AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782731662214
48 pages
Éditeur : Les Humanoïdes associés (15/01/2003)
3.65/5   24 notes
Résumé :
Dans un Londres à la Dickens, deux orphelins dépenaillés maraudent à la recherche du bon coup qui va leur permettre de survivre un jour de plus. Il y a tout d'abord Basil, qui chasse le rat en compagnie de son fidèle Cromwell. Rêveur patenté, c'est un grand amateur de pintes de bigorneaux. Et puis il y a Victoria, grande raconteuse d'histoires qui jure qu'enfant, elle fut volée à la cour par un odieux gitan. Si Basil et Victoria ont de multiples sujets de dispute, à... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Musardise_aka_CthulieLaMignonne
  16 mars 2016
Victoria et Basil, gamins des rues d'une dizaine d'années, vivent en couple, divorcent régulièrement et se débrouillent comme ils peuvent pour vivre dans le Londres des années 1880. Victoria, c'est la gouailleuse, terre-à-terre, peu sentimentale et même assez dépourvue d'empathie, ce qui ne la rend pas forcément sympathique. Surtout quand elle fait combattre son chien à mort pour récupérer de l'argent destiné à sauver son frère. Ce qui compte pour elle, c'est survivre. Basil, s'il garde les pieds sur terre, c'est le gentil du couple. Bien décidé à s'en sortir lui aussi, mais possédant une capacité à s'émouvoir nettement supérieure à celle de Victoria. On le voit, les auteurs ont volontairement inversé les codes des genres en cours à la fin XIXème siècle.
Il semblerait que Édith et Yann aient misé grandement sur le dessin. Effectué au crayon, avec des effets de découpage papier et renouant un peu avec le style des BD du début du vingtième siècle, il possède, c'est certain, un charme vintage qui colle très bien au Londres victorien des bas-fonds. D'ailleurs, on peut noter en passant plusieurs clins d'oeil aux illustrations de Gustave Doré pour l'ouvrage London, a pilgrimage. Les coloris sont généralement, et volontairement, ternes - beaucoup de gris, de beige, de marron, beaucoup de planches presque monochromes. le souci, c'est que, d'une part, cette primauté du dessin a porté préjudice au scénario, qui manque d'originalité - Basil et Victoria vont être lancés sur la piste d'une petite Indienne de leur âge essayant d'échapper au sacrifice de la sâti, l'aider et la sauver. D'autre part, Édith s'est un peu emballée dans son travail de colorisation et a forcé sur l'aspect monochrome de certaines planches ; si bien que, pour une scène de nuit, on a droit à quatre ou cinq planches d'un bleu un peu trop soutenu, pour une scène d'incendie, à trois ou quatre planches d'un seul ton rouge, tout aussi soutenu, etc., etc. Cette utilisation du monochrome est carrément abusif et manque de subtilité, si bien qu'il dessert l'ensemble de l'album.
Cela dit, on ne s'ennuie pas à suivre les aventures de Basil et Victoria : les dialogues sont réussis, le rythme soutenu, les personnages plutôt drôles et attachants. Et on a même l'occasion de rencontrer le docteur Watson... Reste à voir si les défauts de cet album seront évités par la suite. Rendez-vous donc pour le second épisode !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
belette2911
  12 juin 2020
Grâce au Mois Anglais, je fais des découvertes que jamais je n'aurais faites si je n'avais pas poussé mes recherches sur le thème "bédés se déroulant en Angleterre".
Pourtant, j'ai failli refermer cet album après l'avoir ouvert, tant les dessins ne me plaisaient pas. Mais puisque le vin était tiré… Et puis, qui sait, je pouvais avoir une belle surprise.
Disons-le de suite, les coloris monochromes ne sont pas ma tasse de thé.
Tant qu'ils restaient dans les tons sépia, beiges, marrons, ça allait, mais nom de Zeus, lorsque l'on colorie plusieurs pages dans des tons sombres oscillant sur le bleu nuit, on ne voit plus grand-chose ! Idem pour un incendie avec des cases dans les tons rouges…
Dommage que les dessins et les coloris aient nuit à l'album car il y a du bon dans ce scénario qui n'est clairement pas pour les enfants !
Basil, le copain de Victoria, sans doute guère plus de 10 ans, a toujours un morceau de cigarette aux lèvres et ne le lâche jamais car il est présent à toutes les cases. Nos deux mômes, qui vivent dans les bas-fonds de Londres, sont en couple, divorcent souvent, se disputent et rien ne leur est épargné. Ou presque…
Si vous vouliez une visite des quartiers mal famés sous la reine Victoria, vous allez être servi ! Si vous chercher des personnages bien campés, vous en aurez et ne croyez pas que la petite Victoria soit une jeune fille frêle. Les culottes, c'est elle qui est les porte, n'a pas d'empathie, même pour son chien, qu'elle fera combattre contre une nuée de rats afin d'obtenir de l'argent pour sauver son grand frère de la pendaison…
Basil est le gentil du couple, celui qui a des émotions, celui qui veut sauver Sâti, la jeune Hindoue qui a disparu. Cela donnera même un grand moment entre Watson et Victoria, cette chasse à la gamine perdue.
Non, clairement, ce n'est pas pour les enfants ! On est dans une bande dessinée qui a tout d'un roman noir tant le côté social est présent, tant la misère des plus pauvres qui essaient de survivre comme ils peuvent, côtoie la richesse et la décadence des riches qui vont aux pendaisons comme on irait à un spectacle.
Le rythme est soutenu, les dialogues assez crus, mais ils font mouche et appellent un chat un chat.
Non seulement la bédé est une critique acide de la société victorienne, où, au moment de son jubilé, Victoria régnait sur un empire sur lequel le soleil ne se couchait jamais et où l'Angleterre, à son apogée, avait des milliers de gens qui crevaient de faim, de froid, de misère…
Mais en plus, les auteurs ne se privent pas non plus pour nous parler d'une tradition de la société Hindoue, pourtant interdite depuis plus d'un siècle, mais qui a toujours cours puisque la femme n'a aucun droit ou nous faire assister à une pendaison, à des combats entre chiens et rats…
Une découverte en demi-teinte : si j'ai aimé le scénario qui ne s'embarrasse pas du politiquement correct, si j'ai retrouvé dans ces pages ce que j'avais lu dans "Les bas-fonds de Londres" de Chesney, si j'ai aimé les personnages de deux gamins, si j'ai aimé le portrait cynique de la société victorienne, je n'ai pas aimé les dessins sous forme de crayonnés et j'ai détesté les coloriages monochromes.
Malgré tout, j'aimerais lire la suite des albums pour voir ce qui va arriver à nos deux gosses et au chien Cromwell qui est un très grand chasseur de rats.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
zazaone
  02 avril 2012
Deux orphelins dans le Londres de la fin du XIX° siècle, un certain Sherlock Holmes trainant par là et surtout, des planches de BD coloriées avec des sanguines, tout est en place pour faire une BD de qualité.
Le scénario est à la hauteur, aussi bien dans le suspens que dans le vocabulaire employé, rendant l'approche de cette BD difficile pour les plus jeunes.
Chaque tome est une enquête indépendante des autres.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Musardise_aka_CthulieLaMignonneMusardise_aka_CthulieLaMignonne   16 mars 2016
Victoria : Basil Mohune, je dois té révéler un secret... Mais tu dois me jurer de ne jamais en parler...
Basil : Pff... Juré...
Victoria : Voilà... Il y a de cela dix ans, je fus volée à la cour par un odieux Gitan...
Commenter  J’apprécie          110
Musardise_aka_CthulieLaMignonneMusardise_aka_CthulieLaMignonne   16 mars 2016
Basil : La Reine ! La Reine ! Qu'est-ce que tu lui trouves à cette souris d'abord ?!
Commenter  J’apprécie          110

Lire un extrait
Videos de Yann (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Yann
Black Squaw Tome 2
autres livres classés : londresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4123 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre