AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757875205
Éditeur : Points (21/02/2019)

Note moyenne : 3.28/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Au canton nord-est de Gaomi, le pays littéraire de Mo Yan, les histoires deviennent paraboles et légendes. Chien blanc et balançoire est le premier récit ainsi ancré dans sa terre, dans les souvenirs de sa jeunesse. Très vite, d'une nouvelle à l'autre, il mène son lecteur dans un monde outré, violent, souvent décalé, où le comique grossier fait, paradoxalement, surgir une étonnante finesse de sentiments. De La Femme de Commandant à Grande Bouche (la "grande gueule" ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
gonewiththegreen
  20 juin 2018
Ce livre est un recueil de six nouvelles, écrites entre 1983 et 2004. C'est l'ouvrage le plus récent de Mo Yan publié en France.
Pour commencer à connaitre un peu cet écrivain, ce livre me semble une bonne entrée dans l'oeuvre de ce maître.
On y retrouve l'univers de son enfance dans la région de Gaomi (Shandong, région cotière entre Pékin et Shanghai. région où se trouve la célèbre Qindao, ville construite par les allemands en 1898 et où se brasse depuis 1903 la célèbre Tsingtao, la moins mauvaise des bières chinoises!).
Le point commun à ses nouvelles : La ruralité, la vie et ses difficultés à la campagne.
Les personnages sont entiers, marchant vers leur destin sans qu'aucune force ne puisse les arrêter.
Devant la beauté de l'écriture, on se demande si le décor est posé pour permettre à l'auteur d'étaler son talent ou si c'est l'écriture qui magnifie le paysage. Mo Yan est extrêmement doué quand il s'agît de peindre la ruralité avec des mots.
Les histoires sont brèves , 80 pages maximum, indépendantes . La tristesse et la dureté de la vie qui y sont exposées sont à nouveau ici compensées par cette faculté chinoise à accepter son destin et tenter de rebondir avec fatalité et persévérance.
Coup de coeur pour la nouvelle au titre éponyme à l'ouvrage, une histoire dont la chute est bouleversante .
Mo Yan est un auteur connu certes , mais qui n'a pas la notoriété qu'il mérite malgré son prix Nobel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          235
isabelledesage
  30 janvier 2019
J'ai découvert cet auteur par le biais d'un de mes collègues. J'espère qu'il ne m'en voudra pas trop de ne pas avoir réussi à entrer dans cet univers chinois contemporain.
A l'instar du théâtre traditionnel de marionnettes de papier, les personnages semblent dessinés et danser au gré du vent et de leur destinée, parfois frêles, malgré leur tonicité et leur force à supporter la dureté de leur vie. J'ai rencontré très peu de descriptions, qu'il s'agisse des paysages, de la psychologie ou du physique des personnages, ce qui m'a quelque peu déstabilisée. En lisant ces nouvelles, j'ai aussi pensé à la littérature du Moyen-Age qui peint des personnages parfois sans perspective, sans relief, un peu comme pour illustrer, là-aussi, des conditions de vie précaire, une obligation à regarder devant soi sans se lamenter sur son sort.
Je ne terminerai pas ce livre, mais je réitérerai l'expérience avec un roman. Ces nouvelles m'ont permis de découvrir un monde qui m'est inconnu.
Commenter  J’apprécie          70
Catherinedenanc
  23 septembre 2019
il s'agît d'un recueil de 6 nouvelles dont il semble, d'après la traductrice en langue française attitrée de l'auteur, que ce soit une excellente mise en bouche de l'oeuvre très conséquente du Monsieur.
Toutes les nouvelles ont comme terreau le canton d'origine et la jeunesse de Mo Yan.
Il est vrai que ces nouvelles sont pleines d'outrance, de violence, de crasse de misère sociale et intellectuelle. La découverte aussi de classes malgré les efforts de Mao Tsé dông pour les abolir. J'ai eu du mal a y trouver de la finesse... Ce qui est intéressant pourtant, c'est le fait que c'est un auteur "autorisé" par le pouvoir chinois qui ne voit pas dans cette oeuvre à l'arrière plan, la société veule, malheureuse, fataliste, violente, mais pourtant forte et courageuse, que n'a pas réussi à détruire le rouleau compresseur communiste.
Du point de vue littéraire, je trouve l'auteur un peu pauvre aussi, peut-être cela tient-il à la langue chinoise qui laisse peu de place aux nuances paraît-il. En tout cas, cette lecture fût une découverte pour moi de Mo Yan et je vais en rester là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          14
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
gonewiththegreengonewiththegreen   18 juin 2018
Il m'a reproché d'avoir quitté mon poste sans autorisation mais a loué mon dévouement pour le peuple. Cette dialectique de l'un qui se divise en deux, je l'ai apprise à l"école.
Commenter  J’apprécie          80
rkhettaouirkhettaoui   06 mai 2018
Au pays, les femmes sont belles ; au fil des dynasties, certaines ont été choisies pour aller à la cour impériale. De nos jours, quelques-unes encore sont vedettes de cinéma à la capitale, je les ai vues, elles ont cette allure et ne lui sont pas tellement supérieures. Si elle n’avait pas été ainsi défigurée, elle serait sans doute devenue une grande actrice. Il y a une dizaine d’années, elle était belle comme une fleur, ses yeux brillaient comme deux étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
gonewiththegreengonewiththegreen   17 juin 2018
Un peu de poésie avec ce dicton des campagnes chinoises.
"Femme non mariée a seins d'or, femme mariée seins d'argent, femme et mère mamelles de chienne".
Commenter  J’apprécie          87
rkhettaouirkhettaoui   06 mai 2018
Vous en connaissez, vous, des petits enfants qui ne sont pas gourmands ? Si on n’est pas gourmand, alors on n’est pas un petit enfant. Les grandes personnes aussi sont gourmandes ! Vous, quand vous voyez des pains farcis à la viande de mouton, est-ce que l’eau ne vous vient pas à la bouche, à vous aussi ? Mon papa a mangé deux pains à la viande de mouton, à sa place, vous en auriez peut-être mangé trois, ou quatre, ou cinq ou six et même si vous en aviez mangé six, vous ne feriez quand même pas partie du Corps pour le retour au pays.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   06 mai 2018
Nul besoin de parler des yeux ni du nez de Gracieuse, ses dents à elles seules suffisaient. Elles étaient blanches, avec des reflets bleutés, de chacune on aurait dit de la porcelaine ou du jade, elles scintillaient dans sa bouche comme des perles. Cette impression de luminescence que nous avions ressentie, elle était due à cette dentition. Elle était la composante majeure de son lumineux sourire.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Mo Yan (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mo Yan
Mo Yan prix Nobel de littérature .Annonce du 11 octobre 2012
autres livres classés : littérature chinoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
69 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre