AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782372590389
Urban China (04/11/2016)

Note moyenne : /5 (sur 0 notes)
Résumé :
La première est mariée un homme qui la bat, et tapine pour l'aider à rembourser ses dettes de jeu. La seconde, âgée d'un quarantaine d'années, a quitté l'usine et travaille dans la rue pour payer des études à ses filles. La troisième, jeune campagnarde un peu naïve, essaye de trouver un homme bon qui la sortira de là pour l'épouser. Leur destin va basculer avec le plan de restructuration urbaine de la Chine et l'apparition du sida.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Acoun
  01 février 2017
Reçu dans le cadre de l'operation Masse Critique (Merci Marie Delphine et pardon pour le retard), Red Angels est mon premier manhua (le nom donné aux bandes dessinées chinoises).
La collection Urban China s'est donné comme objectif, à travers la bande dessinée, de faire découvrir la culture chinoise au public francophone. Pari réussi pour cet opus.
La bande dessinée a fait un bon énorme ces dernières decennies et si les « petits Mickeys » des années 60 provoquaient un sourire condescendant de la part des amateurs de vraie littérature, l'apparition des romans graphiques et des BD de reportage et de non-fiction ont définitivement installé le 9e art dans l'âge adulte.
Red Angels est l'adaptation du roman documentaire Dix ans d'investigations secrètes de Li Yaosha.
La prostitution dans la Chine des années 90 en est le sujet principal mais c'est également l'occasion d'évoquer l'arrivée du sida et autres MST, la violence des maquereaux et de la police, la drogue...
Immersion brutale dans des bas-fonds chinois que l'on préfère ne pas voir, Red Angels raconte un monde d'autant plus abject qu'il est réel. le ton reste neutre mais ne nous épargne rien.
Heureusement, le graphisme décalé de Seven rend ces tranches de vie plus supportables. Ses longs personnages aux visages anguleux, dont on devine à peine le nez et les yeux, sont parfois plus des formes que des corps. La palette de couleurs est très chaude. Seven apporte beaucoup de dynamisme avec un découpage rythmé, des contre-plongées, des gros plans sur des scènes que l'on devine plus que l'on ne contemple.
L'indéniable intérêt du propos allié au talent de ce jeune graphiste font de cet album une belle réussite. Souhaitons que Urban China nous en fasse découvrir d'autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
philteys
  12 janvier 2017
Un grand et sincère merci à Babelio et aux éditions Urban China qui m'ont permis de découvrir ce très bel album et ses deux grands auteurs. D'un côté, LI Yaosha, journaliste d'investigation qui s'est tourné vers l'écriture et de l'autre, Seven, dessinateur et graphiste hors pair. Est-il utile de préciser que les deux sont chinois et qu'il est plutôt rare (pour moi, en tous cas) de lire des bd originaires de ce pays-là ?
Le narrateur de ce récit – je pense que nous pourrions parler, à l'instar de la télévision, de docu-fiction – nous entraîne sur les traces de trois prostituées : A Ping, tout d'abord, est mariée à un joueur invétéré de Mah-jong, endetté de surcroît, qui la frappe lorsqu'elle ne rapporte pas assez d'argent. Ensuite, nous trouvons Xiao Lan, jeune fille naïve de la campagne et novice : elle compte sur une rencontre avec un homme pour la sortir de la rue. Enfin, Soeur Tang, la quarantaine, est une prostituée de « second choix » en raison de son âge et de sa laideur. Toutes trois vivent dans l'immeuble du narrateur, propriétaire des lieux. C'est donc au quotidien de ces trois femmes que nous assistons, avec beaucoup de réalisme et d'empathie de la part des auteurs mais sans jamais tomber dans la surenchère, le misérabilisme et le pathos. Chacune de ces trois femmes va traverser les épreuves (fausse couche, violence, arrestations, trafic de fausse monnaie, épidémie du sida…) avec naïveté parfois, avec courage tout le temps.
Le scénario, pas toujours linéaire , est une sorte de documentaire qui sait tout de même utiliser les ressorts de la bd pour nous toucher de toutes les façons : émotion, suspense, colère, sentiment d'injustice, espoir… le lecteur vit donc un moment intense et prenant et c'est ce qu'on attend d'un bon album de bd. de plus, réellement plongé dans cet univers glauque, il se sent vraiment aux côtés de ces personnages, dans les bons et les moins bons moments, voisin sans être voyeur, simplement empathique.
Le dessin (le graphisme, devrais-je dire, tant la palette de Seven est travaillée et originale) n'est pas en reste : loin des clichés du comics américain ou du manga dont il reprend le format, le graphiste n'en a pas moins gardé un très grand sens du découpage : petites cases et grands panoramiques, gros plans, plans généraux, sens du mouvement… ne se succèdent jamais pour une simple esbroufe mais toujours au service de l'histoire. Et que dire du dessin lui-même : un joyau de finesse et de subtilité toujours juste, des couleurs parfois chatoyantes (un rouge omniprésent), loin du cliché d'une histoire aussi sombre où d'autres auraient abusé du noir et du gris.
C'est donc avec un grand bonheur et le sentiment de découvrir deux grands auteurs que j'ai suivi les destins cahotants de ces trois prostituées ? J'attends avec impatience les prochains albums de ces deux acolytes dont je suivrai les carrières avec attention. Je ne saurai donc que conseiller la lecture de cet ouvrage qui marque, laisse des traces dans notre rétine de manière indélébile.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Avoslivres
  11 mai 2017
Alors que je parcours les rayons d'une librairie spécialisée, le dessin de Seven – jeune auteur chinois – accroche mon regard.
Je me fige, les pages défilent entre mes doigts inquisiteurs. L'expressivité de son dessin, la stylisation survoltée du trait, les couleurs crépusculaires, rougeoyantes et contrastées, ainsi que le dynamisme des cadrages, au plus près des personnages, m'accaparent.
Red Angels c'est l'adaptation en manhua (la bande dessinée chinoise) du roman documentaire de Li Yaosha « Dix ans d'investigations secrètes ».

Seven nous entraîne dans les bas-fonds d'une ville indéfinie. On y suit, à travers les yeux du proprio, les parcours chaotiques de trois prostituées logées dans son immeuble. A Ping, d'abord, provinciale illettrée violentée par un mari qui la force à se prostituer pour éponger ses dettes ; Xiao Lan, ensuite, novice bercée d'illusion, en quête du grand amour ; et puis soeur Tang, quadragénaire débrouillarde, mère de deux enfants dont elle paient les études.
À la fois proche d'elles et démuni devant les soubresauts de leurs vies hors-normes, le proprio pose un regard distancié et amical – et nous avec lui – sur le cheminement douloureux de ses jeunes femmes naïves et rouées, battantes ou battues, et foncièrement bonnes.
Un quotidien brutal zébré par la violences, la drogue ou la maladie.

Pour illustrer ce témoignage, Seven use d'un style tranché évitant le pathos, qui peut rappeler certains animes ; impression renforcée par les couleurs informatisées, gérées avec brio malgré certains effets trop connotés « logiciel de traitement d'image ». Au fil des cases, l'auteur fait preuve d'une inventivité inépuisable, pour notre plus grand plaisir.
Réjoui, je referme l'album, passe à la caisse et quitte la librairie les poches vides et le sac plein. Et vous recommande de faire de même !
Lien : http://avoslivres.canalblog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Bidib
  08 janvier 2017
Je suis ravie d'avoir découvert Seven avec ce titre, je ne connais vraiment pas grand chose au manhua et cet auteur m'était totalement inconnu. J'ai vraiment beaucoup aimé son style graphique mais aussi la façon dont il met en scène ses planches.
[...]
C'est très sombre, mais il y a une certaine tendresse à l'égard de ces femmes perdues. Tendresse renforcée par le dessin : les visages des femme laissent toujours paraître une certaine innocence malgré le métier qu'elle exercent. le proprio est touchant parce qu'il est touché par le destin de ces femme. Mais au même temps il met un peu mal à l'aise car il se contente d'observer sans vraiment remettre en cause cette situation, cette réalité sociale. ça le dérange mais il ne fait rien pour changer les choses.
Une lecture très intéressant autant par propos que par son esthétique. A lire.
Lien : http://mapetitemediatheque.f..
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (2)
ActuaBD   16 novembre 2016
Le propos de ce type d’œuvre est moins de nous délivrer une vérité (...) que de nous dépeindre une réalité avec justesse, et d’éviter que la mémoire de ces femmes disparaisse dans l’indifférence.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Sceneario   15 novembre 2016
Un album qui fait réfléchir, indéniablement !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
missmolko1missmolko1   05 décembre 2016
Après le plan d’aménagement, les prostituées étaient comme des abeilles sans ruche. Elles cherchaient d'autres zones où pouvoir butiner.
Commenter  J’apprécie          20

Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
90 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre