AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Léo Dilé (Traducteur)
EAN : 9782290307830
695 pages
Éditeur : J'ai Lu (14/10/2000)
4.4/5   443 notes
Résumé :
"Soudain, il vit la vérité : les techniques de l'homme d'épée n'étaient pas son but ; il cherchait une Voie du sabre qui embrassât toute chose. (...) Pour la première fois, il se demanda s'il était possible à un être humain insignifiant de ne faire qu'un avec l'univers." Le jeune Takezô est devenu Miyamoto Musashi, redoutable samouraï. Il sait maintenant que l'art du sabre ne s'acquiert qu'à force de sacrifices et de choix, qu'il est aussi art de la Vie. Sur les ter... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
4,4

sur 443 notes
5
16 avis
4
13 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis

Sachenka
  17 août 2021
J'ai lu le premier tome des aventures de Musashi il y a quelques années. le deuxième, intitulé La parfaite lumière, se faisait attendre depuis un bon moment et, récemment, j'ai décidé qu'il était plus que temps de m'y remettre. Il faut dire que leur auteur, Eiji Yoshikawa, a produit des briques, d'environ 700 pages chacune. Après coup, je regrette d'avoir pris toutes ces années entre les deux. Au début du roman, il y a bien un petit résumé, d'une page environ, qui récapitule les principaux événements du tome précédent. Musashi revient de la guerre, tombe en amour avec Otsu l'ex-fiancée d'un ami, Osugi la mère de ce dernier le prend mal et poursuit les amoureux qui rencontrent beaucoup d'obstacles dans ce Japon médiéval rempli de bandits. Je croyais que ça allait suffire. Malheureusement, assez rapidement, plusieurs personnages mineurs apparaissent ici et là et, si leur identité me revenait en mémoire plutôt facilement, leur rôle dans l'histoire restait vague. Je crois qu'un index des personnages aurait été utile.
Pour ce qui est l'intrigue… bof. Elle est assez répétitive. Comme dans le premier tome, beaucoup d'action. Musashi malgré sa quête spirituelle de la « Voie du sabre » se retrouve continuellement confronté à des malfrats, ils se battent, le protagoniste gagne. Jotaru et Otsu tentent de le retrouver, la vieille Osugi aussi, quoique pour les malmener. Un jeu du chat et de la souris. Bref, du déjà vue. En lisant, je n'avais pas l'impression que l'histoire progressait, plutôt qu'on étirait le tout. Bien sûr, on retrouve dans La parfaite lumière quelques éléments que j'ai aimés. Par exemple, la relation de maître-disciple entre Musashi et Iori était intéressante (meilleure que celle entre Musashi et Jotaru). Même chose pour son amitié avec le forgeron Kosuke (le polisseur d'âmes). Des moments empreints de spiritualité, qui changeaient de l'action. Alors, on comprend que la « Voie du sabre », les arts martiaux japonais, c'est davantage que des jeux de bretteurs mais toute une philosophie. Pour finir, est-ce que j'ai aimé ce roman? Un peu. Je l'ai lu parce que j'avais commencé le premier et je suis satisfait d'être allé au bout de l'expérience. Est-ce que je le recommande? Oui, à ceux qui aiment les histoires de samouraïs et, surtout, ceux qui en ont déjà lues. Je ne suis pas certain qu'un néophyte pourrait apprécier les aventures de Musashi à leur juste valeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
Masa
  23 juin 2015
Ma première erreur fut de ne pas avoir continuer directement avec « La parfaite lumière » après avoir fini « La pierre et le sabre ». Ça été un peu dur de se remettre dans le bain avec tous ces personnages. Ma seconde erreur fut d'avoir acheté une autre édition. Pour la petite histoire, j'ai trouvé « La parfaite lumière » avant « La pierre et le sabre » dans un dépôt-vente. Sauf que c'était la première édition de chez J'ai lu et qu'il se divise en deux livres. J'ai cherché en vain de trouver la même parution pour « La pierre et le sabre » (coupé également en deux romans). Après deux ans à rentrer bredouille, j'ai fini par me décider à acheter la dernière édition.
À l'époque, « J'ai lu » résumait les 850 pages du premier volet en… un peu plus d'une page. J'ai relu plusieurs fois le début, me demandant si je n'avais loupé un épisode.

Ça m'a fait plaisir de retrouver les personnages. On retrouve donc Musashi le samouraï en quête de la voie du sabre, Otsû à la recherche de son grand amour, Matachi l'ami d'enfance de Musashi toujours aussi lâche, Osugi la mère de Matachi qui ne vit que pour l'honneur de son nom, la déchéance de Akémi, Jôtarô le disciple de Musachi, Kojirô l'ennemie de Musashi et bien d'autres encore.
De nouveaux protagonistes viennent s'ancrer dans l'histoire tel que le jeune garçon trouvé par Musashi – Iori. Il prendra la place de Kojirô en tant que disciple du célèbre samouraï. D'un point de vue personnel, je l'ai moins apprécié. Cependant, j'ai beaucoup aimé le passage où il se retrouve avec la vieille mégère Osugi.
La parfaite lumière reprend les trois derniers livres de Eiji Yoshikawa. Si je n'avais pas trouvé de grosses différences entre ceux de « La pierre et le sabre », ici, on voit une cassure assez importante. Ainsi « Ciel » nous narre la métamorphose de Musashi. Fini les errances à combattre en duel l'école d'escrime (dont le nom m'a échappé). Ici, le samouraï recherche la paix et sagesse. Cette première partie est essentiellement orienté vers Musachi d'un côté et Kojirö de l'autre. Nous ne voyons guère les autres personnages. J'ai beaucoup aimé le début lorsque l'auteur parle de la capitale Edo (futur Tokyo) en pleine construction.
Puis vint le « Soleil ». Nous constatons la déchéance complète de Matachi avec une scène remarquable avec le moine Takuan ; j'en ai eu des frissons.
« Lune, la parfaite lumière » est essentillement constitué des préparatifs du duel tant attendu entre Musashi et Kojirô.
D'un ton en-dessous de « La pierre et le sabre », ce dernier volet reste un très bon livre avec quand même beaucoup de défaut. J'ai noté une fin trop « bisounours » avec l'attitude de Osugi changeante soudainement, passant d'un diable de Tasmanie à un petit chaton. Bien que le récit soit riche et immersif, il n'en demeure pas moins, qu'il possède des longueurs. Mais pour moi, le plus gros défaut, réside dans le nombre impressionnant de personnages. Déjà les principaux sont nombreux, mais tous ceux que nous croisons le sont encore plus. J'étais plusieurs fois perdu, je ne savais plus qui était qui. Toutefois, il y a plus énervant lorsque l'auteur énumère le pédigré d'un auteur. (exemple : ). J'ai souvent buté sur les noms japonais, énuméré à mainte reprise dans un seul paragraphe.
Ce fut une lecture longue, fatigante mais intéressante dans la mesure que, nous découvrons la naissance d'Edo avec le peuple (paysans, commerçants, massons,…) et le Shogun. Un récit riche par ses intrigues politiques. Un final magistral où j'ai pu ressentir la tension palpable autour de Musashi. Mais un roman n'en serait probablement pas un s'il n'y avait pas l'amour. Fort heureusement, il n'est pas aussi présent (car trop) dans le premier roman. On vibre pour Musashi et Otsû.
Après une telle lecture, inutile de préciser que j'aimerai beaucoup visiter ces lieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
candlemas
  03 décembre 2017
La Parfaite Lumière est la suite directe et en fait constitue pour moi un tout indissociable avec La Pierre et le Sable. Aussi , je produis ici la même critique que sur le tome 1 :

Musashi, roman d'aventure et initiatique japonais, paru initialement en feuilletons entre 1935 et 1939, a été traduit en deux volumes, La Pierre et le Sabre, 840 pages, puis La Parfaite Lumière, 690 pages. C'est visiblement un roman très connu au Japon, qui rend hommage à un personnage historique faisant partie du panthéon national.
L'histoire est simple, et riche à la fois, bien construite : deux frères d'armes, après une grave défaite, vont connaître des destins croisés, forts différents, mêlant survie, amours, combats, choix spirituels... et mettant à l'épreuve leur courage et leur sens de l'honneur. Il s'agit donc avant tout d'un roman d'aventures. Malgré le poids papier des deux tomes, ils se lisent très bien, tout aussi digestes que le Seigneur des Anneaux ou Les Trois Mousquetaires.
Mais, par son thème et par son auteur, le livre revêt aussi une dimension spirituelle et est, à ce titre , un roman initiatique. Au-delà d'exploits plus ou moins romancés, tout tourne autour du Bushido ("voie du guerrier"), qui n'est pas qu'un code de conduite guerrier mais un code moral au sens large, reprenant des principes shintoïstes, bouddhistes et confucianistes. Il semble que la société japonaise, même moderne, soit encore profondément marquée par ces valeurs, que ce soit pour les remettre en cause depuis l'ère Meiji et après-Guerre, ou au contraire pour en conserver les fondamentaux.
On peut enfin le considérer comme roman historique et moyen d'ouverture culturelle à double titre : d'une part les aventures décrites se déroulent dans le Japon shogunal du XVIIème Siècle, époque Togukawa, que nous autres européens croyons connaître un peu par les estampes de l'époque et certains fims, japonais ou non.
Ce livre permet d'approfondir la compréhension des moeurs (les rapports hommes femmes notamment) et principes spirituels (le bushido) qui régissent cette société féodale en pleine mutation.
D'autre part, Eiji Yoshikawa écrit cet hommage à un héros national et aux valeurs traditionnelles japonaises alors que le pays envahit la Chine (cf le Lotus Bleu) et s'apprête , quelques années plus tard, à affirmer son nationalisme au niveau mondial à Pearl Harbor. J'ai d'ailleurs noté avec intérêt que le Gorin no Shō théorisé à la fin de sa vie par le véritable Miyamoto Musashi, et l'un des fils rouges du roman, est toujours très populaire au Japon, depuis que la Hagakure, autre voie professée par Yamamoto Tsunetomo, s'est trouvée blâmée suite à son usage durant le seconde Guerre mondiale.
En résumé, une découverte pleine de richesses pour le lecteur français, et un grand Roman, dont j'ai avalé les pages et refermé le second tome avec le regret qu'il n'y en ait pas un troisième... or, je me lasse habituellement très vite des sagas, et Dumas et Tolkien sont parmi les rares à m'avoir fait un tel effet...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          204
Arakasi
  27 février 2017
Suite et fin de « La Pierre et le Sabre », « La Parfaite Lumière » nous entraîne pour la seconde fois sur les traces du samouraï errant Miyamoto Musachi. A l'issu du premier tome, une nouvelle étape a été franchi dans l'apprentissage de Musachi : fini la longue errance d'école en école pour affronter les meilleurs hommes d'arme du Japon. Musachi aspire à présent à la paix et à la sagesse pour discipliner ainsi la bête qui est en lui et s'installe dans un village de paysans pour découvrir le travail de la terre. Sur le plan affectif, c'est également un nouveau départ, puisque notre héros s'est séparé de sa dulcinée Otsu et de son apprenti Jotaro – contre son gré certes, mais force est de remarquer qu'il n'en fait pas une maladie…
Pourtant si Musachi souhaite déserter le monde, le monde quant à lui ne montre aucune volonté de le laisser tranquille. Un petit palefrenier, Iori, s'attache à ses pas dans l'espoir de devenir lui-même samouraï et la vieille marâtre Osugi continue sa chasse acharnée à travers le Japon pour ramener la tête de Musachi à son village natal. Au même moment, un jeune samouraï talentueux, Sasaki Kojirö, voyage de ville en ville en disant pire que pendre de Musachi, blâmant sa lâcheté supposée et sa vulgarité. Viendra bientôt le moment où les deux jeunes hommes ne pourront plus s'éviter, l'heure qui départagera leurs deux conceptions de la voie du Sabre, l'une fondée entièrement sur la technique, l'autre sur la pureté de l'âme.
Un affrontement un poil manichéen, me diriez-vous, et vous aurez raison. La construction en miroir des deux personnalités de Kogirö et Musachi n'a jamais laissé de doute sur la supériorité de ce dernier. Brillant homme d'épée, mais doté d'un tempérament ambitieux, sournois et volontiers cruel – y compris vis-à-vis des faibles comme pourrait en témoigner la pauvre Akemi – Kogirö s'affirme clairement comme l'antithèse de Musachi, son double maléfique, condamné à la défaite finale par ses déficiences morales. On retrouve cette construction en miroir chez de nombreux duo de personnages : Otsu et Akemi, Iori et Jotaro, Musachi et Matahachi. Là où le premier membre duo s'avance vers la lumière, le second s'enfonce dans les ténèbres et la déchéance. Je respecte ce parti-pris mais je trouve qu'il laisse peu de place à la surprise, enlevant un peu de ce qui faisait le sel de la première partie des aventures de Musachi.
La rupture de ton avec le volume précédent n'en reste pas moins plaisante et les petites plages de calme par-ci par-là bienvenues – tous ces affrontements cela lasse un peu à la longue… Les nouveaux personnages sont attachants et assez bien typés, même si certains ont un petit goût de déjà-vu. Quelques évolutions de caractères sont un peu trop radicales et on peut regretter la transformation sur le tard de l'acerbe Osugi en gentille vieille femme pleine de bonne volonté. Elle était bien plus amusante quand elle tyrannisait son monde et aboyait sur la moindre innocente victime à sa portée ! Finalement, tout est bien qui finit bien : les amis séparés se retrouvent, les familles brisées se ressoudent, les méchants sont punis et les gentils triomphent. le tout donne une conclusion sans surprise, ni grande complexité, mais assez prenante tout de même et une suite de bonne qualité malgré ses quelques défauts. Dans tous les cas, un must have pour les amateurs de cape et d'épée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
OSOLEMIO
  07 avril 2020
La parfaite lumière est la suite de la pierre et le sabre de Eiji Yoshikawa qui va nous faire vivre pendant 698 pages la vie du héros du Japon : Miyamoto Musashi !
C'est le roman de la maturité pour ce ronin qui avait été vainqueur de nombreux combats et qui tend de plus en plus vers la spiritualité, la perfection du corps et de l'âme jusqu'à aider les paysans, les malheureux et former de jeunes disciples Jotarô et Iori .
Il est toujours amoureux de la douce Otsû et encore persécuté par l'enragée Osugi qui le poursuit de sa hargne !
Quant à Matahachi, aidé des conseils de Musashi et prenant pour guides Takuan et Gudo : il veut se destiner à la prêtrise mais, sur son chemin il rencontre son épouse Akemi avec un bébé et il va y renoncer pour devenir un vrai père et un vrai époux. !
Pour mettre fin aux ragots, aux calomnies qui circulent à son propos, Musashi doit livrer un ultime combat et affronter Sasak Kojirô !
C'est l' affrontement entre deux hommes très différents : l'un est un arrogant, ambitieux et cruel samouraï et, Musashi qui est devenu un sage en suivant la Voie du Sabre !
Deux conceptions du combat qui préfigure la rencontre du Bien et du Mal....
Musahi a placé sa confiance dans le sabre de l'esprit et, Sasak dans le sabre de la force et de l'adresse !
Mais c'est la sagesse qui mène à la parfaite lumière et on peut deviner l'issue de ce combat !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180

Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
candlemascandlemas   03 décembre 2017
Non, il ne s'agit pas du dernier combat de Songo Ku, dans Dragon Ball mais de celui de Musashi, imaginé par Yoshikawa vers 1935-39 :

Jamais de sa vie, songeait-il, il ne rencontrerait pareil adversaire. Il était reconnaissant à Kojiro de ce que cet homme lui avait apporté. En force et en volonté de se battre, il dépassait Musashi, voilà pourquoi ce dernier avait pu se dépasser lui-même.
Qu'est ce que lui avait permis de vaincre Kojiro ? L'adresse ? le secours des dieux ? Tout en sachant que ce n'était ni l'un ni l'autre, Musashi ne put jamais exprimer de raison avec des mots. A coup sûr il s'agissait de quelque chose de plus important que la force ou la providence divine.
Kojiro avait placé sa confiance dans le sabre de la force et de l'adresse. Musashi dans le sabre de l'esprit.
(...) mais le combat était fini. Il était temps de partir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
4shgoth4shgoth   30 juillet 2015
Si deux armées se faisaient face au combat, il serait inimaginable, suivant les règles de l’Art de la guerre, que chacune se servît d’un seul flanc tout en laissant l’autre inactif. N’y avait-il pas là un principe que l’homme d’épée isolé ne pouvait se permettre d’ignorer ? Dès Ichijōji, il avait paru à Musashi que l’emploi des deux mains et des deux sabres constituait la méthode normale, humaine. La seule coutume, aveuglément suivie à travers les siècles, l’avait fait paraître anormale. Il eut le sentiment d’être parvenu à une indéniable vérité : la coutume avait fait paraître non naturel le naturel, et vice versa.
Alors que la coutume était affaire d’expérience quotidienne, se trouver à la frontière entre la vie et la mort n’avait lieu que de rares fois au cours d’une existence. Pourtant, le but suprême de la Voie du sabre était de pouvoir se tenir à tout moment au seuil de la mort : regarder fermement la mort en face devrait être une expérience aussi familière que toutes les autres expériences quotidiennes. Et ce processus devait être conscient, bien que le mouvement dût être aussi libre que s’il était purement réflexe.
Le style « aux deux sabres » devait être de cette nature : conscient mais en même temps aussi automatique qu’un réflexe, tout à fait libéré des restrictions qu’impose l’action consciente. Depuis quelque temps, Musashi tentait d’unir en un principe valable ce qu’il savait d’instinct avec ce qu’il avait appris par des moyens intellectuels. Maintenant, il était près de le formuler en mots, et cela le rendrait célèbre dans tout le pays pour des générations.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
MasaMasa   23 juin 2015
Le garçon jeta un coup d'œil en direction de la porte sans interrompre sa tâche. au bout de quelques minutes, il essuya la lame, longue d'environ quarante-cinq centimètres, et l'éleva pour l'examiner. Elle étincelait dans la lumière de la lune.
— Regardez, dit-il ; croyez-vous que je puisse couper un homme en deux avec ça ?
— Ça dépend si tu sais t'y prendre.
—Oh ! Je suis sûr de savoir m'y prendre.
— Tu penses à quelqu'un ?
— À mon père.
— Ton père ? s'écria Musashi en poussant la porte. J'espère que tu ne trouves pas ça amusant.
— Je ne plaisante pas.
— Tu ne veux pas dire que tu aies l'intention de tuer ton père ! Même les rats et les guêpes de ce désert perdu s'abstiennent de tuer leurs parents.
— Pourtant, si je ne le coupe pas, je suis incapable de le porter.
— De le porter où ?
— je dois le porter au cimetière.
— Tu veux dire qu'il est mort ?
— Oui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Biche_Biche_   14 mars 2019
Quand les gens vivent en harmonie les uns avec les autres, la terre est un paradis, poursuivit gravement Musashi. Mais tout homme a son mauvais côté aussi bien que son bon côté. Il y a des moments où seul le mauvais ressort. Alors, le monde n'est pas un paradis mais un enfer. Comprends-tu ce que je te dis ?
- Oui, je crois, répondit Iori, maintenant radouci.
- Les bonnes manières et la politesse ont leur raison d'être. Elles nous empêchent de laisser le mauvais côté prendre le dessus. Ce qui favorise l'ordre social, but des lois qui nous gouvernent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
SeijoliverSeijoliver   22 décembre 2019
Le polisseur d'âmes
- Bonsoir ! cria Musashi.
Rien, dans la maison de Zushino Kosuke, ne donnait à penser qu'il s'agissait d'un lieu de travail. Il lui manquait la devanture grillée de la plupart des boutiques, et il n'y avait pas de marchandise exposée. Musashi se tenait dans le couloir au sol de terre battue qui longeait le côté gauche de la maison. A sa droite se trouvait une partie surélevée au sol couvert de tatami, qu'un paravent séparait de la pièce situait au-delà.
L'homme qui dormait sur le tatami, les bras reposant sur un coffre-fort, ressemblait à un sage taoïste que Musashi avait vu une fois dans un tableau. Sa longue face mince avait la teinte de grisâtre de l'argile. Musashi n'y pouvait rien distinguer de l'acuité qu'il associait à l'artisanat du sabre.
- ... Bonsoir ! répéta Musashi un peu plus fort.
Quand sa voix pénétra la torpeur de Kosuke, l'artisan leva très lentement la tête ; on eût dit qu'il s'éveillait de plusieurs siècles d'assoupissement. Essuyant la salive de son menton et se mettant sur son séant, il demanda languissement :
- Que puis-je pour vous ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Video de Eiji Yoshikawa (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eiji Yoshikawa
Olivier Roland
Je commence une série de vidéos sur, une fois n'est pas coutume, les livres de fiction, avec les livres La pierre et le sabre et La parfaite lumière de l'auteur japonais Eiji Yoshikawa, une biographie romancée du célèbre Musashi, auteur du Traité des 5 roues, et un véritable chef-d'oeuvre.
autres livres classés : japonVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Lecteurs (1055) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2409 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

.. ..