AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 284103075X
Éditeur : William Blake And Co (16/11/1998)

Note moyenne : 4.29/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Qu'on me permette seulement de dire aux lecteurs de ces poèmes que j'invite à pénétrer dans l'intimité de Yeats quelle est, de toutes les forces qui animent son œuvre comme la vie anime un être, celle qui m'a paru de façon surprenante, insistante, violente, le mieux exprimer sa personnalité, celle qui, au fil des traductions, a presque guidé ma plume ; cette force c'est l'amour, un amour irrationnel, passionné, total, oui absolu pour la vie, évidemment - mais cela e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
HeleniahHeleniah   17 mars 2013
Les voiles du ciel

Si j'avais les voiles brodés du ciel
Ouvrés d'or et d'argent par la lumière,
Les voiles bleus, les voiles gris et les voiles sombres
De la nuit, du jour et du demi-jour,
J'étendrais ces voiles sous vos pieds :
Mais étant pauvres, je n'ai que mes rêves;
Que vos pas soient légers, car vous marchez sur mes rêves.

He wishes for the cloths of heaven

Had I the heavens' embroised cloths,
Enwrought with golden and silver light,
The blue and the dim and the dark cloths
Of night and light and half light,
I would sprad the cloths under your feet :
But I, being poor, have only my dreams;
I have spread my dreams under your feets ;
Tread softly because you tread on my dreams.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
coco4649coco4649   17 septembre 2017
Un poète à sa bien-aimée


Je t'apporte de mes mains déférentes
Les pages de mes rêves sans nombre.
Dame blanche usée par la passion
Comme les sables tourterelle par la vague
Et au cœur plus vieilli que la corne
Qui déborde du feu pâle du temps :
Dame blanche aux rêves sans nombre
Je t'apporte mes vers et leur passion.
                  Composé en 1895
                     Publié en 1896

p.73
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
HeleniahHeleniah   17 mars 2013
Découragement

Quand ai-je regardé la dernière fois
Les yeux ronds et verts et les longs corps sinueux
Des sombres léopards de la lune ?
Toutes les sorcières déchaînées, ces très nobles dames,
Malgré leurs manches à balai et leurs larmes,
Leurs larmes de dépits, sont parties.
Les centaures sacrés qui hantaient les collines ont disparu;
Il ne me reste que le soleil et son amertume;
Bannie est notre héroïque mère la lune, effacée du ciel,
Et maintenant que j'ai atteint ma cinquantième année
Il me faut endurer le pâle soleil.

Lines written in dejection

When have I looked on
The round green eyes and the long wavering bodies
Of the dark leopards of the moon ?
All the wild witches, those more noble ladies,
For all their broom-sticks and their tears,
Their angry tears, are gone.
The holy centaurs of the hills are vanished;
I have nothing but embittered sun;
Banished heroic mother moon and vanished,
And now that I have come to fifty years
I must endure the timid sun.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
HeleniahHeleniah   17 mars 2013
Le pays du bonheur

Le petit renard, lui, murmura :
«  O, si c’était la malédiction du monde ? »
Le soleil était riant et doux,
La lune tirait sur mes rênes ;
Mais le petit renard rouge murmurait,
«  O, ne tire pas sur ses rênes,
Il s’en va en chevauchant vers le pays
Qui est la malédiction du monde. »

The happy townland

The little fox he murmured,
« O what of the world's bane ? »
The sun was laughing sweetly,
The moon plucked at my rein;
But the little red fox murmured,
« O do not pluck at his rein,
He is riding to the townland
That is the world's bane. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
coco4649coco4649   17 septembre 2017
L’aube


Je voudrais avoir l'ignorance de l’aube
Qui de là-haut a vu
Cette vieille reine mesurer une ville
Avec l’épingle d’une broche,
Ou ces vieillards flétris regarder
De leur pédante Babylone
La course insouciante des planètes,
Le déclin des étoiles et l'éveil de la lune,
Et saisir leurs tablettes pour y faire des calculs ;
Je voudrais avoir l'ignorance de l’aube,
Et comme elle tout simplement,
Balancer sur les épaules embrumées des chevaux
Les paillettes de son char ;
Je voudrais (car tout savoir ne vaut pas un liard)
Avoir la folle ignorance de l'aube.
                     20 Juin 1914 - Février 1916

p.121
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de William Butler Yeats (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de William Butler Yeats
William Butler YEATS – Une Vie, une Œuvre : l'Écrivain-nation (France Culture, 1990)
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
693 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre