AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757857657
Éditeur : Points (11/02/2016)

Note moyenne : 3.38/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Le Clan du Sorgho rouge nous plonge dans l'Empire rural des années 30, où communistes et nationalistes du Kuomintang se vouent une lutte sans merci tout en combattant en ordre dispersé l'envahisseur japonais. A Gaomi, au pays de Mo Yan, le narrateur nous conte l'histoire de son grand-père, chef des brigands du lieu, de sa grand-mère, propriétaire d'une grande distillerie d'alcool de sorgho, tous deux héros de la résistance - tant aux envahisseurs qu'aux recruteurs -... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
gonewiththegreen
  25 juillet 2018
Le clan du sorgho rouge va être un livre qui compte pour moi, un livre comme on en rencontre un de temps en temps et dont on ne sort pas indemne.
Ce roman, qui est le premier long texte de Mo Yan, est d'une beauté à couper le souffle.
Il s'agît de l'histoire des grand parents et parents de Mo Yan, de 1922 à 1941 . Mo Yan disait dans un autre roman que le peuple chinois est celui qui le plus souffert au XXème siècle. Sur la période du roman, c'est l'anarchie la plus complète en Chine. La république ne s'impose pas, les seigneurs font régner la terreur sur des cantons qu'ils veulent avilir, les armées du Guomindang et des communistes se livrent un duel à la vie à la mort, les Japonais vont annexer cette région de Chine à partir de 1937 et des armées de collaborateurs chinois vont les aider. Survivre dans ce contexte tient du miracle et force est de constater que tout le monde n'y arrive pas.
Mais Mo Yan est un grand, très grand écrivain, et son style apaise étonnamment les cruautés qu'il nous décrit. L'amour qu'il porte à son village et à ses paysages donne à ce récit une connotation poétique indéniable. C'est toute la force de cet auteur qui arrive rendre beau un crapaud au fond d'un puits.
Ce livre a une petite histoire .
Aujourd'hui, Mo Yan est l'ambassadeur, comme Gong Li, du Soft Power Chinois, cette volonté de l'empire du milieu de montrer patte blanche, que sa force n'est pas que dans la copie des brevets ou dans une croissance économique. Mo Yan , qui est membre du parti communiste , est une icone de la Chine , icone malheureusement non reconnu à sa juste valeur en occident . A Gaomi , son canton ,son prix Nobel a poussé les responsables locaux à vouloir créer un part d'attraction dont les thèmes seraient les titres des romans de Mo Yan !
Mais au milieu des années 80, à la sortie de ce livre qui ne fait pas l'apologie du régime, ce sont les paysans, ceux qui sont vénérés ici, qui ont permis au livre d'être publié, alors que Mo Yan (qui signifie « celui qui ne parle pas ») avait une notoriété très restreinte.
Mo Yan leur a rendu hommage, ici et ailleurs. Il a magnifié son village, les hommes et femmes qui le constituent, les paysages. Il a montré leur courage, la dureté de leur existence, leur solidarité. Il les a passés à la postérité à travers ce chef d'oeuvre, par ailleurs adapté au cinéma (premier film de Gong Li).
Si jamais une personne était intéressé par cet auteur, on va bien finir par en trouver une , peut être vaut il mieux essayer un récit plus court , comme le maitre a de plus en plus d'humour, Chiens blanc et balançoires, le chantier….
Ps : Attention : Le clan du sorgho, aussi édité, correspond à la première partie de ce livre . Le clan du sorgho rouge est le texte intégral.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          213
sylvaine
  29 juillet 2015
Gaomi ville district de la province de Shandong N-E de la Chine; En 1939, les japonais ont envahis cette partie de la Chine , leur règle est celle des 3 tout tout tuer, tout piller tout détruire; Dans cette province bientôt 3 clans vont résister aux "chiens" les petits paysans vite relayés par les brigands, les troupes du Guomintang et celles du parti communiste en pleine ascension .En hommage à son Grand-père, à sa Grand-mère, à son père Mo Yan retrace dans ce roman les différents évènements sanglants qui ont laissé des milliers de morts dans les champs de sorgho rouge .
Un roman foisonnant mais un peu pénible à lire ! une suite discontinue de sauts du coq à l'âne comme si le narrateur égrainait des souvenirs et laissait aller son écriture à leurs rythmes . de très beaux passages descriptifs en alternance avec des scènes d'une rare violence est-ce là de la littérature digne d'un prix Nobel ?
je ne souhaite en aucun cas prendre position sur un choix sans aucun doute très politique du jury de Stockholm mais ce sera ma seule et unique lecture de Mo Yan ,je n'ai pas du tout envie de récidiver !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
Livrepoche
  03 octobre 2016
Premier livre lu de cet auteur, je découvre Mo Yan avec le clan du sorgho rouge, un petit pavé conseillé par ma librairie Acte Sud à Arles, pour commencer avec ce Prix Nobel de Littérature 2012. C'est pas rien.
Pour être franc, les 100 premières pages sont passés dans un flou certain. C'était le temps nécessaire pour comprendre la mécanique de ce roman et pour me familiariser avec les personnages principaux.
Le style est plutôt fluide mais les changements temporels des chapitres donnent un rythme particulier qui nécessite un peu plus de concentration que d'habitude. Ce n'est pas dénué d'intérêt, bien au contraire, mais il m'a fallu un certain temps pour l'apprécier. Il m'a fallu une centaine de pages pour que la manière qu'à le narrateur de faire appel à ses personnages me soit plus claire et comprendre à quel moment de leur vie ils étaient.
Le clan du sorgho rouge, c'est un histoire familiale, une fresque immense qui pourtant ne se déroule que sur peu de temps. Une fresque historique de la résistance chinoise résistant à l'envahisseur japonais qui se juxtapose au drame familial!
Le narrateur dépeint avec omniscience les actions des personnages principaux, père et grand-père du narrateur, ce qui donne à ce récit une teinte d'histoire vécue. Lyrique et passionné, le clan du sorgho rouge est un roman rural dont la puissance vient de la brutalité des faits confronté à la poésie de l'auteur, Mo Yan.
La suite sur le blog…
Lien : http://livrepoche.fr/le-clan..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          74
fran6h
  18 mai 2018
Le sorgho est une céréale, utilisée pour l'alimentation humaine ou animale. Dans le canton du nord est de Gaomi, on le distille et il devient alcool. Il fait la richesse du pays et plus particulièrement celle de la famille du narrateur.
Quelle famille ! On part de Douguan, père du narrateur, et on remonte jusqu'au début des années 1930, dans cette Chine instable, envahie par les japonais et en proie aux luttes internes entre le Kuomintang et le Parti communiste. Alors c'est sûr qu'il y a de l'action, car dans le village on veut résister, on tient à son indépendance.
Avec son style particulier (grand bravo à Sylvie Gentil, la traductrice) Mo Yan nous raconte cette épopée. Quelle épopée ! On frôle la frénésie, c'est parfois cruel, mais avec toujours un fond de tendresse et d'amour finalement qui vient tempérer l'ambiance. Et tant mieux.
La structure du récit est compliquée, et le lecteur parfois se perd, mais le tout forme une unité indéniable et raconte cet épisode de l'histoire de la Chine qui conduira par la longue marche au pouvoir de Mao. Mais ici la focale est ce village de paysans, cette famille de distillateur, ces petits brigands. Tous unis par le sorgho, qui donne ces reflets couleur sang à l'atmosphère, et l'atmosphère elle n'en manque pas de ce sang qui coule au fil des pages et des combats. C'est un hymne au courage et à la volonté d'indépendance. C'est aussi un hommage au lien qui unit une famille à travers le temps.
Lien : http://animallecteur.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
AHala
  24 novembre 2018

Dans le clan du sorgho rougeMo Yan nous entraine dans la Chine profonde, rurale des années 30 pendant l'occupation japonaises et la guerre civile.
C'est l'histoire d'une famille sur trois générations prise entre des traditions ancestrales et des événements chaotiques d'une violence inouïe.
Et en toile de fond les champs de sorgho rouge qui constituent un élément essentiel toujours présent comme un personnage principal.
Mais au-delà de l'intérêt historique du roman c'est une réflexion sur la nature humaine et sa monstruosité.
Pour ce roman Mo Yan a conçu une structure complexe avec un enchevêtrement chronologique atypique mais brillamment maîtrisé. Si par moment on perd le fil le puzzle est bien reconstitué à la fin.
Le style est éblouissant avec une prose luxuriante au pouvoir évocateur immense.
Cependant je n'ai pas apprécié son utilisation dans certains passages ultraréalistes d'une brutalité choquante à retourner l'estomac. C'est bien dommage.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   11 mars 2017
Comment le sorgho du nord-est de Gaomi devenait-il cet alcool au parfum capiteux, à l’arrière-goût suave et mielleux, qui enivrait sans faire mal à la tête ? Ma mère me l’a expliqué. Mais ainsi qu’elle ne cessait de le dire, c’était notre secret…
Commenter  J’apprécie          160
AHalaAHala   24 novembre 2018
Il m’arrive de me dire que le déclin de l’espèce humaine est dû à l’amélioration de notre niveau de vie et à un surplus de confort. D’un autre côté, richesse et bien-être ont toujours été le but de l’humanité, sa motivation ultime. D’où cette épouvantable contradiction : elle mettrait toute son énergie à éradiquer certaines de ses plus belles qualités.
Commenter  J’apprécie          30
Video de Mo Yan (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mo Yan
Mo Yan prix Nobel de littérature .Annonce du 11 octobre 2012
autres livres classés : littérature chinoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
69 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre