains représente peu de choses pour le français d'aujourd'hui. Après tout, ce n'est pas un problème : si la série de Mari Yamazaki s'intitule Thermae Romae, c'est qu'elle nous renvoie à l'Empire Romain au temps du règne d'Hadrien, au deuxième siècle de notre ère. Il est de coutume que, dans ce contexte, la culture des bains publics soit plus développée que dans notre contrée.

Lucius, architecte brillant, forgé comme une statue grecque ( !), travaille pour la grande cité de Rome au développement de son service des bains publics. La tâche ne sera pas facile à conduire à bien car il faut faire avec le développement rapide et prodigieux de la cité, satisfaire les exigences d'Hadrien et ne pas mécontenter un peuple bigarré aux attentes fluctuantes. Les dons humains sont ici reliés aux dons divins et Lucius sera aidé dans son travail par des interventions miraculeuses : plongé en pleine réflexion, absorbé par ses spéculations autour des bains, allant jusqu'à s'immerger complètement dans ceux-ci, Lucius traverse des brèches temporelles qui le font parvenir jusqu'au Japon des années 1970. Contrairement à l'Occident, aujourd'hui, la culture japonaise semble n'avoir pas négligé sa culture des bains et c'est en jouant sur un double paradoxe à la fois temporel et spatial que Mari Yamazaki focalise l'attention sur le déplacement des intérêts et des cultures en fonction de l'époque. Si les Romains de l'ère antique avaient pu s'inspirer des techniques modernes du bain telles que nous les connaissons aujourd'hui au Japon, qu'auraient-ils apportés comme innovations à leur propre système ?

« Pendant que nous, romains, nous escrimons à concevoir des oeuvres architecturales gigantesques, des aqueducs, que sais-je encore…les visages plats eux, réussissaient à concevoir des systèmes de bains en plein air qui ont fait date en s'en remettant à un pragmatisme fondamentalement primaire ! Mais peu importe car ce que l'Empire apprend des autres civilisations vient nourrir sa gloire à venir ! »

Lucius découvre ainsi des procédés, des aménagements, des boissons et des nourritures qui le surprennent et qui l'entraînent à s'interroger sur le bien-fondé de la supériorité présumée de l'Empire romain sur le reste du monde. Chaque tournée fantastique se termine dans un étourdissement qui le ramène dans sa Rome du 2e siècle, où il peut alors adapter et appliquer les techniques qu'il a découvertes. Lucius se forge ainsi une solide réputation d'architecte ingénieux. Il progresse peu à peu et finit par entrer dans le sillon intime de l'Empereur Hadrien. Les demandes deviennent plus ambitieuses : il s'agit à présent de mettre en place des bains de plein air, de construire des aménagements pour des vieillards en fin de vie ou de restituer l'ambiance des bords du Nil… Chaque fin de chapitre est ponctuée par une double page dans laquelle Mari Yamazaki s'exprime en tant que telle pour apporter son lot d'informations sur les découvertes de Lucius et sur son expérience propre. Ces interventions ne coupent pas le récit et permettent au contraire de relancer l'intérêt. Mari Yamazaki, passionnée par son sujet, y montre un enthousiasme visible, comme il l'est par ailleurs du fait de la quantité d'informations et de réflexions qui poursuivent Lucius au fil de ses aventures.

Ce premier volume de Thermae Romae est convaincant. Original, il ose faire son incursion dans un domaine qui semblerait a priori rébarbatif et peu propice au déroulement d'intrigues trépidantes… à notre grande surprise, on découvre qu'avec un brin de passion, il est possible de mettre en avant des thématiques pas franchement affriolantes.

Peut-être, en tant que lecteurs occidentaux, est-on également séduits par ce regard croisé entre civilisation occidentale et civilisation orientale ? Irrattrapables que nous sommes, dès lors que notre propre culture est évoquée…

Lien : http://colimasson.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
boudicca
  11 février 2014
C'est fait, je me suis enfin décidée à me lancer dans la lecture d'un manga ! Une première expérience très sympathique qui doit beaucoup, il faut le dire, au sujet peu commun traité par l'auteur : les thermes de la Rome antique. Nous voici donc lancé sur les traces d'un certain Lucius, architecte romain spécialisé dans la construction de bains publics et qui semble rencontrer de petits problèmes d'inspiration. Ou du moins était-ce le cas avant qu'il ne se découvre, dès lors qu'il s'immerge complètement dans l'eau, la capacité de se transporter dans le Japon du XXIe siècle pendant de brefs moments n'excédant pas quelques heures. Des moments qu'il ne tarde pas à mettre à profit pour s'inspirer autant qu'il le peut de cette civilisation incroyablement avancée et qui lui était jusqu'à présent parfaitement inconnue.
L'idée ne manque pas de piquant et le résultat est plutôt amusant. L'auteur a de toute évidence effectué un colossale travail de recherche, tant sur la Rome antique que sur le Japon contemporain. On en apprend ainsi beaucoup sur ces deux peuples férus de bains et de propreté et dont les mentalités sur le sujet ne sont au final guère éloignées malgré les siècles qui les séparent. Les lieux de prédilection pour la baignade, les rituels à respecter, les ustensiles utilisés..., l'auteur ne néglige rien sans pour autant nous assommer de tout un flot de termes et concepts érudits. Les petits intermèdes ponctuant chaque fin de chapitre et dans lesquels l'auteur prend elle-même la parole afin de revenir plus en détail sur un point évoqué précédemment ou sur une anecdote liée au moment de l'écriture sont également très appréciables.
Ce premier volume n'est cela dit pas exempt de tout reproche et parmi les quelques points négatifs relevés, le principal est surtout lié au côté un peu répétitif, et donc vite lassant, du récit : le protagoniste retrouve le Japon contemporain, s'extasie devant les techniques avancées, retourne à Rome avec quelques idées qui lui valent une renommée de plus en plus grande, et ainsi de suite à chaque chapitre. Une ou deux fois, c'est amusant, mais l'idée perd vite de son charme à force d'être inlassablement répétée. Il est cela dit intéressant de voir le personnage, fier citoyen romain conscient de la puissance de l'empire, confronté à un peuple nettement supérieur auprès de qui, à sa grande honte, Rome a beaucoup à apprendre. Les graphismes sont pour leur part agréables et me paraissent davantage rappeler ceux des bandes dessinées que de la plupart des mangas que j'ai pu feuilleter.
Avec ce premier volume de « Thermae Romae » Mari Yamazaki parvient efficacement à nous faire partager sa passion pour la Rome antique et ses thermes. L'abondance des recherches effectuées ne manquera en tout cas pas de satisfaire les plus pointilleux amateurs d'histoire ancienne ou du Japon contemporain. Espérons seulement que l'auteur cherchera à innover davantage dans les tomes suivants afin de gommer un peu le côté répétitif adopté par récit. Pour une première expérience, me voilà cela dit très enthousiaste !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          252
missmolko1
  28 octobre 2014
Voila un manga qui m'intriguait depuis un moment, a cause bien sur des très bonnes critiques de lecteurs que j'avais pu lire mais aussi parce que l'Antiquité romaine est une période que je connais peu.
Ce premier tome est vraiment un tome d'installation et l'on apprend a connaitre peu a peu le personnage principal, Lucius, architecte spécialisé dans les Thermes, quelque peu a court d'idées. Mais il découvre qu'il peu voyager dans le temps et ce retrouve a plusieurs reprises dans le Japon de nos jours ou il va trouver l'inspiration manquante.
Il y a donc au final peu d'action puisque le manga se répète beaucoup. Heureusement la fin laisse présager que l'on va en apprendre davantage sur la vie privée de notre héros.
Le petit plus non négligeable et qu'a la fin de chaque chapitre, l'auteur ajoute une double page explicative livrant ainsi des détails historiques très intéressants et instructifs.
Je suis donc conquise par ce premier tome et j'ai envie d'en découvrir plus. le scénario est original et même si ce tome manque un peu d'action, il laisse présager une bonne série.
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Walktapus
  24 octobre 2014
C'est par le film de la Toho que j'ai découvert cette bd qui fait un pont entre les bains publics (et les chiottes) du Japon et de la Rome antique. En manga, j'avoue, me manque un peu la tête ébahie de Hiroshi Abe qui joue le rôle de Lucius l'architecte de thermes.
Lucius a besoin d'inspiration. Hop il plonge dans le bain, se retrouve au Japon et il revient avec des idées !
Lucius a besoin d'inspiration. Hop il plonge dans le bain, se retrouve au Japon et il revient avec des idées !
Lucius a besoin d'inspiration. Hop il plonge dans le bain, se retrouve au Japon et il revient avec des idées !
Lucius a besoin d'inspiration. Hop il plonge dans le bain, se retrouve au Japon et il revient avec des idées !
C'est un brin répétitif, et donne l'impression que le scénario est inventé au fur et à mesure, mais l'histoire progresse grâce à l'arrière plan politique et la présence d'Hadrien, et il y a beaucoup d'humour.
Le dessin n'est pas désagréable, mais manque de je ne sais quoi pour me séduire. Bref, j'arrête là, avec un chapeau bas pour le thème original !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260

critiques presse (9)
Lexpress   19 avril 2012
Chez Yamazaki, le dessin reste classique; c'est le scénario qui casse la baraque, en mettant en scène un architecte contemporain de l'empereur Hadrien, précipité périodiquement dans le Japon d'aujourd'hui.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Sceneario   11 avril 2012
Le manga est assez récréatif et se lit très bien, même pour un non amateur de bains publics ! Il est, par ailleurs, servi par des graphismes assez plaisants. Il faudra toutefois voir comment Yamazaki parvient à faire perdurer sa série dans le temps (elle est prévue en six volumes) car le scénario repose sur un mode assez répétitif.
Lire la critique sur le site : Sceneario
ActuaBD   06 avril 2012
Une comédie humoristique amusante sur fond d’intrigues politiques.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Telerama   04 avril 2012
Extrêmement bien documentée et ponctuée de considérations historiques sur la « culture du bain », Thermæ Romæ est surtout une passionnante plongée dans l'univers mental des Romains.
Lire la critique sur le site : Telerama
Auracan   22 mars 2012
Avec un humour fin et une construction impeccable, la globetrotteuse Mari Yamazaki allie fantaisie et réalisme historique avec grand bonheur.
Lire la critique sur le site : Auracan
LePoint   19 mars 2012
On doit ce synopsis pour le moins inattendu à une jeune auteure de mangas, Mari Yamazaki.[…] La série tisse un lien subtil entre les deux civilisations. Personne ne pourra dire que l'Antiquité n'a rien de moderne.
Lire la critique sur le site : LePoint
LeSoir   19 mars 2012
Le registre de Thermae Romae est typique de la démarche narrative du manga. La précision et la documentation historique n'interdisent pas les situations cocasses ou incongrues ni la caricature.
Lire la critique sur le site : LeSoir
BoDoi   16 mars 2012
Le comique de répétition est bien maîtrisé et le choc comico-culturel toujours efficace.
Lire la critique sur le site : BoDoi
LeFigaro   15 mars 2012
Le trait est soigné, réaliste, et les visages asiatiques ne sont pas dessinés façon manga.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Dionysos89Dionysos89   29 mars 2014
Jour après jour, ne sculpter que le corps de ce garçon, ça devient pénible... Cela dit, je reconnais qu’il avait un corps que bien des femmes devaient lui envier... Regarde cette paire de fesses ! Je peux comprendre que l’empereur se soit entiché de lui. Mais moi, sitôt que je vois ce qu’il a entre ses cuisses, ça me coupe toute envie !
Commenter  J’apprécie          230
Dionysos89Dionysos89   03 février 2014
Ce que l’empire apprend des autres civilisations vient nourrir sa gloire à venir. Je n’ai pas le loisir de laisser ces considérations ébranler ma fierté de Romain !

Commenter  J’apprécie          223
PavlikPavlik   05 février 2015
Je conçois que ce peuple des visages plats chérisse jalousement sa culture des bains...mais ils sont désormais des sujets de l'empire, et ils doivent savoir que nous, romains, sommes parfaitement en droit d'assimiler ces pratiques.
Commenter  J’apprécie          130
colimassoncolimasson   03 janvier 2013
Lorsque je me représente tous ces gens dans le plus simple appareil, désarmés, je me plais à l’image d’une démocratie rêvée. Bien entendu, je me doute que les gens les plus riches ou encore ceux exerçant une charge proche de celle de l’empereur avaient leurs propres bains chez eux, aussi ne devaient-ils pas être des usagers quotidiens des bains publics.
Commenter  J’apprécie          80
colimassoncolimasson   07 janvier 2013
Pendant que nous, romains, nous escrimons à concevoir des œuvres architecturales gigantesques, des aqueducs, que sais-je encore…les visages plats eux, réussissaient à concevoir des systèmes de bains en plein air qui ont fait date en s’en remettant à un pragmatisme fondamentalement primaire ! Mais peu importe car ce que l’Empire apprend des autres civilisations vient nourrir sa gloire à venir !
Commenter  J’apprécie          60
Lire un extrait
Videos de Mari Yamazaki (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mari Yamazaki
Thermae Romae par Mangado : La voie du manga
autres livres classés : thermesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

THERMAE ROMAE 1

Comment s'appelle le personnage principale?

LVCIVS MODESTVS
MODESTVS JVNIVS
JVLES CAESAR
SEXTE BRVTE

8 questions
9 lecteurs ont répondu
Thème : Thermae Romae, Tome 1 de Mari YamazakiCréer un quiz sur ce livre
.. ..