AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Léo Dilé (Traducteur)Edwin Oldfather Reischauer (Préfacier, etc.)
ISBN : 2290300543
Éditeur : J'ai Lu (07/06/2000)

Note moyenne : 4.27/5 (sur 631 notes)
Résumé :
Personnage historique devenu héros légendaire, Myiamoto Musashi a inspiré à Eiji Yoshikawa ce fabuleux roman qui est l'Autant emporte le vent du Japon.

Qui était Musashi ? A vingt ans, un jeune homme insupportable, véritable petit coq de combat, qui ne rêvait que d'en découdre et pour qui le maniement du sabre était un but en soi. Puis il croisa un maître, un moine, et sa vie en fut transformée. Non qu'il cessât. de parfaire sa science des armes, de p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (80) Voir plus Ajouter une critique
jovidalens
  18 août 2013
J'avoue ! Avoir pris tout mon temps pour le lire ce roman, pour me promener sur internet et trouver les photos, les blogs qui évoquent les sites et les temples qui ponctuent le parcour et de Musashi, et d'Otsu, et de Matahachi et d'Osugi !
Premier observation qui m'a interpellée, en Europe c'était aussi l'époque des duels et l'honneur bafoué était vite sur toutes les lèvres. Au japon aussi l'épiderme était ...chatouilleux, sauf qu'on y défendait plus une école qu'un hypothétique affront ! Mais tout de même, ce fut une époque où on risquait vite sa vie !
Autre observation : bizarre conception de l'honneur et du courage, qui ne se reconnaît jamais battu et arme une armée contre un seul homme, en accusant ce dernier de la pire lâcheté ! Etonnant et déroutant. Mais les vendettas capables de décimer des familles entières ne relèvent-elles pas du même processus mental ?
Dans plusieurs critiques, j'ai lu l'etonnement que les protagonistes se croisent si facilement sur les routes. D'une part le Japon est tout de même d'une superficie nettement inférieure à celle de la France, et les voyageurs utilisaient les mêmes routes, s'arrêtaient dans les mêmes auberges et trouvaient réfuges dans les mêmes temples. Il est fait allusion à la foule qui se retrouve sur un certain pont un jour de premier de l'an.
Alors, ce roman, qu'est-ce qui en fait sa propriété ?
La fluidité du récit ; il se lit avec facilité, à condition d'être attenif aux patronymes. C'est certainement là, une difficulté une difficulté pour s'y retrouver, mais beaucoup de romans policiers nous inondent aussi de personnages, ce qui ne nuit pas au plaisir de la lecture.
L'excellente idée de commencer par le désastre d'une défaite, et en contrepartie suivre l'évolution de deux jeunes têtes brulées. L'un est nanti d'une famille respectée, déjà promis à une vie stable puisqu'il est fiancé et l'autre est un chenapan, rejeté par sa mère, opprobe de son village. Et pourtant le courage n'est pas des deux côtés : si le premier choisi la facilité, le second s'engouffrera dans un chemin particulièrement difficile.
Ce que j'aime chez Takezo/Musashi c'est l'obstination humble qu'il mettra a dominer sa force brute par son intellect, son application à admirer, réaliser des oeuvres de ses mains maladroites mais dans lesquelles il est capable d'y mettre toute sa générosité. En s'isolant, d'abord au fin fond d'un château comme un ermite , puis en contact avec la nature, c'est son sang-foid qu'il développe avec un sens de l'observation et des réflexes exascerbés, bien utiles dans son apprentissage de samouraï.
Le côté fortement inspiré de la réalité historique, donne une dimension sereine au récit : certes les exploits ont été enjolivés mais ils ont rééllement eu lieu.
Un bon équilibre des personnages secondaires qui fonctionnent en couple-miroir, comme Otsu et Akemi, ou Osugi et Jotaru, et rappelle qu'il n'y a pas une seule vérité, une seule réalité.
Les combats sont décrits avec fougue et flamboiement sans jamais s'enliser dans le barbare et le trivial.
La poésie des descriptions qui dévoile, la beauté des paysages, l'ancienneté du raffinement des arts de vivre, l'osmose avec la nature est un autre attrait de ce récit et non le moindre.
Un très beau roman qui donne quelques clés ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          706
Sachenka
  11 août 2018
Quiconque a un intérêt certain pour le Japon médiéval et les samouraïs devrait lire le roman La pierre et le sabre. Bon, le bouquin est un peu impressionnant avec ses 857 pages (dans l'édition de poche !), surtout qu'il ne s'agit que d'une première partie, un deuxième tome complète les aventures. Ainsi donc, commencer cette lecture est un défi appréciable. Mais elle en vaut la peine. Non seulement parce qu'elle est captivante et enrichissante mais aussi parce qu'elle relate le récit d'un personnage réel (bon, un peu/beaucoup romancée), celle de Musashi. Cet individu a tellement marqué l'imaginaire que l'on se racontait son histoire de génération en génération. Il a été le sujet de bons nombres de peintures et a inspiré des pièces de théâtres, des films, des mangas et des romans. Autant dire que l'auteur Eiji Yoshikawa s'est attaqué à un monstre presque sacré.
Très rapidement, on est lancé au tout début du 17e siècle. C'est une période d'incertitude, les grands seigneurs se battent pour le pouvoir et, après un revirement spectaculaire, l'armée de l'Ouest s'effondre. Deux jeunes amis d'enfance s'enfuient du champ de bataille mais leur retour à la maison est semé d'embuches. Si Matahachi, provenant d'une famille nantie, y parvient, Takezo tourne le dos à son village et choisit la voie des samouraïs. Ce jeune coq change de nom, devient Musashi, et parcourera le pays pour apprendre à dominer sa nature sauvageonne et la maitrise de soi. Et, en passant, de nouvelles techniques de combat.
J'aurais souhaité qu'un aspect spirituel à la voie des samouraïs soit plus explicitées. Bon, Musashi fait quelques rencontres qui lui permettent de grandir intérieurement (je pense surtout à ce vieux moine irrévérencieux qui lui donne une leçon, est-ce Nikkan ?) mais l'essentiel du roman repose surtout sur l'action. Pas nécessairement celle de combats et de duels, mais les personnages se promènent beaucoup et parfois j'avais l'impression de lire surtout un carnet de voyage. Ils sont allés ici, puis là, et là-bas ensuite, etc. Peut-être qu'un de description des lieux auraient aidé ? Ou peut-être pas, le roman est déjà très long.
Il faut dire ici que, si Musashi est le personnage principal, il n'est pas le seul auquel Eiji Yoshokawa accorde de l'importance. Parfois, la narration se concentre, l'espace de quelques chapitres, sur d'autres personnages, dont son jeune disciple Jotaro ainsi que la jolie Otsu, autrefois la fiancée de Matahachi…
Incidemment, un pareil héros ne saurait être sans adversité et, surtout, sans adversaires. Il peut d'abord compter sur le clan Yoshioka, dont Musashi affrontera les disciples à trois reprises. Je souligne le travail de l'auteur Eiji Yoshikawa qui a réussi à rendre captivant les passages d'action et de combat, sans s'éterniser ni tomber dans les effusions de sang. Toutefois, son ennemi le plus redoutable et dangereux est Osugi, la grand-mère de Matahachi, qui cherche à venger le déshonneur causé à sa famille par Takezo/Musashi et Otsu.
La qualité de son travail (et celui de la traduction) se voit également dans l'ensemble de l'oeuvre à travers une écriture simple et fluide. Même si le lecteur n'est pas familier avec certains concepts ou éléments de la culture japonnaise, ces derniers sont suffisamment clairs (et parfois décrits) pour qu'on les comprennent bien. Même les noms auxquels ont est peu familiers ne portent pas à confusion (si on leur porte attention). Ainsi, il n'y a aucune raison de ne pas se lancer dans cette aventure.
Bref, La pierre et le sabre est un roman un peu conventionnel mais qui rend accessible cet univers merveilleux qu'est celui du Japon et de la culture des samouraïs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          550
Masa
  01 juin 2015
Ah le Japon ! Il y a un certain fantasme pour les occidentaux que nous sommes pour ce pays si lointain. Il est vrai que depuis quelques décennies nous sommes bercés par les dessins animés ou jeux vidéos. Mais il serait bien trop réducteur que de limiter le Japon à ces distractions. Bien plus qu'une culture, c'est avant tout un peuple fier où tout repose sur l'honneur. Oui, le Japon fascine tant il est aux antipodes de notre civilisation. C'est là un autre mode de vie avec des croyances, des mythes, une cuisine et bien plus encore. Pourtant, j'abhorre certaines traditions qui se perpétuent dans le Pacifique. On ne peux pas fermer les yeux sur le massacre de dauphins, baleines et requins. Mais là n'est pas le sujet, puisque ce qu'il nous intéresse ici, c'est le roman de Eiji Yoshikawa san.
Je connais peu des personnages emblématiques du Japon, ces héros dont leurs histoires sont racontées de générations en générations. Il y eut le forgeron Masamune dont la légende dit que les lames qu'il confectionna, était tellement acérées qu'elles pouvaient tout transpercer.
Dans « La pierre et le sabre », nous suivons un autre personnage de légende. Il s'agit d'un samouraï. Il se nommait Musashi Miyamoto. Même après plusieurs siècles suivant sa mort, il inspira beaucoup de monde dans les différents arts (peintures, théâtres, romans, films, animes, mangas et même jeux vidéos). Il est bien évident qu'il ne s'agit pas là d'une biographie, mais d'un roman inspiré. D'ailleurs, deux siècles les séparent.
« La pierre et le sabre » est la première partie de l'intégrale des romans (édition française) parut sous forme d'épisodes au Japon (7 livres au total). Ce livre regroupe les 4 premiers épisodes (Terre, Eau, Feu, Vent). « La parfaite lumière » étant sa suite (Ciel, Soleil et Lune, Parfaite lumière). le tout donnant un épais bouquin intitulé Musashi.
J'avais peur avant de débuter ce monstrueux pavé de huit-cents et quelques pages – que l'on peut multiplié par deux si on veut lire la suite. Hé bien, quelle surprise ! J'ai trouvé la lecture assez facile, dans le sens où tout s'enchaîne parfaitement, tout est fluide. Il est vrai que je suis habitué – plus ou moins – aux noms nippons. Pourtant, j'ai trouvé que je lisais moins rapidement et avec plus de difficulté ce roman qu'un autre typé occidental.
Ce livre, m'ayant donné envie de connaître le Japon médiéval et cette époque, je me suis amusé à faire quelques recherches. Merci au passage l'invention de l'Internet qui favorise bien des choses. Pour bien comprendre, il faut savoir qu'à l'époque, le pays était divisé en plusieurs provinces. le Shogun souhaitait réunifier ces peuples. Il est intéressant de constater qu'il existe un Empereur, mais son pouvoir est moindre que le Shogun. de 1639 à la fin des années 1800, le pays était fermé aux étrangers où seuls les contrées asiatiques pouvaient faire du commerce. Une époque nommé Edo – Edo étant la capitale du Japon qui sera renommé par la suite Tokyo. (Événements relatés dans « l'avant-propos » au début du livre par Edwin O. Reischauer – que j'ai lu après le roman)
C'est une magnifique odyssée où chaque personnage cherche à réussir leur quête personnelle. Nous avons une multitude d'individus plus ou moins important dans l'histoire dont nous suivrons un certain nombre charismatique.
Tout commença par un champs de bataille de Sekigahara où deux amis ayant combattu ensemble se retrouve unique survivant. L'un est Takezo et l'autre Matachi, l'un est méprisé par son village l'autre étant un fils d'une haute famille bourgeoise.
Après de nombreuses épreuves, Takezo qui deviendra un samouraï redouté et changera de nom Musashi. Ce qui est marrant dans l'histoire c'est que les deux noms (Takezo et Musashi) s'écrive de la même manière en Kanji (武蔵). Une gloire qui laissera Matachi jaloux – personnage méprisable qui m'a énervé de plus en plus lors de l'avancée dans le livre (et sa garce de mère).
Et puis, il y a la romance, un amour impossible entre Musashi et Otsù. La jeune étant promise à Matachi s'éprend du samouraï mais ce dernier reste fidèle à sa lame et peut-être à son ami.
Il serait dérisoire de parler laconiquement de chaque personnage tant leur personnalité est très bien travaillée. Pour ma part, j'ai beaucoup apprécié le duo Musashi/Otsû, son jeune disciple Jôtarô mais également l'adolescent rebelle (Kojirô) qui intervient qu'à partir du troisième livre.

L'histoire se concentre essentiellement sur une infime partie du Japon, celle du centre avec les villes tel que Kyoto. Ainsi nos personnages se croiserons à de multiples reprises par monts et vallées, sur les routes ou dans les maisons de thé.
Il y a tant à dire sur cet ouvrage. Je pourrai m'étaler sur les différents personnages. Je pourrai également parler de la culture de l'honneur mis en avant, où la mort est la meilleure des finalités lors des combats. Mais également l'histoire mit en avant par l'auteur. Et puis, il y a la croyance au bouddhisme (très peu Shintoïsme), le Japon et la Chine ayant eu de nombreux conflit dans leur passé. Mais le mieux est lire ce magnifique livre.
Pour finir, je dirai que c'est un excellent roman pour qui s'intéresse à l'histoire du Japon, avec des personnages historiques et d'autres inventés. L'histoire d'amour entre le quatuor Musashi / Otsû / Matachi / Akemi est parfois un peu trop présent surtout à la fin. Bien que se soit un beau pavé, je n'ai pas trouvé trop de longueur, qui m'a fait voyagé dans un pays que je connais pas à une époque intéressante. Me reste plus qu'à lire « La parfaite lumière ». Je vais sûrement faire une petite pause avant.
ありがとう 英二 吉川 氏 (Arigatô Monsieur Eiji Yoshikawa)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          377
Marple
  29 avril 2012
A la fois roman d'apprentissage et grande épopée dans le Japon médiéval, ce livre captivant offre dépaysement, aventure et réflexion.
C'est l'histoire de Musashi/Takezo, brute mal dégrossie et sanguinaire au début, qui va devenir un samourai habile, courageux et intelligent, grâce à sa volonté d'apprendre de nouvelles techniques de combat, et d'atteindre la maîtrise de soi.
Au cours de sa longue (856 pages) quête, il est entouré d'un moine très sage mais irrévérencieux, d'une grand-mère vindicative, d'un apprenti fidèle mais imprévisible, d'une amoureuse très pure (et très souvent éplorée !), de samourais plus ou moins bien intentionnés, mais aussi d'artisans, de lettrés, de geishas, de villageois... bref, d'une multitude de personnages secondaires tour à tour attachants, agaçants ou désopilants.
Il y a beaucoup de combats, de cérémonies du thé, de voyages, de recontres fortuites, d'enseignements semi-philosophique sur la Voie, de scènes de la vie quotidienne, de descriptions de paysages ou de tenues. Résultat : on ne s'ennuie pas !
Toutefois, j'ai trouvé que ce livre manquait un peu de poésie ou de souffle, notamment en comparaison du Clan des Otori. Les personnages me semblent un peu trop caricaturaux, sans nuances ni profondeur. de même, les événements sont souvent assez prévisibles...
En fait, le vrai point fort du livre à mon sens, c'est de nous ouvrir les yeux sur la culture et les valeurs japonaises : sens de l'honneur, maîtrise de soi, volonté de se perfectionner... Même si l'histoire se déroule au XVIIè siècle, elle nous parle aussi du Japon contemporain. C'est d'ailleurs en lisant les commentaires des autres lecteurs ici que j'ai pu mettre des mots sur cette impression, et comprendre que c'est ça qui m'a le plus plu dans ce livre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
nebalfr
  31 décembre 2018
Hasards du calendrier : pour ma dernière chronique de 2018, il n'est pas exclu que je vous cause du roman que j'ai le plus adoré cette année – un livre dont je repoussais depuis bien trop longtemps la lecture en raison de son volume intimidant, et qui s'est avéré, comme on me le disait de toutes parts, un sommet dans son genre, le roman-feuilleton historique avec des samouraïs dedans.

Il me faut pourtant préciser d'emblée que La Pierre et le sabre est en fait quelque chose comme un « demi-roman » : le roman originel, sobrement titré Musashi, est extrêmement long, et a été scindé en français dans une édition en deux tomes (qui énervera sans doute un peu moins que les découpages, au hasard, du « Trône de Fer » par Pygmalion, tant le volume est effectivement conséquent) – le premier est donc La Pierre et le sabre, qui pèse dans les 860 pages, et le second La Parfaite Lumière, dans les 700 pages avec une police un peu moins riquiqui : Musashi, c'est l'ensemble (il existe au moins une édition en un seul volume, mais manier le pavé revient probablement à faire un exercice de musculation à chaque séance de lecture). Au début, j'envisageais du coup de faire une chronique commune des deux volumes français, mais, de crainte de trop repousser, j'ai finalement choisi de chroniquer chaque tome séparément.

Adonc, un roman-feuilleton, publié dans le fameux journal Asahi Shinbun entre 1935 et 1939 – et un feuilleton au succès colossal, d'abord au Japon comme de juste, puis dans le reste du monde, le roman s'étant vendu à des dizaines de millions d'exemplaires. L'auteur, Yoshikawa Eiji (1892-1962), à la carrière prolifique, prisait par-dessus tout les récits anciens et notamment épiques, de la tradition japonaise (il a livré « sa » version du Dit des Heiké), mais aussi chinoise, avec pour modèle, qui ressort particulièrement ici, les grands romans-fleuves du type Au bord de l'eau.

Avec Musashi, il livre une biographie romancée (très romancée…) d'un fameux personnage de l'histoire japonaise, à savoir Miyamoto Musashi (1584-1645), présenté comme le plus grand sabreur de tous les temps, celui qui n'a jamais perdu un duel, et par ailleurs l'auteur du fameux Traité des Cinq Roues, que j'avais chroniqué sur ce blog il y a quelque temps de cela (parce que s'y référer peut se montrer utile, j'ai complété cette vieille chronique par une vidéo, au cas où). Un sujet épique pour un livre épique, mais qui a bien d'autres choses à offrir également…

Résumer une histoire aussi colossale s'annonce compliqué, sinon vain : Musashi est un roman-feuilleton, avec de très nombreux personnages, de très nombreux décors (on navigue dans tout Honshû, à la campagne comme dans les grandes villes, Kyôto, Ôsaka dont la fortune est encore assez récente, Edo qui commence tout juste à émerger des marécages), au fil d'un récit qui s'étend sur des années (au début du XVIe siècle, et donc de l'ère Edo) ; les personnages, tous autant qu'ils sont, sont emportés dans une ronde infernale, ils se poursuivent, ils se fuient, ils se croisent par hasard, ils parviennent à se manquer quand tout les incitait à se trouver… le destin et le hasard alternent leur domination sur les événements, et les quiproquos sont de la partie, de même que les rumeurs qui, très souvent, les fondent. Dans ces conditions, résumer La Pierre et le sabre n'aurait en fait pas de sens.

Donnons seulement quelques grandes lignes. le livre s'ouvre sur une scène qui a tout du traumatisme : au lendemain de la bataille de Sekigahara (20-21 octobre 1600), qui a vu l'armée de l'est emmenée par Tokugawa Ieyasu triompher de ses ennemis et lui assurer le shogunat, une des batailles les plus importantes de l'histoire du Japon, deux jeunes gens s'éveillent au milieu des cadavres – l'arrogant Takezô, et son compère hautement influençable Matahachi ; deux imbéciles bouseux jouant aux samouraïs, qui pensaient que participer à la bataille leur procurerait immanquablement la gloire et un office bien rémunéré auprès d'un daimyô… Cela n'a pas été le cas – d'autant qu'ils ont combattu pour le mauvais camp.

Revenir au pays, dans ces conditions, est problématique – il faut dire que le volage Matahachi a été séduit par le frais minois d'Akemi, une jeune femme dépouillant les cadavres, et qui remplacera utilement dans son coeur la naïve Otsû qu'il était supposé épouser au village. Aussi, quand Takezô rentre à Miyamoto, seul, et pourchassé par les sbires des Tokugawa, il rencontre bien vite un autre problème de taille : Osugi, la mère de Matahachi, est convaincue que son fils est mort à cause de Takezô – et elle associe bientôt au jeune criminel une complice de choix, Otsû, qui était supposée devenir sa bru… mais qui serait un peu trop compatissante envers Takezô ?

Débute le jeu du chat et de la souris – qui se poursuivra donc tout au long du roman. Mais cette première étape est assez rapidement conclue, en somme : Takezô ne coupe pas au châtiment, mais le bonze zen Takuan fait en sorte qu'il en tire d'utiles leçons – et c'est ainsi que, supplicié puis enfermé dans un château, le jeune homme décidera de changer de vie : il lira, beaucoup, et il pratiquera l'escrime – il fera sienne la voie du sabre, et deviendra le meilleur dans son art. Un tel changement de vie justifie bien un changement de nom : lisant les kanjis de son prénom à la chinoise, Takezô devient Musashi – et il prend la route, bien décidé, non pas à se mettre à l'école des plus grands maîtres d'escrime du temps, mais à les affronter tous, où qu'ils se trouvent à travers le Japon, et à les vaincre.

Cependant, Musashi n'est pas le seul à prendre la route. La douce Otsû fait de même, qui doit bien admettre qu'elle est amoureuse de ce garçon autrefois si détestable, et qui le piste, alors même qu'il la fuit terrorisé. Osugi également, qui hait Musashi et Otsû de toutes ses forces, dans un délire paranoïaque de mère plus qu'envahissante, un tourbillon qui bat la campagne l'arme en main afin de réclamer justice pour le sort de son fils, se répandant partout en calomnies sur le compte de Musashi et de l'infidèle Otsû. Or Matahachi est toujours vivant, si dans un état lamentable, et navigue lui aussi au gré des événements à travers tout le pays, figure tragique de la déchéance, et en même temps bouffon plus qu'à son tour… Akemi aussi voyage beaucoup, et sa mère Okô – tout aussi infréquentable. Takuan également, à l'autre bout du spectre de la vertu, encore qu'à sa manière si… déconcertante : un kôan fait homme !

Puis il y a ceux que l'on croise en route : par exemple, l'enfant infernal Jôtarô, qui veut devenir samouraï. Mais aussi un rival de taille pour Musashi, un autre jeune sabreur, du nom de Sasaki Kojirô – porteur d'une épée démesurée, créateur de son propre style, et assurément arrogant, mais plus qu'assez compétent pour s'autoriser ces vantardises… Et, sur la route, il y a tout le Japon : paysans miséreux, bourgeois à la morale douteuse, prostituées par dizaines, rônins qui sont avant tout brigands, et quantité de samouraïs de premier ou surtout de second ordre, fils de sans l'aura de leurs ancêtres et membres d'autant d'écoles qui ne sauraient tolérer que ce Musashi humilie ainsi leurs enseignements et leurs personnes…

Au fil du récit, tous ces personnages occupent tour à tour le premier plan : Musashi a beau donner son nom au roman, on ne l'abandonne pas moins pendant des dizaines de pages, çà et là – il est un héros, mais Otsû aussi, et Osugi à sa manière, ou même Matahachi ou Sasaki Kojirô, ou les samouraïs défiés par Musashi…

La Pierre et le sabre est un roman-feuilleton – et un modèle dans son genre. Il bénéficie d'un souffle épique remarquable, et abonde en rebondissements, parfois très tordus, mais toujours savoureux, toujours palpitants, d'autant que l'auteur, assez pince-sans-rire parfois, joue avec ses personnages comme avec ses lecteurs : il y a une certaine complicité ludique dans le déroulement de cette trame très complexe, qui prend sans cesse le lecteur à partie, et c'est tellement bon de se faire ainsi balader…

De fait, et ç'a été pour moi une sacrée surprise, je ne m'y attendais pas spécialement au regard du très digne sujet du roman, et de son caractère épique qui plus est, La Pierre et le sabre est aussi un récit très drôle ! Il abonde en scènes comiques, dont certaines sont proprement hilarantes, dans des registres très divers – cela va des reparties spirituelles mais parfois sacrément incongrues, en apparence du moins, de Takuan, aux quiproquos quelque peu bouffons impliquant Matahachi et Sasaki Kojirô, en passant par le très amusant autant que délicieusement insupportable personnage d'Osugi, furie et belle-mère toute japonaise, jamais à court de reproches à l'encontre du monde entier, ou par le naturel irrévérencieux de la petite teigne Jôtarô, qui assène ses quatre vérités à des adultes ébahis de tant d'insolence. Et, bien sûr, il faut y ajouter tous ces samouraïs qui n'ont que l'honneur à la bouche, quand leur conduite est tout sauf honorable : leurs ridicules, et il y en a, sont impitoyablement raillés par Yoshikawa Eiji – parfois simplement en les confrontant à un Musashi naïf et qui ne comprend pas bien ce qui se passe autour de lui… Oui, c'est un roman palpitant, mais aussi très drôle !

Mais il a un autre atout dans son personnage principal, bien sûr – et qui, là encore, peut surprendre ? C'est que, dans cet itinéraire martial autant que spirituel qui fonde et justifie le roman, Musashi n'a pas toujours le beau rôle, loin de là. Ce n'est certainement pas un héros monolithique, par essence parfait : c'est bien au contraire un homme éveillé à son imperfection et qui souhaite y remédier – sa dévotion à la voie du sabre n'est pas seulement de l'ordre de la performance martiale, elle est en même temps essentiellement éthique. Cependant, en chemin, il ne se montre pas toujours très sympathique… et parfois, il a même quelque chose de foncièrement repoussant. Takezô, initialement, n'a à vrai dire rien d'un héros : c'est une petite brute, un adolescent porté à tyranniser ceux de son village, au seul argument de sa force supérieure – et il n'est pas très malin, à vrai dire, ainsi qu'en témoigne son idée absurde d'aller chercher de la gloire à Sekigahara, avec les conséquences que l'on sait. Si Osugi en fait trop quand il retourne à Miyamoto, et qu'elle s'en prend à lui pour de mauvaises raisons, pour des fantasmes totalement infondés, on comprend sans peine qu'il est d'autant plus aisé pour les villageois de le haïr qu'il a tout fait pour cela dans les années précédant le drame – Otsû, qui tombe pourtant amoureuse du jeune homme, parce qu'elle sent un changement en lui, et peut-être aussi parce que Takuan est là pour, à sa manière si étrange, faire en sorte que les deux jeunes gens s'améliorent, Otsû donc ne fait pas mystère qu'elle détestait initialement Takezô, pour avoir fait plus qu'à son tour, petite fille, les frais de sa brutalité. Certes, Takezô devenu Musashi a changé : son châtiment lui a été bénéfique, et il entend dès lors se montrer vertueux – il devient, progressivement, un héros. Mais c'est bien cette idée de devenir qui compte : Musashi est imparfait, et entend se perfectionner – ce qui va bien au-delà du seul art du sabre. En matière d'escrime, il apprend assez vite de ses erreurs – mais il y a toutes celles d'un autre ordre, et elles sont nombreuses, que ce personnage… un peu psychopathe, parfois, car cela va au-delà de la naïveté à ce stade, a du mal à seulement entrevoir. Lors d'une scène incroyablement épique vers la fin du volume, durant laquelle Musashi se bat seul contre des dizaines de samouraïs furieux, nous le voyons tuer (parmi tant d'autres, et délibérément) un enfant incapable de se battre véritablement, et ne pas être en mesure de comprendre que ce qu'il a fait était « mal » ! de même quand il « réalise » qu'Otsû ne le laisse pas indifférent, après tout… À vrai dire, toujours quelque peu arrogant, même s'il est sur la bonne voie, Musashi n'est pas totalement étranger aux ridicules de ses adversaires obsédés par l'honneur de leur école. Enfin, Musashi, si brave quand il se confronte à des sabreurs… est d'une incroyable lâcheté et puérilité quand il s'agit pour lui de faire face aux plus redoutables des adversaires : les femmes ! Otsû comme Osugi ou Akemi… Et cela participe de la dimension comique du roman, d'ailleurs !

Mais La Pierre et le sabre est bien un roman épique, et d'aventure – de cape et d'épée, dirait-on par chez nous ; de kimono et de sabre, quoi. Et dans ce registre également, bien sûr, Yoshikawa Eiji fait des merveilles. Son art consommé de la narration passe aussi par la mise en scène de faits d'armes stupéfiants, racontés avec un brio impressionnant. Moi qui, souvent, peine un peu devant les scènes de combat interminables (j'aime bien Robert E. Howard, mais il m'a infligé quelques suées dans ce domaine), j'ai toujours été emballé, ici, par les nombreux affrontements auxquels prend part Musashi tout au long de ces 850 pages environ – et il y en a, même s'il n'y a pas que de ça non plus, loin de là : en fait, les batailles peuvent être séparées par des dizaines voire des centaines de pages pas moins stimulantes et palpitantes, avec des dialogues virtuoses et des situations savoureuses. Mais, quand il y en a... C'est puissant, époustouflant, cela devrait parfois être grotesque, comme la bataille ahurissante mentionnée précédemment, qui aurait été à sa place dans un Baby Cart, et pourtant c'est toujours juste ; en même temps, l'humour comme la figure du rônin pouilleux mais habile, chez Musashi comme chez certains de ses ennemis, anticipe peut-être plutôt Yôjimbô, tandis qu'en fait de Baby Cart la dimension spirituelle du récit, même sur un ton moins cruel, évoque peut-être davantage les plus belles réussites de Lone Wolf and Cub. Quoi qu'il en soit, c'est parfait dans son genre.

Un dernier mot, enfin, sur la dimension spirituelle de cette épopée : elle est remarquablement adéquate. Ce contenu est toujours là, sous-jacent, mais jamais démonstratif, et en tout cas jamais sentencieux : l'itinéraire spirituel de Musashi est palpable, mais avec une certaine subtilité, et Yoshikawa Eiji ne donne pas dans la pseudo-sagesse si fréquente dans ce registre, et qui rend, pour en rester au Japon mais cela va bien au-delà, certains mangas comme certains films de sabre ou de yakuzas pénibles à force de mystique à dix yens, a fortiori quand elle est associée à des postures badass sous la pluie, etc. On devine pourtant, derrière chaque bataille, le Traité des Cinq Roues en train de s'inscrire, dans l'étude, l'expérimentation et la méditation, mais jamais cela ne se montre lourdement démonstratif et pédant.

C'est toujours essentiellement naturel – ou faussement naturel, sans doute. Ce qui caractérise aussi le style de ce roman, très fluide, un régal de simplicité apparente, qui ressort bien dans le texte français : la traduction de Léo Dilé me paraît très bonne à cet égard, si elle a peut-être un peu vieilli à l'occasion dans la manière d'exprimer certaines références à la culture japonaise, moins connue en France à l'époque, peut-être.

Oui, La Pierre et le sabre est un modèle de roman-feuilleton – un chef-d'oeuvre dans ce registre, et probablement le roman qui m'a le plus enthousiasmé durant toute cette année 2018. À la hauteur de sa réputation, chaudement recommandé.

Et à un de ces jours pour la suite et fin, La Parfaite Lumière
Lien : http://nebalestuncon.over-bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
Citations et extraits (69) Voir plus Ajouter une citation
lehibooklehibook   28 novembre 2019
On pouvait aisément pardonner aux femmes leurs réflexions après coup , ais il étaient rare qu'elles exprimassent leurs griefs , alors que les hommes le faisaient souvent . Combien de fois Musashi en avait-il entendu dénigrer leur épouse comme s'il s'agissait d'une vieille paire de sandale hors d'usage?
Commenter  J’apprécie          10
purplevelvetpurplevelvet   05 novembre 2010
Arrivé au sommet d'une falaise, il laissa tomber à terre son chapeau de vannerie, et s'assit. De là, il dominait toute la ville de Kyoto. Tandis qu'il était assis, les bras autour des genoux, une ambition simple, mais puissante, gonfla son jeune coeur.
- Je veux que ma vie ait de l'importance. Je le veux parce que je suis un être humain.[..]
Il songeait à Oda Nobunaga et à Toyotomi Hideyoshi, à leur idéal d'unification du japon, et aux nombreuses batailles qu'ils avaient livrées à cette fin. Mais il était clair que le chemin qui menait à la grandeur ne passait plus par la victoire dans les batailles. Aujourd'hui les gens ne voulaient que la paix dont ils avaient eu si longtemps soif.[...)
"Il s'agit d'une ère nouvelle, se disait-il. J'ai devant moi le restant de mes jours. Je suis venu trop tard pour suivre les traces de Nobunaga ou Hideyoshi, mais je n'en puis pas moins rêver de conquérir mon propre monde. Nul ne saurait m'en empêcher. Même ce ^porteur de palanquin doit avoir un ambition quelconque."
Durant un moment, il chassa de son esprit ces idées pour essayer d'envisager sa situation de manière objective. Il possédait son sabre, et la Voie du Sabre était celle qu'il avait choisie. Peut-être était-il bel et bon d'être un Hideyoshi ou un Ieyasu, mais l'époque n'avait plus besoin d'homme de ce talent particulier. Ieyasu avait tout bien mis en ordre; plus besoin de guerre sanglantes. A Kyoto qui s'étendait aux pieds de Musashi, la vie avait cessé d'être une affaire pleine de risques.
Pour Musashi, l'important désormais serait son sabre et la société autour de lui, puisque son art du sabre était lié à son existence d'être humain. En un éclair d'intuition, il fut heureux d'avoir trouvé la relation entre les arts martiaux et ses propres idéeaux de grandeur" (p 190/191)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
candlemascandlemas   03 décembre 2017
- Tu t'attends vraiment à être tué aujourd'hui ?
- Je le crains.
- Si tu meurs, je ne pourrai continuer de vivre. Voilà pourquoi il m'est si facile en ce moment d'oublier que je suis malade.
Une certaine lumière brilla dans les yeux de la jeune fille, ce qui fit sentir au jeune homme la faiblesse de sa propre détermination en comparaison de la sienne. Pour acquérir ne fût-ce qu'un peu de maîtrise de soi, il avait dû méditer depuis des années la question de la vie et de la mort, se discipliner sans arrêt, se forcer à subir les rigueurs d'un entraînement de samouraï. Sans entraînement, ni autodiscipline consciente,, cette femme était capable de déclarer, sans l'ombre d'une hésitation, qu'elle aussi se trouvait prête à mourir si lui mourait. Son visage exprimait une sérénité parfaite ; ses yeux lui disaient qu'elle ne mentait ni ne parlait impulsivement. Elle semblait presque heureuse à la perspective de le suivre dans la mort. Il se demanda comment les femmes faisaient pour être aussi fortes. (...)
Ce que je vais dire est la vérité. Je t'aime, Otsu. J'abandonnerais tout pour vivre avec toi si seulement... (... ) je te parle sans amour-propre ni faux-fuyant : il y a eu des jours où je ne pouvais me concentrer parce que je pensais à toi ; des nuits où je ne pouvais dormir parce que je rêvais de toi. Des rêves brûlants, passionnés, des rêves qui me rendaient presque fous. Souvent j'ai étreint ma couche comme s'il s'était agi de toi... pourtant même quand j'éprouvais ce genre de sentiments, si je dégainais mon sabre et le regardais, ma folie se dissipait et mon sang se calmait.
Le sabre est mon refuge. C'est ma destinée, Otsu. Je suis déchiré entre amour et autodiscipline. Il semble que je suive deux voies à la fois. Pourtant lorsque les voies divergent, invariablement je parviens à me maintenir sur la bonne...
Je pense à mon sabre et tu disparais dans quelque coin sombre de mon esprit... non, tu disparais tout à fait, sans laisser de trace. C'est en de pareils moments que je suis le plus heureux et le plus satisfait de ma vie. Je mourrai pour l'honneur de mon sabre mais je ne mourrai point pour l'amour d'une femme . Pas même pour l'amour de toi.
- Je sais tout cela, dit-elle avec force. Si je ne le savais pas je ne t'aimerais pas comme je t'aime.
(...) Musashi, une minute encore ! ..............................................................................................................
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
MademoizelleLuluMademoizelleLulu   25 juin 2009
Otsu commença d'éprouver une étrange et intense mélancolie chaque fois qu'elle se trouvait seule dans sa chambre. Elle s'en demandait la raison : la solitude n'avait rien de nouveau pour elle. [...] La solitude, songeait-elle, est pareille à la faim ; elle ne se trouve pas à l'extérieur, mais à l'intérieur de soi. En souffrir, se disait-elle, c'est éprouver qu'il vous manque quelque chose, quelque chose d'absolument nécessaire...
Si seulement, elle avait un ami ! Elle n'en avait pas besoin de beaucoup ; un seul qui la connût bien, quelqu'un sur qui elle pût s'appuyer, quelqu'un de fort et de totalement digne de confiance. Voilà ce qu'elle désirait, si ardemment qu'elle ne savait plus à qui se vouer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
JudithbouJudithbou   03 août 2015
Les clameurs n'atteignirent jamais les oreilles du jeune homme. C'était comme si mille dragons d'argent lui mordaient la tête et les épaules, comme si les yeux de mille démons aquatiques explosaient autour de lui. Des tourbillons pleins de traîtrise le tiraient par les jambes, tout prêts à l'entraîner dans la mort. Une seule faute de rythme respiratoire ou cardiaque, et ses talons eussent perdu leur prise fragile sur le fond couvert d'algues, son corps eût été balayé par un courant violent et sans retour. Il lui semblait que ses poumons et son cœur croulaient sous le poids incalculable - la masse totale des montagnes de Magome - qui tombait sur lui.
Son désir pour Otsu mourait de mort lente, car il était proche parent du tempérament passionné sans lequel il ne fût jamais allé à Sekigahara ni n'eût accompli aucun de ses extraordinaires exploits. Mais le véritable danger se trouvait dans le fait qu'en un certain point toutes ses années d'entraînement devenaient sans pouvoir contre ce tempérament et qu'il retombait au niveau d'une bête sauvage, d'une bête brute. Or, contre un pareil ennemi, informe et secret, le sabre était complètement inutile. Déconcerté, perplexe, conscient d'avoir subi une accablante défaite, il priait pour que les eaux furieuses le ramenassent à sa quête de discipline.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
autres livres classés : japonVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Chefs-d'oeuvre de la littérature

Quel écrivain est l'auteur de Madame Bovary ?

Honoré de Balzac
Stendhal
Gustave Flaubert
Guy de Maupassant

8 questions
8010 lecteurs ont répondu
Thèmes : chef d'oeuvre intemporels , classiqueCréer un quiz sur ce livre
.. ..