AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782353481231
299 pages
Éditeur : Le Lézard Noir (05/04/2018)
4.29/5   56 notes
Résumé :
"Mon restaurant est ouvert de minuit à sept heures du matin environ. On le surnomme "la cantine de minuit", mais pour certains c'est plutôt "la cantine de l'aube"".
Dans cette petite gargote situé au fond d'une ruelle du quartier de Shinjuku, les clients se croisent, les histoires se dévoilent. La carte ne propose que du tonjiru, soupe de miso au porc, ainsi que du saké, mais selon vos envies, on vous préparera à la demande tout ce qu'on est en mesure de vou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Musardise_aka_CthulieLaMignonne
  19 mai 2020
Je me suis finalement mise au tome 3, malgré mes réticences dès le tome 1. Pas de surprise, on est toujours dans le même ton, graphiquement aussi bien que d'un point de vie narratif. Ce qui m'a vaguement donné l'air d'évoluer un peu, c'est que l'aspect vie nocturne - puisque le restaurant n'ouvre que la nuit et que le quartier regorge de bars à hôtesses et autres - m'a semblé un chouïa plus développé. Et qu'on retrouve des personnages qu'on commence à connaître, mais sans que ça aille très loin.

Pour le reste, c'est en gros tout pareil qu'avant. J'aurais aimé que petit à petit, les albums évoluent vers quelque chose d'un peu plus fouillé, ainsi que devenir un peu plus familière avec le personnage du chef. Mais apparemment, Abe Yarō n'a pas envie de changer ne serait-ce qu'un tout petit peu de formule. Il semblerait qu'il aime rester dans sa zone de confort, et se contenter d'y installer ses lecteurs. Je prends donc les albums tels quels, des petits moments légèrement - très légèrement - contemplatifs... mais pas trop quand même. Des petits moments de décontraction. Je suis devenue plus indulgente et je n'en demande pas plus, puisque l'auteur, après tout, ne prétend pas avoir l'ambition d'aller plus loin que ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
vanessa6344a18
  15 octobre 2018
La cantine de minuit offre un menu fixe, qui, « selon l'envie, devient un repas à la demande, dans la mesure de ce que l'on peut vous servir ». C'est, intriguée par cette accroche au dos du livre, que je décide d'en pousser l'entrée (ou du moins les premières pages du tome 1). Au fur et à mesure, le décor se plante : un restaurant qui ne paie pas de mine, dont le tenancier, le patron balafré, vous accueille de son sourire bienveillant et quasi-imperturbable. Une atmosphère constante, feutrée, chaleureuse, qui s'installe aux premiers coups de crayons. On s'attable, et de chaque plat émane un doux fumet, qui stimule yeux, papilles et curiosité. Dans cette cantine de l'aube, l'histoire de chacun des personnages se raconte à la manière d'un conte. D'une fable, aussi bien humaine, que culinaire. À chaque recette, son histoire. Et à chaque histoire, sa morale. Une morale parfois amère ou salée. Une chute tantôt amusante, drôle, surprenante. Les personnages, toujours attachants, se croisent et se recroisent. Ils viennent d'horizons divers et variés, et ont ce trait commun de vivre, chacun, leur vie, peut-être à la manière, pardonnez-moi la référence, « d'une boîte de chocolats dont on ne se sait jamais sur quoi on va tomber » *. Les ingrédients sont là : l'humour subtile, la simplicité, la sérénité…autant de caractéristiques qui viennent sans doute réconforter mon humour (subtile!), mon coeur, nostalgique, et mon envie de m'évader. Les fables, qu'elles soient d'Ésope ou De La Fontaine, ont bercé mon enfance. Celles de la cantine de minuit bercent ma « maturité ». Elles conjuguent humain et cuisine, avec intelligence, tendresse et candeur, sans jugement sur, justement, nos horizons divers et variés, mais avec les doses suffisantes d'épices pour en rendre la lecture savoureuse et sympathique. Les contes ont cette force de pouvoir se raconter à tous âges, et de s'adapter à tous les formats. Des livres illustrés, aux livres, aux films, aux animations, aux bandes-dessinées, aux manga… La cantine de minuit est un recueil de contes, de caricatures humaines, esquissées aux traits fins. Un recueil de recettes, que l'on mangerait sans fin… C'est donc intriguée et touchée que j'ai poussé l'entrée du tome 1, puis du tome 2, puis du tome 3. Et que j'attends « patiemment » de pouvoir m'attabler au tome 4.
*(Forrest Gump, 1994, Robert Zemeckis)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
zazimuth
  16 septembre 2018
J'ai emprunté avec plaisir ce troisième volume à la médiathèque, heureuse de retrouver les habitués mais aussi les nouveaux clients de cette cantine de minuit que fréquente une population variée, parfois bigarrée ou haute en couleur, souvent marginale de par son métier, son quartier ou son origine sociale. Beaucoup sont seuls, mélancoliques, déprimés mais tous trouvent en ce lieu ouvert un réconfort et une bienveillance précieux.
J'aime au fil de ces histoires, de ces moments de vie, voir le rôle que peut jouer la nourriture avec la nostalgie évoquée par certains plats ou aliments et la fonction sociale des repas qui engage des conversations sur le partage des mérites respectifs des choix des uns et des autres.
C'est vraiment une lecture unique en son genre je trouve et elle porte un regard original et très humain sur une part de la société japonaise peut-être méconnue.
Commenter  J’apprécie          50
palirausoleil
  23 octobre 2018

Je suis complètement accro à ces historiettes, à cette galerie de personnages, à ce patron placide. Même si vous n'êtes pas un habitué du genre, je vous invite vivement à feuilleter quelques pages en librairie, en bibliothèque ou chez un ami providentiel.
Commenter  J’apprécie          40
Titteuf
  20 juillet 2020
Le tome 3 est du même calibre que les deux précédents..., c'est toujours aussi agréable même si on commence à rentrer dans une certaine routine. L'avantage est que certains personnages commence à être récurrents du coup c'est un peu plus intime... et ainsi nous aussi avons l'impression d'être un client régulier.
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
Actualitte   25 avril 2018
Le trait de Yarô Abe, loin des sophistications superflues, est doté d’une immédiateté entièrement au service du propos : donner à voir le monde sous un jour sociologique, gastronomique et sentimental.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
NievaNieva   24 janvier 2019
Pour faire du sanma grillé sur du riz, il suffit d'ouvrir une boîte de conserve de sanma grillé et de poser les poissons sur un bol de riz, on peut faire ça chez soi.
Mais bon, comme c'est un resto, ici, je prends la peine de réchauffer le sanma et je le parsème de sésame, d'algues nori et de poivre sansho.
Commenter  J’apprécie          20
NievaNieva   24 janvier 2019
— Ce soir, je sens qu'on va me demander du ragoût à la crème... À force de faire ce métier, j'ai de l'intuition.
— Patron, tu pourrais préparer du ragoût à la crème ?
— Ouais, je viens juste d'en faire.
— Patron, tu aurais du ragoût à la crème ?
— Vous voyez ?
C'est ainsi que les uns après les autres, les clients qui entrent commandent tous du ragoût à la crème.
Commenter  J’apprécie          10
zazimuthzazimuth   16 septembre 2018
- J'aurais préféré que vous évitiez de commander des nouilles…
Lui, c'est Yarô Abe, le dessinateur de ce manga.
- Ben pourquoi, Abe ?
- Parce que c'est fatigant à dessiner. Il faut que je dessine chaque pâte l'une après l'autre. (p.148)
Commenter  J’apprécie          10
zazimuthzazimuth   16 septembre 2018
Si tu sens que c'est dur, éloigne-toi un temps du manga.
Je comprends ce que tu ressens… Il y a quelques années, j'étais comme toi…
Tu n'auras qu'à y revenir quand tu trouveras ce que tu as envie de dessiner. (p.162)
Commenter  J’apprécie          10
NievaNieva   24 janvier 2019
Il arrive que des clients m'apprennent des recettes. Couper des feuilles de chou à la main, mélanger avec des algues au sel et verser un peu d'huile de sésame... Voilà une recette qu'on m'a apprise.
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Abe Yaro (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Abe Yaro
Vous l'attendiez, le rendez-vous du vendredi : Conversation dans le noir #5 - Samouraï et tatami. Dans cet épisode, Charles Haquet nous emmène avec lui au pays du Soleil levant. On parle voyage, art ancestral du judo et évidemment toujours de littérature. Une invitation à l'évasion et à l'aventure, qui on l'espère vous plaira ! Bonne écoute Oeuvres citées : Le Pavillon d'or - Yukio Mishima  Dans l'oeil de Jaya - Jean Ely Chab Cette chose étrange en moi - Orhan Pamuk La cantine de minuit - Yaro Abe
CREDITS : Conversation dans le noir est un podcast des editions du Masque. Realisation : Paul Sanfourche. Generique : Longing - Joachim Karud.
+ Lire la suite
autres livres classés : restaurantVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
1026 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre