AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 207045228X
Éditeur : Gallimard (26/04/2013)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 18 notes)
Résumé :
De tous les héros qu' elle a fait revivre, ou invente, Marguerite Yourcenar n' a si tendrement et profondément parle que du prêtre errant du XVIIe siècle japonais, Basho.

C est le 1er texte du recueil qu elle intitule Le tour de la prison, livre dont la lecture laisse mélancolique, parce qu il n a pu être achevé

. De tant de voyages, voila des bribes, parfois saisissantes ( la traversée d' est en ouest du continent américain vers l Ala... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Henri-l-oiseleur
  14 novembre 2015
Peu de choses à ajouter aux critiques déjà écrites et à la présentation, à part le profond amour du Japon qui fait de ce livre un des plus beaux que je connaisse sur ce pays, grâce à la faculté merveilleuse de l'auteur de s'effacer devant son sujet, de le laisser parler en lui imposant le moins de filtres apparents possible (au contraire de certaines proses de Claudel - pas toutes-, mais dans la lignée de Segalen en Chine ou à Tahiti). C'est la plus belle preuve de puissance d'une personnalité créatrice que de laisser l'autre s'exprimer à travers elle, et c'est ce que Marguerite Yourcenar a toujours tenté de faire dans ses romans aussi bien que dans ses essais.
Commenter  J’apprécie          80
dreulma
  24 avril 2010
Ce titre m a rendue claustrophobe, car la prison pourrait etre le monde ou notre corps evolue, mais la lecture m a liberee de ce sentiment. Moi qui suis si sensible a l enfermement, comment me sentir longtemps enfermee dans la profondeur de Mme Yourcenar ? Une fois de plus son talent me ravit : ouverture d esprit, justesse du mot et du phrase, regard infini qui me transporte au dela des frontieres du mental, Mme Yourcenar sait impliquer son lecteur avec grace, serenite et sagesse dans la lecture de ses ecrits. Meme les longues descriptions d un art qui ne m interessera jamais, me semble t il, le Kabuki, (theatre japonais) elaborees par ses mains me sont un plaisir a lire ! le tendre respect avec lequel elle s adresse a l acteur, sa curiosite qui fait d elle la seule spectatrice d une boite a danseurs dans un centre ville japonais ( je ne sais plus lequel), son art a nous partager ses decouvertes secretes, tel un micro jardin perdu dans le bitume citadin, font grandir l admiration que j ai pour cette splendide ecrivaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
amartia
  21 octobre 2014
Publié après sa mort, ce recueil de notes de voyages a pourtant bien été préparé par Marguerite Yourcenar qui avait confié son intenation de publier ces textes et en avait même choisi le titre, tiré de son roman l'Oeuvre au Noir : "Qui serait assez insensé pour mourir sans avoir fait le tour de sa prison ?"
Il s'agit de 14 textes évoquant ses rencontres, ses sentiments, ses émerveillements lors de sa traversée des Etats-Unis notamment, mais surtout lors de ses voyages au Japon. le volume se termine par une conférence faite à l'Institut français de Tokyo, en 1982, conférence intitulée : "Voyages dans l'espace et voyages dans le temps".
Comment ne pas penser aux merveilleuses pages de Nicolas Bouvier sur le Japon ? Et pourtant, j'avoue que je reste décidément imperméable à la culture nipponne, même si ces deux auteurs me donnent tort.
Aussi, c'est vraiment le texte de la conférence que je retiendrai, dont voici un extrait :

"Zénon, le second grand voyageur de mon oeuvre, est à la fois motivé par les nécessités du gagne-pain (...), mais motivé aussi par la persécution d'ordre religieux, moral et politique, qui l'oblige à fuir d'un pays à l'autre, jusqu'au moment où il prend refuge dans la mort. Toutefois, son but essentiel est de nouveau ce bris des préjugés et des coutumes, qui est pour un homme d'intelligence l'un des plus clairs profits du voyage, et la recherche passionnée de tous les modes de la connaissance - pour lui surtout métaphysique et alchimique - que les siècles ont accumulée sur certains points du monde plus qu'ailleurs. "

Lien : http://meslecturesintantanee..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
sylvie2
  02 novembre 2013
Marguerite Yourcenar a beaucoup voyagé pour découvrir sa prison, le monde.
Dans ce livre, elle y décrit queques moments importants de ses voyages. Elle s'attarde particulièrement sur la culture japonnaise, mais nous mène aussi au Canada et aux Etats-Unis.
J'avoue que j'ai trouvé sa manière d'écrire assez lourde et n'ai pas totalement accroché.
Commenter  J’apprécie          00
kevindio
  25 février 2017
Un livre tout simplement incroyable, qui a réussi à me montrer des aspects du Japon que j'ignorais, dont j'ignorais la beauté. Des textes à la fois captivants, magnifiques, intéressants, bref, en un mot : passionnants. À lire absolument.
Lien : https://comaujapon.wordpress..
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
dreulmadreulma   24 avril 2010
Vision ? J ai toujours taché de distinguer le plus exactement possible la Vision de l'esprit [...} de celle à laquelle jusqu'à un certain point les yeux participent, et de séparer de l'une et de l'autre la vision totale, sorte de ravissement plutot, bien qu au lieu de se sentir ravi on se sente intégré, en qui les cinq sens et l'esprit s unissent. Mais pourquoi vision totale et non pas extase ou délire ? C'est que justement aucune vision ne délire (ou alors, on ouvrirait un autre chapitre, celui de l Halluciné). Aucune vue qui ne prend pas possession de tout l esprit n est vision; aucune pensée si valable qu elle soit, n est autre chose qu un fruit ou un sous produit passager, dénué de ce sens d éternité dans l instant, d'étendue à l intérieur d un point pas même fixe, qu'à de très longs intervalles la vision de l esprit parfois confère, et qu il est quelquefois possible de ressuciter par le souvenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Henri-l-oiseleurHenri-l-oiseleur   18 octobre 2015
Certes, les peintres japonais ont tracé d'exquis oiseaux s'ébattant sur un arbre en fleur ou prenant frileusement refuge sous un pin couvert de neige : notre amour de la chose ailée s'y accorde d'emblée. Il semble, d'autre part, qu'avec les poissons, ces "muets des eaux", solitaires jusque dans l'accouplement, l'homo japonicus ait établi des rapports plus intenses et plus profonds que les nôtres. Leur détachement, leur indifférence plaît ici : rien de cet émoi qui s'empare de nous quand un bouvreuil ou une mésange vient se poser sur nos doigts comme du fond d'un autre monde, mais une sorte de goût de l'existence et de la différence pures.

p. 87
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Henri-l-oiseleurHenri-l-oiseleur   29 octobre 2015
Mais l'alcool est comme l'amour ou la vieillesse : on y trouve ce qu'on y apporte. Il semble que les passagers de ce navire n'y apportent rien.

Une Anglaise qui fut charmante et l'est toujours y met le deuil de son mari, acteur célèbre, qu'elle n'a pas cessé de regretter. Elle a une fille, plusieurs demeures, des amis, mais choisit de vivre surtout à bord. (...) Cette femme est royale, comme tout être qui ne nuit à personne et fait ce qui lui plaît.

pp. 64-65
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Henri-l-oiseleurHenri-l-oiseleur   24 octobre 2015
A Nikkô, le baroque délirant des temples, témoignage du faste des shôgun, importe moins que la majesté des bois. A Omiwa, près de Nara, l'autel dressé au fond d'une vaste salle de culte ne se silhouette pas, comme on s'y attendait, sur un saint des saints aux objets façonnés de main d'homme, mais directement sur la montagne-dieu. A Miyajima, sur la Mer Intérieure, non loin du fatal Hiroshima, le portail sacré du grand sanctuaire shintô, à demi-immergé, ouvre sur la mer.

p. 163-164
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
racooninanracooninan   31 juillet 2014
Mais les vrais dieux, les objets d'art véritables, chatoyants et sinueux, avivant ou modifiant à chaque pulsation leurs couleurs de pierres précieuses, sont les carpes et les dorades de l'étang miniature, moins poissons qu'esprits des eaux.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Marguerite Yourcenar (84) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marguerite Yourcenar
Vous aussi, vous aimez lire ?... Mais au fond, lire, c'est quoi : s'évader en soi-même ? Mieux connaître le monde ou mieux le fuir ? S'enivrer dans l'odeur des pages ou dans le délice des mots ? Une quinzaine de personnalités de l'art et de la culture donnent leur propre définition, piochée dans les trésors d'archives de l'INA : Jacques Brel, Salvador Dalí, Françoise Sagan, Marguerite Yourcenar... Et pour vous, qu'est-ce que c'est que lire ?
Culture Prime, l?offre culturelle 100% vidéo, 100% sociale de l?audiovisuel public, à retrouver sur : Facebook : https://facebook.com/cultureprime/ Twitter : https://twitter.com/culture_prime La newsletter hebdo : https://www.cultureprime.fr/
Abonnez-vous pour retrouver toutes les vidéos France Culture : https://www.youtube.com/channel/¤££¤18Abonnez-vous7¤££¤6khzewww2g/?sub_confirmation=1
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : carnets de voyageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Marguerite Yourcenar

Quelle est la nationalité de Marguerite Yourcenar ?

Elle est belge
Elle est américaine

10 questions
160 lecteurs ont répondu
Thème : Marguerite YourcenarCréer un quiz sur ce livre