AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Paradise Kiss : L'intégrale (14)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Jumax
  10 avril 2012
Un très très beau manga sur l'univers de la mode. J'ai bien aimer le fait qu'il y est un intégral (bien qu'il soit ÉNORME!). Un vrai plaisir pour les yeux, même si la fin laisse notre côté fleur bleu un peu frustré !
Commenter  J’apprécie          110
CamilleExplore
  02 octobre 2013
Paradise kiss est, au travers du portrait d'un groupe d'adolescents passionnés de mode et excentriques, la peinture touchante des préoccupations de la jeunesse japonaise, entre pesants objectifs de réussite scolaire et pression parentale. Et quand les premières amours s'en mêlent, difficile de rester concentré(e) sur ses priorités. C'est ce qui arrivera à Yukari, adolescente studieuse dont la vie et la future carrière seront bouleversés par sa rencontre avec des étudiants en stylisme qui souhaitent faire d'elle leur mannequin.

Comme toujours avec Ai Yazawa, le dessin déconcerte, avec ces personnages aux longues jambes et aux visages moins rondelets qu'on est habitué à voir dans la plupart des shojo.

Je n'ai pas encore lu Gokinjo, une vie de quartier dont Ai Yazawa reprend certains personnages, mais je les ai aimés dans Paradise Kiss. Ils sont humains, avec leurs passions, leurs faiblesses, leur égoïsme parfois qui ne fait que souligner la valeur des sacrifices qu'ils sont prêts à faire pour ceux qu'ils aiment.

On quitte Paradise Kiss la gorge nouée et les larmes aux yeux, mais non sans avoir souri à multiples reprises. Un classique du manga.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Lindorie
  29 août 2010
Que dire que dire à la fin de ma lecture… à part : « je n'ai pas aimé la fin ! » … « ouinnnnnnnnnnnnnnnnn !!!! » Lisez, vous verrez !

Bon bref, à part ça, les dessins sont magnifiques et travaillés, ils nous transportent dans le monde décalé de la mode, celui de Parakiss…

L'histoire est prenante, l'héroïne Yukari, est un personnage au caractère fort malgré sont côté coeur sensible, ses crises de colère et de jalousie, en fait, toutes les filles se retrouvent ou presque dans l'un ou l'autre personnage, pour ma part c'est dans Yukari. Elle se perd dans l'amour, et s'égare dans les sentiments qui rythment l'adolescence. Elle évolue, réfléchit, se remet en question et avance dans sa vie Elle décide de se battre pour ses rêves et faire ce qu'elle désire réellement et non se que ses parents ont décidés pour elle

J'ai aussi adoré le côté délire où l'on passe d'une scène très sérieuse, les personnages abordent quelque chose d'important, puis tout à coup ça part en « live ! », avec une réplique ou une réaction totalement disproportionnée à la réalité, mais nous sommes dans un manga, c'est tout à fait normal et tellement rafraichissant !!!
Lien : http://www.fmgeneration.be/l..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
LireEnBulles
  23 février 2018
Ai Yazawa est une mangaka d'origine japonaise née en 1967 dans la préfecture de Hyogo. Son nom de plume s'inspire de celui du chanteur Eikichi Yazawa, dont elle est une grande fan. Son envie d'écrire et dessiner du manga arrive très tôt, puisqu'à seulement 13 ans elle s'inscrit à un concours organisé par une grande maison d'édition dont elle remporte le prix décerné aux jeunes mangakas. Pour son cursus scolaire, Yazawa se lance dans des études de stylisme, avant de basculer à 17 ans dans celui de la création de mangaka. Sa carrière débute en 1985, dans les pages du magazine de prépublication Ribon avec Ano Natsu, inédit en français. Elle finira finalement par abandonner ses études de styliste, son travail dans le manga lui prenant beaucoup de temps. En 1990 paraît Marine Blue, le one-shot Une Tempête aux couleurs des cerisiers (1992) et Fever, la rencontre ultime. Mais ses publications les plus connues sont sans aucun doute Je ne suis pas un ange (1992), Gokinjo, une vie de quartier (1995), Last Quarter en trois tomes (1998), Paradise Kiss et NANA, deux séries lancées en 2000. En France, c'est véritablement NANA qui fit exploser la renommée de l'auteure auprès des filles comme des garçons. Avec son univers rock et mature, Ai Yazawa a sut combiner son amour de la musique, du dessin et de la mode. L'intérêt porté par les lecteurs de l'artiste porte ses fruits puisque plusieurs de ses séries se sont vues adapter en série d'animation : Gokinjo, NANA et Paradise Kiss. de plus, NANA eut le droit à deux films live en 2005 et 2006. À noter que NANA remporta en 2003, le prix Shogakugan dans la catégorie shojo, à égalité avec Kaze Hikaru de Taeko Watanabe.

En 2010, la mangaka annonce qu'elle doit faire une pause dans sa carrière pour des soucis de santé qui l'empêche de continuer l'écriture de NANA. Fin 2016, elle exprime son envie de terminer NANA un jour en disant “NANA est le travail de ma vie. Mon défi était de sortir toutes mes idées, tout ce que j'avais en tête. Je suis désolé que les fans attendent depuis si longtemps, mais c'est sûr, un jour je reviendrai et donnerai le meilleur de moi-même.” En octobre 2017, Ai Yazawa donna de ses nouvelles en illustrant la magnifique pochette d'une chanteuse japonaise, JUJU.

Mais avant de continuer à nous morfondre sur la suite éventuelle de NANA, parlons de Paradise Kiss oeuvre terminée et dont Kana eu la chouette idée de rééditer en une intégrale de 880 pages, en 2009. le synopsis nous parle de la très sérieuse Yukari qui n'a qu'une obsession en tête : réussir son entrée à l'université. Si elle a la tête plongée dans ses études, elle n'en oublie pas l'amour puisqu'elle est amoureuse d'un de ses camarades de classe : Hiroyuki, sans qu'il ne le sache. Mais après une rencontre dans la rue, voilà que notre étudiante s'évanouit. À son réveil elle fait la connaissance du garçon Arashi, le travesti Isabella et Miwako. Eux, se sont des étudiants à l'école de mode. À sa grande surprise, ils lui demandent de devenir mannequin pour eux et faire la promotion de leur marque « Paradise Kiss », lors d'un défilé de mode pour valider leur année. Au départ hésitante, Yukari, attirée par cet univers, ira jusqu'à sacrifier ce qu'elle a de plus précieux et à s'opposer à sa mère pour vivre cette aventure. Et ce n'est pas le beau Georges, styliste du groupe, qui va lui faire entendre raison…

Si NANA tourne essentiellement autour de la musique et des coulisses auteurs de l'ascension d'un groupe de rock, Paradise Kiss, lui, parle de la mode où la jeune Yukari semble devenir la Alice de ce pays des merveilles de stylisme. Pour ceux qui connaissent l'auteure, il ne sera pas étonnant de découvrir qu'elle aborde aussi de multiples autres thèmes, comme l'adolescence, la sexualité, l'amitié, la peur de l'inconnu concernant le futur, et bien entendu l'amour. Les lecteurs de Gokinjo ne seront pas dépaysés puisque de nombreux personnages de la série précédente se retrouve mêlés à la nouvelle. Néanmoins, Paradisse Kiss peut être lu indépendamment de la première sans qu'elle ne pose de problèmes de compréhension. Ici, Ai Yazawa s'est simplement amusée à offrir une extension de son titre précédent, creusant ainsi un peu plus les personnalités de chacun.

Niveau complexité, les protagonistes donnant le plus de fil à retorde est celui de Georges. Extravagant de nature, le styliste aime se faire remarquer, et il est extrêmement compliqué de savoir ce qu'il pense réellement. Au contact de ces 4 personnages, Yukari va découvrir ce qu'est de vivre passionnément. En choisissant de faire des concessions avec sa nouvelle vie, Yukari va très vite entrer en conflit avec sa mère. En effet, jusqu'à présent la jeune fille ne cherchait que l'affection de sa mère, se laissant guider par les attentes de celle-ci sans écouter ces désirs ou ses rêves.

Entre amour et désillusions, on peut très vite y voir des parallèles avec les personnages de NANA. D'ailleurs, Georges ressemble énormément à Ren, même si celui-ci est plus fragile psychologiquement que le styliste. Georges lui, est le personnage que l'on aime détester, aimer, puis qu'on a envie de secouer par les épaules pour qu'il laisse enfin s'exprimer ses sentiments. Yukari doutera énormément de lui et de ses véritables attentes. Elle arrivera même à ne se voir que comme une simple mannequin que l'on habille à tout bout de champ mais que l'on ne prend pas le temps de regarder pour ce qu'elle est au fond. L'évolution de la relation entre les deux est belle, touchante et réaliste. Il n'y a ni précipitation ni facilitée scénaristique.

Et que dire du dessin ? Rien. Enfin si. C'est du Ai Yazawa maîtrisé, fin, fluide et même humoristique par moments. Ceux connaissant NANA seront notamment troublés par la ressemblance frappante entre les héros de Paradise Kiss et ceux de NANA. Étant dans un manga traitant de la mode, les tenues sont travaillées et soignées. Nul doute que l'auteure s'est inspirée de son travail à l'école de stylisme pour créer ses costumes parfois atypiques mais tellement jolis à regarder. Comme toujours les émotions que véhicule son trait de par les regards et les expressions des visages font mouche. le style de Ai Yazawa est d'ailleurs facilement reconnaissable tant elle fait partie de ces dessinateurs qui marquent. le manga a beau avoir été publié il y a dix-sept ans, la lecture et le dessin sont frais, touchants et emprunt d'une certaine élégance.

L'édition de Kana est exemplaire en tout point. le choix de couverture est simple mais en accord avec la sobriété et le coloris émotionnel du récit. Malgré ses 880 pages, le bouquin se manie bien en main et rend vraiment très beau sur l'étagère. La traduction de Misato Raillard et Thibaud Desbief est moderne et bien faite.

En conclusion, Paradise Kiss est un manga intemporel qui comblera les fans de Ai Yazawa et qui réussira à faire succomber les nouveaux. L'humour, l'amour et la mode forment un trio gagnant nourri par un récit dynamique et sensible. Les personnages trouvent très vite écho en nous et nous transportent dans leur quotidien avec une certaine magie imperceptible. Un petit coup de coeur pour cette oeuvre que j'ai eu le plaisir de découvrir et qui montre tout le talent et la maturité du génie d'Ai Yazawa.
Lien : https://lireenbulles.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BookyMary
  24 janvier 2015
Avant tout, ce manga le l'ai commencée juste à cause de son auteur, oui je le rappelle pour ceux qui ne le saurais pas, Ai Yazawa est l'auteur de "Nana" (le premier manga que j'ai vraiment aimée). Mais j'ai vraiment vraiment bien fait de craqué pour ce manga...

Tout d'abord, le personnage de Yukari je l'ai vraiment adorée, elle est assez énervante au début mais vraiment quand l'histoire démarre je l'ai trouvée très attachante et vraiment rigolote avec ses expressions parfois...

Ensuite le personnage de Georges, il est vraiment déroutant, mais vraiment dévoué à Yukari et à son art, il montre a Yukari qui elle est vraiment et lui donne de plus en plus confiance en elle...Sans oublié son groupe d'amis tous aussi excentrique les uns que les autres, en particulier Miwako qui est vraiment trop mignonne et toute pétillante.

L'histoire en elle même est très dynamique et vraiment addictive, en plus des dessins de Ai Yazawa que je trouve vraiment unique et très beaux, je me suis laissée emporter par l'histoire de la première à la dernière page...Ce manga est un réel coup de coeur, à tout les niveaux, et un des manga qui m'a le plus marquée jusqu'à présent.
Lien : http://bookymary.blogspot.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Madraykin
  05 décembre 2013
Paradise Kiss, axé majoritairement sur le milieu de la mode qu'apprécie tout particulièrement la mangaka, est une belle réussite pour Ai Yazawa. L'édition française en 5 tomes est d'une très belle qualité au niveau du support. Pour le contenu la mangaka s'en donne à coeur joie et la profusion de vêtements et costumes originaux donneraient envie à n'importe quelle adepte de la mode ! La trame de fond, outre le défilé de mode, est axée sur l'histoire entre Yukari et Georges et l'évolution de leur relation est à la fois touchante et réaliste. Les personnages secondaires ont une place importante aussi, ils sont fantasques et délurés, très attachants, et contribuent à l'originalité du style de Yazawa. le film qui a été adapté du manga est sympathique mais ne conserve pas les choix de la mangaka ni son style assez mordant. L'anime quant à lui est, en effet, d'assez piètre qualité.
Commenter  J’apprécie          20
Yoda_Bor
  01 septembre 2015
Yukari étouffe dans sa vie. Poussée par une mère exigeante à faire des études trop difficiles pour elle, son seul espace de liberté est son amour secret pour Hiro, un garçon de sa classe.

Quand elle est (kidnappée) invitée par des élèves de Yaz'art pour être leur mannequin lors du défilé de fin d'année, c'est tout un monde d'excentricité, de rire, d'amitié et de liberté qui s'ouvre devant elle.

Carrie est une chouette fille. Même amoureuse, elle ne veut pas pour autant se laisser marcher sur les pieds. Elle peut paraître agaçante mais elle se relève toujours malgré tous les obstacles qu'elle rencontre.

Et tous les membres de Paradise Kiss sont tellement géniaux !
Miwako, si mignonne et si attentionnée mais qui cache des choix difficiles qu'elle a dû prendre plus jeune.
Arashi et ses fringues géniales qui, malgré son côté brusque, est celui qui a le plus les pieds sur terre.
Isabella, qui tient un peu le place de maman pour tout le monde.

Et puis il y a George. George qu'on aime, George qu'on déteste, George qui nous fait rire, puis couiner, puis pleurer. George qu'on a envie d'embrasser et puis de gifler. George qui tient Paradise Kiss à bout de bras.
Il prend ses décisions mais refuse de faire des choix pour les autres.
Si je comprends ce qu'il veut, il est très compliqué à suivre et en refusant d'exprimer ses sentiments, il oblige les autres à se mettre en difficulté.
C'est un personnage magnifique, parmi les plus complexes qui existent, qui sous des dehors de simplicité est un fin manipulateur, parfois sans même s'en rendre compte.

Le dessin est magnifique, les tenues sont travaillées et les visages sont très réussis.

C'est un manga très abouti, avec une thématique autour de la mode qui peut paraître futile mais qui permet d'exprimer des problématiques sérieuses sur la fin de l'adolescence et le passage à l'âge adulte et la question du choix.
Lien : https://yodabor.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ninon16
  04 avril 2013
Un gros coup de coeur ! Je ne m'attendais pas à autant aimer ce manga et franchement, je trouve que c'est le meilleur de Ai Yazawa. J'ai adoré suivre les aventures de Yukari. Dommage en revanche que ça soit terminé entre elle et Georges =( Ce n'est pas vraiment la fin que j'attendais.
Commenter  J’apprécie          10
glow
  19 octobre 2009
J'ai l'honneur de vous présenter ce superbe manga en cinq tomes, paru récemment sous la forme d'une intégrale grand format chez Kana. Créé par Ai Yazawa (auteur de la série Nana, un shôjo = manga dont la cible principale sont les jeunes adolescentes). Pour ceux qui ont lus les Nana et qui ont adoré, cette courte série est du même style et devrait au moins autant plaire ! Et pour ceux qui ne connaissent pas spécialement l'auteur et ses oeuvres, sachez que la clé de voûte des oeuvres d'Ai Yazawa sont les interactions, les sentiments des personnages entre eux, offrant au lecteur de vrais moments de bonheur.

Bien entendu, le manga est d'une esthétique absolument magique avec des planches à couper le souffle, où l'on sent toute la beauté de l'oeuvre et de l'instant esquissé. Les personnages sont très beaux et ont chacun des signes bien distinctifs qui les rendent chacun unique. Ainsi, des thèmes sérieux sont abordés à la fois avec humour et sérieux.

De plus, moi qui pensait ne pas accrocher à ce genre d'univers : réaliste et sentimental, j'ai été bien surprise de me rendre compte qu'à la fin du premier tome j'étais vraiment dedans et qu'il me tardais de lire la suite !

Je ne vous présente pas les tomes un à un, d'autant plus que la version intégrale est beaucoup mieux (5 tomes à 7€ chacun = 35€ contre une superbe intégrale à 19€, ça fait plaisir). Par contre, il parait qu'il est toujours plus sympathique d'avoir lu « Gokinjo, une vie de quartier » (la toute première série d'Ai Yazawa) car on y retrouve les personnages de Paradise Kiss dans leur prime jeunesse.

Le dernier point extrêmement positif : le côté moral, les leçons de vie faites dans cette petite série sont géniales. Ai Yazawa sait toucher les lecteurs (le plus souvent lectrices) par l'hypersensibilité de ses personnages, et c'est vraiment fabuleux de créer autant de vie sur du simple papier !

La série Paradise Kiss a un seule « défaut », elle est assez courte (5 tomes). Heureusement Ai Yazawa a fait d'autres séries !
Lien : http://glowmoonlight.unblog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
linatsu
  10 mars 2016
Un pur moment de bonheur, je remercie Ai Yazawa de nous faire partager son monde, ses histoires, ses dessins (si beaux ) en bref son talent !
Le plus dur dans cette histoire c'est que l'auteur n'a de cesse de malmener nos personnages, cependant les rebondissements n'en sont que plus surprenants et nous savons tous qu'il n'y a rien de pire qu'un roman prévisible. Hormis ce petit défaut qui n'en est pas un, Paradise kiss n'est que plaisir et rêve.
En l'espace d'un instant on s'échappe dans l'univers exigeant de la mode, mais aussi dans une société japonaise loufoque et parfois rude où un groupe d'adolescent essaie tant bien que mal de se réaliser et surtout, avant tout, de réaliser leur rêves. Tout y est, humour, amour,introspection, doute.
Ai Yazawa dépeint parfaitement la difficulté du passage de l'adolescence à l'âge adulte, l'instant où il faut choisir qui on va devenir.
J'ai beau lire et relire cette intégrale en attendant chaque fois entre les lectures le laps de temps imparti pour que l'histoire s'estompe un peu de ma mémoire, je ne me lasse pas de ce livre.
J'éprouve une tendresse toute spéciale pour Miwako et une net préférence pour Hiro, mais tout les personnages sont hauts en couleurs ( et c'est peu de l'écrire) et très attachants. Je recommande bien sur chaudement cette série à n'importe quelle jeune fille en fleur ( je ne parles pas ici d'âge mais d'état d'esprit ) qui a envie de rêver un peu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Connaissez-vous bien le manga Paradise Kiss, de Ai Yazawa?

Comment se prénomme l'héroïne?

Miwako Sakurada
Yukari Hayasaka
Nana Osaki
Isabella Yamamoto

10 questions
11 lecteurs ont répondu
Thème : Paradise Kiss : L'intégrale de Ai YazawaCréer un quiz sur ce livre