AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Yves Bonnefoy (Traducteur)
EAN : 9782070327805
228 pages
Gallimard (05/10/1993)
3.97/5   66 notes
Résumé :
L'auteur, poète de l'indépendance de l'Irlande, est, plus essentiellement, prophète d'un désenchantement progressif du monde à mesure que croissent les formes trop pressantes de la violence.
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,97

sur 66 notes
5
4 avis
4
2 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis

Nouvelle lecture d'un poète Nobelisé, après le Français Perse (non ce n'est pas une oxymore) et l'Italien Quasimodo (non ce n'est pas un pseudo de Victor Hugo), voici l'irlandais Yeats . La découverte se fait via une sélection de poèmes de différentes époques, sélection faite par le traducteur Yves Bonnefoy.

L'exercice est particulièrement intéressant quand il s'agit de découvrir Yeats parce qu'il aura beaucoup varié dans son art, autant dans la forme que dans les thèmes, partant du romantisme, passant par l'engagement envers le nationalisme irlandais et terminant sur une recherche d'épurement du style pour rapprocher la poésie de la langue réaliste. La sélection des poèmes permet de rendre ces différents moments de la vie de l'auteur, j'ai été particulièrement touché par son engagement politique, d'autant qu'il le rend notamment à travers son attachement à Maud Gonne, figure féminine du mouvement nationaliste qu'il poursuivra de son assiduité mais qui repoussera toujours ses avances. L'amour malheureux est un thème privilégié de la littérature en général et encore plus sans doute propice à la poésie. Mais quand il se mélange comme ici à la lutte politique, le mélange des genres oblige l'auteur à développer son style dans plusieurs directions.

La préface qui tourne notamment autour de la difficulté du traducteur est intéressante même si parfois ardue. Elle rend sensible le dilemme entre fidélité au style et fidélité au sens, auquel Bonnefoy tient beaucoup alors que beaucoup de ses confrères choisissent plus volontiers en poésie la fidélité afin d'essayer de retranscrire en priorité une musicalité qui leur semble être l'apanage de ce domaine en littérature.

Content d'avoir pu découvrir un homme de son siècle au travers de ses poèmes, un homme qui aura sans doute connu l'aboutissement de sa vie plus dans l'indépendance de l'Irlande effective en 1922... que dans l'attribution du prix Nobel juste une année plus tard.

Commenter  J’apprécie          365

Nous retrouvons dans ce recueil les thèmes chers à Yeats. Picorer quotidiennement un poème pris au hasard procure beaucoup de bonheur, même si certains sont parfois un peu obscurs. le bémol de ce livre : l'appareil sensé nous aider. L'introduction de Bonnefoy est bien souvent absconse, et j'ai eu le sentiment désagréable d'être prise pour une imbécile lorsqu'il explique son rôle de traducteur. Je n'ai pas toujours bien compris ses choix de traduction. Et les notes en fin d'ouvrage sont parfois inexistantes ou bien minces pour certains poèmes.

Commenter  J’apprécie          395

Très petite pièce de Yeats (même pas 20 pages) mais au thème et à la construction très intéressante. L'auteur imagine ce qui se dit parmi les gens qui ont suivi le Christ (hors les apôtres) entre le moment de sa mort et celui où la résurrection est annoncée.

En prenant pour personnages des archétypes (le Grec, le Juif, le Syrien), Yeats en profite pour mener une réflexion sur les religions et la relation au divin (avec également une procession dionysiaque célébrant la résurrection du dieu des libations et du vin). Plusieurs passages sont percutants, pointant les doutes face à la révélation, faisant aussi des parallèles entre résurrection et réincarnation.

Reprenant le thème de la religion et des mythes, cher à Yeats dans sa poésie, son théâtre est bien plus abordable et mène à de profondes interrogations...

Malheureusement la très grande brièveté de la pièce ne permet pas d'aller au bout des choses. Les promesses entrevues me donnent envie d'aller rechercher d'autres pièces de l'auteur irlandais.

Commenter  J’apprécie          200

La critique de Rosy est parfaite, il n'y a rien à ajouter.

Cet auteur se déguste à petites doses, on en reprend toujours un peu puis encore un peu.

mais c'est bien sur en VO qu'en plus du sens il y a la musique de la langue et encore plus de magie.

J'ai découvert cet auteur à l'occasion d'un séjour à Dublin et c'est devenu un de mes auteurs favoris.

Commenter  J’apprécie          190

Maud is gone

For ever gone

O my Darling, O my Darling

Maud Gonne,

elle ne lui a pas donné d'amour, un Tristan sur la grève.

elle lui a donné des mots à ce poète, Irlandais entre deux cultures, pour chanter une langue que les hommes ne connaissaient pas;

entre les mythologies, les religions, les sciences occultes, toute une vie pour capturer par l'illusion de l'impossible des formes magiques,

pour fuir le triomphe de l'imbécile,

pour fuir qui pense comme tout le monde.

Dans les caractères dessinés sur les sables, un homme mystérieux qui lui ressemblait comme un frère; un autre lui, le plus différent, l'anti-lui, qui lui dévoila tout ce qu'il cherchait; peut-être…

Un homme d'âme et de corps,

un de ceux qui au petit matin des nuits de plaisir se retrouvent aussi mou qu'un ver, et avec un nouvel accroc à leur manteau mortel.

Un homme libre, qui a hérité la fierté de ceux qui ne sont liés ni à une cause ni à un état, ni à ceux qui sont méprisés, ni à ceux qui méprisent.

Un homme qui avait tellement de rêves qu'il a pu en faire un tapis sous nos pieds,

Poète, toujours en quête du Temps,

Pour écrire un vers, nécessaire pensée d'un moment,

un vers qui entraine éternellement nos âmes dans l'infini,

à la rencontre de l'homme qui a créé la mort.

On boira de la bière rouge et brune dans ce village heureux, vers Sligo, dans un pays qui n'est pas pour les hommes vieux, devant une pierre de rêve dont chaque brisure devient rivière ou avalanche,

là où le Temps nous oubliera certainement dans des titres de poèmes :

To a Wealthy Man who promised a Second Subscription to the Dublin Municipal Gallery if it were proved the People wanted Pictures.

En écoutant Byzantium de Michael Tippett,

Dans l'attente de la Seconde Venue.

La Rose, Ego Dominus Tuus, A un Enfant qui Danse dans le Vent , Les Lettrés, le Premier Chant de la Femme de Chambre, La Tour, Il Voudrait Avoir les Atours du Ciel, Malédiction d'Adam, Mort, Voguant vers Byzance, Lapis Lazuli, Les Oiseaux Blancs.

Ces poèmes m'ont largement assisté.

effleurements livresques, épanchements maltés http://holophernes.over-blog.com © Mermed


Lien : http://holophernes.over-blog..
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (39) Voir plus Ajouter une citation

QUAND TU SERAS BIEN VIEILLE...

Quand tu seras bien vieille et grise, dodelinant

Aux portes du sommeil près du feu : prends ce livre

Et lis sans te hâter, et rêve à la douceur

Qu'eurent tes yeux jadis, dans leurs ombres lourdes.

Combien aimaient alors ta grâce joyeuse,

Qu'ils aimaient ta beauté, de feint ou vrai amour ?

Mais un seul homme aima en toi l'âme viatrice

Et aima les chagrins du visage qui change,

Penche-toi donc sur la grille embrasée

Et dis-toi, un peu triste, à voix basse : «  Amour,

Tu as donc fui, tu a erré sans fin sur la montagne,

Tu t'es caché dans l'innombrable étoile. »

Commenter  J’apprécie          611

AU BAS DES JARDINS DE SABLES

Au bas des jardins de sables je t'ai rencontrée, mon amour.

Tu passais les jardins de saules d'un pied qui est comme neige.

Tu me dis de prendre l'amour simplement, ainsi que poussent les feuilles,

Mais moi j'étais jeune et fou et n'ai pas voulu te comprendre.

Dans un champs près de la rivière nous nous sommes tenus, mon amour,

Et sur mon épaule penchée tu posas ta main qui est comme neige.

Tu me dis de prendre la vie simplement, comme l'herbe pousse sur la levée,

Mais moi j'étais jeune et fou et depuis lors je te pleure.

Commenter  J’apprécie          380

L' île sur le lac, à Innisfree :

Que je me lève et je parte, que je parte pour Innisfree,

Que je me bâtisse là une hutte, faite d’argile et de joncs.

J’aurai neuf rangs de haricots, j’aurai une ruche

Et dans ma clairière je vivrai seul, devenu le bruit des abeilles.

Et là j’aurai quelque paix car goutte à goutte la paix retombe

Des brumes du matin sur l’herbe où le grillon chante,

Et là minuit n’est qu’une lueur et midi est un rayon rouge

Et d’ailes de passereaux déborde le ciel du soir.

Que je me lève et je parte, car nuit et jour

J’entends clapoter l’eau paisible contre la rive.

Vais-je sur la grand route ou le pavé incolore,

Je l’entends dans l’âme du cœur.

Commenter  J’apprécie          240

Fou comme brume mêlée de neige

(Mad as the mist and snow)

Verrouille bien le volet

Puisque les vents se déchaînent.

Nous voyons vraiment clair ce soir

Et j'ai l'impression que je sais

Que tout là-dehors est fou

Comme brume mêlée de neige.

Horace ici, près d'Homère,

S'étale, et Platon dessous

Près d'un Cicéron grand ouvert.

Que de temps depuis que tous deux

Nous étions ignares, et fous

Comme brume mêlée de neige!

Vous me demandez, mon ami,

Pourquoi je soupire et frissonne ?

C'est de comprendre que même

Cicéron, et Homère qui

En savait tant, furent fous

Comme brume mêlée de neige.

Commenter  J’apprécie          250

LA ROSE DU MONDE

Qui rêva que la beauté passe comme un rêve ?

Pour ces lèvres de feu, dont tout l’orgueil

Est de porter le deuil de la merveille,

Troie a passé, flamme au loin, funéraire,

Et les enfants d’Usna ont succombé.

Nous aussi, et le monde qui peine, nous passons :

Mais là, parmi les âmes qui tournoient

Avant de s’effacer comme les eaux promptes

De l’hiver incolore, là, parmi

Les étoiles qui passent, cette autre écume,

Un visage survit, une solitude.

Inclinez-vous, Archanges, dans vos pénombres !

Avant vous, avant même que cœur ne batte,

Lasse et bonne une femme s’attardait

Près du trône de Dieu ; et Lui,

Il fit de l’univers un grand chemin d’herbe

Pour ses pas vagabonds.

Commenter  J’apprécie          190

Video de William Butler Yeats (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de William Butler Yeats
William Butler Yeats : je suis pauvre et mes rêves sont mes seuls bien
Dans la catégorie : Poésie anglaiseVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature anglaise et anglo-saxonne>Poésie anglaise (101)
autres livres classés : poésieVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus






Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1083 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre