AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Noël Dutrait (Traducteur)Liliane Dutrait (Traducteur)
EAN : 9782020635202
480 pages
Éditeur : Seuil (16/02/2004)

Note moyenne : 3.25/5 (sur 26 notes)
Résumé :
Un héros négatif, Ding Gou'er, inspecteur auprès du parquet suprême, est envoyé enquêter sur une rumeur de trafic de chair d'enfants dans la ville minière de Jiuguo, haut lieu de la recherche scientifique en vins et spiritueux. Très vite, sans que le récit déroge aux canons littéraires du régime, le réalisme survolté s'imprègne de fantastique ; le rêve fait irruption dans la réalité, et le héros intrépide, qui ne dessaoule Jamais, entre de plain-pied dans l'imaginai... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
iti1801
  25 juin 2011
Comme j'avais particulièrement apprécié Beaux Seins, belles fesses, mais aussi le Maître n'a pas d'humour, je me disais que je ne prenais pas trop de risque avec le Pays de l'alcool et que j'allais passer un bon moment. D'autant que l'histoire avait l'air particulièrement alléchante.
Ding Gou'er, un inspecteur, est envoyé dans une obscure ville de province, Jiuguo – littéralement le pays de l'alcool –, pour enquêter sur une affaire pour le moins sordide : des officiels sont accusés de manger rien de moins que des enfants ! Ce qui serait la spécialité de la ville, en plus de son alcool.
Si l'originalité de l'intrigue n'avait pas déjà séduit le futur lecteur potentiel, la quatrième de couverture précise :
En contrepoint, le narrateur livre sa correspondance avec un certain Li Yidou, aprenti romancier qui réside à Jiuguo, et dont les oeuvres attisent le fantasme des festins d'enfants ou exaltent les vertus de l'alcool, viatique des Immortels.
Et nous voilà donc, avec non pas une histoire mais trois pour le prix d'une ! En effet, en plus de l'échange épistolaire, on a aussi droit aux productions du disciple auto proclamé ! Et ce qui aurait pu être un florilège finit par devenir un amalgame confus… En effet, les personnages se confondent entre protagonistes « réels » de l'aventure initiale et avatars fictifs des récits d'un aspirant fortement alcoolisé… D'ailleurs, moi qui pensais avoir été bien préparé par la lecture des BUKOWSKI, je dois reconnaître qu'on atteint ici un niveau inégalé, et qui n'aurait pas dû l'être car on sombre alors dans le pathétique parfois et le soûlant nauséabond bien trop souvent… C'était peut être le but recherché, mais parfois, c'en est trop, et depuis les Romains, on ne le sait que trop bien : nimis vitium est !
Pourtant, tout n'est pas à jeter, et on a parfois droit à des « morceaux de bravoure » comme nous le vend la quatrième de couverture, mais ça se noie vraiment bien trop souvent dans l'exercice presque scolaire… Ou alors la plupart des apprentis auteurs chinois contemporains écrivent comme Li Yidou et c'est un problème culturel : je ne peux m'y faire ! Ou alors, subtilement, Mo Yan s'en prend-il à ces mêmes aspirants arrogants qui pensent déjà tout savoir, mais font mine de se retrancher derrière le maître et semble être prêts à l'écouter, mais finalement, bornés, n'en font rien et continuent sur leur voie…
La structure narrative est si complexe qu'on finit par s'y perdre et qu'on ne démêle plus le vrai du faux, qu'on ne devine plus les intentions de l'auteur. Néanmoins une chose est sûre c'est une brillante satire de biens des travers chinois, mais aussi de la quête permanente actuelle sinon de l'immortalité du moins la jeunesse éternelle qui n'est pas le propre des Occidentaux…
Une fois n'est pas coutume, voilà un livre dont je suis peut-être totalement passé à côté, et que je ne recommande pas.
Lien : http://www.iti1801.net/blog/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rotsenamrub
  13 avril 2019
Pas facile mais finalement pittoresque et captivant ce voyage au" Pays de l'alcool".
Mo Yan laisse libre cours à son imagination et à son goût de la digression au risque d'asphyxier le lecteur par ses envolées lyriques et délirantes.
Il m'a fallu redoubler de concentration et de persévérance pour dompter ce texte à la construction alambiquée et servi par un style débridé, passant du poétique au trivial à grand renfort de métaphores à base de tigres, de jade et de fleurs de lotus bien sûr!
Toutefois l'auteur ne nous propose pas seulement un divertissement à l'orientale, poétique et truculent, il avance masqué au moyen de séquences où l'éthylisme des protagonistes sert de prétexte à des débordements oniriques et fantastiques à travers lesquels il nous parle de la Chine d'hier et d'aujourd'hui, de ses travers et de ses changements.
Félicitation pour cette traduction qui n'a sans aucun doute pas été un long fleuve tranquille.
Commenter  J’apprécie          30
sylvieh11
  13 septembre 2015
Voici un livre qui semble commencer comme un polar classique : un super inspecteur anti-héro se voit confié une enquête sur des pratiques cannibales dans une ville imaginaire de Chine, au pays de l'alcool.
Mais le récit est vite entrecoupé des missives d'un jeune doctorant de l'université de l'alcool dont le souhait le plus cher serait de devenir écrivain, consommateur d'alcool. La lecture se complique, et il peut devenir tentant de sauter les pages et de ne lire que l'histoire du polar. Il y a certains passages sur lesquels mon attention tendait à lâcher prise dans la lecture des premières nouvelles.
En fait, les nouvelles de l'étudiant et l'histoire de l'inspecteur se mêlent, se brouillent et se répondent l'une les autres. le sentiment est celui d'un délirium.
Bref, un livre qui sort du commun et que je pense devoir relire d'ici quelques mois pour en aborder toute la substance.
Commenter  J’apprécie          00
polarjazz
  15 février 2016
Je n'ai pas aimé ; je n'ai pas compris.
Echange épistolaire entre l'auteur Mo Yan et son double imaginaire Li Yidou. Un inspecteur de police Gou'er, des événements racontés par l'auteur ; des nouvelles contées par Li Yidou s'intercalent. Très confus. On s'y perd.
Mo Yan a reçu le prix Nobel de littérature en 2012 sans doute avec raison.
J'ai sans doute rater quelques chose.
Commenter  J’apprécie          20
nelsyfr
  18 septembre 2020
Du Mo Yan dans toute sa splendeur. Ce livre est un peu difficile d'accès, particulièrement pour ceux qui ne connaissent pas encore l'univers, ou plutôt les univers, de l'autre et ses envolées rocambolesques; mais je le recommande vivement !
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
polarjazzpolarjazz   14 février 2016
Il n'arrivait pas à distinguer ce qui avait explosé et n'avait guère envie d'y réfléchir, l'important était que, depuis que la lumière de la lampe avait éclairé la stèle de la tombe d'un martyr, une énorme bouffée de courage avait inondé son corps tout entier - une jalousie tel un alcool avarié, une perfide mollesse tel un alcool de veuve, un tourment et une inquiétude tel un alcool d'amour suintaient par tous les pores de sa peau, se transformant en sueur puante et en urine fétide.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
iti1801iti1801   13 juin 2011
Il sentit qu'il nourrissait déjà envers elle des sentiments, parfois de haine, parfois de compassion, et parfois de peur, et c'était justement ça l'amour.
Commenter  J’apprécie          30
iti1801iti1801   13 juin 2011
Interdire la fabrication et la consommation d'alcool, ce serait comme interdire aux hommes les relations sexuelles tout en voulant multiplier la descendance, c'est impossible.
Commenter  J’apprécie          20
rotsenamrubrotsenamrub   11 avril 2019
L'originalité du cadre est un facteur déterminant dans la réussite d'un roman, les écrivains avertis font évoluer leurs personnages dans des lieux toujours différents, ce qui permet à la fois de masquer leur propre indigence et de ranimer l'intérêt du lecteur.
Commenter  J’apprécie          10
iti1801iti1801   13 juin 2011
L'alcool est la mère des rêves, les rêves sont les filles de l'alcool.
Commenter  J’apprécie          00

Video de Mo Yan (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mo Yan
Mo Yan prix Nobel de littérature .Annonce du 11 octobre 2012
Dans la catégorie : Littérature chinoiseVoir plus
>Littérature des autres langues>Littérature asiatique>Littérature chinoise (201)
autres livres classés : littérature chinoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Mo Yan

Mo Yan est , à ce jour, le seul prix Nobel de littérature chinois. Mais en quelle année a -t-il obtenu ce prix ?

1955
2010
2019
2012

10 questions
6 lecteurs ont répondu
Thème : Mo YanCréer un quiz sur ce livre